AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aleksandar Grujicic (Traducteur)Raphaële Balmès (Traducteur)
ISBN : 2742770321
Éditeur : Actes Sud (22/10/2007)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Regina Delavale, née Sikiric, quatre-vingt-dix-sept ans, meurt en 2002, après avoir sombré dans la folie. Récit à la fois intimiste et épique des derniers jours de sa vie jusqu'à sa naissance, Le Palais en noyer est aussi l'histoire d'une famille de Dubrovnik et celle, déchirante et tragique, d'un pays malmené tout au long du XXe siècle. On croise ici plus de cent vingt ans d'Histoire : chute des empires austro-hongrois et ottoman, guerres mondiales, essor et déclin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bookycooky
  07 octobre 2017
Le Palais en noyer, Dvori od oraha,
Jergovic dés les premières pages plonge le lecteur dans un magma bouillant, celui des derniers jours d'une femme presque centenaire, Regina Delavale, sombrée dans la folie. Cette démence extrême signera son arrêt de mort. Nous sommes en l'année 2002. À partir de cette fin tragique, l'auteur remonte le temps, jusqu'à sa naissance le 5 avril 1905, pour narrer à rebours la petite histoire, celle de la famille de Regina, une famille de Dubrovnik, inscrite dans la grande Histoire tragique, celle de la Yougoslavie du XX e siècle enrichie par de multiples contes et légendes populaires.
La tempête des débuts ( en faites la fin de l'histoire ) va vite laisser place à l'humour et la verve incomparable de Jergovic qui allègera avec son burlesque, même les pires tragédies que vivront les deux histoires, par commencer celle de la terrible guerre et de ses génocides des années 90, et son préambule pendant la deuxième guerre mondiale.
En 90, ce qui va déterminer l'existence de la ville entière durant les années à venir" concerne peu la famille qui se noie dans le tumulte de sa propre décomposition interne. Puis remontant encore le temps, la mort de Tito en 1980 croise cette fois leur destin.......la mort de Staline en 1953, apporte l'espérance d'un semblant de liberté,....et en 1944, en pleine deuxième guerre mondiale, Regina met au monde sa fille Diana,.......L'histoire intime tangue aux soubresauts de l'Histoire.
Cette narration à rebours en quinze chapitres, mis en page de quinze à 1 (!) est assez déroutante, et il faut un peu de temps pour s'y habituer. Pas facile aussi de s'habituer à Regina-Diana, le duo mère-fille aux tempéraments bien trempés, une relation qui ne baigne ni vraiment dans l'amour, ni la haine, mais violente et difficile à définir. Et toujours comme toile de fond , un pays où en remontant le temps, les craquelures sociales dues aux différences ethniques et religieuses sont déjà visibles à la chute des empires ottomans et austro-hongrois, bien avant l'éclatement de la Yougoslavie. Des failles qui deviennent de plus en plus profondes et perceptibles avec les deux guerres mondiales, suivie de la période communiste.
Un livre très dense, dont les nombreuses digressions, -des chapitres entiers sur des personnages annexes-, rendent sa lecture difficile et parfois un peu longue, bien qu'il y ai aussi des chapitres passionnants. On se perd dans le temps, les histoires qui s'emboîtent, les guerres et les trop nombreux personnages. Les fréquents discours sur les pets, pisse et autres désagréments dont ses personnages semblent en raffoler, et les descriptions de scènes de tueries ou autres, d'une rare violence, ne sont pas aussi des plus agréables à lire.
Ce n'est pas le meilleur de ce que j'ai lu de lui, pourtant je le conseillerais quand même, car sa dimension burlesque et épique, ses personnages insolites qui rappellent les films d'Emir Kusturica, et la très belle histoire de son titre, en vaut largement la peine.
".....savez-vous ce que c'est, les dzundzur bobe ? Vous ne savez pas ? Eh bien vous le saurez à la fin de cette histoire ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          605
moustafette
  25 août 2011
Au risque de vous lasser , mais j'assume, je poursuis ma balade littéraire balkanique. Cette fois, c'est du côté de Dubrovnik que ma lecture m'entraîne.
Le livre s'ouvre en 2002 sur le décès de Regina, à quatre-vingt dix-sept ans, alors qu'elle a sombré dans la folie depuis quelques mois et qu'elle rend impossible la vie de sa fille Diana et de ses petits enfants.
Le lieu : Dubrovnik donc, principal théâtre de l'intrigue, même si c'est aux quatre coins d'un territoire pris, tour à tour, dans les remous de l'Autriche-Hongrie et de l'empire ottoman puis dans les découpages et redécoupages géopolitiques du XXe siècle, que se réroule cette remontée dans le temps jusqu'à 1905.
Les acteurs : cinq générations de personnages marqués par la violence, l'amour, l'absurde, pour comprendre ce qui a forgé le caractère de Regina et de quoi se nourrit la folie furieuse qui la frappe soudain et si tardivement.
Foisonnant, baroque, tragique et extravagant à la fois, ce roman est impossible à résumer tant il y a de personnages et de destins qui s'entrecroisent. Enrichis des diverses cultures et religions qui composent la mosaïque balkanique, naissent alors un style mouvementé et un imaginaire violent, pulsionnel, parfois cru, et qui n'est pas, par certains aspects, sans rappeler Cent ans de solitude.
Tout à la fois fresque historique et saga familiale, c'est aussi le roman de la honte et de la culpabilité qui s'enracinent dans l'esprit d'une femme pourtant née sous d'heureux auspices. Pour le comprendre, il vous faudra plonger dans cette histoire qui s'ouvre sur le chapitre XV et remonter le temps jusqu'au chapitre I qui baigne dans une étonnante douceur et nous dévoile enfin le pourquoi du titre . le début est un peu destabilisant, aussi rien ne vous empêche de commencer par la fin (mais ça serait vraiment dommage), sachez alors seulement que les apparences sont souvent trompeuses !
La richesse et le lourd passé de la Yougoslavie font éclore de biens beaux romans sous la plume de ses auteurs. Qu'ils soient croates, serbes, bosniaques, ils ont tous une griffe balkanique inimitable au bout de laquelle pointe une autodérision salvatrice.

Lien : http://moustafette.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Maphil
  24 février 2013
Superbe épopée intime. Roman impressionnant, tant par sa qualité que par son ampleur. le palais en noyer est une fresque familiale, qui suit, à rebours, le destin d'une femme, depuis sa mort à 97 ans en 2002 jusqu'à sa prime enfance. Simultanément, l'auteur trace un panorama de toutes les tribulations et misères que connut le peuple yougoslave depuis la fin des Habsbourg jusqu'à celle du communisme, en passant par les deux guerres mondiales.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   29 septembre 2017
"Eh regarde,c'est la tête de Pira Trola", Gabriel poussa Diana du coude au moment où Hamlet s'entretenait avec la tête de mort." La tête de qui ?"Elle ne comprenait pas ce qu'il lui montrait." De Pira Trola, l'idiot de la ville.Il n'avait pas de famille et quand il est mort, au lieu de l'enterrer, on l'a découpé pour les besoins de la faculté de médecine.Le théâtre s'est fait prêter la tête. J'ai proposé qu'on mette Pira Trola sur l'affiche parmi les noms des comédiens, mais on ne m'a pas écouté.Je ne sais pas pourquoi, d'ailleurs, sa tête est sur le plateau bien plus longtemps que ceux qui ont leur nom sur l'affiche." p.113
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
BookycookyBookycooky   07 octobre 2017
.....il serait faux de penser que les gens honnêtes sont perdants. Tout va bien pour eux parce qu'ils peuvent vivre tels qu'ils sont.S'il est facile pour un assassin d'égorger son voisin, pour ceux qui ne le feront jamais, la vie n'en est pas plus difficile .Le problème c'est quand le destin brouille les rôles et que rien ne dépend plus de l'individu. p.440
Commenter  J’apprécie          280
BookycookyBookycooky   05 octobre 2017
Elle se promena avec le bel inconnu bras dessus, bras dessous, confirmant ce à que la ville entière savait déjà . Toute femme marchant au bras d'un homme non marié n'était pas pour autant considérée dévergondée, Regina cependant devint immédiatement une pute. À cause de la beauté d'Aris. p.316
Commenter  J’apprécie          330
BookycookyBookycooky   27 septembre 2017
Quand on est petit et que la vie se compte en jours, non en années, il arrive souvent des choses mystérieuses, mais plus encore des déceptions, et on acquiert alors la certitude que les mystères n'existent plus. p. 49
Commenter  J’apprécie          340
BookycookyBookycooky   04 octobre 2017
Il n'y a pas de secret, en réalité, il est simplement difficile d'accepter qu'il faille si peu aux gens normaux pour devenir fous et si peu aux fous pour être normaux. p.197
Commenter  J’apprécie          382
Video de Miljenko Jergovic (1) Voir plusAjouter une vidéo

Miljenko Jergovic : Le jardinier de Sarajevo
Olivier BARROT, en extérieur, présente le livre de Miljenko JERGOVIC : "Le jardinier de Sarajevo", éditions Nil. Dans ce recueil de nouvelles, l'écrivain bosniaque dépeint la guerre civile.
autres livres classés : littérature serbo-croateVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14314 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre