AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Cuba libre tome 1 sur 2
EAN : 9782360757060
579 pages
Nisha Editions (27/06/2019)
4.68/5   14 notes
Résumé :
Cristina est Cubaine, Ethan est Américain...

Leur rencontre improbable va-t-elle faire naître une belle histoire d'amour ?

Un roman aux multiples rebondissements...
Une rencontre peut tout changer.

À cause d'une rupture des ligaments, les rêves d'Ethan, espoir du football américain, ont été brisés à tout jamais. Son monde a explosé, ses repères se sont envolés, il a perdu pied et a abusé des antidouleurs jusqu'à l'... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,68

sur 14 notes
5
10 avis
4
2 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Marie-Nel
  26 mai 2020
Je ne vais pas trop revenir sur l'histoire en elle-même, je trouve que le résumé est déjà bien détaillé et en dit même un peu trop. C'est l'unique défaut que j'ai trouvé à ce livre. J'aime quand les résumés sont concis et laissent une part de mystère, ça n'est pas le cas ici. Ce sera mon seul point noir, ce qui n'est pas non plus très grave, je ne sais pas vous, mais moi j'oublie vite le contenu de la quatrième de couverture quand je commence ma lecture.
J'ai donc fait la connaissance de Cristina, plus généralement appelée par son diminutif, Cris et d'Ethan. Cris est Cubaine, elle vit à la Havane, c'est une grande sportive, elle travaille dans un bar où elle est serveuse. Elle vient des quartiers pauvres de la ville, elle vit avec ses parents et son frère, qu'elle aide beaucoup. Celui-ci est un ancien toxicomane que Cris essaie de protéger pour qu'il ne retombe pas dans ses travers. Il lui demande un jour d'aller chercher à l'aéroport le fils de sa maitresse, une touriste américaine. Cris n'est pas très enchantée de faire ce baby-sitting mais elle ne sait rien refuser à son frère. Quelle n'est pas pas sa surprise quand elle voit le fils qui est loin d'être un enfant, puisque c'est un bel homme d'une vingtaine d'années, baraqué et charmant. Cris ne savait pas que la maitresse de son frère avait vingt ans de plus que lui.
Ethan ,le beau gosse, vient passer les vacances avec sa mère, il sort d'une cure de désintoxication suite à un accident à son genou qui le contraint d'arrêter le football américain qui était sa profession. Il est plein de désillusions quand il arrive à Cuba, pour lui, sa vie est fichue. Il va apprendre à voir la vie autrement au travers de Cris et de ce qu'elle vit. Il va très vite s'attacher à elle, c'est une très belle femme mais il se rend vite compte que quelque chose la torture et cela n'aide pas ses relations avec elle. Cris ne veut aucunement s'attacher à lui, ils sont de deux milieux totalement différents, et ce qu'elle a vécu dans le passé l'a tellement traumatisée qu'il est impossible pour elle d'avoir des relations avec un homme. Elle veut seulement rester amie avec Ethan. Pourtant, quand il est près d'elle, elle se sent plus forte et protégée, et inversement, lorsqu'Ethan est près d'elle, il ne ressent plus de douleurs, elle le calme. Chacun fait du bien à l'autre, mais leurs modes de vie et leurs statuts sociaux sont une barrière pour être plus que des amis...
Je me suis très vite attachée à Cris et à Ethan. Cris est une fille avec du caractère, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle suit des cours de boxe afin de se protéger et aussi lui permettre d'évacuer la colère résiduelle qu'elle porte en elle. Derrière la carapace qu'elle se forge, on la devine très sensible, mais elle ne veut surtout pas que ça se voit. Ce qu'elle a vécu dans le passé lui a laissé de grosses séquelles psychologiques, elle ne veut pas laisser entrer quique ce soit dans sa sphère privée, mais elle aura beaucoup de mal à le faire avec Ethan. Lui, c'est un garçon qui, sous ses allures de bad boy, saura comprendre la fragilité de Cris, il ne lui cache pas ses sentiments, mais il le fera toujours avec respect envers elle. On devine très vite qu'ils vont tomber amoureux l'un de l'autre, mais on voit aussi que c'est loin d'être facile, le fossé entre eux est énorme.
Le troisième personnage très important de cette histoire et qui se place entre nos deux héros, c'est Cuba et La Havane. La vie est difficile à vivre là-bas, la pauvreté se trouve à tous les coins de rue, les gens n'ont pas accès à tout ce qui semble automatique, pas de téléphone portable pour tout le monde, pas d'internet non plus. Pas de belles plages comme les touristes peuvent avoir, leur vie courante est totalement différente. Ils vivent aussi avec les vieilles croyances et traditions. C'est cet écart qu'essaiera toujours de faire comprendre Cris à Ethan. Lui, étant très attaché à elle, ne voit pas d'inconvénient et est prêt à faire plein de sacrifices, mais elle, elle ne l'entend pas comme ça, elle sait qu'il doit repartir après ses vacances, qu'il va reprendre sa vie à Miami et qu'il oubliera. Peut-être se trompe-t-elle, mais ça, on ne le saura pas dans ce premier tome...
J'ai beaucoup aimé comment Céline Jeanne dépeint ses personnages, les lieux dans lesquels ils vivent, leurs coutumes, leurs façons de vivre. Elle parle avec beaucoup de justesse des problèmes de drogue que peuvent connaître les jeunes, les situations délicates et souvent inextricables dans lesquelles ils peuvent se trouver à cause de cela. Ce roman n'est pas simplement une romance entre deux personnages, c'est aussi toute une histoire sociétale qui se trame autour d'eux. C'est un véritable choc des cultures. Plein de beaux messages sont véhiculés comme l'acceptation de soi, le pardon, l'amitié, le courage, plein de thèmes qui poussent le lecteur à la réflexion et à une prise de conscience sur les différences.
Et tout cela est aussi très bien raconté par Céline Jeanne, je la découvre et j'ai beaucoup aimé son style. L'attachement aux personnages se fait également par le choix narratif et la construction du roman. En effet, l'auteure a choisi d'utiliser la première personne du singulier pour faire parler ses personnages. J'aime beaucoup ce procédé car ce « je » me permet de rentrer dans la tête des héros et de savoir ce qu'ils pensent. En plus elle donne la parole alternativement à Cris ou à Ethan, se mettant ainsi à la fois à la place d'une femme ou d'un homme, ce qui pour moi est toujours une prouesse d'écriture, car il faut arriver à nuancer les sentiments pour bien les faire correspondre à chacun. Ainsi, à l'intérieur d'un même chapitre, le lecteur suit à la fois Cris et Ethan. Cela permet d'avoir l'avis de chacun sur une même situation. Parfois, cela peut sembler un peu répétitif car on revient sur une situation déjà vue, mais cela permet de savoir ce que chaque personnage pense et d'avoir son propre ressenti. J'aime beaucoup cette construction qui donne beaucoup de rythme à la lecture. En plus, on a tellement envie de savoir la suite des événements qu'on se dépêche de lire. Cela donne encore plus d'addiction à la lecture, déjà rendue prenante par ce qu'il se passe entre les deux héros.
L'orthographe est bonne, je n'ai pas relevé de fautes, le vocabulaire l'est tout autant, mêlant des expressions ou des mots cubains, donnant ainsi encore plus de réalisme aux dialogues.
J'ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de Cris et Ethan, et donc également avec l'auteure, Céline Jeanne. le final appelle automatiquement une suite. On les quitte dans un moment tel que je n'ai eu qu'une envie, me jeter sur le second tome. En cherchant sur le net, j'ai vu qu'il était sorti depuis peu, je pense que je vais vite me le procurer pour retrouver le couple et savoir comment la situation va évoluer entre eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszs
  05 juillet 2019
En participant au blog tour de Between Dreams and Reality c'est toujours une découverte pour moi. Avec ce premier tome de "Cuba libre", j'ai voyagé, un nouveau pays à découvrir avec ses us et coutumes, la vie, la vraie vie, pas celle que l'on voit au travers des yeux d'un touriste, mais celle de l'habitant qui n'a rien à voir avec ce qu'on peut nous offrir sur un plateau.
Une personne court, tente de trouver quelque chose, de s'échapper. Il court, tombe sur la porte fermée d'une infirmerie, l'enfonce, arrache les gonds de la boîte à pharmacie. Des menottes et puis le trou noir. Cristina est belle, jeune, désirable et travaille d'arrache-pied. Les études, son travail de serveuse, le gymnase. Elle ne cesse de courir depuis onze mois. Il s'est passé quelque chose qui l'a brisé et elle ne laisse rien filtrer. Son frère, Yotuel, un séducteur né, adore les femmes du monde américaines. Il a toujours l'espoir de tomber sur celle qui va l'aider à fuir les dettes. Lorsque la femme avec laquelle il passe du bon temps lui demande d'aller chercher son fils à l'aéroport, le frère demande à sa petite soeur d'y aller et de jouer la nounou. Des tapages de pieds, des cris et en fin de compte elle y va, bien obligée, mais récupérant son vélo. Avec cet instrument, elle n'aura plus les 7 kilomètres à parcourir à pied (même si elle adore la course à pied). L'aéroport lui réserve bien des surprises en faisant sortir de l'avion un jeune homme d'un an plus âgé qu'elle. Nounou ? Sérieusement ? Entre les deux c'est l'amour fou ! Des noms d'oiseaux, des regards noirs, sans compter que le frère se tape la mère, yeurk ! Ils ont dû mal à digérer tout cela. Ethan est là parce qu'il n'a pas le choix, un passé lourd à digérer pas si loin que cela. La vie à Cuba n'est pas celle qu'il croit, il va rencontrer la VRAIE vie et tenter de comprendre comment les gens fonctionnent.
Je n'ai pas pu lâcher le livre du début à la fin et pourtant je ne suis pas une adepte des romances simples. Bingo, celle-ci ne l'est pas, car c'est bien plus que cela. C'est un hommage à ce pays qui n'est pas connu plus que cela (à part ce que l'on peut en entendre aux informations pour ma part, je ne connais rien). le livre est décrit par les yeux de Cris et d'Ethan. L'habitante et le touriste. Deux visions bien différentes d'un pays qui n'est libre que depuis peu et encore, le gouvernement laisse beaucoup de choses, offre des cadeaux, mais l'avenir reste toujours aussi incertain. La vie des Cubains n'est pas la meilleure mais ils font en sorte qu'elle le soit à leur manière. Trafics en tout genre (drogues, prostitutions, dette payée par des services de toute sorte...), nous plongeons au coeur d'un pays qui est en souffrance et fait ce qu'il peut pour s'en sortir. Tous les moyens sont bons pour grimper des échelons. La meilleure place ? Celle du dealer, pas celui du petit quartier, non celui du tout puissant, qui fait peur juste avec son nom. Cuba est montrée des deux facettes, là où tout est magnifique, les plages de sable fin à perte de vue, les cocktails à déguster, la plongée dans des eaux splendides. Et l'autre côté, celui où la misère côtoie tout le peuple, les revêtements des façades oubliés, les tickets d'alimentation pour ne pas dépasser le quota mensuel...
Liberté ! C'est un cri qui ne sort pas d'entre les lèvres de Cris et pourtant elle en aurait bien besoin. Sa vie semblait tout tracé, mais un choix, celui de vivre SA vie, de choisir SA destinée et non de subir celle du gouvernement la lance dans un domaine différent : celui du génie civil. Elle veut refaire le monde et a le caractère pour. Sa force est son mental sont fort, pourtant la peur ne cesse de l'attraper dans ses filets. Que lui est-il arrivé il y a onze mois ? Car c'est une date qui la hante. Elle fuit certains hommes, surtout son ex, Karel. Nous comprenons bien qu'il est en tort, mais pourquoi ? Lorsqu'elle se dévoile enfin, nous ne pouvons que comprendre sa peur, sa colère qui est toujours enfouie en elle. Karel qui est le Cubain par excellence, beau, bronzé et faisant partie de la police. Difficile de lui mettre un coup de poing dans le visage sans recevoir le moindre avertissement, pardon l'enfermement. Ce petit bout de femme est courageuse, protectrice envers sa famille, prête à tout pour les sauver ses parents et son frère. Ce Yotuel qui n'a de cesse de se mettre dans les ennuis, pourtant il a 27 ans. Comme quoi l'âge ne résout rien. Il apporte le danger sur un plateau à sa famille et plus particulièrement à Cris. Elle est sublime et le regard que les hommes porte sur elle n'est pas sain. Pourtant elle ne fait rien pour au contraire. Elle ne cesse de courir dans le vent. Et lorsqu'elle ne le fait pas, elle boxe, le kickboxing est un exutoire.
Et puis il y a Ethan, cet homme qui a du mal à s'en sortir. Après une blessure au genou, bousillant sa carrière au foot, il est perdu. Les médicaments, les antidouleurs, l'overdose, il s'est fait soigner, mais ne voit plus son avenir comme il le désire et se maudit, maudit sa mère, maudit son corps. En arrivant à Cuba, il ne savait pas à quoi s'attendre et puis son regard se pose sur ce fameux cul d'enfer, cette belle gueule d'ange, ses yeux magnifiques et le caractère d'une lionne. Elle est travailleuse et lui en vacances. Elle se bat pour survivre tout comme lui. Ils ne sont pas du même monde. Il se rend compte que ce qu'il croit comme acquis ne l'est pas ici. L'eau courante, l'électricité, le téléphone, les gens ont une âme, prêt à aider leur prochain et tout autant prêt à les vendre pour une bouchée de pain. Bien entendu, ce n'est pas le cas de tout le monde, le noir, le blanc, le gris est bien plus présent. La solidarité est forte. Ethan apprend cette vie, il ne reste pas dans sa cage dorée, il va vivre au coeur des événements qui bousculent Cris. L'attirance semble réciproque, pourtant elle sait qu'elle ne peut pas. Il va repartir et elle préfère l'avoir en ami. La bonne blague. Il va tout faire pour qu'elle craque et plonger les deux pieds dans la merde noire dans laquelle elle est.
Entre eux deux, il y a beaucoup de découvertes, d'apprentissage. Celle de la religion et l'évocation du vaudou (cela m'a bien fait rire), les croyances populaires, les guides spirituels et les animaux de compagnies. L'avenir aux États-Unis est totalement différent de celui de Cuba. La liberté à un prix qui est parfois lourd à payer. La corruption est à tous les étages. L'écriture est douce, la plume fluide, les mots s'écoulent librement sur le papier (ou la tablette), les pages tournent. L'avidité d'en savoir plus sur ce pays, sur cette relation, sur la manière dont ils voient le monde. L'espoir, la liberté encore. Deux mots qui sont si vivants d'un côté de la frontière et si durs à avoir de l'autre. de toutes parts, il y a des zones d'ombres, des ténèbres, des monstres en tout genre. Il y a aussi la lumière des amis qui tendent la main, de ceux qui sont présents pour épauler d'un mot, d'un geste, d'un simple regard. Cuba est vivante, c'est un pays riche en humanité. C'est un voyage magnifique qui donne envie de la découvrir d'une autre manière que le tourisme de base. Il y a tellement plus beau qu'un palais, il suffit de tomber sur un coin de paix, de sérénité, un bon sentiment, un peu de gaieté, une fête, il faut savoir faire attention et regarder où mettre les pieds. Les épreuves sont nombreuses, pourtant ils s'accrochent l'un à l'autre. Pourtant ils savent qu'il doit repartir, le 25 décembre...
Les mots s'emmêlent, le besoin de l'autre se fait ressentir, la guérison n'est pas loin finalement. le terminus n'est pas surprenant, chacun doit reprendre sa vie après cette parenthèse avec ces instants précieux, par contre l'épilogue apporte une lueur d'espoir. Un renouveau qui va forcément apporter d'autres styles d'ennuis telle une adaptation d'un nouveau monde. La lutte du pouvoir, l'attachement aux traditions, les liens d'amitié, d'amour, la fratrie, "Cuba libre" est rempli d'émotions, de rebondissements, saupoudrée de romance. Une surprise de taille va les prendre à revers. J'ai hâte de découvrir la suite de leur histoire et de voir comment ils vont s'acclimater.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/cuba-libre-tome-1-celine-jeanne-a166171756
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesLecturesDeLaDiablotine
  06 avril 2020
Je dois vous avouer que cette histoire m'a agréablement surprise. Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu une romance de chez Nisha et je dois vous avouer que j'ai beaucoup apprécié ce premier tome qui m'a permis de m'évader le temps de ces pages dans des contrées lointaines avec beaucoup de piquants et de mordants ! Avec "Cuba Libre", je découvre la plume de Céline Jeanne qui est très fluide, très agréable à lire et vraiment addictive.

Ethan et Cristina sont des personnages qui viennent de deux univers diamétralement différentes et pourtant ils ont une chose en commun : un passé très lourd à porter tous les jours.

Endettées jusqu'à la moelle, Cristina et sa famille tentent de faire bonne figure. Grâce à son travail, Cris peut aider sa famille qui est dans la mouise. Âgée de vingt ans, notre cubaine est une brillante étudiante en génie civile. Elle tente tant bien que mal de joindre les deux bouts depuis que sa vie a basculé. Son quotidien, loin d'être idéal se compose de cours le matin et de son travail de serveuse qui lui permet d'apporter sa participation dans le pot familial. Elle prend beaucoup sur elle pour ne pas envoyer valser les clients obscènes, désobligeants, méchants, grossiers qu'elle côtoie chaque jour. Elle a besoin de cet argent, elle ne peut pas se payer le luxe de se faire virer. Il faut qu'elle paye les dettes de Yotuel, son frère, ex toxico. Elle n'est pas du genre à s'épancher sur ses ennuis, sur ses malheurs, et pourtant, elle aurait grand besoin de vider son sac pour l'aider à avancer dans sa vie, de peur de faire du surplace.

Pour aider son frère qu'elle aime plus que tout, elle est prête à tout. du coup, elle s'oublie le temps d'éponger ses dettes. Elle caresse l'espoir de pouvoir quitter Cuba et tous les dangers qui vont avec ! Pour mettre un peu de beurre dans les épinards, elle va accepter de "rendre service à une amie" en allant chercher son fils. Elle pensait aller chercher un enfant mais qu'elle ne sera pas sa surprise lorsqu'elle va s'apercevoir que ce petit garçon qu'elle s'était imaginée était en réalité un grand garçon, âgé d'une vingtaine d'années !

Ethan, jeune étudiant américain de vingt-et-un ans, toutes ses dents, est venu à Cuba, rejoindre sa chère maman qui est venue se ressourcer... Ethan est grand, beau, séduisant, riche, intelligent mais aussi arrogant, coureur de jupons et accessoirement ex-star du football américain. Son rêve de devenir une star du football est tombé à l'eau le jour où il a eu une rupture des ligaments... le truc c'est qu'il se sent totalement perdu, il ne sait pas faire autre chose que du foot. Comment remonter la pente lorsqu'elle est savonneuse ? Comment avancer quand votre rêve le plus cher s'est brisé en mille morceaux en un claquement de doigts ? Il souffre terriblement, physiquement et moralement. Il est seul, avec ses médicaments qui sauront l'apaiser plus que jamais sauf que voilà, il va en user et abuser pour finir sa course en cure de désintoxication.

En allant rejoindre sa maman à Cuba, il n'attendait rien en particuliers. Il était loin de s'imaginer que ses habitudes mais aussi que ses convictions allaient en prendre un sacré coup ! Surtout, il était loin de penser que la jeune cubaine au caractère bien trempé allait lui résister, et lui donner du fil à retordre.

Le choc des cultures va être brutal mais pas fatal...

La vie est foncièrement différente dans leur pays. Elle doit se battre chaque jour que Dieu fait pour se nourrir, pour nourrir sa famille alors qu'Ethan n'a pas à se soucier d'avoir de quoi manger. Elle voit en ce jeune homme que des ennuis, un jeune garçon pourri, gâté mais les apparences sont souvent trompeuses... Il ne faut pas se fier à ce que l'on voie, il faut parfois gratter un peu la surface pour voir ce qui se cache en-dessous de cette peinture de façade...

Survivre, c'est bien ! Vivre, c'est encore mieux et c'est ce que veulent Ethan et Cristina !

Au fil du temps, ils vont apprendre à se connaître, à s'apprécier. Ils vont commencer à se rapprocher, à se comprendre pour finalement voir les cicatrices qui les ont marquées dans leur chair. Ils vont avoir du mal à s'apprivoiser, à se faire confiance mais le temps faisant son oeuvre, ils finiront par se donner une chance...

Cuba est un cadre idyllique et magnifique qui donne envie de s'évader là-bas mais derrière ces photos de cartes postales se cachent beaucoup de trafics, de violences et la vie n'est pas aussi belle et agréable que l'on s'imagine ! Cristina est une beauté sauvage que tout le monde aimerait bien apprivoiser mais la bougresse ne se laisse pas approcher, elle fait bien ! Les trafiquants, les dealers rêveraient de lui mettre la main dessus, elle pourrait rapporter gros ! Si avant elle avait peur de ne pas s'en sortir, elle sait qu'elle peut compter sur un nouvel ami pour surmonter les nombreux obstacles que la vie a décidé de lui dresser sur sa route sauf que voilà, Ethan ne va pas rester éternellement à Cuba ! Comment va-t-elle faire une fois qu'il sera parti ?

Céline Jeanne nous offre une très belle romance qui m'a beaucoup remué. Cette lecture est prenante, touchante, saisissante mais qui délivre un beau message d'espoir. le dépaysement est total ici et j'ai totalement adhéré à cette histoire ! J'ai aimé en apprendre sur les coutumes et les us, sur les croyances, les doutes mais aussi de voir le côté obscur de la force ! On voit la pauvreté, on voit la corruption, on voit de la prostitution et les terribles ravages de la drogue. Bref, cette histoire n'est pas que fiction, on a le droit à une part de réel qui est très apprécié pour ma part.

Tout ça pour vous dire qu'il me tarde de pouvoir lire la suite, "Siempre Cuba", qui je l'espère apportera les réponses aux questions que je me pose ! Si vous êtes à la recherche d'une histoire touchante, vibrante et qui nous fait voyager de l'autre côté de l'Atlantique, c'est le livre qu'il vous faut !
Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lesetoileesdesbibliotheques
  29 juin 2019
Cuba Libre. Cuba s'ouvre. Cuba s'occidentalise. Cuba profitera assurément d'un essor exceptionnel grâce à sa réconciliation avec le monde. Mais Cuba est-elle prête pour cette ouverture au monde extérieur après plus de cinq décennies de confinement ? La mentalité de la population accompagnera-t-elle ce présumé développement économique ? Cuba est-elle vraiment libre ? Utopie ? Poudre aux yeux ? Rêve inaccessible ?
En tout cas, Cristina, la jeune cubaine de vingt ans ne l'est plus depuis bien longtemps. Emprisonnée dans sa propre souffrance, elle ne trouve son exutoire que dans l'effort physique pour tuer dans l'oeuf les pensées noires qui la submergent à tout moment et à toute heure. La course et la boxe lui offrent l'apaisement et freinent ses vieux démons qui ne cessent de la tarauder depuis le jour où son Orisha l'a abandonnée.
Car derrière ce cadre idyllique de Cuba loué dans le discours touristique et interdit aux autochtones, le danger guette dans tous les coins des rues. Et le danger, elle en connait un sacré rayon.
Cris, notre jeune cubaine rebelle, est une fille intelligente, travailleuse, déterminée à accomplir la mission dont elle se sent investie. Elle porte un fardeau plus lourd que ses bras musclés ne peuvent porter. Mais elle est ambitieuse et n'a pas peur d'essayer d'aller au bout de ses rêves malgré la précarité de sa situation. Elle se sert des épreuves qu'elle a subies pour avancer et se reconstruire. Conciliant un travail, qui écorche sa dignité au quotidien, pour joindre les deux bouts, hautes études et sport. Ce qui ne lui laisse pas le temps pour prendre du bon temps pour elle. Les boyaux retournés par une peur viscérale, elle court, elle boxe, elle rase les murs. Elle fuit judicieusement l'ennemi. Droit devant elle, sans se retourner.
Elle a tout prévu mais pas le mystérieux géant américain fraîchement débarqué d'un monde qui se trouve à l'opposé du sien. Celui qui freine sa course et bloque ses feintes. le petit Yuma est venu la réveiller d'un long sommeil, la faire rire, exercice qu'elle a souvent oublié de pratiquer. Lui faire espérer un lendemain meilleur. Réalité ou désillusion ?
Ethan débarque à Cuba pour panser ses blessures physiques et fuir ses démons intérieurs. Arrivé à destination, son récent passé le rattrape et tombe direct dans le piège de sa vielle addiction. Et si Cris était sa rédemption, sa lumière dans les ténèbres de sa dépendance ? Selon la Santería, la religion cubaine, il est censé être Elaguà, son guide, celui qui lui ouvre les portes de l'avenir. Et elle est son Inle, celle qui soigne ses blessures et comble ses failles.
Mais quel avenir peut-on espérer pour un Américain noyé dans une dépendance meurtrière et qui regagnera bientôt son pays et une Cubaine cernée par ses vieilles peurs et ne jure que pour la famille et son cher Cuba qu'elle n'abandonnera alors qu'elle s'effondre ? Même pas pour l'American Dream ni pour l'amour de son Yuma !
Cuba Libre…La Havane. Un magnifique voyage culturel et touristique dans la ville des colonnes comme on la surnomme. L'auteure nous offre des paysages spectaculaires, elle nous dévoile quelques secrets sur des traditions ancestrales et culinaires. Elle nous fait rêver de soleil, de plages spectaculaires, de cocktails exotiques. Tout est magnifiquement décrit et d'une façon qu'on apprécie le voyage à sa juste valeur.
Mais pas que…L'envers de la médaille prend une grande place aussi dans ce récit et nous fait revenir sur terre. La précarité. La drogue. le tourisme sexuel. le pouvoir absent ou indifférent aux besoins de la populace. La corruption policière…Tout un tas d'ingrédients qui reflètent le vrai Cuba. le Cuba écorché mais qui lutte grâce à une minorité pour se relever de ses cendres.
Céline Jeanne met le doigt sur la triste réalité d'un Cuba dit libre. Un cuba de tous les contrastes. Un nation qui se débat entre le clair-obscur. Une illusion pré-fabriquée pour vendre du rêve aux plus crédules. Car cette soi-disant ouverture commerciale ne profite qu'à l'état de pouvoir et aux touristes quand le peuple devient étranger sur sa propre terre.
L'auteure nous dévoile aussi un peu sur l'attachement des cubains à la famille et à leurs traditions et comment la religion tient une bonne place dans leur quotidien.
Un premier tome bouleversant, vibrant de réalisme et riche en rebondissements et en émotions. Une brochure touristique appétissante ainsi qu'une belle et émouvante relation amoureuse naissant au milieu des ténèbres. Elle laisse poindre un peu de lumière dans la vie de deux protagonistes que tout oppose mais, que les épreuves rapprochent inévitablement. Ethan et Cris cherchent encore leurs places dans ce monde mais le destin leur réserve sûrement d'autres surprises. Belles ou mauvaises, cela reste à découvrir dans le prochain voyage !
Affaire à suivre…
Les Tickets pour Cuba Libre sont en promo, assurez-vous de ne pas manquer le voyage et préparez-vous à l'embarquement avec Ethan et Cris ! Émotions, suspense et rebondissements garantis ! Et en bonus, une belle plume qui a gagné en maturité depuis Mi vida es mia !
Je remercie Nisha et caetera​ pour l'envoi du service presse numérique ainsi que l'auteure pour ce superbe roman à moult thématiques !
Mya
Lien : https://lesetoilesdesbibliot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Satinesbooks
  16 novembre 2020
Je ne vais pas vous mentir, Céline Jeanne est une auteure que j'aime beaucoup. Elle prend toujours un cadre hispanique dans ses romances et j'avoue que ça me plait : en effet, cela change de ce que l'on peut trouver dans les lectures actuelles et c'est plutôt très sympathique ! J'aime beaucoup la plume de l'auteure ainsi que sa volonté à donner du corps et du fond à ses romances. Elles portent toujours des thématiques fortes et mettent en valeur les femmes. Ça, c'est très important pour moi.
Ici, nous faisons la rencontre de Cristina, une jeune femme habitant à Cuba. Cuba est une île assez paradisiaque sauf pour ceux qui y vivent. Elle rime avec pauvreté, drogues et réseaux de délinquants. Au service des touristes ignobles dans un hôtel de l'île, Cristina essaye de gagner sa vie pour faire vivre sa famille et d'étudier en même temps. Nous rencontrons aussi Ethan, un jeune américain qui a dépassé les limites : son rêve d'être un jour un sportif de haut niveau est derrière lui. Il a essayé de se guérir à coups d'antidouleurs : une mauvaise idée qui le conduit à l'overdose et à la cure de désintoxication. Il doit rejoindre sa mère qui est en vacances à Cuba. La rencontre avec Cristina est inévitable et formidable. Une histoire incroyablement intense qui va nous proposer de lire une relation amoureuse qui semble impossible et pourtant…
Si l'idée de base m'a beaucoup plu, je dois aussi souligner la seule chose qui ne m'a pas83635699_10216845068819798_5287050577543430144_n émoustillée que ça : le résumé. C'est beaucoup trop long et révélateur. A la fin de ma lecture, j'ai été lire le résumé du second tome… C'est aussi spoilant que le résumé du premier tome. Je trouve ça dommage parce que le résumé en dit de trop. C'est vraiment dommage. Bien entendu, l'auteure nous réserve des surprises mais je trouve quand même ça dommage.
La Havane est l'endroit où habite Cris. C'est idyllique sur la carte postale mais nous découvrons rapidement que vivre là-bas n'a rien d'idyllique. En plus d'avoir sur les épaules la pression de devoir subvenir aux besoins de sa famille, elle doit aussi garder un oeil sur son frère qui n'est pas en reste lorsque l'on parle de faire des bêtises ! Elle a toujours peur qu'il retombe dans ses travers et j'avoue que j'ai eu mal au coeur pour elle à plusieurs reprises. Cette situation n'est pas normale bien que nécessaire. Elle renonce à tout pour sa famille, elle s'oublie complètement et c'est dommage. Cris est une athlète. C'est la seule chose à laquelle elle ne renonce pas. Elle est tellement douée qu'elle a attiré des gens autour d'elle : des mauvaises personnes qui lui veulent du mal. L'intrigue est plutôt chouette de ce côté-là. C'est très sympathique.
Ethan est américain, il vient à Cuba pour « les bons côtés ». Il est un touriste et ne voit que le luxe que l'île met en place pour les touristes aussi mal élevés que mal polis. Ethan est un jeune homme que j'ai appris à apprécier au fil de mal lecture. Il est, pour moi, imbuvable au début du roman. Néanmoins, il évolue rapidement et change au contact de Cristina. C'est très agréable. J'aime beaucoup l'idée. Ethan avait besoin d'un coup de main et c'est Sainte Cristina qui va le lui donner. Ethan a aussi un côté rassurant pour Cristina qui a beaucoup de mal à faire confiance aux hommes depuis quelque temps. Ils ont un effet bénéfique l'un sur l'autre et cela rend la relation qui se tisse encore plus jolie.
Les passés de ces personnages vont entrer en collision et permettre à l'auteure de soulever des thématiques assez intéressantes. Au-delà de ces passés et vies très différentes, on va aussi assister au choc des cultures, des traditions et du mode de vie de ces deux personnages qui semblent être aux antipodes. le fossé entre ces deux personnages semble trop important pour être franchi : Cristina, la fille forte mais fragile, blessée par la vie, Ethan, le jeune homme qui ne cache pas qui il est mais qui ne sait pas comment faire pour franchir tous les obstacles entre eux deux.
La narration permet de vivre l'intrigue pleinement. En effet, en choisissant la première personne du singulier, l'auteure permet aux lecteurs de s'immerger complètement dans cette intrigue. C'est assez intelligent et cela apporte de la profondeur aux personnages et à ce qu'ils vivent.
La plume de Céline Jeanne est toujours aussi belle, juste et fluide. Elle est sincère et propose de pénétrer dans une intrigue aux multiples thématiques qui vont, elles aussi, donner beaucoup de profondeur à l'intrigue. C'est très agréable et dépaysant d'avoir une romance qui se déroule à la Havane.
Je félicite Céline Jeanne pour son travail de qualité qui permet au lecteur de passer un moment de lecture très agréable et sans longueur. Je suis toujours ravie de m'immerger dans un roman de l'auteure. Cuba Libre n'est pas l'exception : il est à lire ainsi que sa suite dans laquelle je me plongerai avec plaisir dans quelque temps.
Cuba Libre vient donc clore ma participation à la catégorie « romance » avec brio.
Lien : https://satinesbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   05 juillet 2019
Les portes s’ouvrent. Je brandis plus haut mon panneau. Un flot de passagers commence à apparaître. Je me rapproche davantage pour être bien visible. À quoi peut ressembler Junior ? J’imagine un gamin de sept à huit ans, blond comme les blés, un peu joufflu, mais maigrelet. Il sera logiquement accompagné d’une hôtesse de la compagnie que je devrai convaincre de me laisser l’emmener avec moi. À moins que sa mère ne les ait déjà prévenus. Foutu Yotuel et ses idées du siècle ! Il m’embarque toujours dans ses galères et moi je me fais avoir à chaque fois ! Avec un peu de chance, le gamin ne tardera pas trop. On sautera dans un taxi collectif, je le déposerai à l’hôtel et je filerai au gymnase pour mon entraînement. Je n’aurai pas le temps d’aller au bout du programme complet, mais peut-être que je pourrai en faire la moitié. J’ai déjà enfilé ma tenue de sport, jogging et débardeur pour gagner quelques précieuses minutes. Pas besoin de passer par le vestiaire, j’attaquerai directement. — Tu es beaucoup trop sexy pour être ma mère ! me dit une voix grave à côté de moi. Je sursaute tellement que j’ai l’impression d’avoir décollé à plus d’un mètre du sol. Blond, des yeux à faire pâlir les eaux les plus pures des lagons cubains, une barbe de trois jours... Il doit y avoir erreur. Ce n’est pas le gamin que j’attends. Il est beaucoup trop... tout. Beaucoup trop grand, beaucoup trop carré, beaucoup trop âgé, beaucoup trop séduisant, beaucoup trop sûr de lui, beaucoup trop arrogant. Trop tout, voilà. Je regarde autour de moi pour vérifier qu’il ne s’adresse pas à quelqu’un d’autre. Non, il n’a pas bougé et m’observe d’un œil appréciateur. Mon premier réflexe est d’esquisser un pas vers l’arrière, aussitôt étouffé par une sensation que je ne comprends pas. Je devrais percevoir l’onde rassurante de la colère monter en moi, celle-là même que je côtoie au quotidien et qui me permet de rester debout. Je devrais ressentir la vague de la peur aussi, celle qui déferle depuis onze mois et s’assure que je ne puisse pas me libérer de sa prison. Mais il n’y a que mon cœur qui se rue contre les barreaux de la cage de ma poitrine. Liberté ! me hurle-t-il en battant vite, très vite. Onze mois, si ce n’est plus, qu’il n’a pas réagi comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   05 juillet 2019
Est-ce qu’il se doute de quelque chose ? Il s’appuie avec nonchalance contre le mur et croise les bras sur sa poitrine.
— Je peux retrouver mon chemin seule, tu sais.
— Ta mère a dit qu’Elaguá était le guide des chemins, je ne fais qu’écouter mon animal domestique, réplique-t-il avec la même nonchalance.
Et malgré le froid qui m’habite, malgré le désespoir qui comprime mon cœur, malgré la situation et ce que je vais faire, je ris en l’entendant citer Elaguá. Je ris parce que c’est Ethan, et que lui seul a ce pouvoir. Parce qu’il est là, avec moi, et qu’il ne me lâche pas.
Mais je ne dois pas me laisser distraire, je ne dois pas perdre de vue mon objectif.
En sortant de la cabine des toilettes, je suis encore en train de réfléchir à comment me débarrasser de lui pour trouver El Faro. Lui dire que je dois lui parler et que ça ne le regarde pas ne servirait à rien, c’est un combat perdu d’avance. Et puis je n’ai pas envie de me disputer avec lui. Pas alors qu’il ne reste que trois jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
J’ai l’habitude d’être déshabillée du regard, qu’il s’agisse d’étrangers ou de Cubains pour lesquels le sexe est facile, tout comme j’ai l’habitude des propos un peu crus, parfois même complètement vulgaires qui me sont adressés. Ma minceur modelée par l’effort quotidien, mes yeux verts, ma peau claire que je tiens de ma mère, mes cheveux noirs et bouclés qui m’arrivent aux épaules attirent l’œil. J’essaie de faire en sorte que les mots et les regards glissent sur ma cuirasse, qu’ils ne m’affectent pas. C’est difficile, mais j’y parviens. Mais là… là, c’est différent. Tandis que ses yeux dessinent mes courbes, j’ai l’impression que ses mains se sont faufilées sous mon armure et m’effeuillent, vêtement après vêtement. Pire que tout, j’apprécie les battements de mon cœur et les fourmillements sous ma peau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Luis a un visage tanné plein de bonhomie, je l’ai toujours beaucoup apprécié, plus que sa femme Marta qui paraît constamment de mauvaise humeur. Les gens disent que son sourire s’est envolé quand la Princesse Diana a eu son accident. Elle voue depuis des années une véritable passion pour la princesse défunte. Les murs libres de l’épicerie sont d’ailleurs tapissés de ses portraits et elle a même appelé sa fille comme elle : Ladydi. Elle collectionne avec ferveur affiches, cartes postales, posters, crayons et autres tasses. Comment elle fait pour les obtenir est un secret qu’elle garde jalousement. Certains rient de cette lubie, d’autres prétendent qu’elle n’a plus toute sa tête. Moi je pense que c’est une échappatoire qui lui permet de détourner les yeux du quotidien oppressant de l’île.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Travailler dans le tourisme est une source non négligeable de revenus, un accès facile aux précieux dollars qui alimentent la double économie de l’île. Dans la plupart des emplois, nous sommes payés en pesos cubains, sauf dans l’hôtellerie où circulent les CUC.
Un CUC est égal à un dollar.
Vingt-six pesos cubains valent un CUC.
Le salaire moyen mensuel est de cinq cent soixante pesos cubains soit vingt-huit CUC.
Le bilan est simple : ces pourboires nous sont indispensables.
J’ai même pu acheter un ventilateur qui apporte enfin un peu de fraîcheur dans la maison, un vrai, pas un moteur de machine à laver trafiqué auquel on aurait fixé des pales comme celui qu’ont nos voisins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : La Havane (Cuba)Voir plus





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4708 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre