AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290035955
Éditeur : J'ai Lu (02/05/2012)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Le jour de Noël 1800, une bombe manque de tuer Bonaparte qui se rendait en carrosse à l'Opéra. Le Premier consul décide d’employer les grands moyens pour trouver les coupables, qu'il désigne aussitôt par calcul politique. Pour lui, ce sont des républicains nostalgiques de la Terreur, qui risquent de gêner son ascension.
Le commissaire Donatien Lachance est chargé de l'enquête. D’une intelligence redoutable, ancien jacobin inflexible devenu un jeune loup du no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bislys
  03 mars 2016
A Noël 1800, Bonaparte échappe de peu à un attentat. Il ordonne alors à Donatien Lachance, jeune policier aux méthodes peu communes pour trouver les coupables. Froid et ingénieux, Lachance va alors mener des investigations qui vont le conduire des salons de Madame de Récamier aux bas fonds de Paris. Mais le temps joue contre lui, car c'est son ami Hyacinthe qui se retrouve rapidement accusé du complot. Lachance doit à tout prix résoudre le mystère où son ami finira au bagne.
Dans ce roman, Laurent Joffrin nous offre la première enquête de Donatien Lachance, enquêteur au service de Bonaparte. Je n'aime pas trop le policier, mais j'ai quand lu avec plaisir cette histoire. Lachance, c'est un peu l'ancêtre des Experts. Il regarde les preuves avec un oeil scientifique et essaye de faire avec les nouvelles techniques de son époque. le style est fluide et rapide et le récit bien ancré dans L Histoire (les complots contre Bonaparte, les Chouans et la naissance du Concordat).
Un point m'a cependant dérangé: les énormes digressions de l'histoire qui s'attarde sur le passé et la vie de Donatien. Ces chapitres n'apportent pas grand chose à l'histoire et je pense que quelques lignes auraient largement suffis pour nous éclairer sur la situation.
Une lecture plaisante au final mais qui a quelques longueurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
emeralda
  31 mars 2014
Belle entame avec Bonaparte alors général, mais aussi premier Consul et toujours plein de fougue avec son pauvre secrétaire Bourrienne mît un peu à mal, mais faisant bonne figure.
La littérature au coeur du sujet ? J'adore forcément puisque j'aime lire et si possible pas seulement un tas d'âneries même si parfois cela détend mon mono-neurone.
Reste que cette mise en bouche nous mène vers l'horreur. 214 ans après, cela me fait frissonner car rien n'a changé au fond.
Côté protagonistes, on est servi, on a du beau monde et limite, il y a foule.
Donatien Lachance, le personnage principal, est beau, mais son âme est disons plus sombre. Il a beau être dans la police et donc en théorie du côté des gentils, il faut replacer les éléments dans un contexte historique post-révolutionnaire, très sanglant, avec des événements qui feraient frémir même les plus endurcis. le fait d'abattre de sang froid un enfant par exemple...
Vous l'aurez compris, Donatien n'attire pas d'emblée ma sympathie.
Heureusement, il est homme de parole, fidèle en amitié et garde un certain idéal. J'apprécie moins son ambition. Il n'est donc point parfait et c'est bien ainsi car rien n'est jamais tout blanc ou tout noir.
Le retour sur son passé plus en détail que nous offre l'auteur m'a permis de mieux le comprendre, mais pas forcément de tout lui pardonner. Je pense qu'il aurait pu être différent.
Et puis au fil des pages, Donatien devient plus sympathique. Je ne peux pas dire que je l'aime beaucoup, mais je le trouve indéniablement plus humain.
Bonaparte est fougueux, fin stratège même si parfois sa stratégie justement se résume à foncer tête baissée. Il ne veut rien laisser au hasard et épuise son monde. Il faut bien avouer que la tâche est rude pour remettre la France sur les rails. Il a déjà livré bien des batailles, mais celles a venir seront les plus rudes.
Il reste vif, mais également borné. Enfin, il n'est pas dénué de coeur et de raison...
Joséphine me semble un brin trop frivole avec sa fille Hortense, mais cette vision m'est trop parcellaire.
Fouché est un animal politique à sang froid. Comment le dépeindre autrement ? Les états d'âmes, il ne connaît pas.
Son histoire est rude, son caractère le sera tout autant.
Hyacinthe possède une nature agaçante, mais avec des bons points néanmoins. Avec lui, j'ai souris un peu et il ne manque pas de courage ou de folie. C'est un homme qui a du coeur, de l'esprit et bien d'autres qualités.
Olympe me laisse de glace par bien des aspects de sa personnalité. Elle est trop rigide, mais j'ai apprécié sa volonté de ne pas vouloir passé à côté de sa vie, de vivre les choses pleinement comme par exemple son amour pour Hyacinthe et son désir pour Donatien. Elle est courageuse également et possède aussi une volonté peu commune.
D'autres personnages sont à découvrir au fil des pages. Il y en a pour tous les goûts !
Paris est admirablement décrite. On s'y retrouve très facilement pour qui connaît un brin la capitale. J'ai aussi retrouvé d'autres contrées et villes connues comme Saumur, Grenoble, Lyon, Vizille...
Les scènes de manière générale sont tout aussi bien dépeintes et parfois on souhaiterait presque moins de détails sordides. Ben oui, on apprécie de frissonner un peu, beaucoup, mais pas d'avoir la nausée en imaginant certains passages qui deviennent trop présents dans notre esprit. Je ne suis pourtant pas tellement impressionnable, mais quelques fois, je sature. Ceci étant dit, si je réagis autant, c'est également que l'auteur est assez talentueux pour me faire ressentir cela de manière intense rien que par sa prose. Ce n'est pas donné au premier venu.
L'enquête est parfois mise de côté pour en apprendre un peu plus sur les protagonistes principaux. C'est intéressant car on se doute que ces informations nous seront utiles, mais parfois on aimerait être un peu plus dans le présent d'alors. Faut dire que c'est une période où la politique tient une place plus qu'essentielle. La France se reconstruit, se cherche encore.
Un roman très riche dans tous les sens du terme qui mérite d'être lu. On y apprend ou revoit pas mal d'éléments de notre histoire en plus de résoudre une affaire policière.
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jfponge
  25 octobre 2015
Un vrai polar historique, digne de la meilleure littérature populaire : de l'action, de l'amour, avec une bonne dose de psychologie et des messages politiques tout à fait actuels. En spécialiste reconnu de cette politique, celle d'hier comme celle d'aujourd'hui, Laurent Joffrin connaît son Bonaparte jusqu'au bout des ongles. Pour assurer son pouvoir (l'action se passe pendant le Consulat), celui qui n'est encore que le premier consul a décidé d'oeuvrer en faveur de la concorde nationale, favorisant le retour des émigrés et le rétablissement des prêtres dans leurs prérogatives. Un attentat, raté, va être un prétexte tout trouvé pour servir ses intérêts en frappant les républicains, qu'il considère ou feint de considérer comme les instigateurs de l'attentat. Mais c'est sans compter sur la liberté d'esprit de Donatien Lachance, qui va mener une enquête scrupuleuse sur cette affaire, en utilisant les moyens, officiels et officieux, mis à sa disposition par le Ministre de la Police, Joseph Fouché. On côtoie Madame Récamier, côté salon et côté alcôve, et quelques autres célébrités de l'époque. Sur ce fond historique bien documenté, s'enfile une histoire captivante mettant en péril notre enquêteur, coincé entre son amour pour la belle et très républicaine Olympe (non, ce n'est pas Olympe de Gouges, déjà raccourcie pendant la Terreur !) et sa fidélité au futur empereur. La visite du Paris d'avant la Restauration, avec ses ruelles bruyantes et malodorantes, et ses maisons bâties de guingois, vaut également le détour. Une réussite…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bonaparte
  25 août 2013
Nous sommes le 24 décembre 1800. Napoléon Bonaparte, Premier Consul, se rend à l'Opéra. Dans la rue Saint-Nicaise, une machine infernale explose et rate de peu son objectif : assassiner le chef du gouvernement de la France. Bonaparte ne reculera devant rien afin d'arrêter les coupables. Il confie l'enquête à son ministre de la Police Fouché, qui lui-même donne carte blanche au commissaire Donatien Lachance.
Laurent Joffrin, directeur du journal Libération, nous livre ici une enquête historique rondement menée et très bien documentée. Il prend pour postulat de départ un fait historique, l'attentat de la rue Saint-Nicaise, et nous brode une enquête excitante, nous amenant des luxueux salons de Juliette Récamier aux maisons closes de Paris, en passant par les combats navals que se livrent Français et Anglais sur les côtes de la Manche.
Moi qui suis une spécialiste de la période révolutionnaire et impériale, j'ai beaucoup aimé cette enquête. On retrouve le climat tendu de l'époque : à qui faire confiance ? Qui est responsable de la tentative d'assassinat ? Les jacobins ? Les royalistes ? Les chouans ? Les septembriseurs ? L'histoire est très bien menée, l'écriture est fluide, malgré un ton un peu trop "journalistique" pour moi... Les personnages historiques sont fidèles à eux-mêmes (Bonaparte impulsif mais terriblement intelligent et l'on sent poindre l'Empereur sous le Consul, Fouché froid et calculateur, Cadoudal impitoyable...) et les personnages inventés sont crédibles et attachants. Donatien Lachance est un Nicolas le Floch révolutionnaire au lourd passé, Olympe est la figure même de la femme libérée et sûre d'elle. L'action est bien présente, surtout la fin qui est riche en rebondissements.
Quelques points négatifs cependant... Tout d'abord, comme je l'ai déjà souligné, l'écriture un peu "facile" qui rappelle que l'auteur est avant tout journaliste. Ensuite, la complexité de la période fait que quelques explications sur les différents "partis" n'auraient pas été de trop... Un lecteur lambda saura-t-il faire la part des choses entre un jacobin et un chouan ? Un royaliste et un septembriseur ? Quelques notes de bas de pages ou des explications intégrées au récit n'auraient pas fait de mal à mon humble avis.
Malgré cela, c'est une très belle découverte et je ne manquerai pas de lire la suite des aventures de Donatien Lachance. En effet, le Grand Complot est déjà dans ma PAL !
Lien : http://le-marque-page-de-pop..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annette55
  14 décembre 2013
Le 24 décembre 1800 ,alors que le premier consul se rend â l'opéra ,une
Machine Infernale explose sur l'itinéraire emprunté par le cortége des carrosses
de la cour.
Laurent Joffrin reprend cet événement historique pour nous offrir un bon roman policier.
Nous arpentons les allées du pouvoir et L'auteur nous entraîne dans les couloirs
du château des Tuileries,du ministère de la police,sous les arcades du palais
Royal et ses lieux de plaisir,dans le Paris de l'époque ,entre la révolution et l'empire.Nous côtoyons des personnages célébres,:Bonaparte ,Joséphine,Me
Récamier..........
Le personnage du détective de l'empereur est très séduisant,
Le côté humain,social,politique,les scénes d'action.les retournements de situation
sont trés bien rendus,on est constamment tenu en haleine.
Le style de l'auteur est fluide ,très imagé.
On a l'impression d'être â cette èpoque .C'est un bel ouvrage !!!!!
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   23 avril 2012
Il prévoyait que l'ancien état de droit divin, absolu mais faible, borné par les privilèges des ordres, des provinces et des corporations, ferait bientôt place, si Bonaparte triomphait, à un Etat de la Raison qui n'admettait rien entre lui et l'individu, qui savait tout de la vie des citoyens. Cet Etat tenait en principe son pouvoir du peuple, qui s'exprimait en votant, mais il possédait surtout, grâce à des hommes comme Fouché, un implacable pouvoir sur le peuple. Qu'un homme voulant gouverner la France selon son idée, aussi folle soit-elle, se trouvât à la tête de cette machine et rien ne pourrait l'en prévenir. Entre ses mains puissantes la société deviendrait comme une pâte d'argile qu'il pourrait façonner à sa guise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Annette55Annette55   14 décembre 2013
Lá,se croisaient les passions les plus grandes,celles qu'attisent la luxure,l'argent et le pouvoir.On perdait au jeu ce qu'on gagnait en bourse,on faisait fortune avec
un auteur pour tout distribuer aux courtisanes.
On y tramait la disgrâce d'un ministre,la chute d'une piéce ou la déconfiture d'un financier avant d'aller dîner à deux pas chez Véry, au café de Chartres ou au Rocher de Cancale.Les éditeurs côtoyaient les filles qui aguichaient les banquiers sous l'œil du parisien badaud......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pvdpvd   24 décembre 2012
Roeder, visitant avec lui les Tuileries, avait dit : " C'est beau, général, mais c'est triste." Il avait répondu : " Comme la grandeur."
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Laurent Joffrin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Joffrin
Laurent Joffrin - Le roman de la France : de Vercingétorix à Mirabeau
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1798 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre