AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2092566075
Éditeur : Nathan (02/03/2017)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux États-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique, vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité… c’est que j’ai avalé un arc-en-ciel.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Analire
19 mars 2017
La couverture multicolore ne laisse aucun doute sur la thématique centrale du roman : l'homosexualité. Un sujet à la pointe de l'actualité, malheureusement encore tabou dans certains milieux, mais qui tend à se démocratiser de jour en jour.
Capucine – surnommée Puce par ses amis intimes -, est une jeune lycéenne de dix-sept ans, française expatriée aux Etats-Unis. Elle vit une ville banale, entourée de ses amis les plus proches – Soupe, Sara, Vaneck… et j'en passe. Alors qu'ils sont en phase d'intégrer le lycée pour leur dernière année de secondaire, Aiden, une jeune femme mystérieuse, au style vestimentaire intriguant et aux dreadlocks sur la tête, débarque dans leur école. La petite troupe va rapidement intégrer Aiden à leur groupe, qui va devenir leur amie. Mais les frontières entre l'amitié et l'amour sont bien minces ; Puce va s'en rendre compte à ses dépends.
L'histoire est racontée sous forme de journal intime électronique. Notre narratrice et protagoniste, Puce, raconte ses journées sur son blog, en tachant d'écrire dans sa langue natale, le français, pour éviter que ses camarades ne puissent comprendre ce qu'elle raconte. Grâce à cette forme de narration, un lien privilégié va naître entre lecteur et narratrice. En effet, Puce écrit son histoire à la première personne du singulier et apostrophe souvent le lecteur, lui révélant ses petits secrets, lui parlant de tout et de rien à coeur ouvert, on se sent proche d'elle, très complices. Alors forcément, on s'attache facilement à cette jeune adolescente dans la fleur de l'âge, gentille mais fragile, qui cherche encore à se connaître.
C'est un roman frais et moderne, qui survole les stéréotypes et les idées-préconçues, en racontant avec douceur la naissance d'une histoire d'amour entre deux personnes de même sexe. L'histoire aurait pu paraître banale, comme la naissance d'un amour entre deux personnes quelconque. Or, ici, c'est plus qu'un amour qui naît. Puce se découvre, apprendre à se connaître, se dévoile à ses amis, à ses parents, aux lecteurs. C'est une sorte de résurrection personnelle. L'histoire est raconte avec douceur et bienveillance, sans jugement, sans critique. C'est très émouvant.
En revanche, petit bémol concernant le jeu de l'Assassin, qui apparaît vers le milieu du récit. Chaque année, ce jeu est organisé, et consiste à « tuer » sa cible (prédéfinie en avance) avec des pistolets à eau. le gagnant remporte une somme d'argent rondelette. Même si ce jeu apporte plus de dynamisme à l'histoire, je ne l'ai pas trouvé à sa place. Bien trop malveillant et cruel (les élèves n'hésitaient pas à se faire des crasses et à se blesser moralement pour arriver à leurs fins) ; des valeurs qui contrastent grandement avec l'histoire d'amour doucereuse qui naissait sous nos yeux.
Joli récit, plein de douceur et d'élégance, dans lequel on suit Puce, jeune américaine en quête d'identité sexuelle. Un roman touchant, sorte d'arc-en-ciel de bonheur dans un monde bien trop sombre.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nightsreadings
23 avril 2017
J'avoue que j'ai été un peu niaise sur le coup et que je n'avais pas capté (malgré la couverture arc-en-ciel) que le livre allait parler d'homosexualité. J'ai été attirée par le ton frais qui se dégageait du livre. Eh bien, je vais vous avouer que c'est tout aussi bien ! Après tout, pourquoi faudrait-il absolument spécifier qu'il s'agit d'un amour lesbien ? Dans ce livre, il s'agit avant tout d'une histoire d'amour et c'est tant mieux.

Puce n'a rien d'extraordinaire : bon élève sans être major de la promo, elle s'entend avec tout le monde mais demeure malgré tout assez anonyme au lycée. Après sa rupture avec Ben, elle décide de tenir un blog qui devient un journal intime de son quotidien et de sa dernière année de lycée. Dernière année où elle va trouver l'amour sous une forme qu'elle n'imaginait absolument pas.

Le thème du roman traite d'un sujet encore difficile à afficher dans notre société : l'homosexualité. Pourtant l'auteur ne délivre aucun jugement, qu'il soit positif ou négatif : il se contente de laisser une romance se développer, comme s'il s'agissait d'une romance homme/femme. Pour moi, ce roman est imprégné d'une humanité formidable. On évite les stéréotypes et autres niaiseries dans lesquelles on tombe bien trop rapidement pour laisser place à la naissance d'une jolie romance. de plus, la narration est très attachante avec des apostrophes au lecteur et des chapitres brefs qui rappellent la série Awkward. On a sous les yeux une jeune-fille qui est en train de se construire. Et on ne peut s'empêcher de s'attacher à Puce et à son quotidien qui n'a vraiment rien d'extraordinaire car elle a été comme nous : gaffeuse, perplexe, triste à l'idée d'en finir avec le lycée et en quête d'une identité sexuelle. Bon, j'avoue que ce récit initiatique pour nos personnages intègre un peu trop de culture américaine avec des lieux fantasmés. J'ai eu l'impression que tous les stéréotypes étaient rassemblés mais peut-être est-ce vraiment comme ça les lycées américains ? Enfin, point le plus positif à mon sens : le roman ne se concentre pas sur l'histoire d'amour. L'auteur s'en libère grâce au jeu de l'Assassin qui introduit du suspens et un peu de dark dans le récit. En effet, il s'agit d'un jeu qui a lieu dans le lycée de Puce dans lequel chaque élève a une cible définie qu'il doit abattre par tous les moyens et tous les coups sont permis. Nous ne tombons donc pas dans le huis-clos étouffant que l'on connait trop bien pour suivre une jeune-fille qui fait écho à celle que nous avons été et qui découvre l'amour. En bref, un roman lumineux, dont on pourrait penser qu'il ne réserve aucune surprise, mais qui s'avère d'une justesse et d'un humour remarquables.
EXTRAITS : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2017/04/jai-avale-un-arc-en-ciel.html
Lien : http://lecturesdunenuit.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
manguy
14 mai 2017
Un super livre !
Au début je n'accrochais pas particulièrement, mais j'ai finit par bien aimé.
Dans ce livre, c'est le blog de Capucine, mais on l'appelle Puce, elle vit au Etats-Unis et étudie dans un ''Collège-prep'' elle nous raconte son année scolaire de ''Senior'', elle adore lire et est fan de Harry Potter. Elle parle anglais mais aussi un peu français.
Dans cette dernière année dans son collège-prep, il va se passer beaucoup de choses ! Elle va rencontrer Aiden, ce qui va bousculer un peu sa vie ! Il y a des fêtes, de la joie, de l'amour, de la tristesse, ...
J'ai bien aimé le jeu ''Assassins'' auquel participent tous les Seniors de l'école.
D'ailleurs, on comprend bien le fonctionnement de l'école et de la société américaine dans ce roman.
Le livre est drôle et se lis assez vite. Il y a des mots anglais, des messages en anglais (avec la traduction ne vous inquiétez pas), c'est donc super pour apprendre quelques mots en anglais au passage de cette lecture.
Un thème important est aussi abordé : l'homosexualité, ce qui rend ce livre encore plus intéressant !
Bref ! C'est un livre à ajouter à votre PAL !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MademoiselleBouquine
08 mars 2017
Mesdames, mesdemoiselles, messieurs.
C'est un grand moment.
J'ai enfin une comparse littéraire de prénom. C'est un événement.
Lire ce roman n'était absolument pas prévu.
L'adorer encore moins.
J'ai avalé un arc-en-ciel propose de se plonger dans le blog que Capucine tient dès sa rentrée en senior year, l'équivalent américain de la Terminale. Capucine est en effet franco-américaine et vit dans le Delaware depuis ses trois ans - où elle se fait appeler Puce afin d'éviter le massacre quotidien de son patronyme. Je connais. Je compatis. On ignore la souffrance des Capucine qui se font appeler Cappuccino ou Capoutchine, croyez-moi.
La jeune fille entreprend de décrire en français, par souci de confidentialité vis-à-vis de toutes ses connaissances anglophones, de transcrire son quotidien, ses attentes, ses craintes, et même d'exposer la culture américaine en la confrontant à la partie française d'elle-même.
Et.
C'est.
On ne peut plus réussi.
Difficile pourtant de s'imaginer livrer un roman aussi original, vrai et touchant que celui-ci avec une intrigue de base qui sonne aussi usée, aussi battue et rebattue. Et pourtant, qu'il s'agisse de la narration fraîche et juste de Capucine, du choc des cultures original et instructif proposé, des relations émouvantes et véritablement authentiques entre personnages, tout fonctionne, rien n'est caricaturé, tout est naturel. le ton évolue de façon très travaillée avec le texte, d'une voix évidemment moins mature aux derniers jours d'août à une autre bien plus consciente du monde qui l'entoure en mai. C'est aussi subtil qu'attachant...
Le tout se lit avec un plaisir non dissimulé, au fur et à mesure que l'attachement du lecteur envers Puce grandit. A travers les réflexions de la narratrice sur l'amour, l'amitié, le sens qu'elle veut donner à sa vie, on se sent empli d'un enthousiasme et d'un espoir assez incomparables, pour refermer ce feel-good book complètement réjoui, si l'on met de côté la frustration de devoir quitter cette histoire.
Les mois se succèdent dans un fort dynamisme, absolument pas avec la monotonie du temps qui s'écoule égal à lui-même, mais plutôt au rythme des troubles qui agitent Capucine et son entourage, ou bien de leurs réjouissances. Car oui, s'il y a bien quelque chose à retenir de cet arc-en-ciel, c'est sa lumière, son injonction à s'ouvrir à soi-même et aux autres, à s'accepter tel que l'on est et à profiter de chaque opportunité offerte par l'existence.
Dit comme ça, cela sonne extrêmement rébarbatif. Mais croyez-moi, c'est on ne peut plus addictif.
On pourra bien reprocher à J'ai avalé un arc-en-ciel d'avoir une fin aisée à deviner, mais si vous voulez mon avis - et je ne vois pas pourquoi vous ne le voudriez pas dans la mesure où vous êtes sur mon blog. Enfin, sauf si vous aimez vous torturer. Ce que je ne juge pas -, ce n'est pas le dénouement qui compte, mais bien la manière dont il survient, le message d'espoir qu'il apporte avec lui, le sentiment doux-amer d'accomplissement et dans le même temps d'ouverture qu'il répand autour de lui.
En bref, un roman lumineux et bouleversant, dont l'on pourrait pourtant penser qu'il ne réserve aucune surprise, mais qui s'avère d'une justesse, d'une humanité, d'un humour, en un mot d'un talent, remarquables. Quelques centaines de pages pour autant de tranches de vies, un blog passionnant et adorable pour un récit quelque peu prévisible certes, mais non moins surprenant dans sa façon d'être déroulé, et regorgeant de petites anecdotes passionnantes sur la culture américaine véritablement inédites pour nous autres Franchouillards. Jetez-vous dessus sans plus attendre.
Note attribuée : 9,5/10 : le coup de coeur n'est pas vraiment très loin. On y réfléchit.
Lien : http://mademoisellebouquine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Laure705
22 avril 2017
Je n'avais pas vraiment de grandes attentes en commençant ce roman, alors comment vous dire à quel point j'ai été surprise ! Ce roman est feel good, il nous fait à la fois pleurer, rire et sourire !
Capucine, ou Puce, est une adolescente française installée aux Etats-Unis depuis ses 3 ans. Dans ses quotidiennes notes de blog, elle nous raconte son quotidien lycéen en nous confiant ses pensées et ses réflexions. En soi, le sujet n'est pas spécialement original : peines de coeur, amour, amitié, famille et recherche de soi. Mais il y avait beaucoup de justesse dans la façon de l'aborder ici.
La première chose que j'ai adorée dans ce récit, c'est son ambiance. Capucine nous transporte dans son lycée américain, en nous expliquant au fur et à mesure tout ce qui diffère de chez nous. Des expressions, des concepts et des événements qu'on n'a pas en France et qu'on est ravis de découvrir. (D'ailleurs moi je veux bien un lycée qui organise autant de trucs ^^ )
Capucine est un personnage auquel on s'attache rapidement et qui a une réelle profondeur. C'est une adolescente qui approche de l'âge adulte, mais qui se pose encore beaucoup de questions, qui se cherche encore. Elle a des questionnements universels, et aimerait juste arrêter de devoir se mettre dans une case, et seulement être. Je me suis sentie proche d'elle par plusieurs points, et ça m'a vraiment fait plaisir de voir un personnage aussi vrai.
De son côté, Aiden est une jeune femme forte et attachante qui apporte du punch à ce roman. Sara, Vaneck et Soupe, les amis de Puce sont eux aussi assez drôles, même si leurs réactions m'ont un peu crispée à certains moments.
Ce livre présente une belle vision de l'amour dans son sens le plus vrai (du moins à mon avis), et finalement à sa base. (Ce que je dis peut paraître assez flou sans avoir lu le roman, mais pour ceux dont c'est le cas, je pense que vous me comprenez.). Malheureusement je ne peux pas développer plus ce point, car je préfère vous laisser découvrir le roman par vous-même.
Un autre point que j'ai apprécié dans le récit, c'est le réalisme du monde dans lequel évolue les personnages. Réalisme, ou plutôt modernisme. Un roman qui colle vraiment à ce qu'on vit au quotidien (sauf pour le lycée américain, of course), en tant que génération Z (paraît qu'on dit ça maintenant ^^ ), qui a grandit avec Internet et donc Youtube, et en général toutes les opportunités que nous apporte le web. La Pop culture est aussi très présente dans le roman, Capucine et sa meilleure amie étant des Potterheads.
Mais au-delà de tout ça, ce roman transmet des émotions tellement intenses ! J'ai passé ma lecture entre rires et larmes, pour le refermer avec une sensation de joie nichée dans le coeur. Rien que pour ça, ce roman mérite d'être lu par tout le monde ! C'est pile le livre à lire quand ça va pas forcément (ou même quand vous pétez la forme d'ailleurs ^^ ), car la plume d'Erwan Ji est fraîche, moderne et pétillante !

Pour conclure, ce roman est une vraie pépite qui transmet pleins de beaux messages. Un roman merveilleux à lire de toute urgence !

Lien : http://lemondelaure.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
manguymanguy14 mai 2017
L'année dernière c'était :
"Si tu cherches le soleil au fond de tes chaussures, tu n'y trouveras que des ampoules."
Cette année, on a eu droit à :
"Quand tu lève le tête, ce n'est pas toi qui regarde le ciel, c'est le ciel qui te regarde."
Commenter  J’apprécie          55
ValHou57ValHou5713 mai 2017
Sara et moi, on est des Potterheads. On a lu tous les livres de la série huit fois. Ce n'est pas la peine d'essayer de nous coller, parce qu'on sait tout. Quand on se fait des promesses, on jure sur la tête d'un personnage de la série et on doit dire son nom en entier avec les deux prénoms et tout, sinon ça ne marche pas. C'est juste entre Sara et moi, parce que Vaneck, il serait capable de confondre un épouvantard avec un détraqueur, et Soupe, c'est un tel Moldu, je ne serais pas surprise s'il pense que Dumbledore est une marque de slips.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ValHou57ValHou5713 mai 2017
Le samedi soir, on a des habitudes différentes de celles des Populaires. L'une de nos préférées, c'est de passer la nuit dans une vieille cabane abandonnée qu'on a aménagée dans la forêt. Soupe l'a trouvée quand il avait dix ans. On a passé une bonne partie de nos weeks-ends de deuxième année à la rénover pour en faire notre quartier général. On fait des feux de camp, on se raconte des histoires effrayantes, on fait griller des marshmallows, Soupe joue de la guitare, Sara nous raconte les derniers potins, Vaneck imite les profs, on refait le monde, on glisse de fausses araignées dans le sac de couchage de Soupe, et pour les occasions spéciales, on fume un ou deux joints qu'on a échangés à Seemus contre des pâtisseries que j'ai faites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ValHou57ValHou5713 mai 2017
Je me suis assise au fond près de la fenêtre. J'ai attrapé Nos étoiles contraires dans mon sac à dos et j'ai commencé à lire. Au lycée, tous ceux qui lisent l'ont déjà lu, mais moi j'ai tellement de livres sur ma table de nuit que j'ai souvent un wagon de retard sur les autres. Quand j'étais somophore, j'ai entendu parler de "Peeta" et de "Gale" pendant des mois sans savoir de qui il s'agissait, et quand j'ai enfin lu Hunger Games, ça n'intéressait plus personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
manguymanguy14 mai 2017
Il y a des gens comme ça. Dès qu'on les rencontre, on sait que le Choixpeau magique les enverrait à serpentard.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2411 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .