AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nadine Gassie (Traducteur)
ISBN : 2226167293
Éditeur : Albin Michel (24/08/2005)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Le point de départ est historique : on sait peu qu'avant la guerre de Sécession, dès les années 1850, des esclaves libérés étaient eux-mêmes propriétaires d'autres esclaves noirs sur leur domaine.
Henry Townsend, jeune esclave libre, possède en Virginie une plantation et une trentaine d'esclaves. A sa mort, la direction de la propriété revient à sa femme Caldonia qui peine à maintenir l'ordre dans ce microcosme que constitue "le monde connu" en passe de deven... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
horline
  16 novembre 2011
Le monde connu décrit par Edward P. Jones est celui de l'Amérique sudiste à la veille de la Guerre de Sécession, un monde agricole borné, balisé par le rapport maîtres – esclaves, blancs – noirs, propriétaires – possessions humaines au coeur de la Virginie, "Mère de tous les Etats". Mais à travers ce roman épique, l'auteur s'attache à bousculer les frontières de la conscience collective en explorant toutes les facettes de l'esclavage, véritable atavisme qui bride autant les corps que les esprits. Même à l'égard des hommes dits affranchis.
Suite à la mort prématurée d'Henri Townsend, jeune maître d'une plantation de cinquante acres et de trente-trois esclaves noirs, l'auteur déploie un panorama racontant la vie ordinaire de ce comté de Manchester faisant de la vie humaine une valeur marchande, au même titre que la terre ou le bétail. Si la particularité de Townsend ancien esclave noir affranchi par son précédent propriétaire bouscule la conception traditionnelle de l'esclavage, elle ne bouleverse cependant pas ce rapport de force entre maître et assujetti.
En effet, avec une chronologie éclatée, une ligne de temps sans cesse bousculée, l'auteur dépeint la vie de ces esclaves, propriétaires et miliciens invariablement ancrés dans la réalité de l'injustice sociale et raciale. Une injustice si profondément enracinée que l'on pourrait la croire immuable, car sans recourir à une démonstration ostentatoire, ni à un lyrisme exacerbé, l'auteur fait résonner le récit d'une force évocatoire puissante qui lie les destins des personnages autour de la plantation Townsend. Il y a un désarroi et une fatalité qui embrassent le récit mais l'écriture désincarnée alliée à l'élan biblique qui accompagne chacun des personnages éloigne la tentation de la compassion excessive et du misérabilisme.
L'auteur use ainsi d'une dynamique singulière - malheureusement pas toujours bien maîtrisée en première partie - qui parvient à imposer une certaine prégnance de la servitude. Même pour les noirs affranchis, la liberté demeure fragile. Elle tient à un bout de papier que la cruauté et les archaïsmes de cette société peuvent détruire, rappelant ainsi que les noirs n'ont d'autres droits que ceux que les blancs veulent bien leur accorder.
Malgré tout, le ton distancié, les anecdotes perspicaces tissent subrepticement un monde à bout de souffle, étriqué, figé dans des frontières géographiques et humaines devenues obsolètes (mêmes les cartes géographiques en Virginie ignorent les Etats du Nord) ; il se heurte immanquablement au monde universellement connu et en perpétuel mouvement qui s'ouvre là où l'esclavage est aboli.
Si seulement l'édition française avait pu nous épargner les nombreuses maladresses de traduction qui écorchent le souffle romanesque de ce roman primé par le Pulitzer…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LePamplemousse
  12 août 2013
Le point de départ de ce roman est un fait réel historique : peu avant la guerre de Sécession, dès les années 1850, des esclaves libérés étaient eux-mêmes propriétaires d'autres esclaves noirs sur leur domaine.
Henry Townsend, jeune « esclave libre » est un de ces hommes qui possède en Virginie une plantation et une trentaine d'esclaves.
A sa mort, la direction de la propriété revient à sa femme Caldonia qui peine à maintenir l'ordre dans ce microcosme que constitue "le monde connu" en passe de devenir aussi un monde en décomposition.
Ce roman tout en finesse relate les espoirs de ces hommes et de ces femmes, nés esclaves, qui aspirent à cette liberté qui ne s'acquiert qu'au prix de lourds sacrifices.
Commenter  J’apprécie          90
MIOP
  09 février 2012
Dans l'Amérique d'avant la guerre de Sécession, où les Blancs tenaient les Noirs en esclavage, il existait des Noirs libres qui possédaient des esclaves.
A partir de cette " anomalie ", Edward P. Jones construit une histoire vertigineuse d'intelligence. Un remarquable premier roman, couronné par le prix Pulitzer 2004.
Commenter  J’apprécie          30
KatellB
  05 février 2012
Un très beau livre sur l'esclavage.
Commenter  J’apprécie          10
Perma
  05 octobre 2017
F
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
horlinehorline   16 novembre 2011
Anderson avait pour la première fois entendu parler de noirs libres possédant des esclaves seulement cinq mois avant et s’était dit que c’était là la plus étrange de toutes les étrangetés sur lesquelles il était tombé. Il s’ouvrit de cela à Fougère.
- je ne sais pas, dit-il à l’approche des onze heures, ce serait pour moi comme posséder ma propre famille, les gens de ma famille.
- […] Nous tous faisons seulement ce que la loi et Dieu nous disent que nous pouvons faire. […] Je ne possédais pas les membres de ma famille, et vous ne devez pas raconter aux gens que je le faisais. Je ne le faisais pas. Nous ne le faisions pas. Nous possédions…[…] Nous possédions des esclaves. C’était ce qui se faisait, et par conséquent c’est cela que nous faisions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
horlinehorline   16 novembre 2011
Personne ne comprenait ce qui s’était passé – les gens coupaient des oreilles, ou des morceaux d’oreille, depuis plus de deux siècles dans ce pays. Au XVIIe siècle, dans toute la colonie de Virginie, même les serviteurs blancs sous contrat s’étaient vu couper les oreilles. Mais on ne savait pas trop pourquoi ni comment, la chance du propriétaire blanc du Comté d’Amherst l’avait déserté et son esclave de 515 dollars était mort d’hémorragie. Quelques personnes blanches avaient voulu le faire inculper de meurtre, mais le grand jury avait décliné, estimant que l’homme avait suffisamment pâti de la perte de sa propriété.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
horlinehorline   16 novembre 2011
Aussi loin que quiconque pouvait remonter, il n’y avait jamais eu d’homme de couleur dans la prison du Comté de Manchester. Aucun d’eux, libre ou esclave, n’avait jamais fait quoi que ce soit pour légitimer un séjour en prison. Les hommes libres de Manchester connaissaient la précarité de leurs vies et s’appliquaient toujours à la droiture. La plupart des crimes et délits commis par des esclaves étaient réglés par leurs maîtres ; les maîtres pouvaient même pendre un esclave s’il tuait un autre esclave, mais c’aurait été comme jeter de l’argent au fond d’un puits …

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Edward P. Jones (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edward P. Jones
George Pelecanos, writer and producer of HBO's The Wire and author of 16 books, including his latest, The Way Home, talks about a favorite fellow writer from Washington, D.C., Edward P. Jones, and his story collection, Lost in the City. He spoke at BookExpo America in New York City on May 30, 2009.
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Edward P. Jones (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1267 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre