AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221080017
Éditeur : Robert Laffont (10/03/1995)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Jamais les écoliers cévenols ne travaillèrent autant qu'en 1935. Seule la voix des maîtres expliquant des règles de calcul ou d'orthographe interrompait la course des plumes sur les cahiers. C'était l'année du certificat. Les instituteurs s'affrontaient pour le prix cantonal.
Cette année-la fut vraiment riche en événements et en péripéties ! Lorsqu'ils avaient un peu de liberté, les élèves battaient la campagne, tentant de débusquer les "amants" et "les femme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
barjabulette
  08 septembre 2014
Quelle jolie bulle d'air frais ce roman.
L'auteur nous raconte l'histoire de 2 frères, fils d'instituteur, qui se préparent à présenter leur certificat d'études.
Bien que je sois trop jeune pour connaître cette époque, j'ai aimé l'odeur campagnarde, cévenole plutôt.
Je l'ai lu surtout sous l'angle "pédagogique", en effet, le comportement du père, en tant que pédagogue, pose question à plusieurs reprises.
Mais, en même temps, on est assez vite emporté par la vie quotidienne de cette famille et on se laisse bercer par les aventures.
Cet auteur est, je pense, en tout cas pour ce roman, assez proche du style de Christian Signol. Terroir sans être lourd, il a l'art de nous donner envie de découvrir sa région, d'humer cette odeur d'herbes et de montagne.
Les références littéraires ainsi que les problèmes de mathématiques qui font références à ceux du certificat et qui figurent en fin d'ouvrages sont un vrai apport au livre. Ils nous permettent de nous replonger d'autant plus dans l'époque et dans la complexité et le stress que pouvaient ressentir les petits candidats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Adrienne
  26 juillet 2016
Un titre et une couverture qui sentent bon la France d'autrefois: l'action se situe dans un village cévenol en 1935. Un couple d'instituteurs, leurs trois enfants, deux garçons et une petite fille qu'on surnomme Fofette.
Le père préoccupé seulement de son prestige mais sans amour réel pour ses enfants, le fils aîné chargé de réaliser les rêves du père et les deux cadets traités par lui de 'minus habens' et de 'simplette', la vie d'un village des années 30, la rivalité entre instituteurs... mais rassurez-vous, tout ça est raconté avec beaucoup d'humour et de bienveillance.
Ce livre est bien plus que l'histoire d'une famille. Il est aussi un merveilleux retour sur toute une époque de l'instruction publique et obligatoire. Ce qui l'illustre le mieux, ce sont les extraits mis en exergue de chaque chapitre: ils sont une magnifique illustration de la pédagogie de ces années 1930 et également en rapport parfait avec la suite de l'histoire racontée. Tous ces extraits proviennent des manuels scolaires utilisés à l'époque: à côté des exemples de récitations et de sujets de rédactions, il y a ces "problèmes" - tout à fait jouissifs - de robinets qui coulent et de trains qui se croisent. Quelques-uns sont offerts en annexe à la sagacité du lecteur d'aujourd'hui :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Mamzellegazelle
  28 février 2015
Il y a comme un air de déjà entendu ... ce livre me replonge dans les histoires de mon cher et disparu grand-père qui a connu l'année du certif' ! Quand on se plonge dans cet univers où l'école avait tout son sens avec l'instituteur sévère en tablier gris, la règle en fer à la main, on vit cette année du certificat avec les petits héros du livre. J'ai adoré cette belle histoire qui mèle, terroir, régionalisme, histoire et premiers émois amoureux pour les garçons et les filles comme ils le vivaient en 1935. En me plongeant dans ce livre mes sens olfactifs sont revenus avec l'odeur de ma salle de classe en primaire que j'ai connu en .. 1975 et oui déjà ! le certificat d'étude n'existait déjà plus mais beaucoup de souvenirs sont réapparus pour mon plus grand bonheur.
Le livre est super bien fait car l'auteur a incorporer dans le texte de l'histoire des réactions, dictées et nombreux problèmes de calcul obligatoires en 1935 (issu de bons vieux livres des instituteurs !) et bien, non sans gêne je vous l'avoue : avec les problèmes de calcul style "Un train part de Lyon à 21H43 vers Paris, un autre train part de Paris vers Lyon à 22H13, sachant que celui-ci fait une halte à... de 16 minutes et 24 secondes, calculez à quelle heure ils vont se croiser ..(!!)" et bien, oui je l'avoue que c'est tellement tordu que je n'aurais probablement pas eu mon certificat d'étude !!!!!! Et vous ????
Bref, les résultats de tous ces devoirs sont en fin de livre .. alors si vous voulez passer un excellent moment en 1935 et en plus, savoir si vous auriez été reçu au certif' ce livre est pour vous ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
michelangelo
  13 février 2014
Michel Jeury est un écrivain complet. Il brille dans la science fiction, où il est classé parmi les meilleurs, et s'impose dans le roman classique. Là, il se montre extrêmement terrestre, et dépeint avec réalisme et force un environnement fait de ruralité et de vie grouillante.
Nounou est un roman magnifique. L'année du certif, plus ancien, est un modèle de justesse et de retenue. C'est aussi un document historique qui fait revivre avec réalisme et dignité, sans nostalgie excessive, une époque révolue.
Donc, pour Michel Jeury, le décor a son importance : que ce soit le Périgord ou, dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, les Cévennes de l'entre-deux guerres.
On ressent tout l'amour qu'il porte à ces régions reculées mais si vivantes. Il nous brosse des tableaux champêtres tentants comme des cartes postales de vacances ! Et que dire de ces salles de classes anciennes dont on croit sentir les odeurs passées faites d'encre, de cire, de craie… Nostalgie quand tu nous tiens !
Les élèves de l'année du certif (dont les fils de l'instituteur) vont préparer l'examen avec leur maître, Paul Fontanes, et vont s'efforcer d'obtenir le prix cantonal. L'entraînement ressemble à un entraînement sportif, éreintant et continu. On révise les jeudis et dimanches avec les élèves de Mlle Rachel de la commune voisine.
La compétition est serrée, autant pour les maîtres que pour les élèves. Les rivalités sont sourdes et complexes. Les jeunes candidats sont soumis à une concurrence parfois féroce qui laisse peu de place aux sentiments.
Pourtant, le dénouement sera une formidable surprise ! Dans la vie rien n'est joué d'avance…
Dans le roman, on trouve quelques problèmes et textes sortis des manuels scolaires d'époque. Les amateurs ou professionnels se régaleront comme moi de ces petits morceaux bien choisis : robinets qui coulent, baignoires qui fuient, trains qui se croisent, poésies de Hugo, De Maupassant (les corrigés des problèmes se trouvent en annexe pour les moins courageux).
Michel ANge mars 2005
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  18 octobre 2019
Plein de légèreté et écrit avec finesse, ce roman très facile à lire et à comprendre se laisse dévorer sans aucun problème. Un récit qui nous montre que l'école à cette époque était un endroit respecté et respectable.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AdrienneAdrienne   26 juillet 2016
- Mon père est inspecteur primaire et moi je ne suis qu'un pauvre instituteur de campagne!
Claire se recoiffe, met de l'ordre dans sa toilette de nuit. Elle sourit pour elle seule. Elle n'aime pas agiter les soucis ordinaires de la vie tout de suite après la balade dans la Voie lactée. Il est vrai qu'elle n'a pas vu beaucoup d'étoiles, ce soir. On dirait qu'il y en a de plus en plus dans le ciel d'été et de moins en moins dans son ciel de lit. Elle soupire, revient sur la terre sans trop d'effort.
- Mon chéri, je te rappelle que tu as DEUX garçons.
- Ninik... René est trop écervelé pour réussir jamais l'Ecole normale.
- Il n'est pas heureux.
- C'est un lunatique, un marchand de caprices, un minus habens. Il s'est mis en tête de s'engager à la coloniale!
- A dix ans, un enfant ne peut pas savoir ce qu'il fera dans la vie.
- N'importe. La pauvre Fofette, à huit ans et demi, tire encore la langue. Davy, euh... Antoine seul peut s'élever au-dessus de notre condition. L'année qui vient est capitale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Michel Jeury (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Jeury
Michel Jeury en conférence aux Utopiales 2010 2/2
autres livres classés : écoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre