AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072824176
Éditeur : Gallimard (11/04/2019)

Note moyenne : 4.41/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Hiver 1870, le capitaine Jefferson Kyle Kidd parcourt le nord du Texas et lit à voix haute des articles de journaux devant un public avide des nouvelles du monde : les Irlandais migrent à New York ; une ligne de chemin de fer traverse désormais le Nebraska ; le Popocatepetl, près de Mexico, est entré en éruption. Un soir, après une de ses lectures à Wichita Falls, on propose au Capitaine de ramener dans sa famille,
près de San Antonio, la jeune Johanna Leonbe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
  20 avril 2019
"Au panthéon du western, entre True grit et Lonesome dove - Charles Frazier" dit le bandeau qui appâte le chaland sur la version Folio de ce superbe western. Une fois n'est pas coutume, je me suis laissée prendre par cette accroche alléchante, et je n'ai pas été déçue car deux fois ne sont pas coutume : ce slogan est fondé.
Il y a en effet du True grit dans le couple de héros, un vieux soldat revenu de tout qui s'engage à ramener vers sa famille une gamine de dix ans tout juste reprise aux Indiens kiowas qui l'avaient enlevée quatre ans plus tôt.
Y résonnent aussi des accents de Lonesome dove dans leur traversée du nord au sud du Texas de 1870 en pleine mutation, où la liberté et la violence du Far West laissent inexorablement la place à la violence plus sourde de la civilisation.
Mais ce western chante aussi sa propre musique qui vaut vraiment d'être découverte, même par ceux qui ne sont pas particulièrement amateurs de westerns : outre une évocation formidable de la nature âpre et riche du Texas, propre à forger les caractères, ce roman vaut par les deux puissantes figures qu'il met en scène et la relation profonde et émouvante qu'ils parviennent à tisser entre eux; lui, le viei homme revenu de tout, apportant aux contrées les plus reculées les nouvelles du monde les plus éloignées de l'actualité bestiale et futile du moment; elle, la flambloyante môme deux fois arrachée aux siens, génétiquement blanche mais dont chaque cellule est devenue indienne, jetant sur le monde occidental le regard farouche et incrédule des enfants.
Poignant, rêche, sensible, ce western écrit par une femme pose un regard singulier sur l'histoire du grand ouest américain, tout en respectant le meilleur des codes du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
LucileMM
  11 novembre 2018
Texas 1870.
Le capitaine Jefferson Kyle Kidd, veuf, solitaire, ancien soldat, gagne sa vie en allant de ville en ville pour faire des lectures publiques de journaux. Un soir, à la fin d'une de ces lectures, il se voit confier la mission de reconduire la petite Johanna, auprès de son oncle et sa tante.
Johanna, dix ans, unique rescapée de sa famille massacrée par les indiens, élevée comme l'une des leurs par ceux qui ont tué les siens.
Commence alors un voyage mouvementé, une traversée de tous les dangers dans cette contrée où les lois ne concernent que ceux qui veulent bien les respecter.
Un voyage intérieur et salvateur aussi, entre le vieil homme qui n'attend plus grand-chose de la vie et la toute jeune fille qui démarre la sienne dans la violence.
Alternant les épisodes de bravoure et les scènes intimistes, Paulette Jiles tisse autour de ses personnages un récit à la fois captivant, émouvant et intelligent !
Commenter  J’apprécie          240
Bonnynic
  17 février 2019
Un voyage entre Wichita Falls et San Antonio à l'époque du Far-West.
Un voyage qui nous amène à réfléchir sur les relations humaines tout en passant un agréable moment de lecture.
La relation entre un vieil homme et une jeune fille élevée par les indiens est le fil conducteur du roman. Depuis le commencement un peu difficile jusqu'au dénouement très poignant.
Un seul regret pour ma part, je trouve le livre un peu trop court. J'aurais apprécié que l'auteur prenne plus de temps pour décrire les personnages, leurs histoires et leurs psychologies.
Le livre fait 230 pages mais je trouve qu'il aurait pu en faire plus afin de devenir un grand roman.
Pour les amateurs de western, Far-west et cow-boys c'est vraiment un roman à lire.
Commenter  J’apprécie          230
Yaena
  28 mai 2019
Alléchée par la critique d'Allantvers (merci !) je me suis lancée dans la lecture de ce western atypique. Atypique, parce que ce livre est écrit par une femme ce qui est plutôt rare en matière de western et ensuite parce que l'idée de départ est originale. le Capitaine Kidd arpente le pays jusque dans ses contrées les plus reculées pour y apporter « des nouvelles du monde ». Il lit ses journaux devant un public hétéroclite en fonction duquel il adapte ses lectures. Mais le Capitaine se lasse, s'aigrie, se fane peu à peu, jusqu'à ce qu'on lui confie cette petite fille enlevée par les Kiowas à l'âge de 4 ans. Elle a aujourd'hui 10 ans et malgré son comportement en marge et ses difficultés à passer inaperçue dans le « monde civilisé » le Capitaine s'est engagé à la ramener auprès des siens. Seulement voilà le voyage est long et dangereux pour un vieil homme et une enfant. Mais les apparences sont trompeuses, le « Kep-Ten »a encore de beaux restes et peut se révéler redoutable, quant à la petite Johanna elle n'a rien de la petite victime à plaindre que les âmes charitables s'attendent à rencontrer en entendant son histoire.
Paulette Jiles nous emmène pour une traversée semée d'embuches et fait défiler sous nos yeux des paysages magnifiques. Sur un rythme lent et constant qui ne laisse pas de place pour l'ennui on progresse dans l'ouest sauvage jusque dans les endroits les plus reculés. On y croisera d'ailleurs une population pas toujours recommandable où les sauvages ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Mais au-delà de ce voyage Paulette Jiles nous offre surtout une aventure humaine émouvante, toute en pudeur et sans fioriture. Ces deux êtres vont apprendre et se nourrir l'un de l'autre et s'accepter sans se juger. Ils vont s'appuyer l'un sur l'autre pour retrouver un second souffle et poursuivre leur chemin. Mais la petite a une famille qui l'attend et le Kep-Ten qui est un homme d'honneur s'est engagé à leur ramener la petite Johanna malgré la peine que cela leur occasionne à tous les deux.
Loin de sombrer dans le pathos cette histoire a du chien ! le caractère bien trempé du Capitaine Kidd m'a beaucoup plu, pour un papi il a beaucoup de classe et il en impose. Par ailleurs le comportement décalé mais tellement authentique et franc de Johanna donne lieu à des passages qui font sourire.
De plus d'un point de vue historique le livre est bien documenté et aborde le thème intéressant de ces personnes enlevées par les indiens et pour qui le retour à la vie « civilisée » fut un déchirement.
Un western qui mise plus sur les relations humaines que sur les fusillades. Un pari pas facile mais très réussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
belette2911
  27 novembre 2018
Donnez-moi la main que je vous hisse dans le chariot estampillé "eaux curatives" aux côtés du Kep-Ten Kidd et de la jeune Chohenna car le voyage vaut la peine d'être vécu et je vous envie de ne pas l'avoir encore fait…
Le capitaine Jefferson Kyle Kidd parcourt le nord du Texas pour lire aux gens des nouvelles, tirées de différents journaux, choisissant les plus intéressantes, des exotiques, évitant de parler politique si l'endroit ne s'y prête pas.
Sa haute stature d'1,80m, sa voix posée, agréable et son grand âge de 71 ans en impose aux autres, mais rien ne le prédestinait à escorter une jeune gamine de 10 ans qui a passé 4 ans chez les Kiowas après que ceux-ci aient massacré sa famille.
Il est dit que les enfants enlevés par les indiens et élevés parmi eux ne savent jamais vraiment tout à fait se réadapter à la vie dite civilisée, même si leur captivité n'a durée qu'une seule année. Comme s'ils avaient été marqué à jamais par leur famille d'adoption, ces enfants restaient indiens toute leur vie.
C'est le cas de Johanna qui prononcera ensuite son prénom "Cho-hanna" et qui fera du capitaine un "kep-ten", ayant bien du mal à prononcer les lettres "r" ou le "th" anglais alors qu'elle manie la langue kiowas avec habilité, même si celle-ci est très difficile car basée beaucoup sur des positions du corps, des mains, des voyelles, des sons chantés.
Le voyage est long – 600km – et je vous conseille de bien vous installer sur le banc du chariot car même si on n'a pas le temps de s'ennuyer tant le récit est dense du fait que ce voyage n'a rien d'une balade tranquille, nous devrons aussi faire face au choc de deux cultures diamétralement opposées et à une petite fille qui est de nouveau arrachée aux siens.
Ajoutons à cela une écriture assez petite et le fait que les tirets cadratin et guillemets sont partis en vacances sans prévenir le lecteur (c'est une mode cette économie de tirets et guillemets ??). Bon, cette absence n'a pas gêné ma lecture le moins du monde car l'agencement des phrases est bien fait à tel point que vous ne douterez jamais de qui parle.
Voilà un magnifique récit fait partie de ceux qu'on lit à son aise, sans se presser, comme on savourerait un grand whisky qui a patiemment muri dans son fut de chêne (ou de ce que vous voulez), comme on savourerait un met exquis et raffiné, cuisiné avec amour et professionnalisme par un grand chef : on prend le temps de savourer, on ne se bâfre pas et on ne fait pas cul-sec.
Ce roman est bourré d'émotions en tout genre, pas de celles qui vous font verser une larme à chaque fois, mais de tas de petits moments intenses, de petits gestes, d'apprivoisement entre deux êtres que tout oppose et qui se trouvent réuni sans vraiment l'avoir voulu. Ces deux êtres qui vont vivre un voyage où ils devront avoir confiance l'un dans l'autre.
Et puis, cette traversée d'une partie du Texas, les traumatismes encore apparents d'une guerre fratricide qui opposa le Nord et le Sud, cette civilisation qui voit émerger le progrès alors que les bandits, des pillards et les guerres indiennes font encore des ravages… Ces paysages magnifiques parsemés de maisons calcinées et de famille décimées. Magnifique et horrible en même temps.
Ne vous attendez pas, ici, à un récit palpitant à la manière d'un James Bond sautant de toit en toit, mais plus à un Sean Connery vieilli et blanchi sous le harnais de l'armée, un homme instruit, qui sait se défendre mais n'a plus 20 ans, ni même 50, mais 70 !
Les palpitations seront ailleurs et même dans les moments les plus calmes, on ne sait jamais ce qui peut surgir d'un coin de la plaine ou au détour d'un bosquet. Et puis, l'auteur, de sa plume habile et poétesse, arrive sans peine à entraîner son lecteur même pour traverser des rivières en crue ou affronter des êtres dépourvus de toute humanité et abjects.
Un voyage magnifique que je viens de faire à bord du chariot estampillé "Eaux curatives" et ce roman, à l'instar de ces eaux, eut un véritable effet curatif, mettant du baume à mon coeur, un antidote à la morosité ambiante tant par ses deux personnages principaux que par leur récit de leur périple.
Un roman fort, émouvant, profond, merveilleux, des personnages qu'on a du mal à quitter et un récit porté par une plume magnifique.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Wendat69Wendat69   14 juin 2019
Peut-être que la vie se résumait à transporter des nouvelles. À survivre pour transporter des nouvelles. Peut-être n'avons-nous qu'un seul message. Un message livré à notre naissance et dont nous ne connaîtrons jamais vraiment le sens; peut-être n'a-t-il aucun rapport avec nous, et pourtant nous devons le porter en personne, durant toute la vie, jusqu'au bout, et le remettre, scellé, à la fin.
Commenter  J’apprécie          40
Wendat69Wendat69   12 juin 2019
Il n'existait pas de signe pour "merci". Il n'y avait pas de mot chez les Kiowas pour dire "merci". On n'avait pas besoin de la reconnaissance des autres pour savoir qu'on avait bien agi, fait quelque chose de louable, il était inutile d'insister.
Commenter  J’apprécie          50
LadyDoubleHLadyDoubleH   19 mai 2018
Ceci est une imprimerie

Carrefour des civilisations
Refuge de tous les arts contre les ravages du temps
Armurerie de vérité courageuse
Contre le murmure de la rumeur
Et l'incessant tapage du commerce

Que de ce lieu des mots puissent s'envoler
Sans périr dans les flots du bruit
Sans varier en fonction de la main de l'auteur
Mais figés dans le temps
Après avoir été vérifiés

Ami, tu es sur une terre sacrée

Ceci est une imprimerie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BonnynicBonnynic   17 février 2019
Kontah, c’est quoi les meilleurs règles du mariage ?
Eh bien. Premièrement, ne scalpe personne. Deuxièmement, ne mange pas avec les mains. Ne tue pas les poules du voisin. Il s’efforça de garder un ton léger. Sa gorge se serrait et il fit de vilains bruits en toussotant. Quant aux commandements positifs, vous les découvrirez par vous-mêmes, tous les deux. Tout ira bien, tout ira bien.
Commenter  J’apprécie          90
AllantversAllantvers   20 avril 2019
Cynthia Parker s'était laisse mourir de faim lorsqu'elle était retournée auprès de ses parents blancs. D'autres personnes anciennement captives étaient devenues alcooliques, solitaires, bizarres. Des êtres étranges à l'esprit bizarrement formé, jamais totalement une chose ou une autre. Ceux et celles qui avaient été enlevés enfants, puis rendus à leurs familles, étaient tourmentés, avides de réconfort spirituel, abandonnés par deux cultures, des étoiles filantes sombres perdues dans l'espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Paulette Jiles (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paulette Jiles
Paulette Jiles's News of the World Chosen as Texas' Great Read 2017
autres livres classés : texasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
117 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..