AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791030701067
Éditeur : Au Diable Vauvert (12/01/2017)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 11 notes)
Résumé :
La vie précaire d'une jeune mère isolée tourne au cauchemar après un accident. Clouée sur son lit d'hôpital, face à la télévision, elle se dissout peu à peu dans le flux de l'information mondiale catastrophiste. Après Stephen King, Clive Barker ou Cronenberg, les Contes du Soleil Noir déclinent les visages de l'horreur d'aujourd'hui, matérielle, sociale, morale? une horreur de fin de civilisation.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Le_chien_critique
08 janvier 2017
Vos parents vous ont bien dit de ne pas resté trop longtemps devant la télé. Voici l'histoire d'une jeune femme qui ne les a pas écouté.
Ce court texte sort le 12 janvier mais est disponible gratuitement en numérique jusqu'à cette date : https://www.dropbox.com/sh/9ksyqc5xgqilzem/AACj_cDIIiMqe45T3qWQj2rIa?dl=0
Premier volume d'une série de cinq prévu durant cette année.
Malika Benwalid est une femme de ménage usée élevant seul son fils Sami. Une vie pas folichonne : un boulot de nuit de merde pour une paye misérable : deux heures à laver des bureaux, puis trajet dans un autre immeuble pour recommencer. Tout ça pour n'entrevoir son fils quelques minutes avant et après l'école et compter chaque centime dépensé pour se retrouver tout de même dans le rouge. Vie de merde avec en ligne de mire un avenir de merde. Mais son avenir va changer suite à un accident de voiture.
Et nous voilà baigné dans l'étrange, le paranormal.
J'ai aimé le contexte sociétal du texte et le fait que les éléments nous soient donnés par petites touches. Nous naviguons entre passé, présent et avenir. Les scènes "fantastiques" renforcent cette critique à travers ces cameramans amateurs filmant chaque désastre pour ensuite le déverser dans le flot des réseaux sociaux.
Il est en outre assez rare de voir un personnage principal qui ne soit pas blanc, cela change agréablement et nous plonge dans une autre culture donnant un point de vue différent des grands médias télévisuels.
Le narrateur entrecoupe régulièrement le récit, donnant un point de vue extérieur bienvenu. Cependant, le ton de M. Geek m'a paru assez lourd parfois, au risque de casser l'atmosphère bien rendue du texte.
Une série B qui apporte un peu de fraicheur au genre horreur-fantastique, à découvrir selon le futur prix de l'ebook. Un tarif de moins de trois euros me paraitrait raisonnable.
Le livre contient quelques illustrations assez sombres illustrant le propos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BlackWolf
30 mai 2017
En Résumé : J'ai passé un moment de lecture sympathique avec cette novella qui nous propose de découvrir un conte contemporain intéressant et légèrement angoissant, même si tout n'a pas réussi à m'accrocher. L'un des points forts du récit c'est la capacité de l'auteur à brosser une héroïne complexe, blessée par la vie et qui a du mal à tout gérer dans une société qui oublie de plus en plus la notion de social, le tout sans jamais tomber dans la caricature. On s'attache ainsi un minimum à elle et on la comprend. L'ambiance, légèrement oppressante, colle parfaitement à l'histoire et monte doucement en tension au fil des pages. de nombreuses réflexions nous sont proposés que ce soit sur l'influence de la technologie, sur nos choix de vie, sur la société mais aussi sur le besoin de fuir une réalité parfois trop oppressante. Alors parfois elles sont traités de façon un peu trop simplistes, ou rapides, mais dans l'ensemble ce récit ne laisse pas indifférent et nous questionne. Je regretterai aussi que certains axes de développements soient un peu convenus. Ensuite que l'auteur cherche un peu trop à créer le doute chez le lecteur ce qui ne fonctionne pas toujours bien. Enfin j'ai trouvé que les interventions du geek ne sont pas toujours utiles et alourdissent même, je trouve, le récit. La plume de l'auteur s'avère simple, efficace, incisive et fluide et je me laisserai tenter par les autres contes qu'il propose.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Vinie1984
14 mars 2017
Malika élève seule son fils de 9 ans, Sami. Pour joindre les 2 bouts, elle enchaîne les petits boulots tel que femme de ménage. Elle se lève aux aurores, elle se couche tard. Elle est loin la vie qu'elle rêvait d'avoir mais elle espère offrir une meilleure perspective d'avenir à son fils.
Entre deux, elle se gave de séries TV, les enchaînant et s'en délectant.
Jusqu'au jour où un terrible accident va la laisser tel un légume dans un hôpital, seule les documentaires et les informations la tiendront éveillé et lui insuffleront un peu de vie.
La vie de Malika nous est contée à travers les yeux de Mr Geek, le narrateur. J'ai trouvé ce récit assez déstabilisant, il y a eu ce petit je ne sais quoi qui m'a mis mal à l'aise et qui fait que je ne suis pas sûre d'avoir apprécié ma lecture.
Mais il faut découvrir ce livre pour se rendre compte de cette impression.
Mr Geek nous conte la vie de Malika, comme celle de Mr et Mme tout le monde avec des mots durs, hachés. La vie de la jeune femme se mêle avec les actes barbares qui arrivent à travers le monde : attentats, ... que se complet à visionner la jeune femme jour après jour.
Si la 4ème de couverture m'avait vraiment attirée, je reste sur ma faim avec ce premier volet d'une série. Est-ce que je lirai les suivants ? Je ne le pense pas parce que j'ai peur de ressentir le même malaise qu'avec celui-ci...
Lien : http://nunuchenomore.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
26 janvier 2017
Vertigineuse fable cathodique et fantastique à l'heure des attentats et des smartphones.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/01/26/note-de-lecture-contes-du-soleil-noir-crash-alex-jestaire/
Commenter  J’apprécie          00
stephanieplaisirdelire
15 février 2017
Le narrateur, monsieur Geek, Geek pour les intimes (ne vous inquiétez pas vous allez vite finir par le devenir), nous raconte notre vie ou celle d'un autre, d'un voisin, d'un habitant de notre ville, du pays, la vie de Malika ici, ou celle d'un autre… et nous l'expose avec cynisme et dureté. Et puis pour attester la véracité de ces faits, Geek, maître en informatique, ouvre les portes des dossiers CAF, bancaires, médicaux et avec eux distille le doute sur la part d'invention et de crédibilité de cette affaire….........................

L'écriture est nerveuse, les propos souvent tranchant et je dois avouer que l'ensemble a quelque chose d'assez déstabilisant….
J'ai hâte de voir ce que les autres volets de cette série pourront exposer comme réalité terrifiante................
Lien : http://libre-r-et-associes-s..
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique08 janvier 2017
La petite femme énergique a pris les commandes – une Mme Charbit, qui préfère qu’on dise Estelle. Malika l’aime bien, apprécie son style piquant, précis – la façon qu’elle a de parler au groupe avec un dynamisme dépouillé de fioritures : voilà comment ça va se passer (en écrivant ce qu’il faut retenir ou recopier sur un tableau Velléda). « Y en a-t-il ici qui ne savent pas écrire ? » L’une des élèves, une fille vraiment très grosse, lève la main. « Vous allez devoir suivre un cours d’alphabétisation, c’est obligé, même pour faire des ménages. Mais ne vous inquiétez pas, on va vous orienter – on a de très bons professeurs. » Malika ne peut pas s’empêcher de penser que c’est du flan, que cette fatma n’aura jamais ni formation ni travail, qu’on se contentera de ne pas la rappeler, et le boulot sera pour elle, parce qu’elle sait écrire, parce qu’elle est pas la moitié d’une conne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde226 janvier 2017
C’est incroyable. De là où elle se trouve, il était impensable qu’aucun de ces débris ne l’atteigne. Quand ça commence c’est déjà fini – c’est à peine si elle a eu le temps de sursauter. L’explosion est assourdissante – d’ailleurs très vite ce n’est plus rien d’autre qu’un seul grand sifflement sourd. Le toit du bus s’est décollé, les pans d’en haut se sont ouverts comme une peau de banane – au milieu de la lumière, le feu thermite blanc – à peine un instant puis désintégration. Le verre, le métal, la poussière – tout arrive en même temps. Des échardes, une bouffée d’ozone, un lambeau de vêtement sanglant… Pince-moi si je rêve – elle n’a rien de mieux à dire pour l’instant – c’est trop soudain, trop violent. Ça fuse chaud autour de son visage, ça rebondit jusqu’au bord du parc – bris de vitres, aluminium – rien ne la touche. Puis voilà : le toit du bus soufflé par l’explosion retombe finalement du ciel, comme ça, crash, trois mètres devant elle sur le bitume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde226 janvier 2017
Tout là-haut, juste au-dessus, dans le ciel d’albâtre, un mastodonte ultraviolet se déploie – la masse incolore de la tour IGH s’y reflète comme dans un miroir ovale, sommet en bas. Ça n’a aucun sens, elle le sait – elle est prête à courir s’il le faut, les bras tendus devant elle, le nom muet de son fils dans la bouche. Le mastodonte aspire tout l’air qui manque à ses poumons et tricote une cathédrale, un oppidum de briques noires aux fibres décousues des nuages. Est-ce un autre effet d’optique tordu ou la forme derrière la vitre a-t-elle bien bougé une main, comme pour faire coucou, ou au revoir ? Elle ne pourra jamais savoir. Rumble. L’immeuble se casse en deux – par le milieu, sur la longueur, dans une déflagration de feu d’artifice. Et crash, ça s’affaisse, ça s’effondre – millefeuille fendu à la flèche dans une débauche de sucre farine. La foule fait « oh ! » Certains applaudissent. La plupart continuent de filmer. Une déferlante de poussière grise, levée dans un bruit de tonnerre, s’étend au pied du cataclysme – l’air se trouble, il n’y aura bientôt plus rien à voir. Regardez juste avant que ça coupe : les gens commencent à reculer sur le terre-plain et là – juste là, à gauche de l’écran, à côté du type en jaune, vous voyez ? Immobile, en châle et lunettes, Jackie O, la bouche ouverte – c’est elle, oui. Elle est vraiment là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde226 janvier 2017
Elle se représente son cerveau comme une grille Excel sous Windows – une grille qui aurait un bogue. La migraine a démarré vers 17 h 15, peu après son arrivée dans les spacieux bureaux de la tour en verre Natexis, son premier ménage du soir. Là elle est dans les toilettes (impeccables, comme dans une série d’avocats) – elle regarde l’Efferalgan bouillonner dans le gobelet en plastique – juste une bouffée de détergent, en ouvrant le bidon – cette odeur qu’elle ne supporte plus, qui lui colle au palais, lui tapisse la langue – et maintenant c’est une aiguille quelque part sous sa tempe gauche. Elle boit l’effervescent, grimace, s’en aperçoit dans le miroir. Un désastre se dit-elle, tristement – elle était si jolie, il n’y a pas si longtemps que ça… Blouse verte, gants plastique – elle ne s’est jamais vue si creusée, si usée – elle en est même surprise. « Qu’est-ce que tu fous ici ? C’était ça ? C’était ça ? Pas mal de choses s’intercalent dans son fichier XL bité – une icône de sa mère, une colère de son père – un mot froid de Youcef gravé à jamais dans son disque. Elle se souvient combien elle l’aimait, elle se souvient d’un certain soir à Oran… Mais tout cela n’a rien à voir avec les seize boxes qu’il lui reste à désinfecter – c’est fou comme un clavier peut vite devenir dégueulasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Alex D. Jestaire (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alex D. Jestaire
Bienvenue à Tourville
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
394 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre