AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246826378
512 pages
Éditeur : Grasset (01/09/2021)
3.75/5   8 notes
Résumé :
Sur la plantation de Paul et Ruth Halifax dans le Mississippi, des centaines d’esclaves travaillent dans les champs de coton. Les sévices corporels sont quotidiens, et la misère, la règle. Seuls Isaiah et Samuel, deux jeunes esclaves, bénéficient d’un peu d’intimité, car autorisés à dormir dans la grange avec les chevaux dont ils ont la charge. Maggie, qui travaille à la cuisine pour les Halifax, veille sur eux. Comme beaucoup d’autres, elle sait que les deux hommes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
mcd30
  01 septembre 2021
GROS COUP DE COEUR
Un roman magnifique, envoûtant, dérangeant.
Un texte exigeant, lyrique, poétique, symbolique, d'une grande sagesse.
Les prophètes est un livre qui fait penser à la bible par ses chapitres qui sont consacrés à une partie mystique, aux différents personnages du roman et au voyage pour venir d'Afrique.
C'est l'histoire d'une plantation et de deux hommes qui s'aiment si certains ressentent leur amour avec bienveillance, d'autres en prennent ombrage. Empty est une plantation où l'aliénation, la bestialité, la haine, la rancoeur ont trouvé un terreau fertile. Les noirs sont considérés comme des animaux et traités comme tels. Tout est fait pour les déshumaniser.
Malgré tout il reste en eux la mémoire de leurs ancêtres venus d'Afrique. Les femmes connaissent certains secrets et rituels qu'elles se transmettent. On y découvre des femmes qui résistent et font face à une incroyable violence des leurs et des blancs. Tout un univers d'êtres perdus qui sont en quête d'identité, des femmes forcées à des maternités qu'elles rejettent, des hommes violents à force d'être impuissants. Toute le haine deviendra violence et atteindra son paroxysme quand les maître s'en prendront aux deux amants.
Robert Jones, JR a un très grand talent de conteur. le texte nous interpelle dès la première phrase. Par moment on entend un griot, à d'autres, il décrit avec le plus grand réalisme cette vie de souffrance, de peur, toujours tête basse afin de ne pas affronter le regard des maîtres .

Une histoire dont je ressors émue. J'avais lu que Kiese Laymon ( Balèze) avait apprécié ce roman, je me suis doutée qu'il me plairait mais je ne pensais pas à ce point. Même si c'est très sombre, ce livre est porteur d'espoir et de paix par son dernier chapitre qui apporte une vision non-conformiste.
Les prophètes sort aujourd'hui et mérite votre attention.
Merci aux éditions Grasset.
#Les prophètes#NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          609
ceciloule
  16 septembre 2021
Exigeant mais d'une beauté poétique sans pareille, Les prophètes rend hommage à ceux qui sont morts dans les champs de coton et dans les cales des bateaux, entre Afrique et États-Unis. L'histoire d'amour entre deux hommes met le feu aux poudres, exacerbe les tensions, achève de transformer en cruelle morsure ces boules blanches d'apparence si douce (plus de détails : https://pamolico.wordpress.com/2021/09/16/les-prophetes-robert-jones-jr/)
Lien : https://pamolico.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          260
lcath
  07 novembre 2021
Voilà un roman qui me laisse une impression étrange, totalement immergée la plupart du temps, déconnectée de temps à autre, agacée par moment !
Grosso modo c'est un roman sur les relations esclaves noirs/ propriétaire blanc sur une plantation du Missouri. Tout ce qui concerne cette partie du roman est extrêmement réussie à mon avis. On y parle surtout des esclaves et à vrai dire ce sont surtout les noirs qui parlent, sans langue de bois. Ce ne sont pas de grands enfants contents de satisfaire leurs maîtres mais des individus en colère qui ont bien conscience de ce qu'on leur inflige. La population noire se cristallise autour d'Amos qui veut connaître la parole de Dieu pour pouvoir protéger la femme qu'il aime et l'enlever à la concupiscence du maître et de deux jeunes garçons qui vivent à l'écart dans une grange. Ces deux là ont une relation amoureuse intense qui leur donne la force de ne pas vraiment se plier aux dictats de la plantation. C'est autour d'eux que les autres personnages se positionnent, que la tension va monter jusqu'à l'explosion finale.
Les relations entre les hommes et les femmes sont éclairées du côté femme et les violences faites aux femmes tant par les blancs que les noirs ne sont pas tues ni excusées , être esclave noir c'est déjà terrible mais esclave noire c'est pire!
Alors qu'est ce qui ne m'a pas plu ... les coupures se rattachant plus ou moins à la Bible, celles se rattachant à l'histoire africaine au moment des rapts, toutes ces astuces vues et revues sur la narration et le choix de l'homosexualité, autant ça ne me pose pas de problème pour les deux garçons, autant ça devient un peu trop démonstratif quand une femme esclave l'est aussi, ainsi que la reine africaine évoquée qui se fait appeler roi et le fils du maître... C'est un "truc" que je retrouve dans plusieurs romans récents, le savant (ou pas ) dosage de ce qui est "tendance", féminisme, homosexualité et autres . C'est pesant et transforme le livre en produit trop bien calibré je trouve. Ici l'auteur n'avait pas besoin d'en rajouter son roman avait assez de densité pour se passer de tout ce fatras de fioritures ...( qui m'ennuie )
C'est néanmoins un bon roman qui mérite d'être connu et lu.

Lien : http://theetlivres.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
HQL
  03 septembre 2021
Certaines lectures sont particulièrement douloureuses, et ce fut le cas avec Les Prophètes de l'auteur new-yorkais Robert Jones, Jr. qui m'a plongé dans l'enfer de l'esclavagisme pendant plus de 500 pages. Ces romans sur la barbarie et la sauvagerie de l'homme sur l'homme nous permettent de ne pas oublier, ne pas vouloir effacer l'histoire ou la rendre moins cruelle pour nous rassurer. L'humanité est un fardeau que nous portons tous collectivement, et ce genre de roman nous le rappelle sans ambages.
Dans le Mississipi, Paul et Ruth Halifax tiennent une plantation de coton dans laquelle travaillent des dizaines d'esclaves noirs, des nègres considérés comme du mobilier, des animaux sans âmes exploités, violés et tués une main sur un coeur et l'autre sur la Bible. Deux jeunes garçons vivent un peu à part des autres esclaves depuis leur plus jeune âge : Samuel et Isaiah s'occupent de la grange et de ses animaux, à l'écart des champs de coton. Entre ces deux-là, l'amitié a rapidement laissé place à un amour aussi fort qu'indicible, et quand le jour s'éteint sur la plantation leurs ombres s'unissent tendrement dans la paille de la grange.
Parce qu'il pensera se rapprocher du maître et gagner des privilèges sur les autres moins-que-rien, Amos, un des esclaves, se mettra en tête de devenir pasteur et de prêcher la Bible aux autres esclaves de la plantation pendant la journée de repos. Pour les deux garçons que les femmes protégeaient d'un silence maternel, comme pour l'humanité depuis des siècles, l'arrivée de la religion et de ses dogmes n'apportera que le sang et les larmes. Ce sera sans compter sur le retour de Timothy, le fils Halifax, dont les intentions vis à vis de Samuel et Isaiah n'ont rien de religieuses.
Les Prophètes est un roman difficile, douloureux à bien des égards. Une histoire d'amour parmi les esclaves d'une plantation, c'est un rayon de lumière dans les ténèbres : ça fait rêver autant que ça attise la haine de ceux qui veulent éteindre toute espérance. J'ai parfois été un peu perdu par le style de l'auteur, que j'ai trouvé assez lourd et digressif sur la longueur, mais cela n'enlève rien à la désolante beauté de l'histoire. À lire, assurément.
Service de presse numérique obtenu via NetGalley.
Lien : https://www.hql.fr/les-proph..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
mcd30mcd30   01 septembre 2021
Elle essaya de se rappeler le mot ancien de l'autre côté de la mer que Manman Cora employait pour décrire les toubab. Oyibo ! Oui, c'était ça. Il n'existait pas d'équivalent en anglais. Le plus proche était "accident". Très simple, donc : ces gens étaient un accident.
Commenter  J’apprécie          90
mcd30mcd30   02 septembre 2021
Elles étaient censées être sept, mais cinq, c'était déjà ça. Nord, Sud, Ouest, Est et Centre, tous représentés, mais il n'y aurait personne pour équilibrer l'au-dessus et l'en dessous, pour sauvegarder la lumière et l'obscurité, pour battre le tambour qui appelaitl'au-delà pendant qu'elles feraient leur travail.
Commenter  J’apprécie          60
mcd30mcd30   01 septembre 2021
Dédicace

à Mère Morrison et Père Baldwim,
et à tous mes aînés et parents qui
sont passés de l'autre côté,
qui sont désormais auprès des
ancêtres,
qui sont à pprésent, eux-mêmes,
des ancêtres,
ils me guident et me protègent,
me murmurent que,
moi aussi, je peux partager le
témoignage.
Commenter  J’apprécie          50
mcd30mcd30   01 septembre 2021
Donner naissance à Empty était un acte de cruauté délibéré, et elle ne se pardonnait pas de l'avoir accompli trois fois sur les six occasions qui s'étaient présentées. Et qui savait où se trouvaient le premier et le deuxième à présent ? Vous voyez bien : pure cruauté.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Robert Jones Jr. (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Jones  Jr.
Rentrée littéraire Grasset 2021 : Robert Jones, Jr. - Les Prophètes
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1538 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre