AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221103074
304 pages
Éditeur : Robert Laffont (01/02/2005)
3.62/5   24 notes
Résumé :

C'est plein d'une espérance inquiète qu'en ce jour. d'octobre 1908, Victor Chambost, jeune instituteur, vient prendre son nouveau poste à Saint-Just, dans le mont Pilat. La foi en son métier le quitte et il souhaite ardemment que cette rentrée soit un nouveau départ. A Saint-Just, ses attentes sont comblées : le village est charmant, le maire fier de son école. Et surtout, parmi les joyeux petits montagnards qu'il e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
qmike549
  11 septembre 2020
Nous sommes en 1908, Victor Chambost, 29 ans instituteur est nommé dans le petit village de Saint-Just, dans le mont Pilat juste après la loi sur la Laïcité (laïcité est un principe républicain inscrit à l'article premier de la Constitution. La laïcité garantit la liberté de conscience, et protège la liberté de croire, de ne pas croire, et de changer de conviction.).
Synoptique :
Victor va faire connaissance: un jeune berger, quasi abandonné, Colin Plasson (dit Colinet), surdoué ayant une soif d'apprendre et de découverte….Ce jeune berger devient le moteur d'apprentissage de toute la classe.
Via cette histoire, Michel JEURY a profité pour mettre l'accent sur le système éducatif au début de notre siècle après la loi de la Laïcité et sur l'investissement des professeurs instituteurs de l'époque pour qui le savoir le respect la morale l'honneur la république, sont les clés de la réussite.
L'auteur nous rappelle qu'au-delà le partage des savoirs, de l'acquisition des connaissances, la mission principale des instituteurs de l'époque était de former les apprenants en bons républicains.
Michel Jeury livre également des messages forts sur la morale et le respect…
Ce n'est pas parce que l'on nait dans un milieu pauvre défavorisé qu'on ne peut pas réussir
Est-ce pour autant un roman réussi captivant ?
Hélas, nous sommes loin des romans de terroirs captivants de Christian Signol
Tout en long du récit, nous allons de déception en déception...(lenteur, répétition, échange épistolaire barbant entre les enseignants. une fin bâclée

La plume de Michel JEURY manque d'âme de profondeur. de sincérité.
Nous ne sommes donc pas transportés ni par le récit, ni par les personnages.
Même le petit Colinet personnage central du récit, tel qu'il est décrit n'apporte pas de sensibilité au récit.
Tout est mou, insipide lassant navrant monotone…
Ce roman est donc une énorme déception.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          633
MoniqueBBB
  30 novembre 2019
Les romans de terroir j'en ai lu quelques uns...j'aime beaucoup certains auteurs...je n'avais encore jamais lu Jeury.
Si j'ai choisi ce livre, c'est car j'ai raté ma vocation : je voulais être institutrice...ratée pas à cause de mes facultés intellectuelles...non ratée car j'ai été mal orientée....aujourd'hui, je ne regrette pas ce ratage car j'aurais à m'occuper de la génération "j'ai le droit" et j'aurais eu tous les parents à mon derrière pour venir défendre leurs enfants rois.
Ce livre, c'est avant tout pour moi l'évolution de notre société...quelle évolution en 110 années...sur tous les points. C'est pour ça que je conseillerai la lecture de ce livre.
Enfin, je ne peux conclure qu'en faisant le lien avec cette émission sur les livres :
en replay
https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-12/1109053-speciale-sauvons-la-planete.html
Commenter  J’apprécie          20
dancingbrave
  14 août 2013
Ce texte est, comment dire, un long fleuve tranquille. Une sorte de nuage de phrases douces s'enchaînant sans heurt et nous menant calmement du départ à l'arrivée sans surprise, ou si peu.
Tout s'y prête, la période précédant le première guerre mondiale, cette fin de belle époque ; le cadre des monts Pilat dans ces hautes campagnes du Sud de Saint-Etienne ; Les soirées calmes près de la lampe à pétrole ; l'amour qui va s'imposer entre deux être que leurs idées reçues opposent.
D'aucun pourront tout à fait juger cette littérature niaiseuse, une sorte de télé-film sur papier ; moi j'ai, de temps en temps, besoin de ce genre littéraire là, histoire d'apaiser mon esprit malmené par la vie quotidienne et même parfois par des lectures disons, un peu fortes.
Commenter  J’apprécie          20
coquinnette1974
  21 mai 2016
La petite école dans la montagne est un roman du terroir sympathique, sur un thème que j'aime beaucoup.
Mais je dois avouer que je n'ai pas été plus captivée que ça par ce roman. J'ai apprécié, sans plus.
Je n'ai pas été transportée comme dans les romans de Christian Signol ou Yves Viollier.
Il y a des longueurs, et l'échange de lettres entre les deux personnages principaux ne m'ont pas toujours captivé.
Par contre, j'ai beaucoup aimé le tout dernier chapitre, au moins on sait ce que sont devenus les différentes protagonistes, et il y a une vraie fin, ce qui est appréciable.
Je mets trois étoiles, et je pense qu'il intéressera les amateurs du genre.
Commenter  J’apprécie          20
Gloewen
  28 février 2017
En lisant le quatrième de couverture, je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire. Je pensais bien découvrir le milieu rural du début du vingtième siècle mais je m'attendais plutôt à suivre le combat d'un maître passionné et de son élève pour l'apprentissage du savoir.
Je l'avoue, c'est ce qui m'avait tenté dans ce livre et j'ai été fort déçue car, si cette lutte est bien présente dans l'histoire, elle est en arrière plan. Sur le devant de la scène, une histoire d'amour un peu plan-plan sans réel suspense.
J'aurais adoré que ce livre me plaise mais j'ai mis pas mal de temps à entrer dedans et, si j'avais eu autre chose à lire ou à faire à ce moment-là, je crois que j'aurais abandonné. C'est dommage car j'avais vraiment envie de lire un roman du terroir entraînant et de me projeter à cette période. Ce ne fût pas du tout le cas. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages si ce n'est Colinet qui, finalement, n'est pas au centre de l'histoire et reste une "ombre".
Il y avait pourtant des choses qui auraient pu me plaire mais je n'ai pas réussi à accrocher. C'est mou, il y a très peu d'actions… Je n'en garde quasiment qu'un sentiment de lenteur mais aussi de déception par rapport à la fin (tout ça pour ça?!!).
Le point positif que j'en retire, c'est qu'il m'a permis d'avoir un aperçu du métier d'instituteur et de la vie à cette période.
EN BREF, vous l'aurez compris, je suis déçue de ce roman qui n'a pas su me captiver.
Lien : http://gloewen.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Videos de Michel Jeury (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Jeury
Michel Jeury en conférence aux Utopiales 2010 2/2
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre