AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782375020890
220 pages
Éditeur : Editions Paulsen (16/01/2020)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Né en Écosse en 1838, débarqué à 10 ans dans la région des Grands Lacs, aux États-Unis, le jeune Muir s’échine chaque jour dans les champs et lève parfois la tête pour regarder la nature environnante qui l’émerveille. Le soir, il imagine et crée des objets mécaniques qu’il présente ensuite en ville comme, par exemple, cet appareil pour le sortir automatiquement du lit à l’heure du lever. Très vite, John Muir s’interroge sur le sens de cette vie de labeur, alors qu’i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  10 mars 2020
Ce que j'ai ressenti:
🌳John Muir, cet homme admirable.
Ce titre, c'est la phrase de John Muir. La vie de John Muir est une inspiration. Vagabonder a été son leitmotiv, la liberté, sa compagne de vie. Il a une façon totalement différente de voir et d'appréhender le monde qui est tout à fait fascinante. Je comprends tellement Alexis Jenni qui lui rend hommage avec ce livre, parce qu'effectivement cet homme délaisse toutes les plus viles ambitions pour se consacrer à promouvoir l'utilité et la nécessité des forêts. Je ne crois pas qu'il y est plus beau combat sur terre. Plus je découvrais sa vie, plus je lisais ses poésies, plus je voyais sa bienveillance, et plus j'étais admirative. Surtout au vu de l'actualité de ces derniers mois, il me semble très important de mettre la lumière sur ces personnalités d'hier et d'aujourd'hui, qui font bouger les choses et nous pousse à mieux réfléchir à nos actions et comprendre l'impact qu'elles ont sur notre planète. Il a passé sa vie à arpenter les forêts, à défendre les espaces sauvages, il s'est battu pour faire comprendre que tout être végétal et animal doit être respecté au même titre qu'une vie humaine.
"Le métier de Muir? Vagabond. Son activité? Vagabonder. Sa vocation? le vagabondage."
🌳John Muir, cet homme aux multiples talents.
John Muir n'est pas seulement un vagabond illuminé et sensible à l'environnement. Non, c'est un homme avec une intelligence démesurée, avant-gardiste mais il est aussi profondément désintéressé. Il est naturaliste, poète, inventeur, artiste, contremaître, botaniste, ingénieur…Un génie qui se diversifie pour les attentes de la société, mais lui, ne voue qu'amour à la nature. Plus que tout, c'est un homme amoureux de tous les êtres vivants. Il n'a pas peur de se confronter aux déchaînements des éléments, à la faim, au danger, à la solitude pour vivre en harmonie avec le concept authentique de vie sauvage. Seul à marcher et dormir à même la terre, seul avec rien pour vivre, seul mais surtout libre. Libre de toute attache superficielle. Une philosophie spirituelle qu'il se plaît à mener naturellement, avec un courage exemplaire.
"Le monde a besoin des forêts."
🌳John Muir ou l'émerveillement…
Cet homme a su tomber en amour devant le miracle de la création, sentir jusque dans son corps la connexion avec la nature et le transmettre dans ses écrits avec humour et passion. C'etait un homme émerveillé. Et l'émerveillement, par bonheur, ça se transmet. de l'admiration sans borne que Alexis Jenni nous démontre pour John Muir jusqu'à nous, prenez le temps de vous émerveiller aussi devant la beauté d'une forêt, sentir les vertiges des panoramas sauvages et entendre les murmures des séquoias…Attrapez l'émerveillement en allant en forêt, peut-être même qu'il vous apparaîtra au détour d'une clairière, sait-on jamais…Personnellement, j'ai été émerveillée par la façon démente et extraordinaire de vivre aussi libre que John Muir.
"Comment dire un bonheur?"

Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Remerciements:
Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Paulsen pour leur confiance et l'envoi de ce livre.
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
LaFeePetee
  06 janvier 2021
Inventeur génial dès son plus jeune âge, amoureux de la nature, grand marcheur, il sillonna le monde à pied et fut le premier à percevoir les dangers de l'exploitation de la nature. John Muir aurait pu être millionnaire, il a choisi d'être vagabond. Il a inspiré Alexis Jenni.
Né en Écosse, débarqué à dix ans aux Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, il travaille sans relâche dans la ferme familiale, mais lève parfois la tête pour s'émerveiller de la nature environnante. le soir, il invente des machines qu'il présente en ville, dont ce réveil qui le sort automatiquement du lit à l'heure du lever. Très vite, John Muir rejette cette existence de forçat et décide de vivre en autonomie dans la nature. Il quitte le Wisconsin et sillonne le pays à pied jusqu'en Floride, puis rejoint la Californie. Dès lors, il ne cessera de parcourir le monde. Figure mythique aux Etats-Unis, John Muir s'interrogea sur le sens de la vie dans la nouvelle société industrielle et industrieuse et y répondit tout simplement par son mode de vie.
John Muir est un personnage qui m'intrigue, m'attire depuis très longtemps. Ce que je savais de lui avant de dévorer cette biographie, c'est qu'il est un des tout premier écologiste. Hé bien figurez vous que son CV ne s'arrête pas là et si vous voulez résumer John Muir à un fait marquant : il est juste le fondateur du parc Yosemite… Ça pause le Monsieur non ?
Je n'avais lu de lui qu'un seul ouvrage : Un été dans la Sierra Il y raconte une saison de 1869 où il est engagé pour conduire des moutons en transhumance vers la Yosemite Valley. John Muir note tout ce qu'il voit, vagabonde, bavarde avec les bergers, s'enivre de la vie au grand air, de la liberté merveilleuse des campements, le soir. Et plus il monte, plus la nature devient sauvage, plus il est envahi, bouleversé par la beauté du monde. Un été dans la Sierra a un ton, un rythme proprement unique, le charme inimitable des premières fois : cette découverte qu'il nous fait partager, d'une splendeur où tout, plantes, animaux, paysages, semble vouloir concourir à la même exultation. Ce livre, devenu aux Etats-Unis un classique, devait faire de John Muir une légende.
Si la plume de Muir est pure poésie dans ce petit ouvrage, ses autres écrits ont été traduit à la mode d'autrefois et les transcripteurs se sont attaché, voir acharné à leurs donner un style tellement littéraire que je ne parviens pas à entrer dans ses histoires… C'est là que je remercie Alexis Jenni. Il nous propose une biographie comme un conte et met en lumière la tendresse, la passion et l'extrême émerveillement de Muir.
On suit l'enfance de John Muir, les détails qui vont contribuer à faire de lui ce personnage singulier, sa découverte et son amour de la nature, de la foret, des plantes et du Voyage avec un V majuscule. On part de l'Écosse de 1850 pour les États-Unis où sa famille acquière une ferme dans le Wisconsin. C'est le rêve américain, et pour le lecteur : un retour à l'essentiel, à la beauté du monde. C'est merveilleux !
Théodore Roosevelt disait de Muir qu'il est l'homme le plus libre qu'il n'ai jamais rencontré. Et bien l'on ressent cela à chaque page, à chaque souvenir conté. Une simplicité et un amour de la vie qui nous éblouit. On touche parfois à une forme de communion et c'est grandiose.
J'ai rêvé durant toute la lecture. Rêvé de ces paysages encore purs, de cette vie simple et florissante. Rêvé de m'abriter dans le tronc d'un sequoia géant, d'y passer une nuit pour, au petit matin me nourrir de baies et autres cadeaux que la Terre nous octroie. J'ai tant rêve que j'ai préparé un petit sac à dos, troqué mes talons pour des basquettes et, le livre sous le bras, j'ai pris la route. Je voulais faire durer le rêve et finir ma lecture au plus près des sensations de Muir. J'ai posé mon bagage à Prarion, non sans avoir d'abord bravé les pentes d'Isérables… Et je vous promet que les pentes sont pentues…
C'est à Prarion, et dans le domaine de Balavaud, que l'on trouve les plus grands Mélèzes d'Europe.
Certains sont si larges qu'il faut être sept pour en faire le tour…
Certains sont si vieux qu'ils observent le monde depuis 800ans…
Éblouie, bouleversée, émerveillée par cette beauté, j'ai lu les dernières page de la vie de Muir dans le silence de la montagne et j'ai versé quelques larmes d'émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
merveille
  09 mai 2020
Alexis Jenni nous présente pour son plus grand bonheur et le nôtre, John Muir, peu connu en France.
Cet homme original, qui a un peu de Léonard de Vinci par ses machines étonnantes, beaucoup d'un aventurier , grand amoureux de nature, des arbres, de la botanique, de la science des glaciers, grand observateur, pionnier de l'écologie, a une vie hors du commun. Grace à son action militante et suite à sa rencontre avec Roosevelt, la vallée du Yosemite a été placée sous gestion fédérale. Il a également fait de nombreuses observations en glaciologie, et il a prouvé que les glaciers sont à la base de la formation de la vallée du Yosemite. Il a démonté les anciennes théories de son époque.
Basé sur les écrits de Muir, l'auteur livre aussi ses nombreuses réflexions personnelles sur l'époque de Muir, sur notre époque, sur l'évolution de la civilisation occidentale. Toutes les phrases de ce livre sont excellentes comme citations.
Commenter  J’apprécie          112
Chinouk
  24 mars 2020
Inventeur génial dès son plus jeune âge, John Muir est un amoureux de la nature. Grand marcheur, il sillonna le monde à pied et fut le premier à percevoir les dangers de l'exploitation de la nature. John Muir aurait pu être millionnaire, il a choisi d'être vagabond. Il a inspiré Alexis Jenni . » C'est l'homme le plus libre que j'ai jamais rencontré », disait de lui Theodore Roosevelt.

John Muir est né en Écosse, près d'Édimbourg, en 1838. Son père, un homme très religieux, décide de partir à l'aventure et d'émigrer avec toute sa famille dans la région des Grands Lacs, aux États-Unis, où des terres fertiles sont disponibles. Tout est à faire sur place et John, encore enfant, travaille très dur à la ferme. Son père, un homme sévère, ne tolère aucune distraction, alors il fait le choix de se lever plus tôt que les autres membres de la famille pour pouvoir avoir des moments à lui et inventer, en secret, des objets mécaniques.
P 62
La règle était stricte : au lit après le repas […] Discrètement, il s'attardait à la cuisine avec une chandelle et un livre, tout le monde allait se coucher, on l'oubliait un instant, il lisait.
[…] . Chaque soir, il lisait ainsi cinq minutes, dix parfois quand son père était distrait, et c'était alors comme des vacances, il en tirait un plaisir immense.
Ces inventions lui vaudront d'ailleurs de pouvoir entrer dans une grande université. Grâce à ses études, il obtient un bon travail. Suite à un accident au travail, il perd la vue quelques jours. Sans mauvais jeux de mots, cet accident lui ouvre les yeux, il se rend compte de tous les endroits qu'il n'a pas encore découverts. Sa vie ne lui correspond plus alors, du jour au lendemain, il quitte le Wisconsin, et sillonne le pays à pied.
Il participe aux transhumances de bergers isolés, vit en ermite dans les bois, fasciné et nourri par la vie qui l'entoure. Il devient poète et botaniste.
P 80
Je me suis mis en route, libre et joyeux, le 1er septembre 1867. Mon projet était simplement d'aller droit devant moi, approximativement au sud, par le chemin le plus sauvage.
C'est à ce moment-là qu'il commence à prendre des notes de ses aventures. Note qui deviendront des livres.
P 10
Le métier de Muir ? Vagabond. Son activité ? Vagabonder. Sa vocation ? Vagabondage.
Très vite, il prend conscience que le développement de la Californie – à cause de la ruée vers l'or – va creuser une dette écologique abyssale. Pionnier de l'écologie, il va alors tout mètre en oeuvre pour sauver la nature. Il va être à l'origine de la création du parc national du Yosemite. Il fonde aussi le Sierra Club, une organisation pour protéger les arbres de la Sierra Nevada. Cette organisation qui existe encore de nos jours.
P 211
Aux États-Unis, c'est un héros national, c'est le protecteur de Yosemite, le sauveur des séquoias, le père fondateur de l'écologie politique […]
et puis c'est un personnage fantasque et barbu, un vagabond magnifique, libre et plein d'humour, qui a laissé parmi les plus belles pages de nature writing, ce genre littéraire américain — hélas surtout américain —, qui ne manque pourtant pas de belles plumes.
Quel dommage que John Muir ne soit pas plus connu en France !
J'aurais pu devenir millionnaire j'ai choisi d'être vagabond d'Alexis Jenni est un livre que j'ai adoré, qui met du baume au coeur, et qui fait extrêmement du bien pas les temps qui court ! L'écriture est très agréable, et plus les pages se tournent plus on apprécie le personnage de Muir. Un gars tranquille, qui aime la nature à sa juste valeur, qui prend le temps de la découvrir, qui aime se poser pour lire, écrire des poèmes…
Je connaissais John Muir, quel amateur de Nature Wrtating ne le connaît pas. Mais avec le livre d'Alexis Jenni, j'ai vraiment découvert un homme bon, avec de belles valeurs.
Il est clair que dès que cela va être possible, je vais me procurer les livres qu'il me manque et surtout sortir ceux qui dorment depuis des années dans ma pal !
Alors si vous aimez le Nature Writing, jetez-vous sur ce portrait et sur les récits de Muir. Si vous aimez Abbey et Thoreau, vous allez adorer encore plus John Muir
Lien : https://www.lespassionsdechi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lehibook
  30 octobre 2020
10 le Hibook a lu « J'aurais pu devenir millionnaire,j'ai choisi d'être vagabond » d'Alexis Jenni. J'ai entrepris cette lecture après la rencontre avec l'auteur ménagée par la Nouvelle Librairie Baume . Alexis Jenni m'avait séduit par sa verve et son enthousiasme et la lecture de son ouvrage ne fait qu'amplifier cette impression première. N'attendez pas une biographie universitaire bourrée de références et de notes savantes : le texte, ne vise qu'à faire partager au lecteur l'intérêt et la sympathie qu'il éprouve pour son sujet. Il faut dire que John Muir c'est du haut de gamme ! Pour brosser le portrait de cet incroyable personnage , Jenni évoque avec pudeur et délicatesse sa propre expérience (d'enfance principalement) et surtout use d'un style fluide ,poétique et plein d'humour qui fait de ce livre une expérience de lecture heureuse et donne envie (c'est le but) de lire les textes du « dieu des enfants grimpeurs et casse-cou » : John Muir.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
MonidesMonides   03 mars 2021
Le troupeau moutonnier qu'il a monté jusque-là lui semble insupportablement étranger à ces jardins, il y provoque des dégâts qui lui brisent le cœur. Mais les moutons sont là, il faut les soigner, les compter, se réjouir qu'ils soient tous là, et aller chercher ceux qui se perdent et n'osent pas rentrer par eux-mêmes tant ils sont paralysés de terreur dès que le gros du troupeau est hors de vue. Il n'a que mépris amusé pour la bêtise des moutons, incapables de liberté, préférant à toute autre chose rester à brouter les uns contre les autres. On les croirait vêtus de velcro, et construits avec la tête inclinée pour mieux brouter tout le temps, pour ne jamais rien voir d'autre que l'herbe qu'ils détruisent. Derrière eux ils laissent la terre nue sans même s'en rendre compte, et ils se déplacent lentement comme une monstrueuse chenille qui méthodiquement grignote le paysage. p.130
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MonidesMonides   03 mars 2021
Il n'y a pas de moyen de traduire correctement wilderness en français, je le tente quand même. Sauvage n'a pas toujours eu e sens péjoratif, vie sauvage ou terre sauvage se porte encore bien de nos jours, et si au XVIe on a appelé sauvages les hommes que l'on trouvait en Amérique, ce n'était pas pour les mépriser ou les réduire, mais pour signifier qu'ils vivaient en ces terres immenses qui semblaient inexploitées, en cette grande sauvagerie incompréhensible aux Européens d'alors, qui sont gens de jardin. Sauvage c'est sylvatica, le forestier, le sauvage c'est le sylvestre : celui de la grande forêt qui cerne le jardin. Le mot est médiéval et resta longtemps en usage dans le français d'Amérique. La sauvagerie c'est la sylve, la gaste forêt de Perceval, la grande forêt où le chevalier errant cherche l'aventure, c'est l'inconnu où tout peut arriver, la perte comme le salut, c'est ce qu'il y a en dehors du jardin, ce qui commence dès qu'on a franchi le mur qui l'entoure et le ferme, c'est là où on va quand on sort de chez soi. p.46
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonidesMonides   03 mars 2021
Muir a vu des nègres en ville, il les a trouvé joyeux et insouciants, faisant beaucoup de bruit et peu de travail, mais très bien élevés, extrêmement polis, ôtant leur chapeau dès qu'un Blanc est en vue. Ce sont là ses propres mots, les mots naïfs de qui n'a jamais vu de Noirs, et n'en connait que ce qu'en dit la rumeur, mais il les regarde avec bienveillance, bavardant avec l'un et l'autre au fil des rencontres, s'étonnant avec candeur de leur intelligence toute à fait normale. Même bienveillant, on n'échappe pas à son temps. p.90
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MonidesMonides   03 mars 2021
Il reconnaissait le tambourinage de la perdrix, le chant d'amour de la bécassine sourde, le rouge-gorge commun et le moqueur roux, les goglus exubérants, le carrousel à épaulettes et la sturnelle des prés. Les oiseaux ont toujours eu des noms importables, ils sont comme les instruments rares d'un orchestre de musique ancienne au complet, qui jouent sans jamais s'arrêter en inventant de nouveaux sons. p.49
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MonidesMonides   03 mars 2021
Et puis comme dans Le foin qui presse, cette chanson de Gaston Couté où, au soir de ces noces, la jeune mariée doit en toute hâte ôter sa robe et prendre la fourche, car l'orage menace et il faut rentrer le foin, comme sur elle, cette malheureuse "esclave de la terre jalouse qui commença par lui voler sa première nuit d'amour", l'agriculture s'abattit brutalement sur les jeunes Muir. p.57
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alexis Jenni (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexis Jenni
Soirée rencontre au Majestic de Chamonix le 05 août 2020 en présence des auteurs : Jean-Louis Etienne pour son livre : Aux arbres citoyens Alexis Jenni pour son livre : J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond
avec la participation de la mairie de Chamonix
autres livres classés : yosemiteVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"L'art français de la guerre" de Alexis Jenni

Les chapitres s'intitulent alternativement :

notes - roman
commentaires - roman
épisode - roman

6 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : L'Art Français de la Guerre de Alexis JenniCréer un quiz sur ce livre

.. ..