AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges Belmont (Autre)Henry Miller (Autre)
ISBN : 2277118168
Éditeur : J'ai Lu (28/11/2007)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 29 notes)
Résumé :
« Elle écrit comme un homme - mais non, si elle écrit comme quelqu'un, c'est comme une femme cent pour cent femme... Sur bien des points, elle est plus directe, plus franche que bien des auteurs masculins. Car voici une femme libérée, qui dit son besoin de l'homme, qui avoue étre obsédée par le sexe et l'amour, sujet sur lequel on n'entend pas assez le son de cloche féminin. »
Henry MILLER.

Sans complexe, sans intellectualisme, dans un roman d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Shambala
  03 novembre 2016
Réédition de la première version, sortie aux Etats-Unis en 1973. Préface d'Henri Miller, qui qualifie ce roman de « version féminine » de son « Tropique du Cancer ».
Le premier chapitre s'ouvre sur un trajet en avion. Isadora accompagne son époux psychanalyste à un congrès, en compagnie de cent seize autres, dont six l'ont déjà analysée.
Voici donc le premier roman érotique féminin, totalement décomplexé, du moins le premier qui a marqué les esprits et qui a ouvert la voie, à mon avis, aux romans féminins et humoristiques depuis. Sans ambivalence, cette trentenaire, mariée depuis cinq ans, ne ressent plus grand-chose pour son mari, et prend un amant.
Ce roman, malgré ses descriptions assez crues, n'est pas vulgaire, et soulève avec humour le problème de l'inégalité entre les hommes et les femmes. Il faut également se replacer en 1975, où la psychanalyse prenait de plus en plus de place, et où les interprétations freudiennes (et phalliques) étaient légion.
Erica Jong est née dans une famille juive new-yorkaise aisée et laïque, et très tôt elle voyage en Europe avec ses parents et ses deux soeurs, Claudia et Nana. Un rigoureux cursus littéraire à Columbia University aurait pu faire d'elle une enseignante de carrière. Et le Complexe d'Icare aurait pu végéter à sec au purgatoire local des attractions américaines si un géant de la littérature n'en avait fait une déflagration internationale: en le saluant comme le Tropique du Cancer féminin, Henry Miller lui-même le tirera de la polémique teigneuse qui accueillit sa sortie. C'est l'intervention directe de Miller (devenu mentor et ami d'Erica Jong après lui avoir écrit une lettre de fan) auprès de son éditeur français Robert Laffont qui assurera la publication en France après que ce dernier, magnifique ironie, avait d'instinct rejeté le manuscrit.
Bref, je ne vous en dirai pas plus, mais si vous ne l'avez jamais lu, c'est le moment. La suite des aventures d'Isadora sortira en français en 2017, sous le titre « Fear of dying ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Elisanne
  12 août 2013
Vous souvenez-vous d'Isadora Wing, l'héroïne du «Complexe d'Icare» dont on fête le quarantième anniversaire de sa parution en ce mois d'août.
"Ouvrir le cerveau d'une femme et montrer ce qu'il y a dedans": tel était le but d' Erica Jong, lorsqu'elle écrit en 1973 ce roman érotique féministe traitant de la libération sexuelle. A sa sortie, le livre est loué par Henry Miller, qui le qualifie de "Tropique du cancer au féminin"et qui prédit dans la préface que " ce livre fera date dans l'histoire de la littérature et que grâce à lui, des voix vont s'élever parmi les femmes pour rompre le silence des siècles et nous donner de grandes sagas débordantes de sexe et d'amour, de vie et d'aventure "
la suite sur mon site
Commenter  J’apprécie          50
Hardiviller
  03 avril 2015
Miller à raison dans la préface dédiée à ce livre mais je pense que tout comme moi , il ne comprend pas grand chose des femmes . Que faut-il faire ? les écouter ? relire Erica , Simone ou les autres ? , je ne sais toujours pas . Certaines femmes qui pensent bien nous connaitre , ont je pense le même problème . N'est-il pas ?
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ElisanneElisanne   12 août 2013
Ils étaient cent dix-sept psychanalystes sur ce vol Pan Am à destination de Vienne. Cent dix-sept, dont au moins six m’avaient soignée, sans parler d’un septième que j’avais épousé. Cela dit, Dieu sait si c’était à l’imbécillité de ces jivaros rétrécisseurs de psyché ou à ma nature et à sa splendide imperméabilité à la psychanalyse que je devais d’avoir encore plus peur maintenant, si possible, de l’avion qu’au début de mes aventures psychanalytiques, quelques treize années plus tôt.
Au moment du décollage, mon mari avait posé une main de thérapeute sur la mienne en disant :
_ Ma parole, c’est un vrai glaçon !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
IcitlaliIcitlali   10 août 2015
Et pourtant les hommes tiennent pour acquis que tout refus de la part d'une femme fait seulement partie du jeu. Du moins bon nombre d'hommes, sinon tous. Quand ils disent "non", c'est non. Quand c'est une femme, cela signifie oui, ou peut être (au minimum). C'est même devenu une bonne plaisanterie. Et petit à petit, les femmes se sont faites à cette idée et ont fini par y croire aussi.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   25 septembre 2016
A la rigueur on la pardonne à un homme – surtout s’il est un « charmant célibataire » qui « sort avec des starlettes » durant les brefs entractes entre deux mariages. Mais une femme seule est toujours présumée telle non parce qu’elle l’a voulu, mais parce qu’on l’a abandonnée. Et on la traite en conséquence – en paria. Il n’y a pas de dignité possible dans l’existence d’une femme seule.
Commenter  J’apprécie          40
TecumsehTecumseh   17 février 2018
...la dinguerie de la chose étant que, même si vous êtes une enfant intelligente, même si vous passez votre adolescence à lire Shakespeare, Jean Racine et Bernard Shaw, même si vous étudiez l'histoire, la zoologie ou la physique, dans l'espoir d'employer votre vie à poursuivre une carrière difficile - quelle gageure! - vous n'en gardez pas moins l'esprit nourri de cette soupe sentimentale de désirs vagues dont toute lycéenne est imprégnée jusqu'aux os. Peu importe votre quotient intellectuel: 70 ou 170, rien n'y fait, le lavage de cerveau est le même. Seules diffèrent les structures superficielles. Seul, le langage est un peu plus élaboré. Mais, sous le masque, vous mourez d'envie de vous anéantir dans l'amour, de perdre pied, de vous sentir toute pleine d'une énorme berloque crachant comme une fontaine le sperme, la belle eau savonneuse, le satin et la soie - et aussi l'argent, bien entendu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IcitlaliIcitlali   10 août 2015
Pisser au bord des routes, c'est, en théorie, du plus charmant Rousseau ; en pratique, cela laisse l'entrejambe un peu gluant. Et l'un des désavantages de la condition féminine est que l'on pisse dans ses souliers ou sur eux.
Commenter  J’apprécie          60
Video de Erica Jong (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erica Jong
Love Comes First by Erica Jong (en anglais)
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
263 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre