AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00185U3VW
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
LydiaB
  25 février 2013
De son vrai nom Prosper Jolyot de Crébillon, dit, plus tard, Crébillon père, ce dramaturge voulut apporter à la tragédie un nouveau souffle. Il ne souhaitait pas, comme beaucoup à cette époque, recopier les pièces de Racine. Si Atrée et Thyeste (1707) est l'oeuvre qui fit de lui un auteur connu et respecté, il en écrivit d'autres aussi remarquables les unes que les autres : Idoménée (1705), Électre (1708) ou encore Pyrrhus (1726). Il fut souvent opposé à Voltaire, celui-ci disant de lui "qu'il avait plus de génie que de littérature".

Atrée et Thyeste est un mélange de lieux communs à la tragédie : enlèvement, pouvoir, vengeance, mort... Érope, l'épouse d'Atrée est enlevée par son beau-frère, Thyeste. Enceinte de ce dernier, elle retombe sous la coupe d'Atrée qui la tue et élève l'enfant, Plisthène, comme s'il était son fils légitime. Il s'en servira pour se venger de son frère.

Il est vrai qu'en lisant cette pièce, je me suis interrogée sur le succès qu'elle a pu avoir et je rejoins Voltaire. Certes, elle est plutôt vive. Les vers sont bruts, le sang afflue et apporte une dimension plutôt effrayante. Ceci dit, je trouve que tout cela baigne dans un désordre sans nom. le manque de crédibilité, les nombreuses (trop nombreuses !) complications de l'intrigue font que l'on décroche assez vite. Bon, j'aurai essayé ! Tant pis, je retourne à mon Racine ! Non mais !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
5Arabella
  24 décembre 2016
Célèbre en son temps, bien oublié maintenant, le nom de Crébillon étant surtout connu grâce au fils du dramaturge. Protégé par Mme de Pompadour, et censeur de police, Voltaire ferrailla beaucoup avec lui, ce qui lui permet à l'heure actuelle d'être de temps en temps cité, à défaut d'être lu.
« Atrée et Thyeste » (1707) est dans la présentation du volume de la Pléiade consacrée au théâtre français du XVIIIe siècle définie comme sa pièce « la plus caractéristique ». Sa définition de la tragédie était « une action funeste qui devait être présentée aux yeux des spectateurs sous des images intéressantes, qui doit les conduire à la pitié par la terreur ».
L'histoire de l'Atrée et de Thyeste est certes propre à provoquer la terreur. Dans la mythologie grecque, suite aux violents différents entre les deux frères, Atrée finit, pour se venger à offrir à Thyeste ses propres enfants en guise de repas. Puis montre leurs têtes au père repu, avant de le chasser. Par la suite, Atrée va encore essayer de provoquer le meurtre de Thyeste, par Egisthe (plus connu pour être l'amant de Clytemnestre et le meurtrier d'Agamemnon) mais celui-ci est en réalité le fils de Thyeste, que ce dernier a conçu en violant sa propre fille, et une reconnaissance intervient avant que le meurtre ne soit consommé.
Crébillon concentre ces deux aspects du mythe en un. Atrée élève un fils de Thyeste, Plisthène comme le sien, en essayant de le former pour tuer son véritable père, Thyeste. Mais la voix du sang parle, et Plisthène malgré ses promesses, ne veut pas tuer Thyeste, d'autant plus qu'il nourrit un grand amour pour une de ses filles (et donc sa soeur, même s'il ignore ce lien de parenté). Atrée finit par le tuer en tentant de faire boire son sang à Thyeste.
Le mythe du repas cannibale est donc bien atténué dans la pièce, rendu plus présentable pour le spectateur. Une histoire d'amour conventionnelle agrémente le récit et permet d'avoir un personnage féminin sur scène.
Je n'ai pas trouvé tout cela bien palpitant, les personnages restent peu approfondis, et les vers sont très conventionnels, respectant certes les lois du genre, mais sans véritable originalité ni inspiration. J'ai du mal à imaginer cela sur une scène. C'est une curiosité, qui permet de voir à quel sorte de théâtre s'intéressaient les spectateurs de l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   25 février 2013
ATRÉE

Enfin ce jour heureux, ce jour tant souhaité
Ranime dans mon coeur l'espoir et la fierté.
Athènes, trop longtemps l'asile de Thyeste,
Éprouvera bientôt le sort le plus funeste ;
Mon fils, prêt à servir un si juste transport,
Va porter dans ses murs et la flamme et la mort.



EURYSTHÈNE

Ainsi, loin d'épargner l'infortuné Thyeste,
Vous détruisez encor l'asile qui lui reste.
Ah ! Seigneur, si le sang qui vous unit tous deux
N'est plus qu'un titre vain pour ce roi malheureux
Songez que rien ne peut mieux remplir votre envie
Que le barbare soin de prolonger sa vie :
Accablé des malheurs qu'il éprouve aujourd'hui,
Le laisser vivre encor, c'est se venger de lui.


ATRÉE

Que je l'épargne, moi ! Lassé de le poursuivre,
Pour me venger de lui, que je le laisse vivre !
Ah ! Quels que soient les maux que Thyeste ait soufferts,
Il n'aura contre moi d'asile qu'aux enfers :
Mon implacable coeur l'y poursuivrait encore,
S'il pouvait s'y venger d'un traître que j'abhorre :
Après l'indigne affront que m'a fait son amour
Je serai sans honneur tant qu'il verra le jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
autres livres classés : 18ème siecleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Auteurs proches de Prosper Jolyot de Crébillon
Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre