AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782849530825
224 pages
Éditeur : La Boîte à Bulles (16/09/2010)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Bande dessinée.

Le président américain est contacté par des martiens
qui veulent manger leur planète. Celui-ci accepte
contre remise d’or. Mais ceci finit par inquiéter les
grandes entreprises : n’est-ce pas leur privilège exclusif
de faire des profits en mettant à mal la planète ?

2 jeunes filles dissertent sur la manière d’endiguer la
destruction de la planète. L’une pense qu’il faut appliquer
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  17 mars 2021
PENDANT QUE LA PLANÈTE FLAMBE…
On consomme toujours plus
Les machines envahissent le quotidien
C'est confortable
On a l'illusion d'être heureux
Ça fait du bien à l'économie
Les multinationales deviennent encore plus obèses à force de grignoter la planète
Elles mènent la danse
On signe des pétitions pour arrêter le carnage
On mange quand même les poissons d'élevage qui ne remonteront plus la rivière
On achète les produits qu'on nous martèle d'acheter
Des produits écolos
Ça gonfle les chiffres d'affaires
On travaille, on consomme
On recycle
Pour avoir bonne conscience
Et le cycle redémarre
On fait les gestes qu'on sait dérisoires
On fait sa part comme le petit colibri
Et si on faisait le nécessaire ?
Est-on prêt à quitter la civilisation industrielle ?
À nous ré-ensauvager pour respirer en même temps que tout le vivant sur la planète. À nous reconnecter pour de bon, à être heureux simplement, sans gadgets ?
Une BD aux couleurs criardes, aux dessins minimalistes, aux messages qui frappent. Ça ressemble à des messages publicitaires, sauf que dans ce cas on ne nous vend pas quelque chose dont nous n'avons pas vraiment besoin et qui rapporte gros aux multinationales, à la grande machine infernale. Ici, on essaie de faire germer une idée dans nos cerveaux labourés de culture industrielle. Une idée vitale.
À la fin de la BD la vie sauvage fait le nécessaire puisque faire sa part ne suffira pas. le colibri cède la place au sanglier.
L'homme pourrait se faire balayer par la vie sauvage. Il pourrait trouver dans sa course à la destruction massive un petit virus qui enrayerait la machine... La nature a de l'imagination et plein de hasards dans sa toile pour survivre.
… 50 GESTES SIMPLES POUR CONTINUER À NIER L'ÉVIDENCE


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
LiliGalipette
  16 novembre 2010
Bande dessinée de Derrick Jensen et Stéphanie McMillan. Offert par Liliba dont voici l'avis.
Bananabelle et Kranti sont deux amies. La première est optimiste et pense qu'il suffit de suivre des listes et des préconisations pour sauver la planète. La seconde est plus que pessimiste, elle est réaliste et voit toujours le revers de chaque médaille. "Nous irons tranquillement, docilement vers la fin du monde, si vous nous laissez croire qu'acheter des ampoules basse consommation suffira à nous sauver." (p. 15) Alors qu'elles tentent, à leur niveau de sauver le monde des désastres écologiques qui le guette, des robots aliens décident de manger la Terre. Contre force or, le Président de la première puissance mondiale leur accorde tous les permis pour se régaler des ressources naturelles terrestres. Ces aliens sont très étonnés de constater combien il est facile d'obtenir ce qu'on veut des humains.
Un lapin en peluche borgne, Bunnista, devient activiste militant: il détruit des barrages qui causent la mort des poissons et libèrent des animaux de laboratoire. Immanquablement, il devient aux yeux des puissances un terroriste. Tous les lapins sont diabolisés, "ce sont des machines à tuer." (p. 141) Les puissances politiques et économiques ne tolèrent pas qu'on les empêche de mener leur business frauduleux. Mais la nature n'entend pas se laisser faire. Si les hommes politiques et les multinationales sont décidés à faire toujours plus de profit au détriment de la vie, la vie elle-même se rebelle. Les animaux dénoncent les dérives humaines qui ont détruit l'harmonie avec la nature. Bêtes, bestioles, plantes, rochers, chacun s'arme de son courage et de sa rage pour détruire les robots aliens qui mangent la terre. Mais ce n'est qu'un premier combat. La machine humaine, faite de production intensive et de business de "surconsommation durable" (p. 26), continue à scier la branche sur laquelle elle est assise. Et ce n'est qu'ensemble que les hommes et la nature sauront réagir. "Rendez au lieu de prendre encore." (p. 152), voilà le mot de la fin d'un loir avisé.
La dédicace "À nos mères" est un aveu émouvant de culpabilité. Nos mères sont-elles fières de nous voir détruire la terre? Au sens de mères, j'entends bien plus que notre maman, j'entends toutes les femmes, toutes les faces de la nature et de la vie. La Terre n'est pas à vendre, ni aux multinationales, ni aux aliens, ni aux hommes.
La bande dessinée met en garde contre les listes qui masquent le problème et semblent le rendre facile à résoudre. 50 gestes pour la terre ou 365 gestes pour sauver la planète sont des évidences, mais pas des panacées. le sous-titre de la bande dessinée est un pied de nez à ces fascicules. le texte met aussi en garde contre les pacifistes extrêmes et les doux rêveurs écologiques dont l'action - ou l'inaction - ne sert en rien les intérêts de la survie écologique. Si prendre une arme n'est pas la solution, l'heure n'est cependant plus à la méditation. Les utopistes écologistes et démocrates, incurables optimistes, ne servent pas la cause qu'ils défendent. L'action est désormais le nerf de la guerre. Reste à trouver quelle action mener.
La bande-dessinée dénonce la manipulation des médias et de l'information et critique avec une bonne dose de vitriol les procédés télévisuels: "Et maintenant, il est temps de marquer une pause avec un message de notre sponsor, Monsanto. Restez avec nous après la pub pour une grande enquête sponsorisée par ExxonMobil, que vous ne voudriez rater à aucun prix, intitulée: le réchauffement climatique facilitera-t-il le bronzage?" (p. 131) En quelques mots, on trouve de la publicité, de la futilité et de la manipulation. Pour le lecteur averti, il ne manque plus qu'une piqûre de rappel et un (re-)visionnage du Monde selon Monsanto et de Une vérité qui dérange.
Un point récurrent m'a un peu fait tiquer. le Président américain, aux airs de George Bush non dissimulés, est un incompétent légèrement alcoolique et infantile. Il se prend pour le maître du monde. C'est lui qui vend le monde à tour de bras, au plus offrant. le scénario accuse donc clairement les USA - la mention de Monsanto et ExxonMobil prévient tout doute à ce sujet. Mais voilà, rejeter entièrement la faute sur les USA, c'est un peu gros. Même si ce pays, puissance mondiale numéro 1, est un fabuleux pollueur, il n'est pas le seul coupable. D'autres pays comme la Chine ou le Mexique et même la France ont bien des progrès à faire pour redresser la barre et tenter de sauver ce qui peut l'être. Ce n'est pas du pro-américanisme, mais un simple partage de responsabilité. Il ne sert à rien de se passer la patate radioactive, tous les pays sont concernés.
La lecture de cette bande-dessinée est rapide et plaisante. J'ai beaucoup aimé les personnages: les méchants sont moches, les gentils sont plus agréables à regarder. Il y a quelques planches un peu rudes: la visite du laboratoire d'expérimentation animale, les vivisections, etc. Enfin, du moment qu'on touche aux animaux, moi je craque... L'histoire se déroule vite et intelligemment. Les dialogues sont percutants et il me semble qu'ils balaient largement tout le sujet: les fausses bonnes solutions sont dénoncées, les abus également mais les réussites sont soulignées et c'est peut-être ce qui manque le plus aujourd'hui dans la communication écologique: certes, le tableau est noir, mais rester dans le défaitisme et l'échec n'est pas la solution. Sans devenir d'indécrottables optimistes, il s'agirait de communiquer avec davantage d'espoir.
Bref, voilà une oeuvre percutante, que je vais relire souvent! Encore un grand merci à Liliba!
Lien : http://lililectrice.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Arthemyce
  08 avril 2019
Toujours d'actualité près d'une décennie après sa parution – même plus que jamais –, cette BD caustique tape dans le mille en illustrant l'absurdité de notre total aveuglement face aux défis environnementaux.
En quelques 220 pages, des cases colorées tentent par des situations totalement burlesques de mettre un coup de projecteurs sur les incohérences néfastes de notre mode de vie parasitique.
Deux fillettes discutent du meilleur moyen de « sauver le monde ». La plus optimiste des deux, évidemment la moins bien informée, se trouve avoir du mal à appréhender l'ampleur du défi. Le découragement et la tristesse sont grands à chaque désillusion : on ne sauvera pas la Terre – ou plutôt la vie* – en changeant notre éclairage par des ampoules basses consommations et en urinant sous la douche (pas en même temps bien sûr) ; douche qu'on écourtera par ailleurs…
Evidemment ces petits gestes quotidiens sont un début, peut-être même une source de motivation pour faire plus, mais leur impact est si dérisoire sur la pollution, majoritairement industrielle, qu'il ne s'agit en réalité que de placebos. Seul, à l'échelle individuelle, nos micro-écolo-objectifs ne sont qu'un écran de fumée nous distrayant des enjeux réels.
Non, le problème, évidemment, c'est le « système ». Ce système, c'est bien sûr le mode de production capitaliste qui, par définition, s'accapare les ressources et fait passer les profits avant la vie ; la vie qui n'est en soi qu'une marchandise comme les autres aux yeux de certains…
C'est bien ce que nous montre ces Robots « planètophages », corrompant, à coup d'excrétions en or massif, le pédant Président des USA – « gérant du plus con des continents », pour ceux qui suivent.
Devant la menace – réelle, insistante, incessamment croissante – ce sont donc les animaux, premières victimes de notre (sur)consommation, qui ouvrent la rébellion. Bunnista, ce lapin borgne téméraire, qu'on comprend rescapé d'un centre de tests sur animaux, fait sauter un barrage pour sauver une rivière et son écosystème; il organise la libération de ses camarades-cobayes !
L'heure est grave, les Robots E.T. mangent toute la planète et les Multinationales, jalouses, tentent de récupérer leurs sources de profits… Tout est sale : les négociations sur le sort de toute la planète entre quatre-yeux, la déforestation, les sécheresses, la pollution… En bref la destruction de notre biosphère sciemment et savamment orchestrée par une infime poignée ; Biosphère pour le bien de laquelle il nous faudra, tous, entrer en résistance !
Malgré l'exagération ubuesque, la caricature mordante, des planches bariolées aux traits enfantins, on se surprend à se dire que, bien que d'une bêtise parfois déconcertante, nombre de situations font tristement écho à notre propre et tangible réalité.
Cette BD démange l'esprit comme une piqure d'ortie, espérons qu'elle y accélère la circulation des idées.

* Les humains doivent garder en tête que ce n'est pas la Terre qui doit être sauvée : la Terre n'est qu'un bloc de roche recouvert en partie d'eau et de vie. le réchauffement climatique et l'écatombe environnementale ne metteront pas en danger son existence, seule la mort du soleil d'ici 5 milliards d'année le pourra (ou alors une très très grosse collision avec un objet celeste d'ici là). C'est bien la biosphère qu'il s'agit de sauver, et les humains avec.
P.S. : Cette BD n'est pas tout publique et j'riai même jusqu'à dire qu'elle n'est pas pour les béotiens de l'environnement/politique. Le puissant parti-pris peut parraître aggressif (et donc dissuasif). Il l'est, en réalité, bien moins que l'aggression permanente que représente notre mode de vie pour la biosphere.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ErnestLONDON
  16 décembre 2017
Un des fils conducteurs de cette bandes dessinées suit les discutions de deux jeunes filles. L'une s'enthousiasme à tout bout de champ pour des campagnes pour sauver la planète et tente de diffuser leurs bons conseils : changer nos ampoules, réduire nos déchets, rester moins longtemps sous la douche, planter un arbre, décider ce qu'on va y prendre avant d'ouvrir la porte du frigo… Bonne conscience à peu de frais.
Son interlocutrice lui oppose, chiffres à l'appui, combien tout ceci est dérisoire et vain : même si tous les américains, par exemple, l'imitaient, ce serait encore nettement insuffisant. Pour éviter la catastrophe, nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 80% dès maintenant.
(...)
Cette bande dessinée virulente, joyeuse et caustique adapte en quelque sorte le fameux conte quechua qui nous est toujours servi amputé, celui qui oppose le courageux et vaillant colibri qui « fait sa part », au sanglier qui « fait ce qui doit être fait ». Il s'agit du seul ouvrage de Derrick Jensen traduit en français à ce jour, mais il donne fortement envie de découvrir les autres. En attendant, relisons-le.
Article complet en suivant le lien.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Radwan74
  17 mai 2020
Voilà un livre qui soulève des questions sur la protection de la planète de façon crue et éloquente.
On ressort de la lecture de cet ouvrage plutôt pessimiste et attristé par tant d'évidences sur le fonctionnement de notre société.
Bon, il faut rester quand même un peu confiant car le monde décrit par Derrick Jensen est résolument sombre avec des personnages stéréotypés et sans espoir. Heureusement, même si changer une ampoule ne sauve pas le monde, il y a de nombreuses actions qui ont une répercussion plus significative sur la sauvegarde de la nature. Mais le message principal du livre est clair, il faut faire bouger les choses de façon plus radicale et rapide car on a pas le temps d'agir par étapes ; le parallélisme avec les robots, qui représentent les atteintes à l'environnement, est là pour montrer que seul l'action collective pourra avoir un effet bénéfique sur la nature.
Bref, un livre qui fait réfléchir, qui peut vous rendre très pessimiste mais le but avouer est de mieux comprendre la société Pour mieux combattre ses dérives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   17 mars 2021
- Oh et ça, tu vas adorer, toi qui aimes la nature. Planter un arbre ! Un seul arbre absorbe une tonne de CO2 au cours de sa vie.
- Et si on empêche quelqu'un de couper un arbre ?
- Je suppose que ça marcherait. Mais je préfère planter mon arbre à moi et le regarder grandir, grandir, grandir. Ça serait super, non ?

P.13
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
"Et maintenant, il est temps de marquer une pause avec un message de notre sponsor, Monsanto. Restez avec nous après la pub pour une grande enquête sponsorisée par ExxonMobil, que vous ne voudriez rater à aucun prix, intitulée: le réchauffement climatique facilitera-t-il le bronzage?" (p. 131)
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
"Nous irons tranquillement, docilement vers la fin du monde, si vous nous laissez croire qu'acheter des ampoules basse consommation suffira à nous sauver." (p. 15)
Commenter  J’apprécie          50
Radwan74Radwan74   17 mai 2020
- si tu penses que les changements de comportements n’ont pas d’impact, pourquoi es-tu végétarienne ? Pourquoi est-ce que tu jardines suivant les principes de l’agriculture bio ? Pourquoi t’embêter avec des toilettes sèches si ça ne sert à rien ?
- je n’ai jamais dit que vivre de façon responsable ne servait à rien. Simplement, je ne m’illusionne pas au point de croire que ma façon de manger ou mon choix de produit vaisselle réussiront à empêcher le système de détruire la planète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Radwan74Radwan74   17 mai 2020
- c’est exactement à ça que sert la loi : à légaliser les comportements destructeurs...
...des riches bien sûr.
- qu’est-ce que tu racontes ?
- qui fait les lois ?
- les riches et les puissants.
- qui profites de ces lois ?
- les riches et les puissants ?
- qu’est-ce qui n’est pas clair ?
- la destruction de la planète ne profite à personne, pas même aux riches ou aux puissants.
- eux croient que si.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Derrick Jensen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Derrick Jensen
« L'effondrement de l'empire humain » : un livre d'entretien avec dix penseurs de l'effondrement et de la reconstruction, réalisé par Manon Commaret et Pierrot Pantel
Présentation du livre :
En quelques années, l'effondrement de notre société humaine est passé du statut de fantasme à celui de probabilité admise par la communauté scientifique. Comment vivre avec cette perspective d'un basculement désormais inéluctable de notre monde ? Ainsi, Manon Commaret et Pierro Pantel sont allés à la rencontre d'Isabelle Attard, Carolyn Baker, Nicolas Casaux, Yves Cochet, Nicolas Hulot, Derrick Jensen, Jean Jouzel, Arthur Keller, Vincent Mignerot et de Pablo Servigne, pour recueillir non seulement leur vision objective de cet effondrement en cours, mais également leur perception intime. Toutes et tous ont accepté de se livrer avec précision et sincérité.
« L'effondrement de l'empire humain » est le résultat de ces longues heures d'entretien : un livre qui offre sur le sujet du maintenant et de l'après des perspectives complémentaires et des nuances subtiles, mais également un éclairage sur les émotions parfois contradictoires que suscite la conviction d'un effondrement imminent.
À paraître le 20 août 2020
Pour plus d'informations : https://www.ruedelechiquier.net/essais/283-leffondrement-de-lempire-humain.html
+ Lire la suite
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
145 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre