AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782897867737
255 pages
Éditeur : Ada éditions (12/10/2018)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Cette version moderne de La petite sirène vous submergera dans les bas-fonds de la nature humaine et de l'horreur. Un conte d'espoir, de perdition, de déchéance, où sont exploités les plus bas instincts qui animent les hommes. Il faut parfois savoir accepter notre destin au risque de déclencher des évènements irréversibles.Un père alcoolique qui tente de noyer son enfant difforme.Un couple de monstres de foires en cavale, poursuivi par un policier corrompu, au servi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Sabrina1988
  31 mai 2020
Série des contes interdits découverte grâce à une amie, et je l'en remercie !
Car sans elle, je n'aurai jamais découvert ces contes de notre enfance revisités en version gore.
Ces livres ne laisseront personne indifférent : soit on trouvera l'idée excellente et originale pour casser les codes du conte classique, soit on trouvera cela vulgaire et immoral voir même inacceptable.
Ce tome est une réécriture de "La petite sirène", conte de Hans Christian Andersen.
Angela, dit Angie, est née avec une malformation du bas du corps, le syndrome de la sirène, sirénomélie.
Ses deux jambes sont soudées en queue de poisson.
Lorsque sa mère décède à l'accouchement, son père décide de se débarrasser de ce bébé difforme en le noyant.
La petite est sauvée in extremis par le docteur, et il la confie à une troupe de forains.
La petite sirène passe donc son enfance dans ce cirque, avec d'autres bêtes de foire, parmi lesquelles Henry, un garçon homard qui a des pinces à la place des bras, et Gustave, un nain commis de cuisine
Angie est d'une beauté rare et est la star du cirque.
Stanley, le chef de la troupe, ne pense qu'à maltraiter ses employés et à les utiliser pour se faire de l'argent facile.
Angie, notamment, en paie les frais de son corps...
Elle va contre tout attente tomber amoureuse d'un cowboy, client de la foire.
Divers évènements vont faire que la troupe va quitter cet endroit sans Stanley, et être recherchée par un policier corrompu.
Comme dans l'histoire d'origine, la sirène rêve d'avoir des jambes pour séduire l'homme, et se sentir normale au moins une fois dans sa vie.
Le nain Gustave va donc lui parler d'un endroit spécial, le palais des nains, qui pourrait l'aider à réaliser son rêve... mais à quel prix ?
Entre meurtres, perversion folie et horreur, ce polar donne des frissons. Il traite du handicap, de la différence, de la corruption et de la vengeance.
Dans cette société de l'apparence, les êtres différents sont méprisés, critiqués, épiés, alors qu'ils aspirent juste à une vie normale.
Sylvain Johnson s'est amusé à ajouter de nombreuses références à ses collègues auteurs des autres Contes Interdits :

L'auteur nous transporte dans son univers, nous suivons avec impuissance les malchances d'Angie, et nous voulons savoir si elle va enfin pouvoir réaliser son rêve, ou si elle va se faire rattraper par le policier vénal.
Dans ce livre, l'auteur fait des références à :
MUSIQUE
Johanne BLOUIN
Lady Gaga "Poker Face"
LIVRE
"La petite fille aux allumettes"
Peter Wolf, pesonnage de "Les 3 p'tits cochons" de Christian Boivin, autre tome des Contes interdits
"Les yeux jaunes" d'Yvan Godbout, autre camarade auteur des Contes interdits
SPORTS
Catch = Jacques Rougeau
POLITIQUE
Donald Trump
FILMS
Iron Man
Star Wars
The Flash
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Petitondine
  02 décembre 2019
Soyons clair : je n'ai pas du tout aimé ce roman. Autant je m'attendais bien à une réécriture du conte, ô combien célèbre (et donc, ô combien réécrit) dans un univers très sombre et violent ; autant ce déversement ininterrompu de perversité sexuelle et de violence m'a donné envie de ramener ce livre là où je l'avais acheté.
Aurais-je mal interprété les indices avant de l'ouvrir ? Un ouvrage exposé à côté des derniers Chattam et Bussi… Une couverture plutôt proprette mais attractive : une jeune fille rousse , avec de faux airs d'une certaine A. , vous fixe, juste sous la surface, alors qu'un filet de sang se répand peu à peu… Un résumé en 4ème de couverture, très court, qui en dévoile peu
Le 1er chapitre est pourtant de bonne augure : cette petite sirène prend corps dans un monde contemporain, dur et réaliste. Cette fameuse queue de poisson a une explication bien rationnelle : l'enfant naît avec le syndrome de la sirène. Mais après... après ! Même si l'action reprend en 2018, le cadre dépeint ressemble plus aux foires aux freaks du XIXè siècle qu'à notre société contemporaine. Dans le cirque de la petite sirène, il y a : des artistes infirmes, difformes, victimes harassées par les malheurs les plus cruels ; des patrons et des spectateurs pervers, alcooliques, violents, sales et orduriers. Tous, sans exception ! L'auteur ne fait ni dans la demi-mesure, ni dans le subtil.
Très rapidement, aux conditions de (sur)vie désastreuses de notre héroïne s'ajoutent des sévices sexuels diverses et à n'en plus finir, à tel point que je me suis demandée si cette histoire n'était pas plutôt un porno-soft dans un écrin de conte moderne.
Alors que les viols et les tortures vont crescendo au fil des pages, la psychologie des différents personnages reste aussi mince que du papier de soie. Ils souffrent ou font souffrir, sans se poser de question. Pourquoi les méchants sont-ils aussi méchants ? Parce que ! Comment s'en sortir quand on est une fille exploitée sexuellement ? On accepte de se faire violée et torturée un peu plus, sur la scène du 1er bar où on cherche de l'aide ; bien évidemment. Oui, parce que la petite sirène, elle a beau être très belle, elle n'a quand même pas le début d'une once de goutte de bon sens…
Heureusement, à la fin, tout est mal qui finit mal. Comme cela, on n'a pas à revenir sur toutes les invraisemblances du récit. Bref, une histoire à ne pas lire avant d'avoir 18 ans, certes, on aura été prévenu. En ce qui me concerne, une histoire à ne pas lire du tout !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Neneve
  30 juin 2019
J'aime cette collection, dont je trouve l'idée géniale. Des versions très trashs des contes qui ont bercés notre enfance... et cette lecture ne fait que confirme que je veux en découvrir toute la collection... Ici, Johnson s'attaque à La petite sirène... Il en a fait un phénomène de foire, puisqu'elle a eu la malchance de naître les jambes collées l'une contre l'autre... Il pousse même l'audace à faire de son meilleur ami, un homard à cause des pinces qui lui servent de mains... Et dieu qu'il les malmène ces deux-là... Une histoire pas drôle et pas tendre du tout. Entre le propriétaire du cirque qui prostitue la petite sirène, la vengeance sanglante, les personnages secondaire déments, des policiers et magistrats véreux... Bref, tout est là pour passer un moment bien glauque de lecture... et j'adore !!!
Commenter  J’apprécie          70
ishtar76
  04 novembre 2018
Ce conte ci est dans la lignée des autres contes interdits qui reprennent les contes traditionnels mais dans leur version moderne, fantastique et horreur. Ici la petite sirène d'Andersen est une superbe jeune fille atteinte de sirénomélie (ou le syndrome de la sirène) que son père, fou de chagrin, avait voulu noyer à la naissance. le médecin accoucheur en a pitié et la confie à un groupe de forain qui l'exploite en tant que monstre de foire et régulièrement comme prostituée. Suite à de nombreuses péripéties, elle arrive à se sortir du cirque avec l'espoir d'être opérée et d'avoir enfin une vrai vie de femme. Mais tout ne se passe pas comme prévu.
Fan de fiction fantastique et ne boudant pas celle d'horreur, je ne pouvais que succomber à ces versions de nos contes traditionnels. J'en ai déjà lu plusieurs que j'ai plutôt apprécié dans l'ensemble mais je dois dire que celui ci n'est pas le meilleurs. Pourtant il est plutôt bien écrit, les éléments du contes sont bien repris en toute dérision, les personnages principaux sont attachants et on ne peut que compatir à leurs malheurs, l'horreur monte crescendo, la fin est efficace et logique. Mais je ne sais pas, il m'a manqué un truc, je ne suis pas autant rentrée dedans que dans les autres contes. Bon par contre, il faut préciser qu'il s'agit là de littérature québécoise et que l'on peut parfaire sans problème son vocabulaire et ses "sacres" québécois. Peut être une lecture à réserver aux amateurs du genre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Flo76300
  06 mai 2019
Ce n'est pas nouveau j'adore les réécritures, et quand j'avais vu qu'une collection de contes interdits sortait chez les éditions ADA je veux tous les contes et la petite sirène fait partie des deux contes que j'ai pour l'instant, avec Raiponce.
Autant j'avais trouvé la réécriture de Raiponce assez soft autant la réécriture de la petite sirène l'est beaucoup moins, et même si j'ai beaucoup aimé ma lecture je dois avouer que c'est une lecture qui m'a gêné à certains moments et il est sûr que ce n'est pas un livre à lire à des enfants.
En tout cas le livre montre bien la monstruosité de certains êtres et l'avidité de certains autres, et le courage d'autres également.
En tout cas je vais continuer la lecture des réécritures de contes.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Sabrina1988Sabrina1988   30 mai 2020
Depuis leur rencontre, l'odeur même du poisson lui donnait envie de baiser et il s'était rabaissé à se masturber sur un filet de saumon, le contact humide et écailleux de la bête marine lui procurant un certain plaisir. Il avait éjaculé avec la tranche de fruit de mer enroulée autour de son membre gonflé. Il n'en avait pas mangé ce soir-là, observant sa femme dévorer sa portion sans se douter de la sauce spéciale qui maculait son met fumant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NeneveNeneve   30 juin 2019
La sirène comprit à ce moment, elle aurait dû le réaliser plus tôt, que venir ici était une terrible erreur. Cet endroit n'était pas le lieu de son futur changement, de sa transformation, mais plutôt une maison de fous, un Palais de démence.
Commenter  J’apprécie          30
Sabrina1988Sabrina1988   28 mai 2020
Avec les années, elle avait développé la capacité de fermer son esprit à l'horreur que son corps subissait. Cela lui avait permis de survivre et d'endurer le pire. Dans ses rêves, elle pouvait encore croire au bonheur. A l'amour.
Commenter  J’apprécie          10
Plume_de_lainePlume_de_laine   26 août 2019
La sirène comprit à ce moment, elle aurait dû le réaliser plus tôt, que venir ici était une terrible erreur.
Commenter  J’apprécie          30
Sabrina1988Sabrina1988   30 mai 2020
Le pouvoir du vagin rendait les hommes fous et aveugles. Des empires s'étaient bâtis et écroulés pour l'accès à cet orifice sacré.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Sylvain Johnson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Johnson
Vidéo de la bande annonce du roman "Le Tueur des Rails" de Sylvain Johnson
autres livres classés : MalformationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
644 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..