AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290080306
Éditeur : J'ai Lu (05/03/2014)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 260 notes)
Résumé :
Quand il voit débarquer dans son cabinet la ravissante, mais ô combien extravagante Gabrielle Géris, Adrien de Bérail est loin d’imaginer qu’il se laissera convaincre de l’embaucher comme baby-sitter. Veuf et très accaparé par son métier d’avocat, il lui faut de toute urgence une personne capable de prendre soin de ses deux chérubins, Paul et Sophie, tout juste âgés de neuf ans. C’est donc en dépit de ce que lui crie la raison qu’il accepte sa folle candidature.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (118) Voir plus Ajouter une critique
Maliae
  11 mai 2014
Attention, je n'ai pas aimé ce livre, il m'a même foutu en rogne, ma chronique risque donc d'être pour le moins méchante et sans doute un brin spoileuse, je vous aurai prévenu.
Donc, j'ouvrais ce livre et les choses avaient bien commencé entre nous. Il faut dire que l'héroïne est complètement givrée, elle parle à des pigeons et les sauve en les fourrant dans son sac à main avant d'aller à un entretien d'embauche. J'avoue je me disais "trop drôle je sens que je vais aimer", quelle naïveté.
Donc tout se passait bien entre l'héroïne et moi, l'écriture est très bonne, les situations rocambolesque et amusante dès les premières pages, les descriptions vachement bien fichus, et puis… Gaby rentre dans le bureau de son futur patron et Patatra. Mon enthousiasme est retombé aussi vite qu'il était monté et j'ai sentis le désespoir m'envahir.
Le patron qui s'appelle Adrien est beau, jeune, bien foutu, magnifique, riche, sexy, parfait. Parfait ? Vraiment ?
S'il a le physique d'Apollon, il est loin d'en avoir le caractère. Adrien est un sale type mal embouché, égoïste et dingue du contrôle. Un brin psychopathe. Qui ne supporte pas qu'on le contredise sous peine de vous faire passer pour pire qu'une crotte de pigeon (ça tombe plutôt bien puisqu'un pigeon lui a fait dessus). Bref, le genre de mec que si on le croise en vrai on se dit : Fuyons !
Sauf l'héroïne évidemment, qui a sûrement la cervelle du pigeon qu'elle a sauvé plus tôt. Donc, reprenons. Gaby entre dans le bureau et son futur patron est parfait physiquement. Ça ne vous rappelle rien? Si bien sûr, puisque c'est 90% des histoires d'amour qui sont comme ça. le mec est toujours un prix de beauté, au regard ténébreux avec un corps digne des meilleurs tablettes de chocolat. L'angoisse. Ras le bol. Je veux des mecs différents dans les romances, je veux des types moches, des gars avec du gras au bide, avec des torses maigrichon, avec des poils dans le nez, de la barbe de 40 jours, je veux un chauve, un bossu, un court sur pâte, un bec de lièvre, je veux un mec qu'on peut croiser dans la rue, un laideron, le genre de type qui fait pas du tout rêver mais qui va rendre cette histoire originale et belle, parce que l'héroïne sera une chouette fille, un peu excentrique peut-être mais pas plus belle qu'une autre, belle juste pour ce gars à la rigueur.
Enfin je vous rassure. Si le mec est beau en tout point, l'héroïne est également plus que parfaite, avec tout là où il faut, seins, hanche, fesse, que du bon comme le jambon. Bref, un beau mec et une belle nana, qui se matent et se reluquent au bout de 5 secondes de connaissance (oui ça c'est possible, les gens se reluquent des fois, mais perso j'avoue qu'en fait je m'en fous des gens qui se matent et se trouvent parfait au bout de 5 secondes et qui ont autant de personnalité qu'une pierre sur une montagne).
Bien entendu, comme je l'ai dis plus haut, le mec est loin d'être parfait, c'est un sale type, et comme dans 90% des romances, la donzelle va le changer avec ses doigts de fées, son sourire hors du commun, "ses cuisses chaudes et écartées", et ses gaffes éternelles. Non, non et non. Une bonne fois pour toute, arrêtez de nous coller des sales types dans les romances. Je déteste ce genre de mec méchant, limite vicieux, qui gueule pour un rien, qui veulent soumettre le monde autour d'eux. Je veux un type drôle, souriant, blagueur, gentil, je veux un type comme Stiles dans Teen Wolf.
Un dingue avec le coeur sur la main, je veux un rondoudou. A la limite je veux bien un grognon, ronchonchon, raleur mais qui en fait est marshmallow guimauve à l'intérieur et prends soin des gens autour de lui.
Parce que ce mec, Adrien, il est l'archétype du gars qui finira pas taper sur sa femme et lui dira que c'est de sa faute "Tu n'as pas fait ce que je t'ai dis", et je vous jure que ça me fait pas rêver, et que tout ce que j'ai souhaité pour Gaby c'est qu'elle s'enfuit en courant et en emmenant les gosses avec elle.
Bon arrivé là, j'ai tout de même essayé de me reprendre : "Mari, ressaisis toi, deux clichés de la fille belle et du sale type au physique parfait, ce n'est pas si grave, ça peut toujours s'améliorer, devenir cool et mignon, continuons."
Rencontre avec les gosses, avec la maison, la vie d'Adrien (qui garde des trucs de sa femme morte et qui enferme son fils guérit pour plus de précautions). Psychopathe.
Bon j'avoue, j'ai adoré les deux mômes, ils sont mignons et n'ont pas la vie facile, parce que Paul était malade, parce que leur maman est morte et que leur père est taré. Heureusement leur route croise celle de Gaby et ça va améliorer un peu leur quotidien. Donc un bon point pour ce livre, le seul et l'unique : les gosses.
De fil en aiguille, le livre devient de pire en pire, s'enfonce et s'enlise, et après avoir levé 456 fois les yeux au ciel, le livre s'enterre définitivement pour moi avec une scène de baise durant une fête. Je pensais alors avoir atteint les sommets de la bêtise et de l'invraisemblable, qu'après ça, ça ne pourrait qu'aller en s'améliorant.
Ahaha, pauvre fille naïve, bien fait pour moi. le livre vire à la catastrophe, enchaîne des scènes stupides et chiantes à mourir. Et je ne vous ai même pas parlé de Martin, sans doute un des pires personnages de ce livre, désespérant au plus haut point, un **** fini mais qu'on pardonne parce qu'il a eut une jeunesse pas facile et nyanyanya, et pauvre petit, et … pendant ce temps Gaby fricote avec Adrien et j'avoue que durant la scène du bureau un tel énervement s'est emparé de moi, que j'ai lancé mon livre du haut de la mezzanine de rage.
J'ai essayé de me calmer et au lieu d'aller tout de suite me débarrasser de ce bouquin sur une brocante, un site de troc, un Emmaüs, je l'ai rouvert et j'ai continué. Je suis totalement masochiste mais j'étais curieuse de voir jusqu'où on allait pouvoir s'enfoncer dans le pitoyable et le totalement cliché. Les choses étaient tellement téléphoné que je n'ai pas tellement ressenti les affres d'un incroyable suspens, je devinais tout à l'avance, au point que je dis à une amie "et maintenant il va se passer ça" et il s'est passé ce que j'avais dit. J'aurais pu me croire médium, mais en fait c'est simplement qu'il n'y a aucune intrigue dans ce livre, aucune surprise, on sait où on va, comment ça va se finir et ce qu'il va se passer. C'est là que j'aurais dût comprendre que ça ne servait à rien de continuer puisque je savais déjà ce qui allait se passer, mais sans doute voulais-je voir si j'avais raison ou si l'auteure allait enfin me faire un pied de nez et dire "ahaha ça tu l'avais pas vu venir hein?". J'avoue c'est arrivé une fois, une seule, où je me suis dit "ah tiens j'avais pas pensé à ça", mais l'idée est tellement invraisemblable et débile que je pense que ça peut s'expliquer.
Bref des personnages agaçants, un type cinglé et limite violent (en tout cas dans ses propos), qui prend son pied à se mettre en colère et a écrasé sous son autorité les gens parce qu'ils ont OSE le contredire. Une fille maladroite et mignonne, qui aurait pu me plaire si elle n'avait pas été aussi coconne et amoureuse du sale type. Une histoire d'amour plus que cliché, vu revu au point que ça donne l'impression de "déjà vu".
Sans oublier que le mec ne comprends pas ce que "non" veut dire et que quand il a décidé de baiser, il va baiser, un point c'est tout. Et toi tu as juste à fermer ta gueule et faire ce qu'il te dit, okay Gaby?
C'est navrant.
La fin est tout aussi désespérante que le reste, mièvre, chiante, et y a du cul (forcément). Mais j'avoue que j'étais heureuse d'arriver enfin au bout de ce calvaire.
Une couverture très belle pour un livre plus que moyen, une histoire bourrée de clichés et de stéréotypes, où le manque de respect et la violence est justifiée, où on peut être un psychopathe et se servir des gens comme d'un paillasson et trouver l'amour, où la maltraitance des enfants s'explique par un passé difficile du père et "tu comprends le pauvre avec tout ce qu'il a vécu mais il adore ses gosses", l'amour ne justifie pas l'enfermement mais bon. Où l'on va de scènes stupides à scènes de plus en plus invraisemblables, où l'on bascule dans le mièvre, le cul et la bêtise. Où c'est la fille qui s'excuse et qui veut se faire pardonner, quand c'est le mec qui l'a traité comme un caca. Où tout est bien qui fini bien au pays de Disney. Et où ce livre m'a donné envie de vomir mon dîner.
Lien : http://jetulis.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          117
Vidia
  08 mai 2014
ATTENTION SPOILER !!!!!!!!!!!!!
J'ai beaucoup entendu parlé de ce roman comme étant un vrai succès ce qui m'a influencée dans ma lecture de le lire rapidement.
Sophie Jomain est une auteur que je découvre et c'est donc avec Cherche jeune femme avisée que je rencontre sa plume.
Tout débute sur Gabrielle Géris, jeune femme partant pour passer un entretien d'embauche loin de sa branche qui était auparavant archéologue. D'emblée nous remarquons le grand coeur de la jeune femme qui ne va pas hésiter à fourrer un pigeon dans son sac parce qu'il est blessé. C'est ainsi qu'elle se rend face à Adrien de Bérail, grand avocat de renom et au combien au caractère froid et fort. Dès les premières lignes en présence de cet homme on sent l'autorité et le contrôle qu'il possède mais également l'orgueil et une fierté qui devrait l'étouffer tant elle est écrasante. Gabrielle ne va pas se laisser démonter mais c'est sans compter sur l'intervention de Mr Piou-Piou qui va semer un chaos pas possible. En effet le pigeon va se réveiller et provoquer un raz de marré hilarant ! Sophie Jomain a la plume pleine d'humour et de légèreté et ce moment là nous fait pousser un sourire sur les lèvres au point qu'on en redemande ! Celui du portable dans les rosiers est pas mal non plus.
S'enchaîne donc l'histoire prenante et addictive autour de Gabrielle qui va devenir non pas une standardiste pour Adrien mais la nourrice de ses enfants ! On découvre un côté plus sombre sous la légèreté du début, bien mener par l'auteur quoi qu'un peu trop répétitif à mon goût. Je comprends tout à fait que ce soit l'un de point essentiel, ce protocole qu'aussi bien les personnages que nous attendons et qui finalement ne viendra pas, n'ayant qu'un aperçu ce que je trouve dommage.
Au début je dévorais les pages pour perdre de la vitesse avec le point de vue de Martin, l'ex de Gabrielle qui m'a fait perdre mon enthousiasme et descendre de mon petit nuage. Cet homme causera bien des soucis a Gabrielle, qui grand coeur l'aidera au point de se faire rouler dans la farine et engendrer bien des soucis.
Nous suivrons Gabi au coté des enfants aux caractères bien trempés comme leur père et nous ressentirons tout comme eux ce profond mal l'être qui les habitent grâce à la plume adéquate de l'auteur qui a su maîtriser le monde de ces gamins quelque peu sombre, surtout vu par les yeux. Malgré leur âge on sent leur maturité et leur envie d'évasion. La jeune femme va leur apporter une note de fraîcheur et faire tout ce qu'elle peut pour eux au risque de se mettre son patron a dos.
Gabrielle est une jeune femme attachante qui a le coeur sur la main et une bonne répartie pour tenir tête à l'autoritaire et caractériel Adrien. Leurs joutes verbales sont des bonbons qu'on adore dévoré et on ne se lasse pas de les voir tous les deux pour savoir qui aura le dernier mot. Mais Adrien est mauvais dans ses paroles, maladroit et porte un fardeau sur ses épaules suite à son passé qui le pousse a être un parfait con. Oui j'ai eu envie plus d'une fois de lui faire une tête au carrée et Gabrielle est vraiment patiente !
A coté de ça, Sophie Jomain met également en avant d'autres personnages qui viendront apporter leur touche au roman, les familles de Gabi dont les parents vont traverser une petit crise, ses frères où l'on se prend l'amour fraternel entre elle et eux mais aussi Rosa-Louise et son mari, le personnel d'Adrien. Note agréable concernant le couple âgé qui sera un vrai bonheur à voir mais pas au point d'avoir un point de vue de Rosa-Louise qui là encore m'a coupée dans ma lecture.
En ce qui concerne la relation, je dois dire que le premier rapprochement entre Adrien et Gabrielle était vu d'avance dès l'instant où ils se sont retrouvés à un bal masqué. Pas besoin d'être devin pour savoir ce qui allait se passer. Leur couple va se former doucement, au début par de simples relations charnelles en catimini le soir dans la chambre de Gabrielle pour prendre de l'ampleur au dernier moment suite à une erreur de la part de la jeune femme. Enfin erreur du point de vue d'Adrien qui ne lui pardonnera pas cette trahison et la mettra à la porte, une nouvelle fois et cette fois pour de bon. Mais comme toute bonne fin bien sûr tout s'arrangera, ne vous attendez pas à du suspense, de la surprise, pour ma part j'en ai pas trouvé du tout.
Mais en fermant le bouquin j'ai eu comme une note d'inachevée, des questions en suspend non répondu ce qui m'a frustrée énormément. Je me suis donc empressée d'aller demander à des blogueuses si une suite sur le couple était prévue pour apprendre que oui mais pas sur le couple, mais sur Martin. Et là, déception alors j'espère de tout coeur que j'obtiendrai les réponses dans la suite quoi que je ne suis pas emballée pour le protagoniste donc j'ignore encore si je le lirai...
J'aurai aimé savoir comment se passait leur vie de couple une fois de retour sur Paris, comment les enfants vivaient la fin du protocole, voir le père retrouver la complicité avec ses enfants suite aux barrières retirer et la liberté devant eux. Les voir aller faire les magasins, aller dans un célèbre parc d'attraction dans la région Parisienne, par exemple mais non rien de cela. La très importante libération de Paul, ce fameux jour n'a pas été mis en avant. En parlant de barrière, j'ai tiqué par celle entre Rosa-Louise et Adrien. La vieille femme le considère comme son fils, Adrien la voit comme une mère et pourtant il y a toujours eut ce respect de Monsieur entre eux qui m'a quelque peu gênée. J'aurai aimé une belle déclaration entre eux, venant de la part d'Adrien mais apparemment ce n'est pas le genre de chose qu'on peut attendre de lui. Il n'y a même pas un «  Je t'aime » entre le couple à la fin, sauf erreur de ma part je ne m'en souviens pas. On sait qu'ils sont amoureux mais j'en aurai aimé plus.
Tout comme Martin qui a des soucis avec ses parents mais qui va leur demander de l'argent pour rembourser Adrien, ou encore le fait à un moment qu'il ait récupéré la carte de Jane, jeune avocate qui s'accroche comme une sangsue a Adrien au point de réveiller la jalousie de Gabi. Pourquoi a-t-il la carte alors qu'on en entend pas parler par la suite ?
Autre chose, nous savons aussi que Adrien garde la chambre et les effets de son ex femme Mathilde, notamment les rosiers qui auront causé quelque soucis. Une fois en couple avec Gabi, compte-t-il l'autoriser à entrer dans ses pièces ? le fantôme de son ex femme plane-t-il toujours au dessus de la maison ? Arrive-t-il a tourner la page de la culpabilité qui le ronge ? Aucune réponse à ces questions que je me pose. Comment va réagir le père de Gabi en rencontrant Adrien qui a kidnappé la jeune femme dans sa chambre pour faire des folies ? C'est là que l'auteur s'arrête. Vont-ils se marié comme il est sous-entendu ? Auront-ils des enfants entre eux ? Comment va être leur vie à quatre après tous ses changements ?
Voilà d'où vient mon côté inachevé. Quelque chapitres en plus auraient été les bienvenues alors que d'autres dans l'histoire aurait peut-être pu évité. Mais tout ceci est mon avis.
Sinon, Sophie Jomain m'a charmée par sa plume fluide, légère et simple. C'est une lecture fraîche avec beaucoup d'humour et des joutes verbales délectables. C'est sans prise de tête, tout s'enchaîne et se résout rapidement sans passé par quatre chemins, sans vraiment d'embûches, sans grand suspense. Pas besoin de réfléchir tout coule de source. Je suis donc partagée pour ce premier romain écrit par cette auteur. J'ai adoré des passages comme soupiré et froncé les sourcils pour d'autres. Ma vitesse de croisière a été coupé par les points de vue de Martin et Rosa-Louise. J'aurai souhaité plus de page du côté d'Adrien comme son explication avec Becca si elle a eu lieu.
C'est donc un 50/50 pour ce livre que je conseille cependant à celles qui veulent une lecture sans prise de tête, qui se lit rapidement et qui aime les notes d'humour et les dialogues animés. Deux personnages au caractère explosifs qui finiront par se dompter.
J'espère maintenant de tout coeur avoir les réponses à mes questions dans la suite bien que j'en doute au vu du personnage principal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
gabrielleviszs
  03 mai 2014
Vu la façon dont je l'ai dévoré, il ne peut pas y avoir d'autres mots à utiliser : commencé et terminé dans la même après midi sans lever les yeux. Oui, j'ai adoré ce livre. Je dois vous dire que c'est le premier livre de Sophie Jomain que je lis, les autres attendant sagement dans ma bibliothèque de sortir de ma PAL. Pourquoi celui-ci au lieu des autres qui sont plus dans le fantastique ? Je pense que j'ai besoin de légèreté en ce moment, pas besoin de me prendre la tête avec qui à fait quoi. Cherche jeune femme avisé est ce qu'il me fallait. Il est léger, même s'il y à un héros malade dans le lot, une certaine fraicheur en ressort, grâce au personnage de Gabrielle, beaucoup d'humour mêlée à la gravité de la vie.
La couverture, faite par Fleurine Rétoré et dont sa dédicace m'avait fait me poser des question, à propos d'un pigeon, je comprends mieux, mdr, mais parfaite pour l'histoire. Une histoire qui pourrait être d'une banalité à nous faire éviter de le lire : une jeune femme qui cherche du travail et qui va rencontrer un avocat sure de lui et de sa renommée et au final, va aller s'occuper de ses enfants. Oui, mais, la quatrième de couverture me laissait un petit gout de fantaisie à découvrir et ce n'est pas qu'un simple petit moment de fantaisie. Tout le livre ne cesse de nous faire sourire à défaut de rire et inversement.
Gabrielle à trente ans, pas de boulot depuis un moment et arrive à expiration de son chômage, non sans avoir chercher durant tout ce temps un travail à ses idées. Mais, malheureusement, elle ne trouve rien et va tomber sur une annonce pour travailler dans un cabinet d'avocat. (Je ne spoilie que les deux premières pages du livre ;) ), même si son cv n'est pas conforme à ce qui pourrait être demandé. Dès le départ, nous ne pouvons pas ne pas remarquer que Gabrielle est très différente des autres femmes. Son exubérance, dans le bon sens du terme, sa joie de vivre et le fait de prendre soin de ceux dont elle ne connait ni d'Adam, ni d'Eve, dès les premières lignes me font penser qu'elle est de nature très généreuse et pas rancunière du tout, surtout avec son ex. Quand on voit ce qu'il à fait et comment elle gère les diverses situations qu'elle doit affronter par sa faute, même encore maintenant… Gabrielle à un coeur ENORME et au bout du compte, ‘on' le lui rend bien, à la fin… La gentillesse personnifiée, voila ce qu'elle est, mais il ne faut pas s'y méprendre. Etre gentille ne signifie pas non plus qu'elle se laisse faire, loin de là. Elle à un bon caractère et sais être franche, peut-être un peu trop, mais j'aime ce genre de femme. Je suis la même qu'elle, honnêteté d'abord !
Andrien de Bérail… Que dire de cet homme décrit comme le sosie de Christian Bale en mieux ? Ce n'est pas moi qui le dit, mais Gabi ! Malgré le fait qu'il soit beau comme un Dieu, le caractère lui à été emprunté à un démon. D'accord, le passé de cet homme n'est pas réjouissant, mais affronter ces propres démons ne semblent pas à l'ordre du jour pour lui. Adrien est méprisant, colérique, arrogant, borné également, mais extrêmement attentionné envers ses enfants. Ces derniers et son travail, voila ce qui résume Adrien de Bérail. Il ne voit rien d'autre et surtout, il ne veut rien d'autre. Il apparait froid et l'histoire avec le pigeon est tout simplement hilarante. Je me suis retrouvé à rire toute seule en imaginant la scène. Et quelle scène ! Et dire qu'il y en à d'autres. Certaines sont courues d'avance, comme celle du bal costumé. Nous voyons très bien ce qui va se produire, mais les réactions des protagonistes, j'ai ris aux éclats tant j'imaginais la scène. Les costumes, le buffet, la musique, les tentations et ça… Qu'est-ce que j'ai pu rire dans cette histoire. Les visages, ou plutôt les expressions des visages, m'ont bluffé ! Les ‘je veux mourir', ‘c'est affreux' et ‘c'est un reproche ?', je crois que je n'en pouvais plus. Certains sont très doués pour comment dire, casser l'ambiance ? Hilarant, je n'ai pas d'autres mots assez forts pour décrire ce passage. Par contre d'autres scènes sont stupéfiantes au vu de la mauvaise foi de certains des personnages et le rendu n'est pas celui que nous pourrions attendre.
Ce que j'aime dans ce livre, nous pouvons voir les scènes se passer sous les yeux sans avoir besoin de se poser de questions plus, car tout est là. le moindre détail, d'un vase ming posé sur une table, à une roseraie dont il ne faut pas toucher. Mais il n'y à pas que de la légèreté entre ces pages, il y à aussi beaucoup d'amour, de préventions, de personnages qui ne sont pas vraiment secondaires.
Les enfants ont une place importante, Paul et Sophie. Deux petits chérubins, dont ils n'ont que le nom, mais à leur âge, je les trouve bien mature. Vous découvrirez le pourquoi en lisant, car cela ne peux pas se lire dans une chronique, mais en tournant une page. Ces petits ont des envies, des besoins, mais également des rêves et il leur faut toujours attendre et les raisons ne sont pas toujours justifiables, mais après, cela dépend de quel point de vue nous nous trouvons.
Il y à également le couple de domestique d'Adrien, qui vaut son pesant d'or, sans oublier le médecin Antoine. J'avoue que j'ai eut peur à un moment que la romance ne parte à l'eau avec une tierce personne, mais non, sauvé. Ces trois protagonistes sont profondément attachés à la famille de Bérail et chaque geste, chaque parole ne se fait que dans l'intérêt des trois membres qui compose cette famille. J'ai beaucoup aimé le personnage de Martin, l'es de Gabrielle, un peu paumé, ne sachant pas vraiment dans quelle galère il va se fourrer un peu plus chaque jour. Il n'a pas un mauvais fond, mais ne sait pas rester sur un chemin stable. Par contre Jane… J'ai un peu trop de qualificatifs à lui donner, commençant par des P, des S, des F comme fouine par exemple. le genre de femme qui n'aime pas qu'on lui dise non et qui fera tout pour avoir ce qu'elle veut, quitte à se rabaisser. Nous avons eut quelques aperçu de la famille de Gabi et sincèrement, ils sont humains avec leur défauts et leurs qualités, mais nous pouvons voir d'où vient Gabrielle.
Beaucoup de sentiments dans ce livre, il n'est pas question de sexe à tout va, mais de scènes d'intimités toutes en sensualités et sans vulgarité. Beaucoup de tendresse dans ces passages, de fougue également. Lorsque j'entends parler de romance, c'est souvent l'amour qui passe en premier entre deux adultes qui ne s'en rendent pas forcément compte de suite. J'ai trouvé que ce livre était mieux dans le sens où l'amour entre un père et ses enfants et tout aussi important. C'est cet amour qui est au coeur de la famille, entrainant les personnes qui vivent depuis longtemps dans l'hôtel particulier. Et même si apparemment Adrien n'arrive pas à laisser de la place à quelqu'un d'autre, Gabrielle arrive à faire son chemin en aimant les enfants, pour les enfants et non pour leur père.
Des liens forts sont maintenus, de très belles scènes près de la mer, surtout lorsque Paul découvre le sable et cet océan si grand. Voir un enfant découvrir un trésor est la chose la plus merveilleuse qui soit. Et ce fut un très beau cadeau pour ce jeune homme, mais également pour sa soeur. Faire tomber les masques, ouvrir les yeux et comprendre ce qui les entoure. C'est ce que les personnes en contact avec Gabi ressentent : une ouverture d'esprit, un coeur encore plus grand et beaucoup de folie à volonté. Adrien met du temps, beaucoup de temps à se rendre compte de ce qu'elle vaut. La confiance n'est pas facile à donner pour cet avocat. La plupart du temps, nous avons l'impression qu'il se retrouve à plaidoyer dans un tribunal lorsqu'il parle à Gabi. Pour lui, toute personne est coupable jusqu'à preuve du contraire. Une vraie partie de plaisir ! Mais ce mélange des deux genres, entre la sévérité et la folie, une explosion est garantie.
J'ai beaucoup aimé les passages avec le produit laitier, et même la sortie qui s'y rapproche. Adrien semble particulièrement obsédé par la langue, je me demande bien pourquoi… Un petit bout de chair rose qui lèche… Bref je m'égare, mais vous comprendrez bien vite pourquoi. C'est une facette de cet homme qui montre que sa cuirasse n'est pas si infaillible, llaissant tout de même apercevoir qu'il est un être humain, avec des désirs et des pulsions.
Tout cela pour vous dire que j'ai beaucoup apprécié cette lecture, d'où le fait qu'il soit un coup de coeur, elle ne laisse personne sans avoir un quelconque sentiment envers tel ou tel passage. Pas de longueurs qui pourraient nous ennuyer, pas de précipitations dans les actes, mais de l'attente qui donne plus de réalité et de poids à ce qui se passe vraiment. Des joutes verbales à nous donner le sourire, des répliques qui font mouche à chaque fois. Entre Adrien et Gabrielle, c'est dans les paroles que nous suivons avec délice leur avancée. Une romance qui pourrait arriver à n'importe qui vu la réalité amené par l'auteure. Je sais maintenant que c'est ce type de thème que j'aime, lorsque le tangible devient lecture, lorsque le concret peut-être touché du doigt dans un livre et nous amener un peu de douceur en plus de tout le reste.
Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/cherche-jeune-femme-avise-sophie-jomain-a107736948
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lire-une-passion
  07 avril 2014
Ayant déjà testé la plume de Sophie Jomain avec le premier tome de la saga Les étoiles de Noss Head, et surtout ayant adoré, je me suis dit que tenter sa nouvelle romance pourrait être bien, afin de voir si elle s'en sort aussi bien en contemporain qu'en fantastique. Eh bien je dois dire que waouh ! elle gère avec brio le thème de la romance. Même si ce premier tome n'est pas un coup de coeur, il s'en rapproche dangereusement, tant j'ai adoré l'univers, la romance, l'histoire qui se cache derrière, mais surtout le message que fait passer l'auteure.
Gabrielle, dite Gabi, habite dans la région Parisienne et cherche un emploi pour pouvoir garder son logement et avoir assez pour finir la fin de mois. C'est ainsi qu'elle arrive dans l'univers d'Adrien de Bérail, un éminent avocat, qui tient de main de maître la société qu'a bâti son père. Elle se présente à un poste qu'elle n'est pas sûre de pouvoir tenir, mais après tout, elle est capable de tout afin d'avoir un salaire décent et survivre dans la jungle qu'est Paris. Cependant, et contre toute attente, la jeune trentenaire ne sera pas prise en tant que secrétaire, mais en tant que babysitter.
De Bérail est accaparé de boulot et n'arrive plus à tout gérer. Veuf depuis des années, il essaye de trouver une femme compétente, compatissante et qui saurait garder des enfants de neuf ans : les siens. Bien qu'il les aime d'un amour indéfinissable, il n'arrive pas à conjuguer la vie personnelle à la vie de travail. Il trouve en Gabi la femme idéale, bien que leur relation soit houleuse à bien des égards.
J'ai trouvé que pour cette histoire, Sophie Jomain manie très bien et les sentiments, et les événements qui en découlent et l'histoire en elle-même. Même si la romance n'arrive que très tard, on sent qu'entre les deux quelques chose se forme. Et c'est ce que j'ai apprécié : l'auteure prend son temps ! La relation entre est vraiment très addictive, prenante et hautement intéressante. Ils se titillent, se cherchent, s'engueulent, mais on sent que malgré tout ce qu'ils peuvent dire, ils s'attirent. Comme des aimants. Leur relation est basée sur du « je t'aime, moi non plus », ce qui donne un vrai piquant dans l'histoire. Et je dois dire que leur première rencontre... dirons-nous charnelle et non pas visuelle, m'a carrément conquise. J'ai trouvé ça à la fois beau, sexy, naturel, érotique. Parfait.
Il faut dire, que dès le début, l'auteure met le ton. On sait qu'on va rencontrer un homme qui semble imbu de lui-même, avec un caractère de merde, qui ne se laisse pas marcher dessus, et qui semble tenir les rênes d'une main de fer. Tant mieux, je les aime comme ça. Un peu grognons, et moi je craque. C'est pourquoi, dès ses premières paroles ou gestes, je suis tombée sous son charme. Et même après, ce sentiment n'a fait qu'augmenter, car derrière son masque de grand avocat, il a un coeur en or, il aime ses enfants, il aime ses proches. Même s'il n'est pas du genre à le montrer ouvertement, en fait c'est une guimauve. Mais une guimauve qu'on apprécie et qu'on aimerait avoir auprès de nous (bon, sans ses hyper grosses crises, je vous l'accorde, mais bon!)
Concernant Gabi, elle aussi je l'ai aimé dès le début. Puis bon, les premières lignes tendent vers l'affection, avec l'histoire du pigeon (merci Sophie, je ne regarderai plus ces oiseaux de la même façon!). Elle est douce, avenante, a du répondant et aime par-dessus tout rendre heureux les gens qu'elle aime. Même si à la fin du livre elle a eu une réaction qui m'a plus choquée que fait sourire, j'ai apprécié être dans sa peau et savoir ce qu'elle pensait. Elle s'attache aussi très vite au deux garnements que sont Sophie et Paul. Des jumeaux qui sont fusionnels, malgré ce qu'il se passe dans cette maison.
Venons-en, à ces enfants. Comme leur âge le confirme, ils sont pleins de vie, ont du répondant (les gênes de leur père, c'est évident), mais gardent en eux une certaine tristesse et un secret que Gabi va découvrir de jour en jour. J'aimerais vous parler de ce secret, mais si je le faisais, la découverte serait ratée, et vous pourriez passer vraiment à côté, ce qui serait dommage. Car oui, c'est ce côté surprise qui m'a tant fait aimer cette histoire. Car comparé aux autres romances qui traitent d'adolescents et d'amour tout le long (que j'aime aussi, hein), ici, on entre dans le monde des adultes, des soucis, de la famille et de tout ce qu'elle impose. Ici, Sophie Jomain tente de faire passer un message important à ses yeux. Ça se sent dans sa plume, dans les mots qu'elle y met et dans sa conviction de voir le monde évoluer. C'est d'ailleurs cela qui m'a le plus touchée.
J'aurais encore tant de choses à vous dire : les personnages secondaires qui sont tout autant attachants, un Martin qu'on a envie de claquer dès qu'il apparaît, des aventures aussi intéressantes les unes que les autres. Bref, une romance très belle, axée bien sûr sur le côté romantique, mais qui dépeint un univers beaucoup trop vrai et tellement bien amené. Une histoire qui mêle à la fois l'humour, la dérision, la dure réalité, les conflits, les amours, les déceptions, les amitiés. Bref, un condensé de sentiments pour le plus grand bonheur du lecteur. Je dois bien avouer qu'à plusieurs reprises, j'ai eu la l'arme à l'oeil, sans toutefois qu'elle ne coule. Donc vous qui n'avez pas encore lu ce livre, si vous souhaitez un moment de détente, de joie, de rire, de vérité, de réalisme, alors cette romance est faite pour vous. N'hésitez plus et courez vous le procurer !
Justine P.
« — Non, laissez, monsieur de Bérail. Plus les enfants sont impolis et ont mauvais caractère, plus je me plais avec eux. Ils me donnent ainsi une bonne raison de faire de leur vie un enfer ! C'est ce que je préfère, et votre fils me semble parfait, ajouta-t-elle avec un petit sourire sadique.
[…]
— Je vous ai embauchée pour ça, non ?
[…]
— Tout à fait, monsieur ! renchérit Gabi.
— Alors c'est parfait. Maintenant que les présentations sont faites, mettons-nous au travail : commençons par aller signer ce contrat, j'ai hâte de vous voir à l'oeuvre.
— Avec joie, monsieur de Bérail ! Vous avez prévu tout le matériel nécessaire, j'espère, car je n'ai rien pris avec moi.
Son patron s'efforça de paraître étonné.
— de quel matériel avez-vous besoin, précisément ?
— Eh bien, vous savez... martinet, trique, baguette souple... »
« — Oh Adrien, tu étais déjà un bon père. Comme le dirait Martin...
Elle s'interrompit quand il fronça les sourcils. Ça l'amusait.
— Comme le dirait Martin, reprit-elle, tu avais juste la ficelle du string un peu trop serrée.
— Il se donna un air offusqué.
— C'est fin !
— Mais tellement vrai ! s'esclaffa-t-elle. »
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Hamisoitil
  26 avril 2014
Je dois dire que j'étais tellement pressée de lire ce roman qu'une fois reçu, je n'ai absolument pas perdu de temps. Et pour dire vrai, dès ma lecture précédente terminée, je me suis lancée dans cette histoire qui m'avait l'air fort sympathique, déjà visuellement et ensuite par le synopsis... Et ma foi, je dois
vous dire, que j'ai passé un excellent moment en sa compagnie.
Gabrielle se présente dans le cabinet de cet avocat, Adrien de Berail pour un emploi. Hélas, n'étant pas convaincu par ce bout de femme qui se présente avec un pigeon dans son sac, et des habits assez originaux pour notre époque, Mr de Berail, ne peut pas l'accepter dans cette entreprise. Une catastrophe ambulante à elle toute seule !
La jeune-femme en repartant bredouille, voit dans les couloirs de l'entreprise de Berail, qu'il y a un autre poste à pourvoir.
Baby-sitter.
En effet, Gaby, doit payer son loyer comme tout le monde et risquerai de perdre son studio si l'argent ne rentrait pas assez vite. Alors, prête à tout, il est hors de question de laisser passer ce deuxième emploi.
Elle rentre à nouveau dans le bureau de cet avocat, qui, lui de son côté ne s'est toujours pas remis de cet entretien chaotique quelques minutes avant et la revoilà debout devant lui, le sourire aux lèvres pour un nouvel entretien.

Mais qui est Mr de Berail ?
C'est un riche avocat qui a reprit l'affaire familiale depuis le décès de son père.
Il est également veuf depuis de nombreuses années et un papa très débordé, de jumeaux âgés de 9 ans.
Il essaie de faire au mieux pour ses enfants et parfois trop, limite étouffant et a besoin d'une bonne nourrice qui pourrait s'occuper d'eux sans poser trop de questions. Car les précédentes n'étaient pas à la hauteur des exigences de monsieur.
Avec un caractère aussi fort que de Bérail, qui aime avoir le dernier mot, qui ne supporte pas qu'on lui tienne tête et surtout que l'on remet en doute sa capacité à élever ses enfants. Croyez-moi, Gaby, va s'en mordre les doigts et pas qu'un peu.
Alors, comme vous vous en doutez, Gaby sera cette fameuse baby-sitter et va découvrir l'univers de Bérail. Un monde à part, avec des secrets, des remises en question, des règlements de compte, de la joie, de la peine, des sentiments, de la passion et même de la jalousie.
Beaucoup d'ingrédients pour en faire un bon plat.

Pour ma part, j'ai vraiment aimée cette histoire.
J'ai eu un vrai coup de coeur pour les enfants que j'ai trouvés très matures pour leur age. J'avais mal pour eux, pour cette souffrance qui s'accumulait depuis des mois. Je comprenais la peur de ce père, cet acharnement, cette obsession à vouloir bien faire pour eux, même si parfois, c'était dur pour lui de dire non.
Quant à notre chère Gabrielle dite Gaby, c'est une nana pétillante que j'ai découverte. Mature, intéressante, qui n'a pas la langue dans sa poche (ce qui va créer des tensions entre eux)..
Elle est très belle.... très au gout de notre cher de Bérail, ce qui par la suite nous fera découvrir d'autres talents cachés de nos deux compères.
Une jolie histoire que j'ai lue, appréciée pleinement et je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   03 mai 2014
« — Me jugez-vous, mademoiselle ? Vous me trouvez trop dur ? Sans cœur ? Fou peut-être ? Soyez franche.

Se demandant s’il était en train de lui tendre un piège, Gabi secoua prudemment la tête.

— Vous n’êtes ni fou, ni sans cœur.

Elle en avait eut la preuve, ce soir. Elle ne savait pas précisément quoi, mais il s’était passé quelque chose d’important dans la chambre de Paul. A un moment, pendant qu’il serrait ses enfants contre lui, elle l’avait vu fermer les yeux comme pour éviter de pleurer. Non, il n’était pas sans cœur. Il aimait sincèrement Paul et Sophie. Il n’était pas non plus fou, il mesurait méthodiquement chaque situation avant d’entreprendre quoi que se soit.

— Mais vous avez mauvais caractère ! ajouta-t-elle spontanément. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ptitelily01ptitelily01   08 juin 2014
Il contempla ses joues roses, ses lèvres charnues, son petit nez droit et ses cheveux blonds dont les boucles rebiquaient sur sa nuque et il eut envie de répondre : « N’importe où, mais pourvu que tu y sois. » Il ne le fit pas, parce que, au fond, il ne le savait pas lui-même. A la place, il d’appuya sur la table, se leva de sa chaise et alla glisser une main derrière la tête de Gabrielle pour l’embrasser aussi passionnément qu’il en était capable. Elle lui rendit son baiser sans concession et, quand il eut terminé, elle lui sourit timidement.
_J’aimerais juste que… que tu ne prennes pas mon cœur pour un hôtel, Adrien…
_Jamais, lui assura-t-il avec sincérité. Jamais.
Pour le moment, c’était tout ce dont il était certain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
xnewloxnewlo   15 juin 2014
- Je vous souhaite un bon appétit Monsieur, lui dit-elle. Je viendrai récupérer le plateau plus tard.
- Ne vous embêtez pas avec ça, je le descendrai moi-même. Merci, Rosa-Louise. Et par pitié, arrêtez de me donner du "Monsieur".
- Uniquement si vous décidez de devenir une femme. Bonne soirée, Monsieur.
Commenter  J’apprécie          80
leslecturesdeValleslecturesdeVal   08 août 2015
- N'amenez plus jamais une de vos conquêtes sous mon toit! l'avertit-il d'une voix menaçante en levant l'index devant elle.
- Vous êtes grossier! Martin n'était pas une conquête mais celui que je pensais être l'homme de ma vie. Et jusqu'à preuve du contraire, le seul capable de prétendre au titre de conquête, c'est vous. Et je vous rappelle que vous êtes chez vous! Cela signifie-t-il que je doive vous mettre dehors?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
leslecturesdeValleslecturesdeVal   08 août 2015
- Vous savez où vous pouvez vous la carrer, votre lettre recommandée? brailla-t-il. Maintenant, dégagez!
- Vous allez devoir me dédommager, monsieur, ajouta-t-elle le plus froidement possible. Je n'ai pas compté mes heures supplémentaires ni les week-ends où j'ai travaillé.
Adrien baissa la tête vers elle, semblant ne pas en revenir.
- Que je vous dédommage? Vous pensez y avoir droit, peut-être? Rien, que dalle! Vous recevrez votre salaire et pas un sou de plus de ma part!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sophie Jomain (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Jomain
Dans notre #BoxDansMaBulle d'Avril sont à l'honneur une sélection de romans parfaitement addictifs qui mettent en avant le paradoxe célébré par Gainsbourg : Je t?aime, moi non plus.
? Fais-moi taire si tu peux, de Sophie Jomain vous offre un héros délicieusement antipathique : Loïc, gueule d?ange mandatée pour faire échouer les cérémonies de mariage que fleurit Louise, aussi irritée que fascinée par ce mystérieux trouble-fête?
? Qu?est-ce qui fait pleurer les crocodiles ? de Lucie Castel . Plongez au c?ur de l?Écosse, cadre enchanteur où Sofia va rencontrer l?être le plus odieux des Highlands : le glacial Lachlan, un Écossais trop sexy pour être aimable...
Pour accompagner ces jolies lectures? : ? Une carte ensemencée « On sème » qui contient un mélange de fleurs des champs, pâquerettes, rudbeckies, alysses, phlox et clarkia. ? Un badge « Fais-moi taire si tu peux ! » ? Un sachet de crocos Haribo ? Un sachet de shortbreads : la gourmandise, il n?y a que ça de vrai !
Vous n'êtes pas encore abonné(e)s et vous succombez à ce reveal ? Rendez-vous sur www.bullebox.com !
#BoxAddict #BoxLecture #Romance #CestLePrintemps
+ Lire la suite
autres livres classés : chick litVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les étoiles de Noss Head (quizz sur le nom des personnages)

Quel est le nom de l'héroïne ?

Sisi
Wick
Hannah
Davis

8 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige de Sophie JomainCréer un quiz sur ce livre
.. ..