AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732488410
Éditeur : Editions de la Martinière (07/03/2019)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 24 notes)
Résumé :
"L'inspectrice islandaise Hulda Hermannsdo´ttir est la meilleure héroïne tragique que nous avons lue depuis longtemps. " The Times

Hulda a tout donné à sa carrière. Mais en faisant toujours cavalier seul. Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie.
La perspective de la retraite l'affole. Tout ce temps et cette solitude qui s'offrent à elle, c'est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  20 mars 2019
Il ne lui reste plus que quinze jours à travailler. Elle ne s'attendait pas à cela Hulda, enquêtrice dans un poste de police de Reykjavik depuis des années, mais à soixante-quatre ans passés elle devait bien se douter qu'on allait bientôt se passer d'elle. Alors elle négocie, quinze jours pour s'occuper d'une affaire classée et après elle met les bouts. Petur ce gentil veuf qui lui fait les yeux doux n'attend qu'elle.
Elle l'a bien mérité sa retraite car Hulda n'a pas été épargnée par la vie. Difficile pour une petite fille d'être élevée par une mère seule en Islande dans les années cinquante. Sa vie familiale plus tragique encore l'a vue affronter la disparition foudroyante de sa fille de treize ans puis deux années plus tard la mort soudaine de son mari. Pour Hulda, la Police c'est tout ce qui lui reste alors cette dernière enquête elle ne va pas la bâcler. Plus que quinze jours…encore quinze jours.
Quel beau personnage dramatique que cette Hulda , une enquêtrice au seuil de la retraite, à la recherche d'un meurtrier dans les rues de Reykjavik.
Une femme pas si vieille que cela finalement, qui tente d'oublier sa vie en enquêtant sur la disparition d'une jeune russe. Ragnar Jonasson dont on connait l'efficacité à mener le lecteur par le bout du nez, réussi le pari de nous surprendre encore.
Evidemment la disparition de la jeune demandeuse d'asile va nous emmener beaucoup plus loin mais alors pas du tout où le lecteur, même très connaisseur de polar nordique, l'imaginait.
Car le vrai sujet n'est plus l'enquête mais l'enquêtrice et en suivant pas à pas Hulda nous imaginons quelle formidable héroïne récurrente elle pourrait être.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
sabine59
  01 septembre 2018
Je n'ai pas lu la série policière de cet auteur islandais ," Dark Iceland", qui semble avoir eu du succès. Ce roman-ci est son dernier, sorti en Juillet, je suis d'ailleurs surprise d'être la première à le chroniquer...
Dans une interview, l'auteur disait avoir voulu mettre en scène une policière presque à la retraite , car cela arrive rarement dans la littérature noire. Voici donc Hulda, qui , à 64 ans, n'envisage pas vraiment d'arrêter de travailler, sauf que son patron lui intime l'ordre de le faire, et comme os à ronger avant son départ, lui propose de rouvrir une affaire classée de son choix, sans penser qu'Hulda va vraiment s'y atteler...
Et la coriace et solitaire Hulda s'intéresse à la mort plus que suspecte d'Elena, une jeune russe en demande d'asile. Elle ne croit pas à un accident ou un suicide. Mais elle n'a que quelques jours pour trouver une nouvelle piste...
Le livre alterne l'enquête actuelle d'Hulda, son enfance douloureuse et atypique et ses tourments de femme et de mère, et ce qu'il s'est réellement passé pour la jeune fille russe et son amie, disparue elle aussi.
J'ai aimé ce personnage d'Hulda , complexe et intéressante, qui a des difficultés de contact, même si elle n'est pas insensible à l'affection de Petur, médecin retraité, veuf comme elle. On sent une souffrance toujours présente en elle. Et justement , les révélations à ce propos sont terribles, comment a -t-elle pu ne pas se rendre compte ? C'est cet aspect qui m'a dérangée.
Cependant, j'ai apprécié l'enquête,l'aspect psychologique et les descriptions des paysages islandais, dans la région de la capitale.
La fin est surprenante et insolite, quant au destin d'Hulda....je vous laisse la découvrir vous-mêmes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
missmolko1
  10 mars 2019
Ragnar Jónasson s'est fait un nom dans le milieu du thriller scandinave mais je n'avais pas encore eu l'occasion de le lire. C'est maintenant chose cette puisque j'ai dévorée, en moins de 24h, The darkness (paru en français sous le titre La dame de Reykjavik).
On fait la connaissance de Hulda Hermannsdóttir, 64 ans, une belle carrière dans la police, mais à quelques mois de la retraite, on lui fait comprendre qu'elle n'est plus indispensable. Cette espèce de mise au placard ne l'a décourage pas et pour s'occuper elle rouvre une enquête irrésolue : une jeune fille russe, réfugiée en attente de papiers, a, en effet, été retrouvée morte un an plus tôt. Son collègue de l'époque à classer ça en suicide. Mais très vite Hulda va découvrir que ce dernier a très sérieusement bâclé son investigation mais elle va aussi faire plusieurs erreurs de jugement qui vont conduire à une fin de roman complètement inattendue.
J'ai tout de suite été séduite par Hulda. Elle est attachante, bonne policière qui ne laisse rien passé, sa relation naissante avec Pétur est mignonne bref impossible de rester insensible. Et puis l'auteur nous livre aussi des brides de son passé et de son enfance. En d'autres mots, il travaille son personnage à fond pour le plus grand plaisir du lecteur. Un peu déçue par cette fin abrupte mais très contente de savoir qu'un tome 2 va sortir en anglais dans 3 semaines. On va donc retrouver Hulda 27 ans en arrière sur une nouvelle enquête ! Une chose est sure, c'est que je vais me précipiter chez mon libraire ce jour-là !
L'enquête est habilement menée, on découvre les éléments au fur et à mesure. On en apprend un peu plus sur Elena et sur le statut des réfugiés qui attendent leur régularisation dans un pays qui leur est totalement étranger (notamment la barrière de la langue, l'islandais ne doit pas être facile à maitriser !). J'ai aimé me balader du coté de Reykjavik ou je rêve d'aller un jour, et je suis vraiment séduite par ce roman. Il me tarde maintenant d'en découvrir d'avantage et de lire les autres romans de l'auteur.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
stasikdeborah
  20 mars 2019
En un mot, surprenant!
C'est la première fois que je lisais un livre de cet auteur. Il m'a facilement embarqué avec lui dans l'enquête d'Hulda. La lecture est simple et fluide. Je suis arrivée à la fin du livre sans vraiment m'en rendre compte. Et cette fin justement? Quelle surprise ! Bien trop souvent à mon goût, nous pouvons apercevoir la suite des événements relativement facilement. Là, pour le coup, je ne m'y attendais pas du tout.
Chapeau bas!
Commenter  J’apprécie          00
lilicrapota
  03 novembre 2018
Ce roman est bien écrit et le personnage principal, Hulda, inspectrice sommée de partir à la retraite, choisit de rouvrir une enquête bâclée par un de ses collègues, dernier barouf d'honneur.
Ce qui m'a surtout plu ici, c'est ce qu'il y a d'original dans la façon de traiter non pas l'intrigue mais les personnages : car au fur et à mesure de la lecture, on découvre le côté sombre d'Hulda, ce qu'elle a vécu d'horrible durant sa vie, et surtout tout ce qu'elle a caché.
Et puis surtout, la fin est jouissive!
Belle lecture, donc, qui change un peu des thrillers de d'habitude!
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ktylauneyktylauney   22 mars 2019
Les champs de lave noire se déployaient sous ses yeux, volaient devant les vitres de la voiture, majestueux dans leur austère simplicité et aussi monotones qu’un refrain répété en boucle. Elle avait lu quelque chose sur la façon dont ils s’étaient formés ; certains étaient bien antérieurs aux premiers habitants de l’Islande, installés durant le IXe siècle ; d’autres provenaient d’éruptions plus tardives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ktylauneyktylauney   21 mars 2019
Avec la mer si proche, le vent soufflait beaucoup, il est vrai. Mais Hulda s’était toujours accrochée au vent frais de l’océan, aussi froid soit-il, comme à une bouée de sauvetage. Elle fermait les yeux, debout sur le rivage, au pied de la maison, laissant son esprit se remplir des échos de la nature – le fracas des vagues, le miaulement des goélands. Elle respirait, tout simplement.
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   20 mars 2019
Naturellement vous conserverez votre salaire. Vous n’êtes pas virée, Hulda. Vous prenez juste un congé de quelques mois, et vous enchainez sur votre retraite. Ça ne changera rien au montant de votre pension. Vous avez l’air surprise… C’est un bon arrangement que je vous propose. Vous n’y perdez pas au change. Vous aurez plus de temps pour vos loisirs, plus de temps pour…

Á son expression, il était évident qu’il n’avait pas la moindre idée de ce que Hulda pouvait bien faire de son temps libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ktylauneyktylauney   21 mars 2019
Elena était venue se réfugier en Islande, dans ce pays étranger, et n’y avait trouvé pour seul abri qu’une tombe, sous la mer. Si Hulda ne saisissait pas cette opportunité, personne n’irait jamais au bout de l’énigme. L’histoire d’Elena sombrerait dans l’oubli. Et resterait à jamais celle d’une fille venue en Islande pour y mourir.
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   11 mars 2019
Now that May was here, you really began to notice how late it got dark, the light evenings holding out a promise of the midnight sun It was a wonderful, life-affirming time of year, the darkness of the northern winter gradually receding, the evenings growing almost imperceptibly brighter every day until the middle of June, when the night was banished altogether. A vivid memory came back to her of those spectacular summer nights at their old place on Alftanes. Out in their back garden, where there was room to really breathe, you could watch the sun dipping below the sea while the sky flamed orange and red and the shore birds piped all night in the soft afterglow. In a cramped flat in a city apartment block, all the seasons seemed the same, the days merging in a monotonous blur and time slipping away with bewildering speed.
As if summer wasn’t brief enough anyway. As its very height, in July, the darkness would begin its insidious return, creeping back into the lives of the islanders, first as no more than a hint of dusk, then by August, one of Hulda’s least favourite months, the nights would have closed in again, a reminder that winter was at hand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Ragnar Jónasson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ragnar Jónasson
Ragnar Jonasson - Mörk
autres livres classés : littérature islandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1581 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre