AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2268032655
Éditeur : Les Editions du Rocher (10/01/2001)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le 14 novembre 1917, le corps expéditionnaire du général Allenby reprend Jaffa aux Turcs. Bientôt, les Britanniques se verront remettre les clefs, de Jérusalem, délivrant ainsi la Palestine du joug ottoman. Le même jour, au terme d'un long périple, trois jeunes gens fous d'espoir embrassent le sol de la Terre promise : Andreï, lepeut-fils de rabbin polonais, Sarah la prostituée, et Mishka, le tavernier du quartier juif d'Odessa. Ensemble, ces rescapés des pogroms on... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gouelan
  14 juin 2018
1917, Andreï, Mishka et Sarah arrivent sur la terre de Palestine, foyer national juif établi par la déclaration de Balfour, ou terre promise pour les Juifs en errance. Là-bas ils sont accueillis dans le kevoutsah de Deganya ; une communauté agricole. Très vite la tension monte avec les Arabes établis sur ces terres depuis des générations.
Pendant qu'Andreï s'engage aux côtés de Ben Gourion, Mishka tente de renaître en Amérique. New York lui offrira l'occasion de s'enrichir parmi les truands juifs et italiens avec la contrebande d'alcools. Il flotte là-bas un air de liberté pour celui qui a de l'argent plein les poches.
Et puis la guerre éclate…
Une saga familiale où chacun tente de transmettre ce qu'il peut de sa foi, de son espoir, de sa volonté de paix et d'oubli. Une belle rencontre avec le vieil Arabe, le mukhtar du village. Les uns se sentent envahis, les autres ne cherchent qu'un refuge. Certains pourtant seraient capables d'échange et de partage.
À qui appartiennent les terres ? Aux Juifs, aux Arabes ? La terre d'Israël n'a pas fini de se déchirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   13 juin 2018
Au fond, je serais désespérer de rentrer en guerre avec le mukhtar. La noblesse de cet homme qui force l'admiration et le respect. Et une forme de beauté, qui le rapproche des arbres, des pierres tourmentées, du désert, bien plus que des autres hommes. Peut-être le grain si fin de sa peau tannée, serrée comme un bois précieux. Ou ses yeux, d'un noir absolu, si noirs qu'ils paraissent sans pupille, dans le contraste avec son opulente chevelure blanche est si saisissant... Il ne cille presque jamais, vous regarde comme s'il vous scrutait, vous transperçait, fouillant à l'intérieur de vous même... Tout en écoutant, il égrenait du bout de ses doigts ce chapelet d'ambre que les Turcs ont mis à la mode, en envahissant le Moyen-Orient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
gouelangouelan   11 juin 2018
- ... et contrairement aux bolcheviks, nous joignons la spiritualité aux convictions politiques, continuait David. Mais attention : la spiritualité n'est pas forcément la foi. Ici, vous pouvez être juifs tant que vous le voulez - nous cherchons un homme nouveau sans pour autant tuer l'homme ancien, celui que nous portons cousu en nous depuis les origines. À trop vouloir un monde radicalement différent, radicalement coupé de son histoire, les bolcheviks fabriquent un régime aux pieds d'argile, qui s'effondrera quelques jours...

Mishka n'écoutait pas. Il jetait des regards furtifs, analysant le paysage comme s'il devait incessamment fuir : les eaux miroitantes du lac qui reflétaient le soleil couchant, les vignes orientées au sud, les oliviers couleur de poussière. Il estimait le travail à venir, déjà convaincu que sa place n'était pas ici. Cette communauté agricole, les charrues rangées dans un coin, le linge qui finissait de sécher au soleil, les hommes barbus, le crâne abrité sous une casquette, tous pareils sous ce camouflage de poils et cette peau tannée au soleil, rien ne l'attirait. Pas même les femmes, qui semblaient avoir renoncé à toute coquetterie, un foulard sur la tête, leurs formes dissimulées sous d'amples vêtements de travail déclinant toutes les gammes de gris. Elles lui donnaient l'impression d'être des ombres sans corps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gouelangouelan   14 juin 2018
- Regarde, m'a-t-il dit en me montrant les collines désolées.
Je n'ai pas bien compris ce qu'il me montrait, et il a souri comme on sourit à un enfant qui déraisonne.
- Tu vois, regarde ces collines. Écoute le vent. Nous sommes, nous les Arabes, les enfants des pierres et du vent, nous sommes les grains de sable en suspension dans la tempête, les saisons qui balaient le paysage, le ciel qui s'embrase au crépuscule, la lune qui monte entre les étoiles. Nous sommes l'éternité, l'absence même du temps. Et toi, avec tes engins et tes hommes, tu viens détruire le paysage, et réinventer le temps, le temps qui est la mort. Tu me dis que nous irons plus vite d'un village à l'autre... Qu'est-ce que cela fait aux poètes, d'aller plus vite ? Quelle que soit l'heure à laquelle nous arrivons, nous arrivons toujours à l'heure, quand nous allons chez nos amis. Il ne nous viendrait pas à l'idée d'arriver à l'improviste. Nous avons le temps, quand nous voyageons, de voir l'ombre des chameaux s'avancer sur les collines. Nous avons le temps, et vous devez beaucoup en manquer, pour essayer si fort d'en gagner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gouelangouelan   12 juin 2018
- Mais il y a tant de choses à faire au jour le jour ! Le présent est déjà si contraignant ! Comment exiger des hommes qu'ils voient beaucoup plus loin que le bout de leur sillon, quand la terre est si rude ?
- Le présent n'est que le passé de l'avenir, avait rétorqué Ben Gourion. Certes, il devait depuis longtemps avoir rodé sa formule, mais elle faisait de l'effet. Puis il avait pris Andreï par le bras.
- Nous avons besoin d'hommes comme toi, avait-il murmuré sur le ton de la confidence. Des hommes qui ont vu, en Europe, ce que c'était que l'antisémitisme. Des hommes qui sont revenus de tout, sauf de leur rêve. Crois-moi seul le sionisme peut combattre et vaincre l'antisémitisme. Parce que le sionisme est un combat, et que nous ne vaincrons pas avec de belles paroles. Les discours doivent venir après la bataille. Mais aussi parce que le sionisme est un espoir en une vie meilleure, plus équitable, et non un mot vague que l'on agite, un drapeau que l'on se dispute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gouelangouelan   12 juin 2018
- Ça me rappelle, répliqua Alberto, cette réflexion de ma mère, à chaque nouvelle émeute dans le quartier de la Moldavanka où je suis né, à Odessa. "Mais est-ce que ce sera bon pour les Juifs ?" Eh bien, je vais te dire, moi : il est temps, parce que nous sommes dans un pays libre, de cesser de penser comme à l'époque où nous étions esclaves. Ce qui sera bon pour les Juifs, à l'avenir, c'est ce qui sera bon pour l'humanité.
- Bien dit ! approuva Moischer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Joseph Joffo (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Joffo
Lors de la neuvième éditions de Saint-Maur en Poche, es libraires Gérard Collard et Jean-Edgar Casel de la Griffe Noire ont remis un prix d'honneur à Joseph Joffo. C'est Véronique Cardi des éditions du Livre de Poche qui a représenté l'auteur.
Un sac de billes de Joseph Joffo aux éditions Livre de Poche
Paris, 1941. La France est occupée. Joseph et Maurice, deux frères juifs âgés de dix et douze ans, partent seuls sur les routes pour tenter de gagner la zone libre. Récit autobiographique publié en 1973, traduit en dix-huit langues, Un sac de billes est un des plus grands succès de librairie de ces dernières décennies.
https://www.lagriffenoire.com/16184-poche-un-sac-de-billes.html
Vous povez commander Un sac de billes sur le site de la librairie en poche www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : israëlVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1077 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre