AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alex Lhermillier (Traducteur)Nelly Lhermillier (Traducteur)
ISBN : 2226151699
Éditeur : Albin Michel (07/01/2004)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 54 notes)
Résumé :
" M'étant séparé de mon moi illusoire, j'ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie. " Cette phrase définit parfaitement le projet biographique d'Alexandro Jodorowsky : restituer l'incroyable aventure et quête que fut sa vie. Né au Chili en 1929, c'est en effet un homme et un artiste aux mille facettes. Chantre de l'expansion de conscience, poète, romancier, comédien, fondateur du " théâtre panique " avec Arrabal, réalisateur notamment de films culte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  09 février 2018
«  Si dans le désert l'enfant ferme la main, il y tient une poignée de sable, s'il l'ouvre, tout le désert peut passer à travers elle… »
« Au Chili, la terre tremblait tous les six jours ! Le sol même était pour ainsi dire convulsif. C'est ce qui faisait que tous fussent sujets à un tremblement existentiel. On n'habitait pas un monde massif régi par un ordre rationnel, mais une réalité vacillante, ambiguë. »
« D'une certaine manière dans ce livre, je me suis livré à un exercice d'autobiographie imaginaire, pas au sens de « fictive », car tous les personnages, lieux et évènements sont vrais, mais du fait que l'histoire profonde de ma vie est un effort constant pour dilater l'imagination et élargir ses limites, pour l'appréhender dans son potentiel thérapeutique et transformateur. »
Un livre autobiographique qui dépasse l'autobiographie pour nous parler poésie, théâtre, magie, thérapie. Le livre est plus ou moins chronologique mais il est divisé par thèmes et l'auteur n'hésite pas à revenir en arrière ou devancer le temps pour illustrer son propos.
« L'amour existe quand on reconnaît l'essentielle différence. »
L'écriture est remplie d'une tendresse généreuse et d'un humour très fréquent qui se chamaillent avec une sexualité débridée et un imaginaire galopant. Bref, on reconnait l'auteur si on le connaît déjà un peu via ses oeuvres (voir à ce propos l'excellent docu sur son Dune « raté »). C'est le même genre de personnage solaire et fanfaron que Dali sauf qu'il n'est pas avare et qu'il se soucie vraiment de l'autre. D'ailleurs, Jodorowsky va bien plus loin que les surréalistes. Globalement, on peut dire que le livre s'attache aux processus d'identification et de projection pour sortir du carcan et amplifier le réel.
J'ai été frappé par la violence mise en sourdine au début, par les techniques de l'imagination (quand l'auteur donne des exemples de son imagination, l'écriture a comme un coup d'accélération sur des montagnes russes), par la vérité de réalités différentes, vécues.
La partie que j'ai préférée est clairement celle autobiographique jusqu'au « rêve sans fin ». La partie que j'ai la moins appréciée est celle: « Magiciens, maîtres, chamans et charlatans » qui est cohérente avec l'ensemble et l'évolution de l'auteur et de ses pratiques mais qui demeure critiquable par toutes les escroqueries qu'elle inclut. Je rajouterai que l'auteur donne vraiment trop d'exemples de thérapie (brève) à mon goût dans les parties suivantes (évidemment, on voit des similitudes avec l'hypnose ou le vaudou entre autres). La partie sur le théâtre panique et la pantomime m'a rappelé ma lecture de « Mon théâtre » de Pippo Delbono. La partie sur l'arbre généalogique m'a rappelé mes ateliers collectifs sur le récit de vie. Pour l'anecdote (entre autres), j'ai beaucoup aimé comment il explique qu'un acte de psychochamanisme sur Moebius a influencé l'Incal et mené à la création des Technopères (et autres Méta-barons).
« La psychomagie s'appuie fondamentalement sur le fait que l'inconscient accepte le symbole et la métaphore en leur donnant la même importance qu'aux faits réels. Cela, les magiciens et les chamans d'anciennes cultures le savaient. »
Au sujet de l'aspect thérapeutique et développement personnel, le livre est bien supérieur à un livre comme « Le pouvoir du moment présent » d'Eckhart Tolle alors qu'ils ont beaucoup de points communs parce que l'auteur, ici, parle vraiment de lui, de ses expériences, de ses souffrances. Il cite les personnes (dont la rencontre avec un moine zen) et les livres qui l'ont influencés. Il se livre totalement sans aucun ésotérisme (vocation au secret, aux mensonges et au non communicable, au sectaire) qu'il rejette d'ailleurs, tout en admettant qu'on peut accéder à l'inconnu, ni aucun intérêt de se placer en gourou.
« On nous inculque la peur du changement, nous maintenant à un niveau de conscience infantile où nous vénérons la sécurité toxique et détestons l'incertitude salutaire. Par tous les moyens, en s'appuyant sur des doctrines politiques, morales ou religieuses, on nous fait ignorer notre pouvoir mental. »
On lit Jodorowsky (on apprend ainsi qu'il n'avait pas de jouets à cause son père) et on se rappelle que notre système éducatif est passé complètement à coté des essentiels de l'homme, sans doute parce qu'il est plus occupé à former des citoyens consommateurs-travailleurs et électeurs que des hommes. Outre un cours sur la méditation, il faudrait un cours sur l'imagination à chaque niveau d'études. Nous y aurions tous notre mot à dire, notre être mythique à dévoiler, notre flot à déverser.
Une partie de cette autobiographie a été adaptée en deux films: « La danse de la réalité » en 2013 (époque Tocopilla) et « Poésie sans fin » en 2016 (époque Santiago). Il faut savoir que si le deuxième film est assez fidèle au livre, le premier diverge dans sa seconde moitié, c'est cela la danse de la réalité de Jodorowsky. J'ai clairement plus apprécié le second film. De plus, le livre couvre bien plus d'évènements biographiques (théâtre panique, voyage à Paris, Mexique,…) et a ses prolongements dans l'aspect thérapeutique de la psychomagie et du psychochamanisme.
On pourra toujours critiquer l'aspect « élaboration d'une mythologie personnelle » qui reste par essence personnelle. Je pense que pour bien apprécier le livre, il ne faut pas rechercher la vérité du mythe, des faits mais ressentir son enseignement. On parle ici clairement de foi envers la vie, nous ne sommes pas nés pour regretter ou nous enfermer. L'imagination de l'esprit comme arme de destruction massive de la réalité conventionnelle et qui érige une politique de réappropriation de la vie et de pacification avec l'autre, voilà le résumé du livre.
« L'amour: chemin où les empreintes au lieu de nous suivre nous précèdent. »
« Il ne s'agissait plus de s'imaginer des liens mais de se rendre compte qu'ils existaient : j'étais amarré à la vie et uni à la mort, amarré au temps et uni à l'éternité, amarré à mes limites et uni à l'infini, amarré à la terre et uni aux étoiles. »
Citant Breton: « Un mauvais écrivain est comme une tache d'eau sur le papier, il se répand facilement mais ne tarde pas à s'évaporer. Un bon écrivain est comme un tâche d'huile: lorsqu'elle tombe elle fait une petit tache, mais avec le temps se répand jusqu'à remplir toute la feuille. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_Cm
  25 octobre 2014
Jodorowsky est un être plus qu'intéressant et ce livre autobiographique frôle la perfection.
Jodorowsky par son observation, sa recherche personnelle permanente en est arrivé à des conclusions auxquelles arrivent la psychologie scientifique, et les sciences de l'homme en général. le rapport au corps, l'utilisation volontaire du rêve dans la réalité, des symboles concrétisés, de la magie, de l'imagination (je me rends compte que les virgules sont superflues)... La créativité, la création, c'est Dieu en nous, c'est Nous en dieu.
Un livre qui raconte un parcours exceptionnel d'un touche-à-beaucoup, d'un type qui va loin pour se trouver, et toucher, au coeur, de l'être.
En tant que thérapeute, je le suis à mille pourcents dans ses idées, je suis heureux de lire un livre qui me semble correspondre, enfin, me correspondre. Bien que culturellement je ne sois aucunement d'affinité. On trouve, il trouve et nous fait trouver l'universel.
L'art, la magie, la thérapie; l'amour, dieu, la créativité, appelons ça comme on veut, Jodorowsky nous invite plus que sérieusement à nous amuser; à nous amuser de nous, entre nous, la vie est là, elle sert à ça.
Et au passage, écoutons avec un amour accru ce qui fait symptôme, de merveilleux signes à ne pas canarder.
Bref, merci Jodo et merci à une certaine patiente qui m'a offert ce livre en reconnaissance. Bien vu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
valdemosa38
  04 décembre 2011
Difficile de parler de ce livre . le monde d'Alexandro Jodorowsky est ....assez fantastique. Il y a bcp d'amour et bcp de violences aussi. Parce qu'il faut se faire violence pour évoluer, pour sortir de ses croyances, de ses rails, pour se soigner et vivre la vie comme une grande et belle aventure .
Je trouve que son univers ressemble un peu à celui de GGM dans son intensité, son absence de limite entre le monde des vivants et celui des morts, dans son sens de la magie .
Chez Jodorowsky, la magie soigne, la symbolique soigne même si c'est parfois bien difficile de le suivre. A la fin du livre on se dit qd même :Quelle vie !
Et aussi quel engagement. Car il sagit bien d'un engagement humain, d'une certaine forme de sacerdoce consacré aux autres, à les soigner, à les comprendre, à les guider ....Et forcemment, ce genre de chemin est semé d'embuches en tout genre. On peut vite glisser dans le mode " gourou ".
Ce qui m'a aussi touché , c'est la place de l'art dans le soin. Comment une manifestation artistique peut soigner la personne qui y participe , est ce que toutes interactions entre humains n'a pas une dimension à la fois artistique et curative ?....Qu'est ce qu'il se passe à ce moment là ?
Ce livre pose tellement de questions, de remise en question, qu'il est difficile d'en parler ou alors il me faudrait arriver à rester totalement extérieure à tout ce qu'il nous raconte et ce n'est pas moncas ....donc dans qqs années, j'en parlerais ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
isla16
  16 juin 2014
Un livre d'une richesse incroyable, qui m'a complètement transformée. Il y a un avant et un après Jodorowsky dans ma vie. Il m'a déverrouillé des portes, éclairé de nouvelles voies, offert une nouvelle vision de la vie. Indispensable, fascinant, foisonnant, à l'image de la personnalité du maître.
Commenter  J’apprécie          30
jcnb68
  04 août 2011
Jodorowski est un Saint. le lire est bien moins impressionnant que de le voir, même de loin. Sa sagesse est folle, donc divine. Pour ceux que cela intéresse, si vous voulez avoir une petite idée de ce à quoi le fabuleux Jésus pouvait ressembler, rencontrez Jodo.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   25 décembre 2015
Je voudrais, pour terminer ce livre, revenir à ma jeunesse
et à nouveau être assis sur la branche d'un arbre
à côté de mon ami poète, pour,
comme en cette occasion inoubliable, déduire,
de tout ce que nous ne savons pas,
le magnifique et peu que nous savons :

Je ne sais où je vais, mais je sais avec qui je vais...
Je ne sais où je suis, mais je sais que je suis en moi.
Je ne sais ce qu'est Dieu , mais Dieu sait ce que je suis.
Je ne sais ce qu'est le monde, mais je sais qu'il est mien.
Je ne sais ce que je vaux, mais je sais ne pas me comparer.
Je ne sais ce qu'est l'amour, mais je sais que je jouis de ton existence.
Je ne peux éviter les coups, mais je sais comment les supporter.
Je ne peux nier la violence, mais je peux nier la cruauté.
Je ne peux changer le monde, mais je peux me changer moi-même.
Je ne sais ce que je fais, mais je sais que ce que je fais me fait.
Je ne sais qui je suis, mais je sais que je ne suis pas celui qui ne sait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
monalisa13monalisa13   23 juillet 2010
M'étant séparé de mon moi illusoire j'ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie
Commenter  J’apprécie          340
Bruno_CmBruno_Cm   24 octobre 2014
Je me souviens d'un conte bouddhiste : Deux moines méditent au milieu de la nature ; de nombreux lapins entourent l'un deux, aucun n'approche l'autre. Celui-ci demande : "Si tous deux méditons avec la même intensité le même nombre d'heures chaque jour, pourquoi les lapins t'entourent-ils et pas moi ? - C'est très simple, répondit l'autre, parce que je ne mange pas de lapin, toi si !"
Commenter  J’apprécie          50
Bruno_CmBruno_Cm   20 octobre 2014
Me mettant à la place de ce qui n'était pas moi, j'eus la sensation que tout était conscient, que tout était doté de vie, que ce que je croyais inanimé était une entité plus lente, que ce que je croyais invisible était une entité plus rapide. Chaque conscience possédait une vitesse différente. Si j'adaptais la mienne à ces vitesses, je pouvais entamer des relations enrichissantes.
Commenter  J’apprécie          30
Bruno_CmBruno_Cm   21 octobre 2014
J'ai toujours fui les contacts négatifs et recherché des amis qui puissent être mes maîtres.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Alejandro Jodorowsky (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alejandro Jodorowsky
[PENSEZ A ACTIVER LES SOUS-TITRES]
Entretien avec Alejandro Jodorowsky à l'occasion de la publication d'une anthologie en 12 tomes de son oeuvre aux Humanoïdes Associés, pour célébrer ses 90 ans.
Ses débuts au Mexique, L'Incal, Moebius, François Boucq, la notion d'oeuvre pour un scénariste, et même le secret du bonheur ! Retrouvez toutes les informations sur cette collection événement : https://www.humano.com/book/37363
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'échelle des anges - l'arbre

Dans la phrase de la grille, un arbre est nommé, s'agit-il

D'un figuier
D'un abricotier
D'un arganier
D'un prunier

5 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle des anges : Un art de penser, suivi de "Image de l'âme" de Alejandro JodorowskyCréer un quiz sur ce livre