AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351785363
Éditeur : Gallmeister (06/03/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 236 notes)
Résumé :
Dans le comté d'Absaroka, Wyoming, la découverte du corps d'une jeune Asiatique étranglée en bordure de route n'est pas monnaie courante. Et quand on retrouve près des lieux du crime un vagabond indien au physique de colosse, Virgil White Buffalo, en possession du sac à main de la victime, l'affaire semble être vite expédiée. Pourtant, le shérif Longmire a du mal à croire que Virgil soit l'assassin, d'autant que dans le sac à main de la morte, on découvre un vieux c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  20 mars 2016
Le cadavre d'une jeune vietnamienne est découvert le long d'une route du comté d'Absaroka, Wyoming. Un crime odieux vite résolu puisqu'à quelques pas de là, sous un tunnel, vit un indien SDF, en possession du sac à main de la victime, et particulièrement violent lorsque Walt Longmire veut procéder à son arrestation. Pourtant, le shérif n'est pas homme à se contenter d'un coupable tout trouvé. Ancien marine, vétéran du Vietnam, Longmire croit reconnaître l'un des siens en ce colosse indien, muet et fou furieux. Il ne lui en faut pas moins pour chercher ailleurs l'assassin de cette ''enfant de poussière'', née d'une mère vietnamienne et, sans doute, à la recherche de son père américain. Dans le sac de celle-ci, une vieille photo de Walt, assis au piano d'un bar, quelque par au Vietnam, il y a quarante ans de cela... Une affaire compliquée pour le shérif qui voit affluer ses souvenirs de guerre, lorsque, envoyé à Tan Son Nhut, il effectuait sa première enquête en tant qu'inspecteur des marines.
Si Craig Johnson aime habituellement nous faire voyager dans son magnifique Wyoming, il va plus loin dans cet opus, en nous entraînant au Vietnam, dans cette guerre qui a tant marqué les américains.
On savait que Walt et son ami Henry étaient des vétérans, on découvre ici quelques épisodes de leur guerre où, fidèles à leurs valeurs, ils ont combattu en tentant de sauver leur peau et quelquefois celle des autres. le tout jeune Longmire de la police des marines y mènera sa première enquête, sans souci des grades ou de la hiérarchie, se liera d'amitié avec une prostituée, et échappera de justesse à la très meurtrière offensive du Têt. Moins expérimenté, l'homme a pourtant déjà la même pugnacité et le même sens de la justice que le futur shérif.
Mêlant les époques, Johnson déroule deux enquêtes qui ont pour point commun le Vietnam et les fantômes de la guerre. Toujours aussi attachante, la petite communauté du comté d'Absaroka devient, au fil des tome, une famille que l'on retrouve avec plaisir et qu'on aime à connaître mieux. Jamais décevantes, les aventures de Walt Longmire gagnent en profondeur à chaque tome et sont un véritable plaisir de lecture. A savourer sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Crossroads
  02 avril 2018
Je trace un peu plus avant, avec l'ami Craig, sur l'autoroute du bonheur.
Absaroka, tout le monde connait.
Là-bas, très certainement, puisqu'il s'agit de l'État le moins peuplé d'Amérique.
La faune y est locale et clairsemée.
Difficile d'imaginer la découverte d'un corps tranchant furieusement avec les stéréotypes locaux.
Dans un souci d'ironie à peine voilée, c'est bel et bien le cadavre d'une jeune asiatique que l'on retrouvera étranglée, rien de franchement novateur pour le moment, en possession d'une vieille photo immortalisant Walt Longmire alors en villégiature au Vietnam en pleine saison du pruneau létal.
Interloquant, n'est-il pas ?
Une victime atypique et un suspect tout désigné, ce colosse indien mutique ayant pris ses quartiers annuels dans un boyau débectant déserté par les rats eux-mêmes.
Faut dire que se trimballer avec le sac à main de la victime n'était sans doute pas le meilleur moyen de se disculper de tout soupçon policier, enfin crois-je.
Quatrième volet traduit en français, ces enfants de poussière allie investigation et jeunesse "Longmirienne" avec un égal bonheur.
Des temps reculés et guerriers se rappelant aux bons souvenirs de notre shérif qui rame comme jamais pour élucider cette nouvelle affaire.
Le chassé-croisé "présent passé" est habilement acheminé, apportant une vraie respiration à cette enquête visiblement insoluble tout en dévoilant un pan non négligeable de l'album photo personnel de Walt Longmire.
Autre aspect ingénieusement traité qui suscite l'interrogation, les relations étroites, en temps de guerre, entre occupant et michetonneuse locale, qui donnèrent naissance à bon nombre d'enfants non désirés à l'avenir mort-né.
Au logique questionnement de la filiation avec la victime viendra naturellement se greffer ce doute abyssal quant à la culpabilité supputée de cette force de la nature taiseuse.
Un coupable idéal au mauvais endroit au mauvais moment.
Enfants de poussière convoque les fantômes du passé tout en déroulant, pour notre plus grand plaisir, une galerie de personnages que l'on se plait à retrouver.
La trame est complexe et plurielle.
L'ambiance des plus sombres.
Mais gageons que l'ami Longmire, assisté de ses fidèles enquêteurs et amis, saura faire toute la lumière sur ce bien triste fait divers.
En tout cas, moi j'y crois.
En même temps, j'en connais l'issue, donc pour l'intuition à deux balles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
joedi
  03 mars 2017
Quatrième volet des aventures du Shérif Walt Longmire. Je le retrouve à Absaroka avec Cady, sa fille, en pleine séance de revalidation car, suite à son agression à Philadelphie, elle est rentrée avec son père. Cady qui retrouve la mémoire petit à petit pose des questions à son père sur ses cicatrices notamment sa cicatrice à la clavicule dont il l'informe que c'est une blessure qu'il a reçue lors de la bataille du Têt en 1968.
Walt me raconte des séquences de sa vie au Vietnam lorsqu'il était lieutenant dans la Marine des États-Unis et menait une enquête sur un trafic de drogue. Pendant cette période de guerre, beaucoup d'enfants sont nés d'une femme vietnamienne et d'un soldat américain, on les appelle enfants de poussière.
Lorsque le cadavre d'une jeune vietnamienne est découvert dans son comté, ses souvenirs du Vietnam remontent à la surface. Encore une enquête menée de main de maître !
Prête pour les prochaines aventures de Walt dans Dark Horse.
Challenge Atout prix 2016-2017 – Prix SNCF du Polar 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
Arakasi
  13 mars 2014
Qui sont « Les Enfants de poussière » ? Derrière cette appellation poétique se cache une triste réalité, celle de centaines d'enfants nés durant les années 60 et 70 de pères américains et de mères vietnamiennes. Fruits de la guerre, ces enfants sont généralement condamnés à rester apatrides, déchirés entre leurs deux nations d'origine. Certains parviennent pourtant à partir pour les Etats-Unis à la recherche de parents souvent peu désireux de faire leur connaissance. le périple de l'un d'eux, une adolescente vietnamienne d'une quinzaine d'années, l'a menée jusqu'à la ville de Durant dans l'état du Wyoming où sa courageuse obstination a été durement récompensée. Quelques heures à peine après son arrivée dans le comté d'Absaroka, son corps a été découvert au bord d'une route, le cou brisé.
Walter Longmire, shérif vieillissant de Durant et vétéran de la guerre, est chargé de l'enquête – une enquête qui semble a priori toute tracée puisque un indien SDF et à moitié fou a été capturé à quelques dizaines de mètres du cadavre. Mais Walt ne croit guère à la culpabilité de son étrange prisonnier et le mystère autour de la mort de l'adolescente s'épaissit encore quand les enquêteurs découvrent une curieuse photo dans son sac à main. Sur cette photo prise au Vietnam en 1968, une jeune prostituée asiatique assise dans un bar sourit à l'objectif et, derrière elle, un marine de vingt ans joue du piano. Et devinez qui est ce jeune type ? Bravo, vous avez mis dans le mille ! Walt lui-même, bien entendu !
Après quatre tomes lus avec un enthousiasme jamais démenti, je peux maintenant l'affirmer haut et fort : Walt Longmire est mon copain. Chacune de ses nouvelles aventures est pour moi la promesse de longues heures de plaisir vautrée sur mon canapé ou sur la pelouse d'un jardin public. Et si Craig Johnson décide d'entraîner son héros loin des terres du Wyoming vers le lointain Vietnam, eh bien, va pour le Vietnam ! Tous les pays se valent quand on les visite en si bonne compagnie.
Avec « Enfants de poussière », Craig John innove donc par rapport à la structure narrative de ses oeuvres précédentes : au lieu de nous livrer un récit linéaire, il alterne les passages se déroulant à notre époque au Wyoming et des flash-back contant la courte et malheureuse carrière militaire de Walt au Vietnam dans les années 60. le procédé est intéressant et bien mené, même s'il a pour désavantage de diminuer un peu notre intérêt pour l'enquête elle-même. Ce défaut reste pour moi très mineur, puisque je ne lis pas tant les aventures de Walt Longmire pour leur aspect policier, que pour leur narrateur tellement attendrissant, leurs personnages secondaires si hauts en couleur et leur chaleureuse humanité. Pas déçue pour un sou, je me suis donc immédiatement procurée la suite « Dark Horse » d'occasion et je vais peut-être même déroger à mon sacro-saint principe de lectrice économe en m'achetant le sixième tome « Molosses » plein pot. Ah la la, qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ces copains…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
Ellane92
  14 octobre 2014
Une jeune vietnamienne est retrouvée morte, étranglée, dans le comté d'Absaroka. A proximité du cadavre vit, sous un pont, un immense indien muet et sans doute débile, sans domicile fixe et qui a fait de la prison. Il joue avec le sac à main de la victime et devient très rapidement agressif dès qu'on l'approche. Voilà une enquête vite résolue pour le Shérif Walt Longmire !
Mais bien sûr, Walt n'est pas du genre à condamner vite fait bien fait un coupable tout désigné sans y regarder de plus près. D'ailleurs, en y regardant de plus près, dans le sac à main de la dame, il trouve une vieille photo de lui, prise quarante ans plus tôt, au Viêt Nam, au temps de sa première affaire en tant qu'enquêteur chez les Marines.
Les enfants de poussière, ce sont les enfants nés de père américain et de mère vietnamienne pendant la guerre du Vietnam. Rejetés par leur famille maternelle, leur naissance est souvent ignorée ou refusée par leur famille paternelle. Enfants de la guerre, ils peinent à trouver leur place, quel que soit le côté de l'océan dans lequel ils se trouvent.
Avec beaucoup de talent, C. Johnson entremêle les époques, et l'enquête actuelle et celle du jeune Longmire, qui cherche encore sa place d'enquêteur et de justicier dans un Vietnam corrompu et en plein bombardement, sont abordées tour à tour de façon très fluide. Les scènes d'actions sont particulièrement réussies et visuelles : je me suis surprise plus d'une fois à baisser la tête pour éviter une balle ou un obus (même si, forcément, je ne suis pas très sure que cette méthode d'évitement soit très efficace !).
Ce tome permet également de mieux appréhender les relations entre le Shérif et son grand copain et fort séduisant Henri Standing Bear ("Toutes les femmes de ma vie souriaient lorsqu'elles parlaient de Henry Standing Bear. C'était un peu agaçant, mais Henry était mon meilleur ami, mon ami de toujours, alors je l'acceptais." Eh bien, moi aussi !), qu'il retrouve dans l'atmosphère saturée de fumée du Vietnam. Dans l'époque actuelle, on suit également le lent rétablissement de Cady, la fille de Walt (cf. L'indien blanc), on retrouve bien sur la volcanique Vic, ainsi que les habitués du Busy Bee ! Comme pour les autres enquêtes du Shérif, l'intrigue tient bien la route, il y a de l'action, de l'humour et des bagarres, et les dialogues sont toujours aussi incisifs et les personnages restent toujours aussi sympathiques !
Bref, je suis toujours contente de retrouver le petit monde de Walt Longmire (il y aurait de moins bonnes compagnies !). Vivement que Dark Horse soit publié en l'édition de "poche" (Totem pour ne pas la citer !) de Gallmeister !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

critiques presse (1)
Lexpress   12 juin 2012
Alternant les époques et les énigmes, Johnson signe un thriller remarquable, dans un Wyoming rempli de revenants.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
lehibooklehibook   05 juillet 2019
Le reptile retentissant baissa encore un peu la tête et je m'immobilisai.
C'était ma faute ,franchement-le déranger alors qu'il prenait un bain de soleil après un brunch de mulots ou de lézards . J'aurais pu me présenter comme le shérif et lui parler de l'affaire importante sur laquelle je travaillais , mais il ne paraissait pas intéressé ...
Commenter  J’apprécie          00
joedijoedi   28 février 2017
Les romanciers vous feraient volontiers accroire que ce lieu spectaculaire était le Hole in the Wall célèbre dans tout le grand Ouest, mais en réalité, il s'agissait au mieux d'une invention du cinéma et au pire d'un mensonge par ignorance. Le vrai Hole in the Wall se trouvait à environ quarante-cinq kilomètres au sud, et on le voyait à peine tant la faille dans l'à-pic était étroite, permettant tout juste à un homme à cheval de passer. Mon père me l'avait désigné comme le lieu historique le moins mémorable du Wyoming.
Willow Creek Ranch se trouvait désormais sur des terres privées, et Ferg m'avait harcelé pendant des années pour que je lui trouve un moyen d'y accéder, afin de pêcher un peu là où vivait le voleur de chevaux, à l'endroit où Buffalo Creek sortait du canyon et débouchait dans un pré parfaitement triangulaire. La douzaine de cabanes en rondins habitées par Butch, Sundance et les membres de la Horde sauvage avaient toutes disparu, la dernière ayant été transportée jusqu'à Cody pour être remontée dans le musée Buffalo Bill.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Cath36Cath36   30 juin 2012
Il savait que nos chemins n'étaient pas si différents l'un de l'autre. Nous nous étions tous les deux enfuis le plus loin possible de la guerre, jusqu'aux franges de notre société, mais le Vietnam nous avait rattrapés..
Peut-être n'était-ce pas tant que nous étions hantés, mais c'était la manière dont nous choisissions de gérer ces échos dans notre vie et le moment que nous choisissions pour le faire qui faisaient de nous des êtres à part. peut-être que le combat que j'avais choisi de mener au Vietnam avait laissé des marques. C'était un héritage qui me liait plus fortement aux morts qu'aux vivants. C'était là, disait Ruby, mon défaut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
moraviamoravia   12 mai 2013
- oui, madame. Comment va george ?
- il est mort.
Voilà ce qu'on gagne à demander des nouvelles de personnes âgées.
- Je suis désolé de l'apprendre.
Elle secoua sa chevelure argentée et je contemplai mes bottes en manque de cirage.
- Pas moi. Il devenait grincheux, sur la fin.
Commenter  J’apprécie          211
joedijoedi   02 mars 2017
Fais ce que tu as appris et peut-être que tu sortiras vivant de cette histoire. Prends les bonnes décisions comme si ta vie en dépendait, parce que c'est le cas. Si tu hésites, tu hésiteras jusqu'à la fin des temps.
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Craig Johnson (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Craig Johnson
Craig Johnson - Tout autre nom
autres livres classés : Guerre du Viet-Nam (1961-1975)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1264 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
.. ..