AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2874230294
Éditeur : Mijade (18/09/2008)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Ardenne, mai 1940.Tout le hameau de Boisferté s'est réfugié dans la forêt, dans la crainte de l'invasion des troupes allemandes. Les plus anciens, en effet, se souviennent des saccages de 1914. Le matin du deuxième jour, un avion allemand tombe à proximité du campement. Il y a un rescapé. Les villageois recueillent cet homme incapable de se déplacer et l'installent dans une grange, sans se rendre compte qu'ils ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
latina
  10 juin 2013
« L'Ardenne où je suis né est une région couverte de forêts. Au cours de mon enfance, j'ai entendu des centaines de fois le récit des mêmes anecdotes du temps de la guerre et, en particulier, celui des actions attribuées aux maquisards, certaines glorieuses, d'autres pitoyables. C'est le souvenir de cette tradition orale aujourd'hui éteinte qui m'a inspiré ce roman », écrit Armel Job dans sa préface.
Et bien lui en a pris ! Car dès la première page, nous sommes tout de suite plongés au coeur de l'Ardenne belge, dans un minuscule hameau qui ne compte que quelques familles.
Nous sommes le 11 mai 1940, tous les habitants se sont réfugiés dans la forêt car ils ont une peur atroce des Allemands. Souvenez-vous de leur avancée en 14, où ceux-ci avaient saccagé, violé, tué même ! Pas pour longtemps cependant car ils se rendent compte que les Allemands tardent à venir. Donc, ils préfèrent rentrer chez eux soigner leurs bêtes.
Et puis tout à coup, ils entendent un bruit énorme : un avion allemand vient de tomber dans la forêt. le pilote meurt et le navigateur est blessé. Il doit donc s'en remettre entièrement à la « bonté » des gens du village pour le soigner et le nourrir. C'est ce que feront 2 femmes, Eva, la belle célibataire et Louisa, la délurée.
Vous voudriez connaitre la suite, n'est-ce pas ? Eh bien non ! J'ai trop peur de dévoiler l'histoire qui ira son petit bonhomme de chemin, jusqu'à l'arrivée d'un personnage qui va TOUT bouleverser. Et je vous assure que j'en ai été la première surprise !
Et les maquisards, me direz-vous ? Eh bien, les maquisards, on n'en parle qu'à la fin...L'histoire, en fait, raconte tout ce qui est en amont du réseau de la Résistance dans ce coin isolé.
Je retrouve, à nouveau, l'Armel Job que j'adore, celui qui a l'art de trousser une scène en deux temps trois mouvements, avec le squelette essentiel à la compréhension mais aussi avec l'habit de chair et de peau qui rend vivant celui-ci. Et pour ça, il s'y entend ! Nous entrons dans les chaumières, nous soupons avec les habitants, nous avons peur avec eux à l'arrivée d'une patrouille allemande, nous hurlons à l'annonce de la mort d'un soldat, mari et père de 2 enfants, nous soutenons la veuve accouchant dans la douleur...
Et puis surtout, alors que nous nous laissions bercer par l'atmosphère rurale, nous sursautons, effarés, à quelques moments-clés car les apparences sont souvent trompeuses, chez Armel Job, et c'est ça qui fait encore plus pétiller l'histoire.
Chaque fois que je lis un de ses romans, cet auteur belge me prend par la main pour m'emmener dans son univers qui m'est à la fois étranger (ce ne sont jamais des romans qui se passent à l'époque contemporaine) et qui pourtant me susurre à l'oreille quelques réminiscences, tellement ses histoires sont humaines et donc universelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
Annette55
  14 août 2017
Nous sommes au coeur des Ardennes Belges, le 11 mai 1940.
Tous les habitants du hameau de Boisferté se sont réfugiés dans des cabanes dans la forêt car ils craignent par dessus- tout l'invasion des allemands.
Les plus anciens, dont Jules Malemprez qui a fait la guerre de 14 se souviennent : des pillages, viols, saccages , massacres et même l'incendie du village de Lailoiseau ..
Céline, l'épouse de Jules , jeune fille à l'époque se souvenait de ces horreurs.......
Soudain un fracas épouvantable déchire les airs, comme si la moitié de la forêt venait de s'écrouler .....
Un choc sourd retentit suivi d'un silence absolu.
Un avion allemand vient de tomber dans la forêt , une énorme trouée s'est creusée dans un carré d'épicéas . le pilote meurt , le navigateur est blessé.
La belle Louisa, jeune fille de 18 ans , dernière des Malemprez et Eva la courageuse et rusée sage- femme s'occupent du blessé et le nourrissent ..
Que faire de l'avion ?
Jules , pas mécontent de l'autorité qu'il a sur les gens du village en l'absence des jeunes , soit prisonniers, soit maquisards, conseille de démonter l'avion et d'enterrer le pilote ........
Soudain, l'arrivée d'une certaine personne va tout "bouleverser ".
Je n'en dirai pas plus , j'en dirais trop .......
L'auteur , avec talent traque l'humain dans sa drôlerie et sa réalité ..
Il décrit finement avec justesse et humour le mode de vie et les moeurs des villageois de l'époque, de la vie rurale, de nos grands -parents ou arrière grands - parents, la cuisine, lard et oeufs , lait .......un peu frustre mais goûteuse, les objets et ustensiles du quotidien.
Nous entrons dans les cuisines dans l'ambiance d'été torride en 1940, le vocabulaire est précis , les personnages attachants, la "rouerie honnête " d'Eva, la vie des enfants et des animaux, les bouderies , les silences et les non- dits des couples bien ou mal assortis , les peurs et la démesure liées à la guerre, la beauté de Louisa, les conflits de générations, la place des étrangers en milieu campagnard..
Dans ce roman à connotation historique, l'auteur a l'art de se jouer des apparences pour surprendre son lecteur jusqu'au bout !
Roman d'amour, de guerre, jeu de dupes quand chacun se croit plus malin que l'autre !!
Un bel ouvrage écrit avec habileté et savoir - faire, une intrigue nouée avec grand talent de telle sorte que jamais l'intérêt du lecteur ne faiblit.
Grand merci à Latina grâce à laquelle j'ai acheté ce livre ! Pour que les français s'intéressent aux auteurs Belges ! Enfin!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
Rylou
  10 novembre 2017
Avec "Le commandant Bill", Armel Job, comme à son habitude, nous livre le portrait d'êtres humains ordinaires qui se retrouvent soudainement dans une situation extraordinaire. Situation qui leur échappe et dont ils sont les acteurs bien malgré eux. C'est alors que toute la finesse psychologique d'Armel Job fait son oeuvre. L'auteur nous plonge dans le coeur de chacun, révélant ainsi l'héroïsme de certains, la lâcheté d'autres et puis l'indifférence, le mépris, la bonté, la peur, l'orgueil... et l'amour. Comme dans chacun des romans de l'auteur, l'humain est au centre du récit, la Belgique en est le cadre et la trame, qui nous paraissait toute tracée s'échappe tout à coup et surprend!
"Le commandant Bill" est un très beau roman, agréable et que l'on prend plaisir à lire.
Ayant rencontré l'auteur récemment avec mes élèves, j'ai appris que le point de départ de l'histoire du roman est une anecdote que la mère d'Armel Job a vécue. En effet, lors de la seconde guerre mondiale, la maman d'Armel Job a 14 ans. Elle raconte qu'à l'époque, beaucoup se souviennent des atrocités commises par l'armée allemande en 14 et qu'il y a un véritable vent de panique lorsque le village où elle habite apprend l'avancée des troupes allemandes. Tout le village s'est alors réfugié dans la forêt et vit dans des huttes, lorsqu'un jour un avion de reconnaissance allemand s'écrase tout près, entraînant la mort des deux pilotes. A partir de ce récit mainte fois entendu, Armel Job a imaginé qu'un des deux pilotes ait survécu et il s'est alors demandé ce que les villageois auraient fait. C'est ainsi que "Le commandant Bill" est né.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
latinalatina   08 juin 2013
L'Allemand peinait à garder son bras levé, le pistolet flageolait entre ses doigts. Mais Eva avançait, tendant même sa main libre devant elle.
Aux cinq mâles en présence, les trois embusqués et les deux reîtres estropiés, elle en mettait plein la vue, on l'imagine. En elle, ils devaient envier ces choses qu'ils auraient attendues pour eux-mêmes en ce moment : du courage, de la bravoure, du poil aux pattes comme on dit, alors qu'aux pattes, elle n'en avait sûrement pas, cette gazelle.
Qu'est-ce que ça peut bien faire à une femme de se conduire comme un bonhomme? Ce n'était pas par l'effet d'une virilité secrète qu'elle bravait le pistolet. (...) Car les yeux des femmes ne voient pas comme ceux de leurs preux chevaliers. Ils distinguent encore l'homme derrière sa cuirasse de gugusse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
latinalatina   09 juin 2013
Brusquement, elle lui donna un baiser qui atteignit principalement sa joue, mais dans son mouvement glissa sur la commissure de ses lèvres.Dans son esprit, ce baiser n'était qu'un remerciement à un enfant turbulent qui n'est pas aussi méchant qu'on l'aurait cru.
Mais peut-être son cœur se méprit-il. Tandis qu'elle rentrait au village, il bondit comme un fou dans sa poitrine.
Commenter  J’apprécie          240
Annette55Annette55   12 août 2017
"Des images d'autours qu'on achève à la fourche, les pattes prises au matin dans les mâchoires d'une attrape, devant le poulailler, avant de les clouer sur la porte, leur traversaient l'esprit.
Même abattus au sol, les rapaces inspirent encore une peur qui donne envie de les tuer.
Mais, en même temps, quelque chose de plus profond qui restait étrangement serein au fond d'eux-mêmes poussait leur coeur à la pitié.Cette chose savait sans doute que ce spectacle faisait partie du jeu malsain dans lequel ils étaient tous engagés sous des masques divers que faisait tomber l'approche de la mort ...........".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Annette55Annette55   14 août 2017
"Que la vérité fasse son chemin..Car certaine lumière peut se révéler insupportable aux hommes du temps.....
Il vaut mieux la garder pour la génération suivante.."
Commenter  J’apprécie          170
JuinJuin   04 septembre 2018
Voilà. Ce fut ça, la guerre de Cadet. Comme on voit, des combats eux-mêmes, il ne toucha mot et il n'en parla jamais. Il y pensait sans doute, mais il savait que personne ne pouvait comprendre.
( p 83)
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Armel Job (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Armel Job
# Coup de coeur livre Gérard Collard
Elle était une fois de Frédérique Hébrard aux éditions Flammarion
http://www.lagriffenoire.com/74303-romans-elle-etait-une-fois.html
# La chronique de Didier Debroux
En son absence d?Armel Job aux éditions Robert Laffont
http://www.lagriffenoire.com/71395-divers-polar-en-son-absence.html
Tous de Grégoire Polet aux éditions Gallimard
http://www.lagriffenoire.com/70880-divers-litterature-tous.html
# Coup de coeur livre Gérard Collard
La femme du gardien de zoo de Diane Ackerman aux éditions Archipel
# Coup de coeur Solveig Darrigo
Bouillons magiques : 60 recettes ultra-goûteuses pour des repas complets et naturels de Ruth Ferrier et Nick Sandler aux éditions Albin Michel
http://www.lagriffenoire.com/65516-cuisine-bouillons-magiques.html
Syndrôme de l'intestin irritable: La méthode anti-douleur de Mélanie Duféey aux éditions Hachette Pratique
http://www.lagriffenoire.com/71290-divers-vie-pratique-syndrome-de-l-intestin-irritable.html
Le régime microbiote en 60 menus : Se soigner par les prébiotiques de André Burckel et Julie Charles aux éditions Médiclaro
http://www.lagriffenoire.com/62120-cuisine-le-regime-microbiote-en-60-menus.html
- Des soupes qui nous font du bien de Clea et Clemence Catz aux éditions La Plage
http://www.lagriffenoire.com/59576-cuisine-des-soupes-qui-nous-font-du-bien.html
# Coup de coeur livre Gérard Collard
- La drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin aux éditions Pocket
http://www.lagriffenoire.com/42655-divers-litterature-la-drole-de-vie-de-zelda-zonk.html
- Miss Cyclone de Laurence Peyrin aux éditions Calmann-Lévy
http://www.lagriffenoire.com/75255-divers-litterature-miss-cyclone.html
# La chronique de David Medioni
- Mise en pièces de Leger,Nina aux éditions Gallimard
http://www.lagriffenoire.com/66687-divers-litterature-mise-en-pieces.html
# Coup de coeur livre Gérard Collard
- Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Robert Laffont
http://www.lagriffenoire.com/73055-divers-polar-ragdoll.html
# La chronique de Bob Garcia
- Été pourri à Melun de Nicolas Duplessier et Miesis aux éditions
http://www.lagriffenoire.com/59742-divers-polar-ete-pourri-a-melun-plage.html
- Descente Aux Enfers de David Goodis aux éditions Pac
- Encore un instant de Claude Sarraute aux éditions Flammarion
http://www.lagriffenoire.com/67874-divers-litterature-encore-un-instant.html
# le Bloc-Notes
La chronique sorties format poche de Gérard Collard
- La maison des hautes falaise de Karen Viggers aux éditions Livre de Poche
http://www.lagriffenoire.com/75191-divers-litterature-
+ Lire la suite
autres livres classés : Ardennes (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

tu ne jugeras point

qui est le tueur?

Denise
Antoine
Mme Maldague

9 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Tu ne jugeras point de Armel JobCréer un quiz sur ce livre