AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330002381
311 pages
Actes Sud (01/02/2012)
3.38/5   4 notes
Résumé :
Ruta Tannenbaum, le roman le plus polémique de Miljenko Jergovi´c, s’inspire librement de la vie tragique de Lea Deutsch, une fillette juive de Zagreb devenue dans les années trente une véritable vedette du Théâtre national croate.
Ruta occupe le devant de la scène avec ses parents, Salamon et Ivka, et son grand-père Abraham, tandis que dans les coulisses une multitude de personnages, bousculés par les événements, tentent de jouer le rôle que l’Histoire leur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
traversay
  28 août 2012
Miljenko Jergovic n'a pas voulu écrire une biographie de Lea Deutsch, jeune prodige du théâtre croate, morte en déportation à l'âge de 16 ans. Aujourd'hui oubliée, volontairement sans doute, car symbole d'une époque trouble, elle a cependant inspiré et constitué le point de départ de Ruta Tannenbaum qui évoque près de quarante ans de vie zagréboise, à travers une profusion de personnages d'où émergent la petite Ruta et sa famille juive ainsi qu'un couple de voisins, catholiques. La livre s'apparente à une fresque intime où les événements historiques viennent chambouler les destins, où les sentiments des hommes et des femmes évoluent au gré des changements de régime, jusqu'à la haine quand l'Etat indépendant de Croatie est créé, lors de la Seconde guerre mondiale, s'alignant sur la politique nazie en matière d'extermination des minorités. S'il s'agit du livre le plus ambitieux de Jergovic, portrait d'une ville balayée par les rafales de l'Histoire, l'auteur reste fidèle à ses habitudes : ruptures de tons nombreuses, de la tragédie au burlesque ; digressions incessantes, avant de revenir à son principal motif narratif. Davantage que dans ses autres romans, Jergovic ne perd cependant pas son dessein initial et, au fur et à mesure que le livre avance, la tonalité se fait plus sombre, à l'orée des années de plomb. Juifs, croates, bosniaques, serbes : l'écrivain ne ménage aucune communauté, sans pour autant condamner qui que ce soit, autrement que par les actions dont il est responsable. A travers cette fiction, située en grande partie dans la rue qu'elle habitait, il rend finalement hommage à Lea Deutsch, victime de la barbarie dont la célébrité a été recouverte par le silence des générations suivantes
"C'est à elle que je dois la tendresse que m'inspire ce décor. Lea Deutsch m'a laissé entrer dans sa rue. Ce livre est une petite pierre sur le seuil de sa maison, puisqu'elle n'a pas d'autre tombeau.".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
miriam
  28 mai 2017
Miljenko Jergovic est un auteur Croate, né en 1965 à Sarajevo, vit à Zagreb depuis 1993. l'action de Ruta Tannenbaum se déroule à Zagreb de 1920 à 1943.

Ruta Tannenbaum est librement inspiré du destin de Léa Deutsch, une jeune actrice disparue. Ruta Tannenbaum est la "Shirley Temple de Zagreb", née de parents juifs non pratiquants. Elle sera déportée en 1943.
Je n'ai aucun goût pour les enfants prodiges, encore moins quand ce sont des petites filles gâtées et arrogantes. Ses parents sont plutôt antipathiques, fades et peu intéressants. Sans empathie pour les personnages principaux, connaissant la triste fin de l'histoire....j'ai donc eu la tentation d'abandonner ce livre dès les premiers chapitres.
J'aurais eu tort.
Le père de Ruta, Salomon Tannenbaum, dit Moni,a un caractère médiocre, sauf quand il traîne sous la fausse identité d'Emmanuel Keglevic, pilier de bistrot et mauvais sujet où il devient fort déplaisant. Ivka Singer la mère, fut une beauté dont il ne reste rien, sa seule activité semble de marcher en talons pour déranger ses voisins goys. Elle confie, sans qu'on comprenne bien pourquoi, sa fille à sa voisine à moitié folle qui a perdu un enfant...
Autour de ces personnage principaux gravitent de nombreux personnages secondaires décrits avec beaucoup de pittoresque et de vivacité. j'ai beaucoup aimé le band père Abraham Singer, commerçant à la retraite, conscient du danger qui guette les Juifs et qui a vendu sa boutique pour faire émigrer ses enfants en Amérique. Un rabbin roumain très pieux... un ingénieur, un metteur en scène arriviste, une dramaturge pro-nazi qui rêve de voir sa pièce jouée devant le Führer... sont portraiturés de manière plus vive.
Le contexte historique et politique fait tout l'intérêt du livre.
Les Zagrébois assistent d'abord à l'Anschluss avec une sympathie non cachée pour les nazis. . Zagreb est une ville encore très autrichienne. Artistes et comédiens n'ont d'yeux que pour Vienne. On assiste aussi à la montée de l'antisémitisme, aux avertissements des Sionistes et de certains juifs conscients du danger. de sympathie pro-germanique, les Oustachis, prenant le pouvoir, se comportent en terribles suppôts des nazis.
En 1943, ce sera la solution finale.
Cette collaboration entre Oustachis croates et Allemands est un épisode de l'histoire dont j'avais vaguement entendu parler. Ce roman en donne une version très intéressante.

Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cronos
  18 juin 2021
L'intrigue commence dans les années 20 puis 30, pendant la seconde guerre mondiale, autant dire que pour une jeune juive ce n'est pas le meilleur moment de l'Histoire pour elle et sa famille, pourtant elle va s'en sortir en devenant une étoile du théâtre croate. le livre met en avant cette famille mais toute la ville de Zagreb y est incluse, sans avoir trop de personnages ce que je préfère. Un roman universel, ce sont les termes utilisés sur la quatrième de couverture et je suis assez d'accord, bien qu'écrit en 2006 il semble toujours actuel et plus vieux à la fois, j'ai aimé ce côté intemporel, pour moi c'est important pour en faire un bon livre.
L'auteur m'a rapidement pris dans son récit, puis m'a un peu perdu vers le milieu du roman avant de me retrouver dans une fresque familiale époustouflante. Je comprends mieux pourquoi ce roman a fait polémique, il met face à ses anciens démons, un pays dans une situation instable, je ne sais pas trop quoi penser de ce point, faire ressortir le passé n'est pas toujours bon, cependant il y a aussi un devoir de mémoire. J'ai aimé en apprendre plus sur l'histoire de la Croatie, j'ai aussi apprécié l'écriture qui reste sérieuse mais loin d'être inaccessible. Bonne découverte mais pas un coup de coeur non plus, cela reste tout à fait satisfaisant à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jenta3
  09 septembre 2014
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en lisant ce quatrième de couverture et ce fut une agréable surprise. Bien que par moment un peu compliqué suite à ma très mauvais connaissance de l'histoire croate ainsi que totale méconnaissance de la ville de Zagreb, l'histoire est prenante. Cette petite fille capricieuse se débat dans un monde exclusivement adulte et dans une ville qui se perd en conjectures politiques de tous genres sans parler de la menace de la guerre et la pourchasse des juifs.
Pour celles et ceux qui aiment l'histoire concernant la 2ème Guerre mondiale, ce livre peut être intéressant et donner un point de vue méconnu dans nos contrée.
Lien : http://jenta3.blogs.dhnet.be..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Jenta3Jenta3   09 septembre 2014
- Maksim, voyons, tu as trop bu.
- Tu sais comme on dit, ce que le sobre pense, l'ivre le dit.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Miljenko Jergovic (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miljenko Jergovic
Le vendredi 13 juillet 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie de recevoir Emmanuel Ruben pour évoquer les récentes publications de "Le coeur de l'Europe" (éditions La Contre Allée) et de "Terminus Schengen" (éditions le Réalgar), et pour effectuer un parcours au sein de la littérature d'ex-Yougoslavie. Il évoquait Milos Crnjanski, Ivo Andric, Aleksandar Tisma, Danilo Kis, Milorad Pavic et David Albahari, tandis que le librairie Charybde 2 évoquait Faruk Sehic, Miljenko Jergovic et Goran Petrovic.
Ceci est l'enregistrement de la première heure de la rencontre.
+ Lire la suite
autres livres classés : ex-yougoslavieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Moi j'ai joué et j'ai perdu

Elle en a fait un art ( si vous avez lu l'intro du quiz, vous trouverez la bonne réponse)

George Sand
Maggie O'Farrell
Alice Zeniter
Virginia Woolf

10 questions
93 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre