AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782915056754
391 pages
Oh ! éditions (29/09/2008)
3.95/5   10 notes
Résumé :
De 1947 à 1987, sept ex-dignitaires nazis condamnés par le tribunal de Nuremberg purgent leur peine dans la prison de Spandau, à Berlin. Parmi eux, Rudolf Hess, le troisième homme du régime nazi, et Albert Speer, l'architecte d'Hitler et ministre de l'Armement du IIIe Reich. A Spandau, le règlement est drastique. Les seuls qui sont autorisés à échanger avec les détenus, une fois par semaine, sont les pasteurs nommés aumôniers de la prison. Pendant quarante ans, douz... >Voir plus
Que lire après Les sept de SpandauVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
À la suite du procès de Nuremberg, 12 des accusés seront condamnés à mort, 3 seront acquittés et 7 condamnés à de la prison ferme. Ces derniers seront incarcérés dans une prison qui leur sera réservée, une prison ancienne sise à Spandau, un quartier de Berlin-Ouest.
Pour cela, les quatre pays occupants de l'Allemagne en 1947 (Urss, Usa, Royaume-Uni et France) organiseront des règles strictes régissant le fonctionnent de l'institution. Et aucune règle ne pourra être modifiée sans l'accord de toutes les parties (il était même question au départ que ces règles soient immuables).
Les prisonniers n'avaient droit qu'à une visite par mois d'1/4 heure d'un membre de leur famille, aucun contact avec des citoyens allemands (les gardes venant de nombreux pays) et des conditions de vie spartiates.
Quant aux aumôniers, chargés du suivi spirituels des prisonniers, ils seront désignés par l'armée française. Une douzaine d'entre eux se succéderont au fil des 40 ans que durera cette situation. L'auteure rencontrera un certain nombre d'entre eux.
Deux idées ressortent particulièrement de cette enquête : le parcours spirituel et intellectuel de ces criminels de guerre et principalement deux d'entre eux, Albert Speer, qui collaborera beaucoup avec les pasteurs durant ses vingt ans de réclusion et Rudolf Hess qui durant les vingt années suivantes fut le seul et unique prisonnier de ce centre pénitentiaire (qui pouvait en accueillir 600 !).
Et puis l'aspect kafkaïen de cette prison avec ses règles absurdes et volontairement humiliantes, comme d'un autre âge, envers des prisonniers qui certes étaient des criminels de guerre, responsables des crimes nazis, mais aussi des hommes. Avec des luttes incessantes entre les responsables des différents pays, chacun tenant à garder son pré carré (nous sommes en pleine guerre froide, ne l'oublions pas).
Un récit passionnant qui nous montre des hommes de foi au contact de dirigeants d'un des pires régimes de l'histoire. Passionnant.
Commenter  J’apprécie          30
Ce livre ne devrait pas se nommer Les 7 de Spandau mais les 2 de Spandau car il ne parle en réalité que de Albert Speer (pour le premier quart) et de Rudolf Hess pour les 3/4.

Sur la forme j'ai apprécié les récits détaillés et documentés, j'applaudis le travail d'investigation qu'à fait l'actrice.

Sur le fond je tique un peu je l'avoue, bien que chaque récit des différents pasteurs étaient tous intéressant à leur manière, je n'ai pas, à titre purement personnel, tellement apprécié le dernier Michel Roehing. Son prosélytisme et son mépris de l'athéisme m'ont fait remué sur ma chaise.
Globalement l'ensemble de ces témoignages m'a laissé un arrière goût amère, j'ai eu beaucoup de mal avec leurs compassion et leurs tirages incessante sur la détention difficile d'un "pauvre vieillard malade", au regard des milliers de vieillards qui furent entassé dans des baraques en bois sans chauffage l'hiver, réduit en esclavage et enfin gazé, tout ce qu'à endurer Hess me paraît bien dérisoire et ne me tire pas du tout les larmes.

Quant à la fameuse rédemption de ces détenus, je déduis à la lecture de ce livre qu'elle ne s'est pas réellement opérée. Speer s'est mis en scène sans cesse et Hess si au dire de ses pasteurs avait changé, je trouve plus qu'etrange que Roehing refuse de dire exactement ce que pensé Hess de son nazisme et l'holocauste, ça ne peut être que parce-que Hess n'a pas exprimé de rédemption. Sinon à quoi bon garder le secret pour celui qui soucieux de redorer l'image de ce nazi à accepté de parlé pour la première fois en 2001 ? Si on ajoute à ça qu'il n'a jamais voulu écrire qu'il regretté son passé alors que cela lui aurait peut être permis de quitter la prison pour une question de fierté, personnellement j'en arrive à la conclusion que Hess était et est resté un Nazi jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          00
De 1947 à 1987, des pasteurs français furent affectés à la prison de Spandau à Berlin, où étaient détenus les 7 responsables nazis qui avaient sauvé leur têtes à Nuremberg, puis de grâces en libérations, un seul, Rudoloh Hess, ex dauphin d'Hitler. Ce livre fait témoigner la famille du premier de ces pasteurs, cinq de ses successeurs et le directeur de l'aumônerie militaire protestante des année 1980. On n'y cherchera pas de révélation sur le nazisme, ni sur Speer ou Hess ( et le suicide controversé de celui-ci), mais plutôt la traduction de la guerre froide, dans l'absurdité feutrée et coûteuse d'une microbureaucratie, et surtout des bases de réflexion sur la médiocrité du mal, la possibilité d'une forme de rédemption et d'attitude de l'homme d'Église ( ou de tout un chacun) face non pas au crime mais au criminel: l'intérêt est moins du côté de l'Histoire que de l'humain et de l'inhumain.
Commenter  J’apprécie          20
Livre documentaire sur la vie des 7 hauts dignitaires nazis condamnés à la prison (longue peine ou à perpétuité) par le tribunal de Nürnberg.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
- Le complot ou plan concerté
- Les crimes contre la paix, soit la planification, la préparation, le déclenchemen ou la poursuite d'une guerre agressive ou d'une guerre en violation des traités, assurances ou accords internationaux.
-Les crimes de guerre, violations des lois et coutumes de la guerre comme définis par les accords internationaux, de la convention de la Hague de 1899 et 1907 et la convention de Genève de 1929.
- Les crimes contre l'humanité, définis comme l'assassinat, l'extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toute population civile, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux.
Commenter  J’apprécie          00
Outre ses cent trente-deux cellules individuelles, ses cachots et ses immenses salles dans lesquelles on pouvait entasser jusqu'à quarante prisonniers, elle comprenait des installations permettant de pendre huit condamnés à la fois et même un local doté d'une guillotine dont le plancher en pente facilitait l'écoulement du sang.
Commenter  J’apprécie          00
J'ai été condamné à vingt ans de prison et je considère que cette condamnation est juste. Je veux mettre à profit ce temps, qui d'une certaine façon m'a été donné. Ce que je veux vous demander est ceci: voulez-vous m'aider à devenir un autre homme ?
Commenter  J’apprécie          00
D'après des brides de conversations saisies au vol par des gardiens, raconte-t-il, les autorités s'apercurent que les sept détenus avaient une connaissance inexplicable et immédiate de ce qui se passait à l'extérieur.
Commenter  J’apprécie          00
À son départ dix-neuf ans plus tard, le jardin de Spandau aura de quoi susciter l'admiration de tous les visiteurs occasionnels.
Commenter  J’apprécie          00

>Allemagne : histoire>Allemagne : 1866...>Troisième Reich: 1933-1945 (58)
autres livres classés : Criminels de guerreVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Lecteurs (32) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1117 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..