AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072448794
Éditeur : Joëlle Losfeld (01/10/2011)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Isabelle Gugnon Cette fiction explore la solitude et l’isolement à travers l’histoire d’une dame de quatrevingt treize ans, qui maintient enfermé dans sa salle de bains un adolescent chapardeur.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
hoel
  10 décembre 2012
par Hoel (06/07/2012) (u)
Une vieille dame allant sur ses quatre-vingt-quatorze ans se fait agresser au pied de son immeuble par un adolescent. Ce dernier la contraint à le mener vers son appartement, où il pense pouvoir lui soutirer facilement ses bas de laine. C'est sans compter sur la roublardise de la nonagénaire, qui parvient à enfermer le jeune voleur dans la salle de bains. Elle lui « propose » (« impose » serait sans doute plus juste) ensuite d'écouter l'histoire de sa vie, en échange de quoi elle consentira peut-être à le libérer.
Dès les premières phrases, Plus léger que l'air frappe par son originalité. le récit n'est qu'un long monologue de la vieille femme – un peu plus de deux-cents pages – qui raconte sa vie et celle de sa mère au jeune homme, lequel n'a d'autre choix que de l'écouter. Elle apostrophe de temps à autre le délinquant, rendu comme muet par sa geôlière – et par la narration.
Bien qu'elle tienne plus du dialogue de sourds ou du monologue qu'autre chose – la porte close de la salle de bain ne facilite sans doute pas l'échange – on peut dire qu'une sorte de « relation » s'installe entre les deux personnages au fil des jours (la vieille dame glisse des biscuits sous la porte pour que l'adolescent ne dépérisse pas). D'abord clairement victime, l'aïeule prend peu à peu la mesure de son « adversaire ». le rapport de force s'inverse et, situation aidant, elle en vient à le dominer. D'humeur changeante, la vieille dame, tout sucre tout miel au premier abord, compare son prisonnier au petit-fils qu'elle n'a jamais eu, avant de faire montre par moments d'une grande autorité, voire d'une certaine cruauté.
Plus léger que l'air – pas vraiment un polar d'ailleurs, bien qu'il ait fait partie d'une sélection du Prix SNCF du polar – est un exercice de style original, un pari osé mais somme toute plutôt réussi. En imaginant ce huis-clos, Federico Jeanmaire a fait la part belle à la psychologie des personnages, sans pour autant oublier d'instiller une petite dose de suspense dans son récit.
Lien : http://hanniballelecteur.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alexmotamots
  26 février 2012
Bof, bof. Il s'agit d'une espèce de monologue de la vieille dame, car on n'entend jamais la voix du jeune homme. Et il la coupe sans cesse pour lui crier des insultes ou la supplier. Donc, le récit de la vieille dame est haché. Misère....
Qui plus est, celle-ci ne raconte que la mort de sa mère qui voulait voler un jour de grand vent, mal lui en a pris. de la vie de la vieille dame, on ne saura, en définitive rien, ou pas grand chose.
Trop peu pour m'intéresser réellement à son histoire (enfin, à l'histoire de sa mère en l'occurence), trop entrecoupé pour mepermettre de plonger dans le roman. Une fin inattendue ? Non, malheureusement, ce sont des choses qui arrivent aux vieilles dames ; la vie, quoi.
Il ne me restera donc rien de ce huis-clos, à part la dernière phrase qui, à elle seule, résume le livre : "Le désir de n'importe quelle femme est plus léger que l'air".
L'image que je retiendrai :
Celle de la vieille dame faisant glisser des biscuits et des escalopes milanaise sous la porte de sa salle de bain pour nourrir sa victime-agresseur.
Lien : http://motamots.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Bibliobs   18 octobre 2011
Ce roman, qui emprunte au théâtre classique son monologue exaspéré et au thriller moderne son suspense haletant (et son épilogue asphyxiant), est d'une puissance exceptionnelle. Rarement le drame de la solitude n'a mieux été décrit que dans ce face-à-face invisible entre la vertu et le vice où les rôles vont s'inverser. Et où même le lecteur finit par perdre la tête.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   06 juin 2014
avoir un peu faim ne va pas vous tuer. Bien au contraire, mon petit, les difficultés forgent le caractère. Elles nous font mûrir, font de nous des êtres à part entière, des personnes accomplies
Commenter  J’apprécie          10
patatarte2001patatarte2001   06 juin 2014
L'imagination n'invente pas, elle ne fait que compléter, elle remplit, elle comble, elle alimente ce qui est trop infime dans la réalité
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : littérature argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox

Autres livres de Federico Jeanmaire (3) Voir plus




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
237 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre