AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2902039093
Éditeur : Dépaysage (16/01/2020)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Au soir de sa vie, grand-mère (kukum, en langue innue) depuis longtemps déjà, Almanda Siméon se retourne sur son passé et nous livre son histoire, celle d'une orpheline québécoise qui tombe amoureuse d'un jeune Amérindien puis partage la vie des Innus de Pekuakami (l'immense lac Saint-Jean), apprenant l'existence nomade et brisant les barrières imposées aux femmes autochtones. Centré sur le destin singulier d'une femme éprise de liberté, ce roman relate, sur un ton ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lishbks
  09 janvier 2020
Prolongement des traditions orales amérindiennes, "Kukum" est la voix d'Almanda Siméon. Les pieds dans le sable, léchés par les remous du lac Pekuakami qui l'a vue s'épanouir, l'aïeule ferme les yeux et suspend le temps. Elle nous conte sa vie, celle d'une jeune fille intrépide et vaillante qui quitte sans ciller une vie aliénante à la ferme pour épouser l'amour de sa vie : Thomas, et avec lui la liberté, le nomadisme et la culture innue. L'émerveillement face à la nature, le respect et l'humble crainte qu'elle inspire rythment un récit empreint de sagesse et d'appétit de vivre. Ses mots nous portent loin, dans une autre époque, un autre continent, une autre culture, au cours de longues marches éreintantes, d'hivers rudes, mais de tant d'acceptation, de résilience et de chaleur humaine. Et soudain, on s'aperçoit que l'on respire un peu mieux. Il est dur de lâcher ce livre, dur aussi de rouvrir les yeux avec Almanda sur une civilisation qui change, une version amère déchirante et avilie de ce qu'elle avait laissé derrière elle à l'aube de ses quinze ans. Mais désormais, lorsque la nostalgie s'invitera, nous pourrons inlassablement revenir en pensée sur les berges de ce lac immense, les pieds chatouillant le sable et la tête contre l'épaule d'Almanda,nous nous laisserons porter par le flot de ses mots. Ceux de la grand-mère de Michel Jean, sa Kukum, qui devient presque un peu la nôtre et à qui il rend ici un hommage bouleversant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
LishbksLishbks   09 janvier 2020
Les compagnies forestières ont construit des routes de façon méthodique, pour monter toujours plus loin et couper toujours plus de bois. Nous, nous sommes restés dans la réserve. Il n'y avait de toute façon nulle part où aller. Le bois alimentait les usines de pâte à papier et les scieries. Elles fournissaient du travail aux colons. Le progrès était enfin arrivé. Ainsi les gens le croyaient-ils. Mais la vie est un cercle. Le temps se chargerait de le leur rappeler un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LishbksLishbks   09 janvier 2020
-Ils ne se contentent pas de couper les arbres, rageait-il, c'est toute la vie qu'ils détruisent, les oiseaux, les animaux, ils abattent l'esprit même de la forêt. Comment des hommes peuvent-ils se montrer aussi cruels?
Thomas avait raison. Mais son raisonnement était celui d'un Innu qui sait qu'il reviendra toujours sur ses pas. Le bûcheron, lui, marche droit devant, sans regarder derrière. Il suit le progrès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LishbksLishbks   09 janvier 2020
L'hiver, s'il paraît souvent rude dans les bois, offre parfois en cadeau une de ces journées dorées où la lumière danse sur la neige et réchauffe les corps et les âmes.
Commenter  J’apprécie          40
LishbksLishbks   09 janvier 2020
Au début de la colonisation, les Innus, qui chassaient alors jusqu'à Québec, s'étaient retirés plus au nord et à l'est. Le territoire était assez vaste pour nourrir tout le monde. Le concept de guerre territoriale n'existait pas pour eux.
Commenter  J’apprécie          20
LishbksLishbks   09 janvier 2020
Il n'était pas facile de laisser partir ceux qu'on aime dans ce monde où le téléphone et même le courrier n'existaient pas, et où il fallait apprendre à vivre avec l'absence .
Commenter  J’apprécie          20
Video de Michel Jean (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Jean
Lancement du livre Kukum de Michel Jean au Musée amérindien de Mashteuiatsh.
autres livres classés : nomadismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
152 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre