AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michelle Charrier (Traducteur)
EAN : 9782290232514
384 pages
J'ai Lu (03/02/2021)
3.74/5   21 notes
Résumé :
En descendant du train à Penn Station, le jeune homme se rend compte qu'il a tout oublié : son nom, son passé, son visage... Une seule certitude : quoiqu'il n'ait jamais mis les pieds à Manhattan, il est ici chez lui. Rien d'anormal, donc, à ce qu'un vieux taxi jaune à damiers s'arrête devant lui au moment où il en a le plus besoin. Il doit impérativement se rendre sur FDR Drive ; il ignore pourquoi, mais cela a sans doute un rapport avec les tentacules qui sèment l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 21 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

boudicca
  30 mars 2021
Après avoir été bluffée par « Les livres de la Terre fracturée », dernière trilogie de Nora K. Jemisin multi-récompensée et unanimement saluée par la critique, c'est avec plaisir que je me suis plongée dans le nouveau roman de l'autrice, premier tome d'une série baptisée « Mégapoles » et actuellement en cours de parution en version originale. Contrairement à ses précédentes oeuvres, qui se situaient dans des univers complètement imaginaires, « Genèse de la cité » nous fait évoluer dans un cadre beaucoup plus familier puisque l'action se passe à New York. Ville qui ne se contente d'ailleurs pas d'être un simple décor puisque c'est elle qui occupe le premier rôle. L'autrice met en effet en scène un monde où certaines cités acquièrent la capacité de s'incarner dans le corps d'un individu qui devient en quelque sorte son avatar. le cas de la Grosse Pomme est cela dit un peu particulier puisque celle-ci a revendiqué pas mois de six représentants : cinq pour chacun de ses quartiers les plus emblématiques, et un sixième censé faire la synthèse entre les autres. Voilà donc six individus lambdas soudainement transformés en l'incarnation d'une zone géographique, chacun avec ses spécificités, son histoire, et surtout son caractère. La « naissance » ne s'est toutefois pas passée exactement comme prévue. D'abord parce que les différents avatars n'ont visiblement pas tous eu le mémo concernant leurs nouveaux pouvoirs et le rôle qu'ils doivent désormais jouer. Ensuite parce qu'une étrange entité qui pourrait être tout droit sortie d'un roman de Lovecraft cherche à les détruire, et surtout à les empêcher de mettre la main sur le sixième, celui qui symbolise la ville toute entière et dont le sort est donc étroitement lié à celui de New York. Comme toujours, N. K. Jemisin opte pour une intrigue originale et complexe dans laquelle il faut accepter de se plonger sans trop de repères, même si l'immersion reste tout de même bien moins rude que dans « La Cinquième saison ». L'idée n'est d'ailleurs pas tout à fait nouvelle puisque l'autrice avait déjà publié une nouvelle sur le sujet dans l'anthologie « Lumières noires » (« Grandeur naissante »).
C'est avec Manhattan que l'on commence cette petite ballade dans New York. Alors qu'il se rend pour la première fois dans la cité, un jeune homme est pris de vertiges et éprouve de plus en plus de mal à se rappeler de son identité tandis que des événements de plus en plus étranges se succèdent, à commencer par l'attaque d'un des ponts les plus emblématiques de la ville par une créature tentaculaire dont les habitants ressentent la présence sans pour autant la voir. Sa rencontre avec Brookly, avatar du quartier le plus peuplé de la ville, et qui a manifestement mieux intégré que lui ce qu'ils sont devenus et le rôle qu'ils doivent désormais jouer, va lui permettre de mieux cerner les enjeux dont il est question. Les voilà donc en quête des trois autres arrondissements que sont le Queen, le Bronx et Staten Island, tous plus au moins conscients des changements qui se sont opérés chez eux. L'affection que N. K. Jemisin porte à New York est palpable tout au long de ce premier tome qui constitue un vibrant hommage à la ville. L'autrice y brasse quantité de références qui ne sont d'ailleurs pas toujours très aisées à saisir lorsqu'on ne connaît pas soi-même la cité et ses spécificités, si bien que certaines vannes ou clins d'oeil tombent parfois un peu à plat. L'intrigue est toutefois suffisamment riche et les personnages assez attachants pour que ces petites lacunes ne viennent pas gâcher le plaisir de lecture. le rythme est particulièrement dynamique et les temps morts peu nombreux tant les scènes d'action se succèdent de plus en plus rapidement. On va en effet suivre les différents affrontements opposants les arrondissements à l'étrange créature qui semble leur vouer une haine tenace et qui prend tour à tour l'apparence d'un montre colossal doté de tentacules à la Cthulhu ou d'une dame d'apparence tout à fait respectable mais visiblement très portée sur la suprématie blanche. Et c'est justement là que le roman de N. K. Jemisin se détache du sympathique mais très classique récit de super-héros. L'ouvrage est en effet aussi (et surtout) extrêmement politique, et on y retrouve un certain nombre de thématiques chères à l'autrice et déjà présentes dans ses précédentes oeuvres.
Le premier aspect qui saute aux yeux du lecteur et qui s'apparente à une véritable revendication politique réside dans la diversité des profils des différents protagonistes. Certes, cela fait un moment maintenant que la plupart des auteurs/autrices ont compris que la mise en scène quasi-exclusive de personnages blancs et masculins pouvait saouler les lecteurs avides de lire des oeuvres plus en phase avec la diversité de notre propre société, mais cela se résume la plupart du temps à intégrer une ou deux femmes ou une ou deux personnes racisées, et basta. N. J. Jemisin, elle, fait le choix de mettre en scène tout type de corps, ceux d'hommes, de femmes, de trans, de vieilles, de jeunes, noirs, blancs, asiatiques, amérindiens, indiens, gros… Les femmes en générale occupent ici une place de choix, et les femmes racisées en particulier, ce qui permet à l'autrice d'aborder quantité de sujets de société qui font aujourd'hui débat, aux États-Unis aussi bien qu'en France. Les confrontations avec les avatars choisis par « Cthulhu bis » sont évidemment l'occasion de dénoncer les discriminations raciales et sexuelles, mais aussi d'aborder la question du racisme dans la police ou dans l'art, celle de la manière dont sont considérés les corps noirs ou féminins dans l'espace public, ou encore celle de l'histoire des États-Unis (massacre des Amérindiens, traite négrière…). le choix de placer l'une des créatures de Lovecraft comme antagoniste du roman n'est d'ailleurs pas un hasard, l'auteur n'ayant jamais caché son racisme qui imprègne une bonne partie de ses oeuvres. Nora K. Jemisin s'inscrit ainsi dans la droite lignée de cette nouvelle génération d'auteurs et d'autrices qui tente de rendre hommage à l'oeuvre monumentale de Lovecraft tout en se la réappropriant en y intégrant toutes ces catégories de population invisibilisées ou dénigrées dans les textes du maître du fantastique (je pense notamment à « La ballade de Black Tom » dans lequel Victor Lavalle propose une version alternative du texte considéré comme le plus raciste de Lovecraft ou à « La quête onirique de Vellitt Boe » dans lequel Kij Johnson choisit de reléguer le héros du texte d'origine au second plan pour se focaliser plutôt sur un personnage féminin).
N. K. Jemisin signe avec « Genèse de la cité » un premier tome prometteur dans lequel on retrouve une bonne partie de ce qui fait la force et la particularité de l'autrice. Si le cadre est certes moins fascinant que celui de ses précédentes oeuvres, la ville de New York n'en constitue pas moins un décor intéressant dont on se plaît à découvrir la richesse, quand bien même certaines références échapperont sans doute aux lecteurs peu familiers de la cité. La plus grande force du roman réside cela dit dans ses personnages dont la variété de profil permet à l'autrice d'aborder des sujets d'actualité, à commencer par le racisme sous toutes ses facettes. Une belle découverte, que je vous recommande chaudement.
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Lenocherdeslivres
  28 février 2021
N.K. Jemisin est connue pour sa trilogie des Livres de la Terre fracturée, dont chaque volume a reçu le prix Hugo. Pas mal, non ? Va-t-elle connaître le même succès avec sa nouvelle trilogie des Mégapoles ? Pas sûr. Car si la lecture du premier opus de cette série, Genèse de la cité n'est pas désagréable, elle souffre d'un côté un peu brouillon de la narration et de quelques lenteurs. Mais il ne faut pas s'arrêter à ces légers défauts. Ce roman cache pas mal de raisons de s'y plonger.
L'idée de base : les villes, quand elles parviennent à une certaine maturité (Taille ? Nombre d'habitants ? Cela reste peu clair), prennent vie, en quelque sorte. Elles deviennent une entité autonome, avec une volonté. Et elles ont besoin de s'incarner dans un être humain, pour se défendre surtout. Elles n'organisent pas un casting pour choisir leur représentant. Elles le choisissent sans lui demander son avis. Et c'est tout sauf anodin. Tout d'abord, cela se produit sans avis, sans préparation. Et peu à peu, les individus concernés comprennent que quelque chose à changé : ils se sentent différents, ont des visions, ressentent ce que vit la ville. Et le problème principal, c'est qu'ils n'ont pas le temps de s'habituer à cette nouvelle situation. Car un ennemi puissant rôde. Un de ces monstres gigantesques tout droit sortis de l'univers maladif d'H.P. Lovecraft. Des monstres atroces, au nom imprononçable, à la vue traumatisante et, bien sûr, aux tentacules nombreux. Pour eux, les nouvelles villes sont des colonisateurs en puissance, des meurtriers (pour comprendre les tenants et aboutissants, je vous laisse lire, histoire de ne pas trop divulgâcher) qu'il convient d'annihiler tant qu'elles ne sont pas encore trop puissantes. Ce roman est le récit de la naissance de la ville de New York et de son combat pour sa survie.
Pour enrichir son propos et mettre en lumière ses thèmes de prédilection, N.K. Jemisin ne donne pas à New York une seule incarnation, mais plusieurs : une pour la ville et une pour chaque quartier. Manhattan, bien sûr, le Bronx, le Queens, Brooklyn et Staten Island (que je ne connaissais pas et, d'après le roman, je ne suis pas le seul). Chacun est représenté par une personne typique de ses habitants, de ses modes de vie, de ses origines. Et c'est là que le bas blesse. Et c'est là que réside l'originalité et l'intérêt de Genèse de la Cité. Cette confrontation entre les différentes visions de la ville de New York. Tous ces habitants, venus (eux ou leur parents ou leurs grands-parents ou davantage encore) de pays plus ou moins lointains, aux cultures différentes, qui font le sel et la richesse de la cité, mais aussi l'origine de nombreux conflits : jalousies, rancoeurs, justifiées ou non. Tout cela forme un terreau propice à la dissension et donc à la perte de puissance face à l'ennemi, fort et sûr de son bon droit.
C'est l'occasion pour l'autrice de mettre en avant la force des différences, mais, surtout, la place qu'on leur impose. N.K. Jemsisin se bat pour que les minorités (que ce soit de couleur de peau, de genre, d'orientation sexuelle, etc.) soient plus visibles et obtiennent des droits qui leur sont souvent refusés. Sa littérature n'est pas là que pour distraire (même si elle le fait très bien), elle est également là pour éveiller les consciences, nous montrer une situation qui nous crève les yeux, mais reste enfoncée sous les habitudes, car dérangeante. On peut trouver qu'elle en fait trop : les blancs sont quasiment tous des méchants, vendus à l'ennemi tentaculaires, des ordures qui n'hésitent pas à menacer, à humilier, à tabasser. Mais la mise en avant de toutes ces personnes cantonnées aux seconds rôles, mineurs, souvent détestables et enfermés dans des clichés, est salutaire. Cela rappelle le roman de Charles Yu, Chinatown, intérieur : l'auteur y met en scène l'enfermement des Américains d'origine asiatique dans des rôles préconçus et terriblement limités par une société aveugle, trop préoccupée par la couleur de la peau. Davantage que par les qualités personnelles.
Genèse de la Cité est un roman un peu trop long à démarrer, à mon goût, mais ensuite entraînant et vecteur d'un questionnement plutôt sain, à mon avis. Et, en plus, cela donne sacrément envie de visiter New York et ses quartiers si divers, que ce soit en personne (pour ça, il faudra attendre, car entre le Covid et le budget, ce n'est pas pour tout de suite) ou grâce à Internet et aux livres.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Manetheren
  18 avril 2021
Avec sa couverture absolument appétissante (on dirait une glace vanille fraise, en tout cas, au réveil, après une soirée mal dosée), et une quatrième de couverture prometteuse, j'étais parti pour une confrontation extraordinaire entre un groupe de héros anonymes et des extraterrestres tentaculaires.
D'un côté, je ne suis pas satisfait par rapport à ce que je m'imaginais du livre. D'un autre, ce que j'ai lu et que je ne m'attendais pas à trouver m'a plu. Bon.
En terme de récit, on est sur un mélange crédible d'inspirations venant d'American Gods avec des entités (ici, des villes et arrondissements de villes) personnifiées, de l'horrifique. Parfois, on a le petit déséquilibre qu'on peut avoir en regardant Inception (d'accord, à cause de Léonardo, mais surtout à cause de tout qui est dans tous les sens). Je suis resté sur ma faim, s'agissant de l'aspect SF, on se retrouve sur une trame assez fugace, faut aimer les tentacules.
Par contre, le reste m'a frappé comme un coup de poing. J'ai adoré le ton très libre de la narration. La personnification des arrondissements de New-York dans leur physique et dans leur mentalité, j'ai trouvé ça extra. Bon, j'ai jamais mis un pied à New-York, mais c'est quand même classe. La complexité de chaque arrondissement, sa culture, sa population, son histoire, ses ressentiments à l'égard des autres arrondissements sont joliment interprétés.
Aussi, ce roman taille la part belle à la description de cette Amérique actuelle et à ses vicissitudes : racismes, calomnies, arrestations arbitraires, communautés, identités. Ces conflits intérieurs imposent une tension intéressante dans le récit, surtout dans l'opposition entre plusieurs protagonistes.
On pourrait prendre ce roman comme une image assez crédible : une cité-monde, menacée, qui se remet en question dans son identité, confrontée à des enjeux sociétaux inquiétants et bouleversants. Une cité qui peut tomber d'un côté ou de l'autre de la faille multidimensionnelle.
Alerte spoilers : petit plus pour la référence à Lovecraft, directement à son oeuvre, mais également par rapport à l'auteur qui incarne ces mêmes valeurs que les personnages combattent.
Merci à Babelio, Masse Critique et les éditions Nouveaux Millénaires pour ce livre, y'a pas à dire, si un jour j'ai besoin d'une couverture, je vous appelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
celindanae
  02 mars 2021
Genèse de la cité est le premier tome de la trilogie intitulée Mégapoles de N. K. Jemisin. Ce premier tome vient de paraitre chez J'ai lu dans la collection Nouveaux Millénaires. L'autrice avait auparavant signé la série des Livres de la terre fracturée qui a obtenu trois fois d'affilée le prix Hugo du meilleur roman pour ses trois tomes en 2016, 2017 et 2018. Cette nouvelle trilogie s'annonce assez différente de la précédente, plus orientée vers un mélange de science-fiction et d'urban fantasy avec des monstres. le prologue du roman reprend une nouvelle parue dans le recueil Lumières noires.
Tout commence de nos jours, à New York, où un jeune homme débarque à Penn Station et est soudainement pris d'une crise d'amnésie sévère. Il ne se rappelle plus ni son nom, ni son visage. Pourtant, une chose est sure pour lui, il est chez lui et doit se rendre à FDR Drive même s'il ignore pourquoi. Là il assiste à un étrange spectacle fait de tentacules pour le moins bizarres qu'il doit combattre. N. K. Jemisin nous plonge directement dans le vif du sujet avec cette lutte et ce personnage amnésique sujet à des visions où deux New York semblent se superposer. Il va bientôt se rendre compte que chacun des cinq arrondissements de la ville de New York s'est incarné dans un avatar humain et que lui représente Manhattan. Les cinq vont devoir se retrouver et s'associer pour préserver la ville d'une terrible menace qui prend la forme de tentacules blancs invisibles pour la majorité des gens, tout en les contaminant.
Une des grandes réussites du roman vient du fait que son histoire est avant tout centrée sur les personnages. Ces derniers sont particulièrement réussis et variés. Elle prend le temps de nous les faire connaitre en explorant leur vie, leur personnalité. On apprend à les apprécier, à voir toutes les nuances que chacun renferme et en quoi ils représentent une partie de la ville. On fait ainsi connaissance avec Bronca vivant dans le Bronx et travaillant dans une galerie d'art, Brooklyn, ancienne chanteuse devenue conseillère municipale, Staten Island,et le Queens, jeune étudiante en mathématiques.
Mais aussi de la Dame Blanche qui incarne leur ennemi et que j'imagine très bien en Dolores Ombrage. En effet, le roman a un côté militant assez marqué, avec des personnages de différentes origines et orientations sexuelles, de différents âges. Ils sont confrontés à un ennemi représenté par la couleur blanche et prônant des idéologies d'extrême droite. On pense clairement à tous les événements récents qui se sont produits aux États-Unis. D'autant plus que le roman cite de nombreuses fois Lovecraft et la fameuse nouvelle L'Horreur à Red Hook. Cependant, l'autrice ne s'attarde pas uniquement sur cet aspect de l'écrivain, et le roman a clairement une dimension lovecraftienne autant par ces différents clins d'oeil que par d'autres aspects. Si ce dernier n'a pas aimé la ville de New York, on ne peut en dire autant de N. K. Jemisin qui offre avec ce roman une lettre d'amour à cette ville cosmopolite, à ses diverses cultures, à toutes ses diversités qui font sa richesse, à son histoire.
Genèse de la cité est ainsi un premier tome qui offre une histoire singulière et passionnante. Il développe de nombreux concepts qui seront certainement poursuivis dans le reste de la trilogie et on pourra peut-être découvrir d'autres mégalopoles. Les thématiques sont ancrées dans notre époque et le roman offre une belle galerie de personnages. Un roman hommage à New York que l'on dévore comme une délicieuse « grosse pomme ».
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Camelote
  27 janvier 2022
Mon plus gros coup de coeur de l'année jusque-là ! Et pourtant après « Mes vrais enfants » de Jo Walton la barre était haute !
Paru chez @jailu_editions « Genèse de la cité » est le premier tome de la nouvelle trilogie de NK Jemisin, je m'attendais à adorer mais je n'étais pas prête pour ça ! C'est super perché Déjà la Terre fracturée on en tenait une couche mais alors là…
Pour la faire courte, la Ville de New York est en danger, des tentacules maléfiques s'implantent partout dans la ville et se répandent comme un virus. Ils rendent les gens méchants, xénophobes, intolérants et cherchent à détruire la ville. Pour se sauver, New York va s'incarner dans plusieurs habitants, un pour chaque arrondissement. On va donc suivre un groupe de personnages qui se retrouvent au milieu de toute cette pagaille, investis par des pouvoirs mystérieux. Ils vont devoir se retrouver les uns les autres et surtout retrouver le Premier, l'avatar de New York qui permettra à la ville de chasser la Dame Blanche.
C'est bizarre et ça peut faire peur, mais à la lecture ça vient naturellement. On découvre l'histoire avec les personnages, on est perdus et on a les révélations ensemble. Donc en termes de compréhension à la lecture ça va, c'est pas plus exigeant que La Terre fracturée.
J'ai adoré :
- Déjà l'originalité de l'intrigue, de l'univers, des enjeux. On découvre au fur et à mesure une intrigue qui tend vers les univers multiples et c'est 🤩
- le militantisme de NK Jemisin : la dimension militante est centrale dans l'intrigue. Elle n'hésite pas à taper fort, sur la police, sur le racisme, sur des problèmes de sociétés bien connus. Il y a une belle représentation et diversité en termes de genre, de sexualité, d'ethnie, de couleur de peau, sans jamais que ça fasse artificiel.
- Les personnages sont géniaux, très différents les uns des autres, avec leurs identités propres en cohérence avec le quartier qu'ils incarnent
- La découverte de la ville de New York
- L'humour, l'amitié, la tendresse...
- Les références à Lovecraft
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Elbakin.net   09 février 2021
De fait, plein d’éléments intrigants à découvrir dans ce roman original, à confirmer donc sur la durée de la trilogie !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   30 janvier 2021
D'où la leçon numéro un sur New York : nous ne sommes pas ce que les gens pensent de nous.
Commenter  J’apprécie          30
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   30 janvier 2021
La bouderie est une colère capricieuse et vaine.
Commenter  J’apprécie          30
AboutReadsAboutReads   09 février 2021
Nice book
Commenter  J’apprécie          00

Videos de N. K. Jemisin (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de N. K. Jemisin
N.K. Jemisin and Book Riot's Jenn Northington discuss Jemisin's novel The City We Became. This is a spoiler zone! No plot point is off the table from The City We Became!
autres livres classés : staten islandVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3953 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre