AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021080730
Éditeur : Seuil (28/05/2015)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Ce virulent monologue, plus intime et politique que jamais, revisite principalement le cycle de vingt-quatre lieder de Schubert intitulé Die Winterreise, d'après des poèmes de Wilhelm Müller. Chaque lied composant ce cycle poético-musical est caractérisé par une figure, un emblème. Jelinek récupère ces figures à son profit et en propose une relecture contemporaine nourrie par une réflexion hyper critique sur le monde moderne, ses déviances, ses perversions, ses cons... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
CLAVIE
  23 novembre 2014
Dans ce monologue, Elfried Jelinek nous présente une critique cynique de notre société. En choisissant des thèmes prégnants, allant des sites de rencontres à l'anxiété, elle nous décrit avec justesse la mélancolie ambiante.
Certes, le romantisme de Schubert originel est absent. Néanmoins, on y retrouve l'esprit dans le rythme et dans le personnage abstrait destiné à symboliser un siècle.
Le style minimaliste permet à chacun de nous d'y retrouver une part de notre vécu ou du moins de connu.
Sans partager l'avis de l'auteure sur la suprématie de l'amour maternel comme remède aux maux de notre époque, j'ai apprécié ce texte. Je reconnais en Isabelle Huppert, première interprète en France, sa représentativité.
Commenter  J’apprécie          60
de
  14 septembre 2018
Même les murs pleurent déjà
Deux conseils très subjectifs avant de plonger dans ce(s) monologue(s) intitulé(s) « Une pièce de théâtre ».
Ecouter et « oublier » une des interprétations du Winterreise de Franz Schubert. Ne pas lire la quatrième de couverture. Ne pas se laisser enfermer dans les commentaires des autres sur cet ouvrage.
Prenez le texte avec votre propre (in)compréhension et/ou sensibilité. Laissez-vous guider par les sensations sonores, ce que vous connaissez éventuellement de l'oeuvre de cette immense écrivaine, de vos perceptions d'un pays nommé Autriche, « nous étions le premier pays d'Europe à avoir porté l'extrême droite au pouvoir » écrivait l'autrice dans Elfriede Jelinek : l'entretien Christine Lecerf.
Donc quelques sensations. Notre monde contemporain sous les mots virulents de la poésie sonore. La force d'une littérature à l'estomac. Les mots et la langue retournée contre ses usages ajustés à l'individualisme marchandisé. « Qu'est ce qui se met en chemin, qui prend aussi mon chemin, qui me prend en chemin ? »
Les liens mortifères entre passé/présent/futur, « Il y a toujours un MAINTENANT quand il est trop tard pour quelque chose », les scandales financiers sous la robe de la mariée, la question de l'illusion, les égarement et les excuses, l'opinion publique magnifiée, la surface des possibles, la famille et la ruine de l'enfance, « le cri s'en va de nouveau muet, il n'a pas réussi à sortir », les avatars sexuels sur internet, la fatigue et le terminus, les haines…
Au temps des vieilles rengaines, des ritournelles, des masques souriants, des assiettes soit-disant pleines, les « je » éclatant d'une écrivaine, les mots comme acide, les mises en abime de ce qui nous ruine si « plaisamment »…
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
Lexpress   11 mai 2012
Frau Jelinek a de nouveau lâché ses blindés par-delà la ligne Maginot pour nous asséner un Winterreise qui accumule canards et fausses notes, tout en prétendant rendre hommage aux fameux lieder de Schubert.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   11 avril 2012
La référence du titre au Winterreise de Schubert y est davantage dans la mélancolie morbide du propos que dans l'harmonie d'une langue qui se fiche comme d'habitude de toute séduction, qui creuse la signification du mot comme sa sonorité, qui joue du rythme de la phrase comme des associations d'idées, des amalgames de clichés, des télescopages de citations (des slogans publicitaires jusqu'au vocabulaire de Heidegger)
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   24 avril 2016
Demandez au temps ! Il va vous le confirmer. Passer . Rien d'autre que je puisse faire. Seule, il me faut trouver le chemin, mais lui aussi ne fait que croiser mon Passer. Maintenant je suis certes là. Mais ça me sert à quelque chose ? Non. Car je suis là et aussitôt repartie. Je suis chaque fois partie, peu importe où je suis. Je suis le temporaire, non, je suis ce temps chaque partie, et tout ça est déjà parti. Le présent ne se comprend jamais, il ne se comprend pas comme avenir, il ne se comprend pas comme présent. Et comme passé il ne veut généralement pas se comprendre. Je ne comprends pas non plus. Que disiez-vous ? Je ne comprends pas non plus. (...) L'amour ? Parlez plus fort, s'il vous plaît ! Que voulez-vous dire par là ? Voulez-vous dire par là ce qui est passé ? Disons que moi, je ne suis pas passée par là, mais peut-être un autre, qui l'a reconnu, l'amour. Moi, non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dede   14 septembre 2018
nous étions le premier pays d’Europe à avoir porté l’extrême droite au pouvoir
Commenter  J’apprécie          30
dede   14 septembre 2018
Qu’est ce qui se met en chemin, qui prend aussi mon chemin, qui me prend en chemin ?
Commenter  J’apprécie          00
dede   14 septembre 2018
Il y a toujours un MAINTENANT quand il est trop tard pour quelque chose
Commenter  J’apprécie          00
dede   14 septembre 2018
le cri s’en va de nouveau muet, il n’a pas réussi à sortir
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Elfriede Jelinek (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elfriede Jelinek
Vidéo de Elfriede Jelinek
autres livres classés : autricheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
494 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre