AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221156935
Éditeur : Robert Laffont (05/02/2015)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 34 notes)
Résumé :
« Il n'y a rien dans les Écritures qui puisse expliquer la souffrance de l'innocent. »

Pure comme le cristal et belle à faire damner un saint, Olga mène, auprès de sa famille d'origine kazakhe, une vie sans histoire dans une petite commune de Belgique. Jusqu'au jour ou le directeur du théâtre de la ville vient proposer à son père de l'engager. En dépit de ses réticences, celui-ci finit par accepter.
Jalousée par les femmes de la troupe, convoit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
latina
  10 octobre 2015
« Peut-on vivre sans être brisé ? »
Difficile, c'est vrai, de connaitre le bonheur total dans une vie. Surtout pour la famille de réfugiés kazakhes d'un petit village des Ardennes : Irène et Jakob, les parents, Olga la belle et Vika la grande malade. Surtout pour Rachel et Marianne, les 2 « jeunes premières » des pièces de théâtre de la troupe locale, il y a des années. Surtout pour Werner, le nouveau metteur en scène, et pour Aline, la femme de Chockier, l'ancien metteur en scène.
Tout le monde, finalement, est brisé dans cette histoire. Jalousie, rancoeur, amours non reconnus, viols, meurtre. Armel Job nous a servi la totale.
Mais je n'ai pas adhéré. Non. Et j'en suis infiniment attristée, car Armel Job, c'est un de mes écrivains préférés. A aucun moment je n'ai éprouvé la moindre empathie envers aucun des personnages. Je n'ai pas retrouvé le style sensible et ironique de ce génial écrivain. Et puis il me semblait que tout était expliqué, décortiqué. Et ça, je n'aime pas trop. Je préfère les allusions, j'adore marcher sur la pointe des pieds afin de ne pas déranger les personnages d'un roman, saisir à la faveur d'un regard, un secret bien gardé, m'attacher à un sourire en coin...
Bien sûr, il y a ça et là de bonnes trouvailles, surtout à la fin, lors du dénouement.
Bien sûr, Armel Job écrira encore d'autres romans, que je lirai avec joie, tout en espérant qu'ils seront davantage que de regrettables incidents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
Oona
  21 novembre 2015
Très déçue par le dernier opus d'Armel Job! Cette fois, il nous proposait d'entrer dans l'univers particulier d'un petit théâtre régional où le nouveau directeur propose, pour la nouvelle saison, le premier rôle féminin à une jeune Kazakhe en situation irrégulière.Et ce choix va réveiller des scandales "oubliés" dans ce petit monde perdu dans les Ardennes belges...

Je n'ai vraiment pas accroché à cette lecture! le résumé apéritif promettait pourtant une histoire intéressante et des personnages qu'on aurait adoré détester...
Mais non! le manque total de rythme et les personnages souvent caricaturaux plombent ce roman à l'atmosphère déjà pesante de par les thématiques choisies.
J'ai abandonné plus ou moins à mi- parcours car je m'ennuyais prodigieusement!
Commenter  J’apprécie          42
Nathv
  30 juillet 2015
Je me faisais un plaisir de retrouver Armel Job - dont j'avais apprécié "Loin des mosquées", "Dans la gueule de la bête", "La femme manquée" et un peu moins "Le Conseiller du Roi".
Après avoir refermé ce livre, j'ai comme une impression de rendez-vous manqué.
Certes, la trame de l'histoire n'est pas inintéressante; Armel Job fait plonger, via le montage d'une pièce de théâtre, une jeune et jolie femme d'origine kazakhe dans l'histoire trouble d'un village de campagne, faisant resurgir les vieilles histoires, guéguerres intestines de ses habitants.
Néanmoins, je n'ai pas retrouvé, dans cet ouvrage, la magie de la plume d'Armel Job. Chez moi, la mayonnaise n'a pas pris; à mes yeux, elle manquait, sans doute, de réalisme, d'empathie pour les personnages et de rythme.
Sans être un mauvais roman pour autant, "De regrettables incidents" ne m'a pas emballée, m'a même paru parfois long. Dommage...
Commenter  J’apprécie          21
Maghily
  29 avril 2015
Ce roman d'Armel Job est à la fois une fresque sociale et un polar grisant. Par l'intermédiaire des comédiens amateurs et de leurs proches, il raconte la vie de cette société rurale, à l'aube du XXIe siècle : l'importance du qu'en-dira-t-on, l'intégration de la seule famille étrangère de la région, le rôle de moteur culturel du théâtre amateur ou encore l'antique hiérarchisation des relations sociales.
Armel Job sait également jouer avec les rebondissements et maintenir l'attention de son lecteur ! J'ai d'ailleurs été assez surprise par le dénouement, ce qui est, finalement, assez rare dans mes lectures « noires ».
De plus, l'auteur croque merveilleusement bien ses personnages, les rendant particulièrement exécrables, pour certains ; terriblement attachants et parfois même comiques malgré eux, pour d'autres. J'aime la relation développée entre Olga et sa petite soeur : cet amour teinté de jalousie et de culpabilité. Leur situation est complexe et permet de mettre en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les candidats réfugiés : l'absence de reconnaissance de leurs qualifications professionnelles, la barrière de la langue, la chute dans l'échelle sociale, l'isolement, … et surtout, cette épée de Damoclès qui pend constamment au-dessus de leur tête. le cheminement de cette famille est vraiment intéressant et là encore, leur décision est étonnante mais assez grandiose.
Enfin, ce roman respire le terroir ! Que ce soit par son ambiance ou par certaines expressions des protagonistes, le lecteur issu du cru ne peut échapper au caractère ardennais de ce livre. A plusieurs reprises, certaines images m'ont rappelé, avec plaisir, de jolis moments de mon enfance. Une raison supplémentaire de vous encourager à lire ce joli roman !
Lien : http://www.maghily.be/2015/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DHALLUIN
  03 avril 2015
Des incidents regrettables surviennent, tragiques mêmes. Au coeur Werner a lancé une coopérative d'achats mais son hobby est le théâtre. Il fait partie d'une troupe de comédiens amateurs qui se produit une fois l'an au village de Jalbour en Belgique, non loin de la frontière allemande. Arsène Choquier, un bourgeois du coin, président de la troupe théâtrale, est un personnage pour le moins complexe. Vika et Olga sont les enfants d'un couple de réfugiés kazakhs susceptibles d'être renvoyés dans leur pays. Marianne, Rachel, Janine, autant de victimes d'hommes peu scrupuleux. Et des incidents se multiplient suite à la représentation théâtrale particulièrement tumultueuse.
Le lecteur suit avec intérêt les rebondissements qui émaillent ce roman. de plus, ce roman nous interpelle sur la réalité-fiction que représente une pièce de théâtre et nous interroge sur la présence des réfugiés et comment on les traite.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LaPresse   20 juillet 2015
Armel Job n'a pas son pareil pour décortiquer une situation dans ses moindres détails.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
JuinJuin   16 décembre 2018
Heureusement que Dieu s'est exporté en Afrique ! Où trouverait-Il encore des cœurs sensibles pour Le servir. L'abbé Nzinga semble en confidence avec Lui . Il Lui cause à mi-voix. Il excuse l’assemblée qui s'occupe de tout sauf de prier. La vie est difficile pour les pauvres humains. Dieu aurait peut-être pu fabriquer un monde plus simple, au lieu de ce fatras inextricable de bien et de mal dans lequel ils se débattent.

( p 149)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
erobinerobin   05 juillet 2015
Aux exilés, seule la nuit est indulgente. Le sommeil n'a ni lieu ni temps. Tout s'efface. Si un rêve surgit, il ignore le présent. Le dormeur rejoint le monde inaltérable où, depuis toujours, il mène une seconde vie, loin de la première. Il s'évade des barreaux où, comme un oiseau captif, il se cogne au réel. Il plane au dessus des songes, dont les scènes se succèdent sans heurt et ne sauraient l'atteindre. Le temps ne s'écoule plus. Les choses se superposent sans soucis d'avant ou d'après. Est-ce le bonheur ? C'est au moins la quiétude. On s'en satisferait, mais, inexorablement, le matin revient et l'exil recommence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pigofpigof   21 juin 2015
La vie est un théâtre.A peine nés,on nous pousse sur les planches.Nous saisissons au vol un costume,un masque pour nous couvrir.On nous glisse un texte plein de trous.Les bons et les méchants sont déjà sur scène.Comment les distinguer? On improvise vaille que vaille jusqu'à ce qu'on tombe sur son destin,tandis que,tapi dans le noir,de l'autre côté de la rampe,un regard fait de centaine d'yeux nous dévore en silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnisetteAnisette   29 janvier 2017
Mes parents ont supporté leurs souffrances grâce à leur foi. Quand nous sommes arrivés ici, je me suis mis à lire les textes qui leur avaient donné tant de force, moi, qui, en bon communiste, avais renoncé à toute religion. Eh bien, je dois te le dire, Olia, il n'y a rien, rien dans les Ecritures, qui puissent expliquer la souffrance de l'innocent [...]. J'espère que Dieu non plus n'est pas responsable. J'espère qu'Il n'a aucun pouvoir sur tout cela. Sinon, qui pourra Lui pardonner?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
beatriceferonbeatriceferon   07 mars 2015
Parfois, la laideur fait peur et d'autres fois elle fait rire. Comme tout ce qui sort de l'ordinaire, elle surprend le spectateur, elle le met sur ses gardes. Mais, si le monstre se révèle inoffensif, elle réveille en lui la jouissance primitive de se payer une pinte de bon sang sur le dos des faibles. (p.29)
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Armel Job (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Armel Job
Armel Job P2
autres livres classés : rancoeurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

tu ne jugeras point

qui est le tueur?

Denise
Antoine
Mme Maldague

9 questions
150 lecteurs ont répondu
Thème : Tu ne jugeras point de Armel JobCréer un quiz sur ce livre