AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Frank Reichert (Adaptateur)
EAN : 9782731610758
68 pages
Éditeur : Les Humanoïdes associés (01/01/1998)
3.74/5   125 notes
Résumé :
Comment le Méta-baron, cet impitoyable mercenaire que l'on a découvert dans L'Incal, est-il devenu le guerrier le plus puissant de la galaxie ? C'est à cette question que répondent Jodorowsky et Gimenez en nous racontant, génération par génération, l'évolution d'une caste d'invincibles guerriers, ancêtres du Méta-Baron. Depuis des siècles, les Castaka exploitent seuls la planète Marmola, grâce au secret de l'épiphyte, une huile antigravitationnelle qui leur permet d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Yradon4774
  29 janvier 2020
"La Caste des Méta-Barons T.2" de @alejodorowsky et Juan Gimenez chez @leshumanos
Passons donc à la deuxième et dernière partie de cette chronique, qui portera sur une BD de SF bien connue, dont j'ai déjà parlé : "La Caste des Méta-Barons T.2 et 3" d'Alexandro Jodowski et Juan Gimenez, chez @leshumanos
Un synopsis en approche sur la plate-forme d'atterrissage numéro 2 :
"- C'est une histoire qui parle du Méta-Baron, mon Maître...- Ah, Tonto, le Méta-Baron, c'est le plus sauvagement imprévisible de tous. C'est le plus grand, le Méta-Guerrier !- ...Une longue histoire, Lothar, qui remonte à Othon le Trisaïeul et se poursuit sur toute la lignée. Je vais te conter les origines de la Caste des Méta-Barons..."
Le tome 1 m'avait beaucoup plu, tant par l'histoire, les dessins, d'avoir des robots en tant que narrateur et par le fait d'avoir un personnage développé par tome. J'avais donc envie de découvrir la suite des aventures de cette caste de super guerriers, dans ce monde dystopique, devenu une référence de la BD de science-fiction. le tome 2, sobrement intitulé "Honorata la Trisaïeule", raconte l'arrivée dans la vie de notre cher dernier Méta-Baron, de celle qui a fait battre son petit coeur de pierre. Rencontre qui ne sera pas une sinécure, car la promise fait partie d'une secte dangereuse et très puissante. Cela amène donc un certain nombre de rebondissements bénéfique à l'histoire, redonnant ainsi un petit coup de peps à tout ça. Dans le tome 3, intitulé "Aghnar le Bisaîeul", nous faisons la connaissance du fruit de la rencontre et de l'amour entre Othon et Honorata et découvrons les premières aventures de ce fils, venu au monde de la plus étrange des manières et des premières années qu'il passera sur une terre inhospitalière, lui réservant beaucoup de souffrance, mais également une lueur d'espérance.
A la fin de ma lecture du tome 3, j'ai cette question qui m'est venu à l'esprit : ai-je encore envie de découvrir encore plus le monde créé par Jodorowski et Gimenez ? La réponse risque bien d'être : "non, pas pour tout de suite". En effet, bien que les tomes 1 et 2 m'ai beaucoup plu, j'ai eu beaucoup de mal à finir le tome 3, certainement dû au fait, que la redondance dans l'élaboration de l'histoire, commence déjà à me lasser. Et pourtant, j'aime beaucoup l'écriture de Jodorowski et les dessins de Gimenez, mais je ne sais pas, il y a un truc qui ne fait plus mouche, pour l'instant. Je vais peut-être faire une pause dans l'univers des Méta-Barons et replonger dans l'univers de John Difool et l'Incal. Ah, je sais ce qui me manque chez les Méta-Barons, l'humour décalé, voir déplacé que je retrouve justement dans l'Incal, l'autre succès story de Jodorowski. En effet, j'ai l'impression d'être dans un univers aseptisé où l'humour est mort, d'où mon commentaire plus haut sur le monde dystopique, mais une touche d'humour n'aurait pas fait de mal de toute façon.
Note T.2 : 4/5.
Et vous, quelles sont vos dernières lectures du moment ?
Comme toujours, suivez-moi sur les réseaux sociaux ou directement sur ce blog, pour échanger avec votre serviteur et/ou être les premiers avertis lorsque paraît une nouvelle #chronique. Je viens également d'ouvrir un #insta, un compte @Babelio et je suis "Superlecteur" sur IZNEO, pour ce blog à retrouver sous les #nametag : yradon4774 (insta) et Yradon4774 (Babelio et IZNEO).
See you soon sur les ondes...
Lien : https://wordpress.com/post/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Vexiana
  19 août 2019
Comme dans mon souvenir, les travers de cette BD commence à se mettre en place. Redondance des propos, excès en tous genres, démesure complète des réactions et des sentiments.
Toutefois, quand on le sait et qu'on fait avec, l'histoire est très chouette à suivre.
Bon, c'est assez violent et cruel mais c'est du grand space-opéra.
L'explication par la genèse des caractéristique du Méta-Baron de l'Incal est riche et démontre un esprit créatif démesuré.
Moi qui adore les sagas familiales, je ne peux qu'aimer la dynamique de cette série qui voit se succéder les générations et les personnalités fortes, même si elles sont complètement disproportionnées.
Côté dessin, c'est vraiment de l'art. le trait et la mise en couleurs sont vraiment magistrale et reflètent, eux aussi, un imaginaire plus que florissant.
Commenter  J’apprécie          90
svecs
  01 octobre 2015
A l'époque, j'adorais.
Mais le temps a passé et je dois avouer avoir du mal à relire cette série qui, plus que l'Incal, reflète la frustration de Jodorowski de ne pas avoir pû réaliser "son" Dune. Les Castaka ne sont rien d'autre qu'une vision transposée de ses Atréides.
Cette séie est née sous le signe de l'excès. L'outrance est permanente, dans les situations, dans les personnages, dans les rebondissements, à croire que les auteurs se soient donné comme règle de systématiquement aller un peu plus loin dans la démesure.
La caste des métabarons est une tragédie cosmique, qui ferait passer Phèdre pour Bridget Jones. Mais à trop en faire, cette série en devient parfois drôle, mais à ses dépens. Si la série contient son lot d'humour volontaire (les deux robots narrateur, récit narratif qui devient vite assez insupportable), elle se trouve aussi prise au piège de son excès de pompe. La posture devient parfois intenable et devant certaines scènes , on en vient presque à regretter que les auteurs n'aient pas décidé de pousser encore plus l'outrance, pour embrasser la dimension tragicomique de cette série.Elle oscille, parfois vers le grandiloquent, parfois vers le ridicule, et n'arrive pas à choisir son camp. Elle devient pompière. C'estr amuant pendant un teps, mais sur la longueur, c'est insupportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
doran40
  22 janvier 2020
Othon le méta baron au tome précédent a été blessé en portant secours à son fils qu il venait de confondre avec un ennemi. Désormais sans descendance et ne pouvant procréer, la caste des méta baron risque de s éteindre. Après avoir aidé l empereur il reçoit une femme qui sait comment répondre aux attentes d othon.
De beaux dessins mais je ne suis pas réellement fan des histoires futuristes et l intervention des deux robots est trop redondante et sans intérêt.
Commenter  J’apprécie          23
xmal
  20 mai 2013
Haaaa! Voila qui calme pour un bon moment toutes les craintes qu'avaient fait naître le premier tome. La complexité du scénario se met en place, la profondeur des interactions aussi. Ce tome est assez riche en rebondissement. J'aime toujours autant les personnages qui commencent à se complexifier. Et je passe rapidement sur le graphisme toujours génial! Allez hop, au suivant!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   03 février 2019
- Le siège menaçait de s’éterniser des mois durant… L’Ekonomat et les planètes coloniales s’abstinrent de demander des renforts, attendant que les pirates triomphent pour négocier plus tard, avec eux, le rachat de l’androgyne parfait, et s’emparer ensuite du pouvoir...
- La biocorruption me fait vomir, mais elle n’est pas pour me surprendre ! Comment des corps voués à la putréfaction et destiner à engendrer des vers connaîtraient-ils notre haute rectitude robotique ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   09 février 2019
- Paléochrist ! l’Empire n’est plus qu’un nid de traîtres grouillants ! Le couple impérial forcé de s’en remettre à l’aide des civils… Quelle humiliation !
Commenter  J’apprécie          160
xmalxmal   20 mai 2013
...les imbéciles! C'est exposer le miel sous le nez des mouches! Ils vont éveiller la cupidité de tous les pirates!
Commenter  J’apprécie          20
robert7robert7   14 février 2017
Silencieux et invisible, tel un corbeau altier, il traversa les cités dorées.
Commenter  J’apprécie          20
xmalxmal   20 mai 2013
...Faites plutôt une pause cérébrale et passez du thalamus au cortex! Libérez-vous des superstitions et des jalousies primitives... Relâchez-moi sur le champ!
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alejandro Jodorowsky (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alejandro Jodorowsky
C'est au Studio Ferber à Paris que notre journaliste a rencontré Clara Luciani. Un lieu mythique qui a vu passer des légendes de la musique telles que Juliette Gréco, Serge Gainsbourg ou encore Alain Bashung. Une atmosphère unique dans laquelle Clara a fait éclore son dernier album, Coeur, sorti le 11 juin dernier. Quel bonheur ! Tout au long du podcast, elle revient sur la fabrication de ce disque, mais aussi sur sa perception d'elle-même, ses envies, ses doutes… en deux mots, tout ce qui a contribué à faire d'elle une artiste à l'univers incomparable. Au détour d'une anecdote, Clara ose se confier. Il est alors question de son enfance solitaire, de son passage accéléré à l'adolescence, de son manque cruel de la scène et de ses inspirations. Françoise Hardy, Jacques Demy, Nico du Velvet Underground ou Annie Ernaux sont ainsi convoqués pour ce moment de partage intimiste, touchant et rieur ! Coeur, son deuxième opus, est un petit chef-d'oeuvre réalisé dans le contexte particulier de la crise sanitaire. Elle aborde d'ailleurs ce thème dans Au revoir, un titre poignant qui imagine la fin des concerts et l'arrêt de sa carrière… En toute sincérité, elle nous raconte aussi la petite larme versée lors de l'enregistrement de cette chanson, sa préférée dans cet album. “Plus que du temps, ce dont on a besoin pour créer, c'est de la liberté”. Une phrase qui pourrait résumer à elle seule cette infusion. Branchez votre casque, mettez vos écouteurs, allumez votre enceinte, augmentez le son et profitez ! Infusion Fnac est un podcast entièrement dédié à la création artistique. Entrez au coeur du processus de création, glissez dans l'esprit des artistes pour comprendre leurs idées, leurs inspirations, leurs façons de travailler. Infusion Fnac vous fait découvrir un·e artiste par épisode, que ce soit en littérature, en cinéma, en musique, en photo… Toutes vos passions dans une infusion. Découvrez tous les podcasts Infusion Fnac sur la plateforme dédiée de la Claque Fnac : https://www.laclaquefnac.com#bl=YTFnac Cet épisode est également disponible sur votre plateforme d'écoute préférée : Spotify : https://open.spotify.com/episode/0L5dey1lMSzFFkOZmqpyh9?si=GYMdfuHTQCqQt2n-j-NSaw&dl_branch=1 Deezer : https://deezer.page.link/483FMgZQiU1xM4br9 Apple Podcast : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/infusion/id1537962472?l=en&i=1000524971033 Découvrez également d'autres épisodes de notre podcast Infusion, avec : Mathieu Sapin https://www.youtube.com/watch?v=q-S1n71tcUw Florence Aubenas https://www.youtube.com/watch?v=U_14GQ0zdN4&t=203s Alejandro Jodorowsky https://www.youtube.com/watch?v=6E9VEDMVUWA
Retrouvez-nous également sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#LaClaqueFnac #RDVFnac #ClaraLuciani #Coeur #Infusion #Podcast
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'échelle des anges - l'arbre

Dans la phrase de la grille, un arbre est nommé, s'agit-il

D'un figuier
D'un abricotier
D'un arganier
D'un prunier

5 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle des anges : Un art de penser - 'Image de l'âme' de Alejandro JodorowskyCréer un quiz sur ce livre