AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782358878807
240 pages
La manufacture de livres (02/06/2022)
4.54/5   14 notes
Résumé :
À quatorze ans, Clarisse est considérée comme une adolescente difficile. L’étiquette dissimule les angoisses de sa mère, l’indifférence de son père, des difficultés scolaires de moins en moins surmontables. Clarisse hait son quotidien, rêve de fuir loin de tout et de tous, une liberté à la hauteur de ses rêves. Un jour, au lieu d’aller au collège, elle part. Au cours de sa fugue, sa route croise celle de Tony, jeune homme sensible et mystérieux qui la prend sous son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,54

sur 14 notes
5
8 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ladybirdy
  06 juin 2022
Nos corps étrangers avait été un coup de coeur. J'ai foncé tête baissée vers le nouveau roman de Carine Joachim, Les rêves échoués.
Clarisse est une jeune ado de bientôt quatorze ans, extrêmement difficile et rebelle. Une véritable peste qui donne à plaindre ses pauvres professeurs et à accuser ses parents pour leur éducation défaillante. Derrière chaque ado mal en point se cachent les failles de l'éducation. Tout se joue avant six ans, je suis assez d'accord.
Sur le point d'être renvoyée de son collège, Clarisse fugue et croisera la route de Tony, un jeune homme qui va la prendre sous son aile et l'emmener au Portugal.
Le personnage de Clarisse ne m'a inspiré que peu d'empathie. J'ai vraiment du mal à me faire à ces clichés de l'adolescence où les jeunes ne balancent qu'insultes et grossièretés - mots poubelles- à tout bout de champs.
Les parents m'ont perturbée car bien trop démissionnaires, l'environnement insécurisant au possible alors qu'au 21e siècle, la protection de l'enfance bat son plein.
La fuite de Clarisse et Tony au Portugal ne m'a rien évoqué faute à des envolées géo-historiques qui n'apportent pas grand chose et desservent les personnages trop dans l'ombre.
Ce n'est qu'au dernier tiers que l'histoire m'a attrapée avec du suspens, de l'action, des révélations et un soupçon d'émotion. J'aurai aimé que l'ensemble du roman soit de la même veine avec des personnages qui crient leurs démons, leur rage de vivre. Ne pas ressentir non plus ce décalage omniprésent entre le langage parlé de Clarisse très terre à terre (trop grossier pour moi) et la narration externe plus douce et envolée.
Un avis en demi teinte pour ce livre qui plaira certainement aux amoureux du Portugal, n'ayant pas froid aux yeux devant le visage d'une adolescente qui ne mâche pas ses mots et cherche juste comme beaucoup de jeunes à être libérée de ses démons intérieurs.
Je crois aussi qu'on ressent une histoire selon tout un panel de choses, comme sa propre histoire, ses valeurs, son expérience de vie, son ouverture d'esprit aussi. Je suis souvent très intransigeante avec les histoires d'ado. Dans les livres et dans la réalité, les jeunes je les comprends de moins en moins, leurs parents n'en parlons même pas. Tout ceci explique certainement en partie mon ressenti sur ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          806
Imaginoire
  16 mai 2022
Clarisse 13 ans, collégienne vit en alternance chez sa mère et son père suite à leur séparation. Seulement, la jeune adolescente ne trouve sa place nulle part et encore moins au collège où, diagnostiquée haut potentiel, elle est différente des autres. Seule échappatoire à cette société qui décide de tout pour elle, les discussions avec Sergio, rencontré sur le net qui lui promet une évasion en scooter. Quand elle décidera de le rejoindre pour vivre le road movie promis, c'est à l'encontre d'un bouleversement complet de sa vie qu'elle se rend.
Sa rencontre avec Tony lui permettra de partir au Portugal, loin de chez elle, c'est là qu'elle se sentira le mieux. Mais, à 13 ans, on ne disparaît pas comme cela..
Quel plaisir de retrouver la plume de Carine Joaquim qui voile d'une tendre sensibilité des mots durs, crus. L'autrice comme dans son précédent ouvrage renoue avec un récit dans lequel elle sème petit à petit les éléments qui nous confrontent à une sombre réalité. A travers Clarisse, nous pouvons aisément imaginer ces tas d'adolescents torturés que nous fréquentons parfois sans imaginer ce que cachent leurs fêlures.
Merci à La Manufacture de Livres, particulièrement Pierre Fourniaud et à Carine Joaquim pour ce bouleversant voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Julitlesmots
  08 juin 2022
Le premier roman publié de Carine Joaquim, « Nos corps étrangers », m'avait beaucoup touchée, j'en garde d'ailleurs un souvenir prégnant. le genre de lecture qui marque, mais surtout le genre qui démontre que la littérature blanche se joue des codes et qu'elle peut être très noire aussi…
J'étais impatiente de voir publié ce roman, que j'ai eu la plaisir de découvrir, dans sa version auto éditée. Clarisse est toujours Clarisse et ses rêves sont toujours là, à porté de main.
Carine manie avec dextérité les mots, pour faire ressortir toutes la profondeur des sentiments, des tourments par lesquels l'être humain peut passer. Comme a son habitude, la psychologie des personnages est finement décortiquée, pour le grand bonheur des lecteurs, qui arrivent à s'immerger complètement dans les intrigues sombres mais tellement lumineuses dont l'auteure a le secret.
Alors certains peuvent penser que c'est brutal, mais la plume fait ressortir toutes les apérités de la vie, en passant par une palette psychologique richement travaillée, grâce à une plume travaillée, elle nous entraîne dans les méandres de l'âme humaine.
L'adolescence est un période que Carine Joaquim affectionne particulièrement, puisque son personnage principal est une ado de 14 ans. Peut-être que le fait d'être professeur lui donne cette capacité de se glisser dans la peau de son personnage principal… En tout cas, on sent un don d'observation, qui vient creuser au plus profond de nous, pour y déceler les blessures… Un fond de vérité… Une vérité que l'on croit toucher du doigt, mais que l'auteure ne divulgue que peu à peu…
Clarisse va mal… Elle n'aime ni sa vie de collégienne, ni la vie qu'elle mène chez chacun de ses parents… Une mère, que l'on devine dépassée, dont la vie quotidienne pèse au point de ne plus avoir envie d'y prendre part, le tout au détriment de sa fille… Enfin, elle ne veut plus rien maîtriser… Ce père, qui préfère laisser sa fille faire ce qu'elle veut, histoire d'avoir la paix, les semaines où elle est chez lui…
A sa manière, l'auteure met l'accent sur l'absence parentale durant l'adolescence, mais surtout sur leurs fragilités psychologiques, lorsqu'ils doivent, eux-mêmes faire face à leurs propres doutes.
Clarisse, n'est pas tendre lorsqu'elle les évoque, il y a une telle rage en elle, que l'on ne s'explique pas au départ, puis l'auteure distille les informations et on comprend enfin la soif de vivre, d'amour et d'attention de Clarisse.. Elle ferait n'importe quoi, pour que l'on s'intéresse à elle, en tant qu'individu, sans tenter de la faire rentrer dans un moule…
On ressort, un peu sonné, comme Clarisse, qui décide de tout plaquer tellement elle en a marre… Elle craque et décide de fuir… Elle décide de fuir pour enfin vivre ce rêve qui la dévore… Elle va le vivre jusqu'au bout, jusqu'à ce que la réalité la rattrape et qu'elle s'éveille. Son rêve, lui permettra de grandir et enfin s'affranchir de son histoire…
Une histoire tragique mais qui lui donnera la force de vivre…
Ce livre se découvre, se dévore grâce à une trame dont la construction est telle que tout s'imbrique et prend son sens au fil des révélations.
J'ai été émue, par l'histoire de Clarisse, telle une chrysalide elle se transforme en papillon au fil des pages, elle s'apaise…
Carine Joaquim a l'art de poser les situations pour permettre au lecteur de s'approprier l'intrigue. Sans jugement, elle dépeint les sentiments qu'elle pose avec finesse. Elle aurait pu tomber dans la facilité et à travers Clarisse, juger ces parents toxiques, nombrilistes et qui ne savent pas écouter… Qui ne veulent pas écouter… Pourtant, elle ne juge pas… Elle expose…Au lecteur de se faire son avis.
L'adolescence est loin d'être un long fleuve tranquille, Clarisse s'exprime de manière crue, cruelle, c'est à l'image de sa rage.
J'ai pu lire sur les réseaux quelques retours, qui disent que ce livre est vulgaire, pourtant ce n'est pas le cas ! Oui c'est crue, mais ne nous voilons pas la face, l'adolescence est dure, la vie est dure.
Il faut dépasser les préjugés et même si une lecture se fait sous le prisme de son vécu, il faut savoir voir plus loin que ses oeillères.
Il faut aussi se rappeler qu'un livre c'est de la fiction...

Lien : https://julitlesmots.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
Heavenly_
  06 juin 2022
J'avais déjà eu la chance de lire la première version de ce roman alors qu'il était encore un pavé discret jeté dans la mare obscure de l'auto-édition. Pourtant, il ne manquait déjà pas de consistance. Nul doute que le petit lifting apporté par la Manufacture des livres va lui permettre de capter toute la lumière qu'il mérite, lumière désormais braquée sur l'autrice depuis « Nos corps étrangers », un premier roman public d'une justesse fulgurante.
J'écris « petit » volontairement car la version rééditée est, d'après mes souvenirs, très proche de la première mouture, hormis quelques allègements dans les descriptions d'un Portugal qui n'en devient que plus palpable pour le lecteur.
Étrangement, je le redoutais presque. Pas parce que je ne l'avais pas aimé tel quel, loin de là. Mais reprendre un roman qui a soulevé en vous une forte décharge émotionnelle, dont les personnages vous ont durablement touché par leur authenticité, c'est courir le risque que la seconde lecture vous paraisse plus froide, plus clinique, et par conséquent gomme la magie de la première. On se laisse plus facilement surprendre par l'attrait de la nouveauté. Heureusement, il n'en fut rien. La faute à cette plume toujours plus intimiste, sûrement.
Au collège, à la maison, Clarisse étouffe. Elle n'en peut plus de ces « gens qui puent le conformisme », de leur petite morale étriquée, de leur morgue agiste qui voudrait que tous sachent mieux ce qui est bon pour elle alors qu'elle n'est pas et ne sera jamais câblée sur le même logiciel qu'eux. de rendez-vous psys en traumas intériorisés, elle étouffe de plus en plus, alors elle se laisse happer par les sirènes de la violence et des conneries. On la perçoit comme une sale gosse inadaptée et pourtant, malgré sa différence, elle n'a pas totalement renoncé autrui, vers lequel elle essaie d'aller par des biais détournés. Les gens comme elle, paradoxalement sujets à un idéalisme excessif lorsqu'ils croient enfin trouver leur écho dans une rencontre, sont des proies pour les pervers et les narcissiques en tout genre. Clarisse va, à ses dépens, en faire les frais. Pour mieux toucher la vie du doigt, ensuite, peut-être. Mais tout ce qu'on attrape à la volée est fragile, n'est-ce pas ? …
Le plus impressionnant, c'est qu'à aucun moment on a l'impression d'avoir affaire à la psyché d'une gamine de 13 ans, alors que la première personne est de mise. Chez n'importe qui d'autre, on aurait tendance à hurler à l'incohérence, à une voix narrative mal calibrée sur celle du personnage. Mais ici, la forme ne fait qu'épouser le fond pour crédibiliser ce personnage que Carine Joaquim a voulu plus mature que l'âge qu'on lui prête et nous embarquer dans sa fuite. C'est fait sans outrance, comme tout ce qu'entreprend l'autrice. C'était déjà évident avec « Nos corps étrangers » mais ça se confirme : elle n'a jamais besoin d'en faire des tonnes. Qu'il s'agisse des dialogues ou de la narration, des silences qui planent, pas un mot n'est inapproprié, de trop ou ne manque. Cela force d'autant plus l'admiration que c'est sûrement ce qu'il y a de plus difficile dans l'écriture : trouver la mesure parfaite.
Lire Carine Joaquim, c'est caresser la vie du bout des doigts ; la vôtre, celle des autres, celle qui vous frôle dans la rue tous les jours sans que vous le sachiez et qui n'est jamais à l'abri de frapper à votre porte.
« Les rêves échoués », c'est le cri d'une gamine à qui, finalement, la vie n'a pas laissé le choix. Naître « haut potentiel », être condamnée à souffrir de la fatuité et du passéisme dans un monde anesthésié qui n'en manque pas ; trouver dans le voyage, dans un rapport brut à l'autre, dans l'océan, dans les forces de la nature son salut. Alors l'épilogue, bien que libre d'interprétation (chacun se fera sa petite idée sur la question), ne pouvait être autre que celui-là…
C'est une ode à la beauté du Portugal, à ses couleurs et ses coeurs chauds, aux ruelles dénivelées, aux révoltes intérieures qu'on étouffe, aux yeux gris de Tony, aux feux fragiles qui brûlent dans les regards, à tous les laissés pour compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Tlivrestarts
  05 juin 2022
Dès les premières lignes, Carine JOAQUIM plante le décor, la commission éducative permet de tendre l'arc pour lequel les flèches ne vont pas manquer. Si l'écrivaine évolue elle-même dans ce cadre professionnel dans lequel elle puise son inspiration, elle sait ô combien une jeune adolescente ne saurait être réduite au statut d'élève et à ce qu'elle donne à voir par ses comportements dans l'établissement dans lequel elle est scolarisée. C'est ainsi qu'elle va, dans une narration ingénieuse, glisser des passages en écriture italique, un livre dans un livre, pour expliquer son histoire, les événements qui font aujourd'hui ce qu'elle est, en tant qu'être humain.

Clarisse est mal dans sa peau, tout l'agresse, alors elle répond.
Comme dans "Nos corps étrangers", le rapport au corps est un fil rouge de ce roman. Il y a des descriptions presque cliniques de ce que Clarisse vit, traverse, exulte. J'ai vibré dès les premières évocations, ressenti moi dans mes tripes de femme, d'épouse, de mère aussi, ce que Carine JOAQUIM décrit. J'ai senti bien sûr la menace poindre, la tension s'établir pour ne plus se relâcher que dans les toutes dernières lignes. Si on a l'habitude de parler de thriller psychologique, là, je parlerai plutôt de thriller charnel, un registre littéraire dans lequel ce qui nous incarne physiquement en tant qu'individu, nos membres, nos organes, nos tissus… dit tout des traces laissées, des blessures, des douleurs.

Et puis, dans ce roman, il y a l'évasion, cette sortie de soi, sortie de la maison, sortie des frontières, au sens propre comme au figuré. Clarisse va vivre un périple initiatique, des moments de gloire, une véritable renaissance. Carine JOAQUIM choisit le Portugal comme lieu de pérégrinations. Vous allez visiter Sesimbra, Lisbonne, Alcobaça, Nazaré… comme jamais un guide touristique n'aurait pu vous l'offrir. Portée par la complicité d'un homme, sa bienveillance, sa maturité, sa capacité à la comprendre, Clarisse va s'ouvrir au monde avec des moments… de grâce ! Comme j'ai aimé les passages avec la vieille femme, Dona Capitolina, des moments d'apprivoisement empreints d'une profonde humanité.
Mais comme le chantait les Rita MITSOUKO, « Les histoires d'amour finissent mal », les rêves ne peuvent durer une éternité… c'est d'ailleurs ce qu'annonce le titre du roman !
de quoi relancer le rythme du roman, se remettre à haleter !

Ce roman, je l'ai lu d'une traite, j'avais envie de savoir ce qui torturait Clarisse et puis, les vannes ont lâché. J'ai terminé ma lecture en pleurs, les larmes ont coulé. Carine JOAQUIM a ce talent fou de vous prendre aux tripes, de vous faire vivre des émotions fortes par le biais d'une fiction, de vous révéler, à vous-même, votre propre part de sensibilité.

Du grand art… littéraire ! Pari réussi avec ce second roman, bravo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
JessicAlisterJessicAlister   14 juin 2022
Avant je ne voyais que les murs, ils étaient hauts, ils étaient gris, il n’y avait ni portes ni fenêtres, rien qu’une boîte sans ciel et sans air, voilà ce que vous m’offriez, un cercueil dans lequel je ne pouvais que hurler en griffant le couvercle, en heurtant tout ce qui se trouvait à proximité, hurler et hurler encore. Et maintenant, regardez-moi, regardez-moi bien, j’ai vu l’océan et j’ai vu l’horizon, et je prends tout cet avenir que le monde me promet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JessicAlisterJessicAlister   15 juin 2022
Ce qu’il m’a fait.
Il a fait l’exact contraire de ce que tu fais là, psy de merde, dans ce bureau sordide, à me cuisiner le cerveau, à me prescrire ta drogue chimique qui me fout par terre. Tout le monde veut m’aider, mais l’avenir qu’on me montre est si triste qu’il me donne envie de crever. Alors que lui, juste par sa présence, avec son histoire et ses yeux gris, il m’a fait vivre, pauvre enculé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JessicAlisterJessicAlister   15 juin 2022
Et alors que le ronflement du myocarde et le murmure du souffle s’allient pour jouer leur symphonie existentielle, je me dis que c’est là que réside l’énigme de la vie, dans cette association de la mécanique du corps et du mysticisme de l’âme, profondément dissemblables, irrémédiablement complémentaires.
Commenter  J’apprécie          00
JessicAlisterJessicAlister   15 juin 2022
Avant lui, je ne savais pas que la vie était si belle.
Commenter  J’apprécie          20
JessicAlisterJessicAlister   13 juin 2022
Mme Salignes me le répète assez, je me crée mes propres ennuis, comme si je le faisais exprès. Mais pourquoi donc ? C’est ce qu’on veut savoir depuis toujours.
Parce que vous êtes moches, les gens. Vous êtes moches et vous puez le conformisme, la résignation insatisfaite que vous déguisez en réussite, histoire de légitimer votre échec en l’érigeant en exemple. Parce que tant que la perspective de devenir comme vous sera le seul avenir qu’on me propose je continuerai à le saboter avec beaucoup d’application.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : portugalVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Autres livres de Carine Joaquim (1) Voir plus