AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505082545
288 pages
Éditeur : Dargaud (21/05/2021)
4.7/5   71 notes
Résumé :
Washington, 1937. John Clarke, journaliste photoreporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l'organisme gouvernemental chargé d'aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l'Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère.
En Oklahoma, Jo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,7

sur 71 notes
5
24 avis
4
2 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

SamDLit
  16 juillet 2021
* N.Y. - 1937 - Days of Sand
John, 22 ans, photographe à la rubrique chiens écrasés d'un journal local, rêve de grands reportages. A sa surprise, il décroche un job auprès d'une organisation gouvernementale basée à Washington qui le missionne pour mettre - en lumière - la détresse des fermiers de l'Oklahoma.
" Vous êtes engagé. Une image en dit plus qu'un millier de mots "
Eux qui ont souffert comme toute la population US de la grande dépression de 1929 sont frappés d'un mal étrange et désertent les uns après les autres une mystérieuse région
" Vous connaissez le Dust Bowl ?
-
C'est ainsi qu'on appelle une zone ovale qui englobe une partie du Kansas, du Texas, du Nouveau-Mexique, du Colorado, --- et le Panhandle de l'Oklahoma
Elle tire son nom d'un phénomène local: les Tempêtes de poussières
Même en pleine journée, le ciel peut devenir tout noir
Ceux qui y ont assisté appellent ce phénomène
'Minuit sans les étoiles'"
Arrivé sur place, John se heurte à la méfiance des locaux devant son appareil photo. C'est la première fois pour beaucoup qu'ils en voient un.
Ils ne comprennent pas trop le rapport cause à effet: en quoi une photo d'eux pourrait-elle améliorer leurs conditions de vie ?
Est-ce qu'elle se mange ? se vend ?
John peut-il faire revenir la pluie ? empêcher la sécheresse, le sable et surtout les terribles tempêtes de poussière mortelle pour ses habitants. ?

C'est donc la rencontre de John avec ces fermiers au bout du rouleau quittant la région, famille après famille (enfin avec ce qui parfois leur en reste) vers un meilleur, la Californie (écho aux Raisins de la colère de Steinbeck)

Nous partons pour la Californie mais nos filles resteront ici à jamais. Voilà pourquoi c'est si dur de prendre la route.
Mais nous savons qu'il faut partir --
Pour le bébé ---
--- et pour ne pas devenir fous.
Vous avez déjà vu des tourbillons de poussières, non ?
Parfois les gens y voient le visage de ceux qu'ils ont perdus
Et nous, à chaque nouvelle tempête ---
Nous voyons nos filles."

Son propre cheminement intérieur, les rapports à son père, les questions qu'il se met à se poser sur le rôle du reporter et de son art, la photographie tout comme sur sa place à lui et dans le monde et dans la société.
" Qu'est -ce qui ne va pas ?
L'autre jour j'ai vu une maison la porte était ouverte.
En regardant à l'intérieur j'ai compris qu'elle était abandonnée
Le garde manger était vide. Les matelas avaient disparu.
Une épaisse poussière couvrait les bûches et le sable s'amoncelait au creux des fauteuils.
Il me restait encore à photographier l'intérieur d'une maison.
- ----- Tchick
J'ai saisi l'occasion --- et je l'ai regretté aussitôt
J'étais entré chez ces gens sans permission ---
--- pour en retirer quelque chose.
En quoi étais-je différent d'un voleur ?
Depuis j'ai un mal fou à faire mon travail
Je n'arrive plus à prendre de bonnes photos."

que nous raconte cette BD de près de 300 pages nous rappelant aussi 'autre point majeur' que la terre, (cultivable), à force d'être abusée par de mauvais traitements inadaptés et intensifs pourrait bien se 'retourner' contre ses tourmenteurs, les humains.

" On m'a donné le prénom de ma grand-mère Mathilda. Elle est venue s'installer ici avec ses enfants en 1910 quand les terrains étaient bon marché.
D'autres fermiers ont suivi --- à force de labourer la terre, ils ont arraché l'herbe et ont permis à la couche supérieure de la terre de s'éparpiller et de devenir poussière.
C'est ainsi que le Dust Bowl est né. ---
Ce sont leurs bêtes et leurs charrues qui ont détruit les plaines. Je ne peux pas m'empêcher de penser que ma famille est en quelque sorte responsable de notre situation à tous."

Les dessins de facture plutôt classique sont réussis, avec de très beaux moments pleine page, couleurs explosives, des paysages superbes et des portraits humains soit 'plein pied' soit focus sur les visages d'enfants qui sont très émouvants.

Le découpage original des planches sonne juste, l'encrage est superbe et l'insert de photos d'époque pour séparer les chapitres et les différents tempos de l'histoire est une excellente idée, tout comme l'alternance des grands formats et des vignettes qui comme des photos rappellent sans cesse cet art et son rôle ' montrer les choses telles qu'elles sont, les montrer avec leur âme ou les manipuler pour leur faire dire ce qu'on souhaiterait qu'elles disent.
" On peut soit attendre patiemment que la scène parfaite surgisse devant l'objectif ---
--- soit donner un coup de pouce à la vérité.
En changeant un détail, on révèle la vérité cachée
- Mais c'est une mise en scène ! "

En fin de roman, le périple US de la dessinatrice et scénariste Aimée de Jongh est expliqué ainsi que toute la documentation sur laquelle elle s'est appuyée pour construire son récit. C'est riche et passionnant sans être barbant, j'en aurais bien pris une tranche supplémentaire.

Sans musique, il y aurait manqué quelque chose.
Elle y est
" Southern trees bear a strange fruit
Vous connaissez ce vers ?
- Non Monsieur.
- Peu importe, j'en ai assez vu
- Je vous en prie. Laissez moi une chance"
Poème d'Abel Meeropol, Strange Fruit (Bitter Fruit)
Les arbres du Sud portent un fruit étrange
Du sang sur les feuilles et du sang aux racines
Un corps noir oscillant à la brise du Sud
Fruit étrange pendu dans les peupliers.

C'est aussi ainsi que commence l'une des chansons les plus célèbres de Billie Holiday. Bien loin de parler de botanique, le titre est un violent réquisitoire contre le racisme des États-Unis, évoquant à l'aide d'une bien sinistre métaphore les lynchages et les pendaisons qui avaient lieu dans les États du Sud du pays. - sujet évoqué dans ce récit également -
https://www.youtube.com/watch?v=7¤££¤93Le Panhandle de l'Oklahoma88¤££¤9PE

Histoire, graphisme, émotions et --- musique étaient au rendez-vous - tout ce qui fait d'une rencontre une rencontre réussie à un moment donné
en ouvrant tout un univers de possibles:
* Bonus en fin d'album * Rencontres fictives *
- avec Dorothea Lange et sa Migrant Mother que l'auteure a "rencontrée" au Victoria & Albert Museum (superbe photo de Florence Owens Thompson en 1936, elle a 32 ans, 7 enfants et est devenue ramasseuse de pois, après sa fuite de l'Oklahoma vers l'ouest)
- avec Walker Evans (dont j'adore les photos) et James Agie pour leur reportage sur la pauvreté auprès des métayers de l'Alabama, effectué pour la FSA
- avec Les raisins de la colère de John Steinbeck, qui avait puisé ses sources auprès des archives de cette même FSA, qui n'a existé que quelques années
- avec Caroline Henderson, Voice from the Dust Bowl, en début d'album
"Ici, dans la poussiéreuse désolation de notre No Man's Land, à l'ombre de nos chapeaux, le visage couvert d'un mouchoir et les narines enduites de vaseline, nous essayons de préserver notre maison de cette poussière qui portée par le vent, pénètre partout où l'air peut s'infiltrer. C'est presque sans espoir, car pas un jour ne passe, ou presque, sans que s'élève un nouveau tourbillon de poussière. La visibilité est alors proche de zéro et tout est à nouveau couvert d'un dépôt semblable à la vase, formant parfois une fine pellicule, parfois de véritables vagues sur le sol de la cuisines."
Caroline A. Henderson, Dust Bowl. Extrait d'une lettre du 30 juin 1935
Si vous en avez l'occasion, c'est super intéressant
Suivez les liens
vers son blog voyage
https://aimeedejongh.wordpress.com/.../days-of-sand-the.../
vers quelques planches
https://www.aimeedejongh.com/joursdesable.html
les plus belles ont été gardées pour la surprise et pour l'album.

Merci à ma librairie, La Librairie Flagey
---------------------------------------------------------
Le Sable est utile en certaines occasions
pour les barrages, inondations par exemple
Donc
Courage à Verviers, Pepinster et autres régions
le 20 juillet 2021 sera un jour de deuil national en BE
veille de la fête nationale
drapeaux en berne et 1 minute de silence
comme pour ces reportages photos,
je m'interroge sur ce que cela va leur apporter
dans le concret à part l'instant X
la solidarité venant des voisins
ou de parfaits inconnus
et des mouvements
organisés par les lambdas
et coordonnés par la Croix Rouge
1771 (infos)

Nous connaissons tous ou nous avons tous, en ce petit pays, famille, amis, ... qui ont été touchés
- région de Wavre dans mon cas,
enfin peu de dégâts, ouf !

Je souhaite bon courage à tous ceux qui ---
& remercie ceux qui ont posé la question de ---

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5019
saigneurdeguerre
  23 mai 2021
USA. 1937.
John Clark , 22 ans, est photographe. Dans le pays, c'est encore la misère pour beaucoup de monde. La crise de 1929 à Wall Street a entraîné des chutes d'entreprises en cascade. La misère touche bien des gens. Elle est clairement visible dans les villes.
Et dans les campagnes ? La situation n'est guère brillante. Pourtant, il existe un endroit qui est carrément l'enfer sur Terre : le Dust Bowl… Vous ne connaissez pas ? Les Américains non plus ! Cette région est balayée par des vents très puissants qui soulèvent un sable qui s'immisce partout à cause d'une sécheresse qui dure depuis des années. Pas une goutte d'eau ! Pas une ! Ceux qui habitent cette région n'ont qu'une solution : migrer vers la Californie… s'ils en ont les moyens. Autrement, il ne leur reste plus qu'à mourir de faim, de soif ou les poumons envahis par cette saleté de poussière qui vous asphyxie.
C'est pour attirer l'attention des masses qu'un organisme gouvernemental, la Farm Security Administration, a été créé. Quel moyen employer pour faire connaître au pays l'état dramatique dans lequel se trouvent les fermiers du Dust Bowl, région à cheval sur l'Oklahoma, le Texas et le Kansas ? La photographie ! Une mission cruciale attend John Clark
Critique :
Un des livres les plus poignants de ces dernières années vous tend les bras ! N'hésitez pas à vous procurer « Jours de Sable », un roman graphique magnifiquement mis en images et en couleurs, servi par un texte sensible qui ne dit que l'essentiel pour ne pas distraire le lecteur. Aimée de Jongh réalise là un travail d'historienne mettant à la portée de tous la compréhension d'un phénomène climatique qui va transformer, par la faute des hommes, un petit paradis vert en un désert où le soleil chauffe l'air qui entraîne ses tourbillons de poussière au point que les gens se voient plongés dans la nuit en plein jour. (Voilà qui devrait nous servir d'avertissement au moment où, sur tous les continents, nous désertifions à qui mieux-mieux !)
L'auteure se livre à un découpage quasi cinématographique de son ouvrage en variant les plans. Certaines doubles pages donnent envie de les agrandir et de les placer bien en vue pour rendre hommage à la subtilité précise de son travail.
Aimée de Jongh a, certes, inventé une histoire, un personnage aussi, mais celle-ci est basée sur des faits historiques indéniables illustrés dans l'album par des photos d'époque.
La subtilité du récit fait que l'auteure garde comme fil conducteur ce jeune photographe de vingt-deux ans qui avait besoin d'un gagne-pain et qui se voyant confier cette mission y trouve une planche de salut. Ce qu'il va découvrir va le métamorphoser en profondeur au contact de ces personnes qui fuient devant son objectif qui fait même pleurer les enfants. Autant à Washington et New York les gens sont familiarisés avec les appareils photographiques, autant dans ce désert, un inconnu avec une étrange boîte fait peur et dérange. John Clark, qui n'est pas idiot, va changer son approche, parfois en trichant, en manipulant, y compris auprès de personnes dénuées de tout, même d'un simple litre d'eau, jusqu'à ce qu'il se rende compte du côté atroce de son comportement et change radicalement.
Amie lectrice, ami lecteur, ce serait bien le Diable si vous aussi vous ne vous laissez pas prendre à la gorge par ce récit, par ces personnages merveilleux qui gardent leur dignité face à des conditions de vie épouvantables.
Voilà un livre qui mérite de figurer dans toutes les bonnes bibliothèques ! Un pur Chef-d'oeuvre ! Il n'attend plus que vous…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Zazaboum
  20 juin 2021
Une longue bande dessinée dont le sujet est très dur : une très longue sécheresse avec des tempêtes de sable a obligé les habitants à fuir alors que l'Amérique était plongée dans la Grande Dépression des années !
Un jeune photographe de Washington qui cherche à faire sa place est envoyé en Oklahoma, dans le Dust Bowl, en 1937 afin de prendre des photos témoignages de la catastrophe qui appauvrit, tue et pousse les survivants à s'exiler à l'Ouest. Il n'est pas du tout préparé à ce qu'il va rencontrer que ça soit la population ou les éléments déchaînés.
Les dessins ont une puissance phénoménale pour rendre l'impression d'étouffement et d'aveuglement que suscitent les tornades ! Les couleurs sont en nuances et non contrastées, la poussière rendant le tout uniforme ! En zoom ou grand angle c'est encore plus impressionnant pour appuyer une situation.
Des photos de l'époque ouvrent les chapitres et appuient cette impression d'apocalypse et de misère sans fin ! Il faut noter le travail de recherches d'Aimée de Jongh pour exprimer énormément avec peu de mots.
Un bel ouvrage touchant et douloureux ! Indispensable à mon avis pour qui s'intéresse à cette période douloureuse de l'histoire des Etats-Unis.
#joursdesableDargaud #NetGalleyFrance
Challenge MULTI-DEFIS 2021
Lecture THEMATIQUE juin 2021 : Moins de 100 lecteurs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Imaginoire
  30 juin 2021
Énorme coup de coeur pour ce roman graphique, fiction historique se déroulant pendant la grande dépression. Les personnages et le scénario sortent de l'imagination d'Aimée de Jongh mais, prennent corps dans un décor historique authentique.
Dans ce récit, nous sommes invités à suivre John Clarck, un jeune photo-reporter de 22 ans, essayant d'exercer son métier né de sa passion pour la photo, pour survivre dans la misère du New-York de la grande dépression. Nous le rencontrons, alors qu'en retard, il fonce vers un entretien pour l'agence gouvernementale qui souhaite envoyer en mission un photographe à la rencontre des paysans du Dust Bowl, cette région dévastée du centre des États-Unis, recouverte de sable et de poussière, charriés par des tempêtes en pleine sécheresse.
Grâce à la qualité de ses photographies, il est engagé et quitte New-York, armé de son appareil photo et de son immense talent pour rejoindre le bassin de poussière. N'ayant pas eu une vie facile avec un père détestable, il sera bousculé, tant ce qu'il découvrira est inimaginable…
L'autrice, s'attaque ici à de nombreux sujets. Sociaux d'abord avec cette crise qui a suivie le krach boursier de 1929 et qui ne prendra fin que remplacée par la seconde guerre mondiale. Écologiques, avec cette région dévastée par le vent et la sécheresse, en partie causés par l'activité humaine et qui fait forcément écho avec ce que nous vivons actuellement. Politiques, avec le pouvoir des images, les photos ici et leur « mise en scène », tromperie sur la forme, mais dans le but de faire éclater la vérité.
Aimée de Jongh réalise un véritable coup de maître avec ce roman graphique, qui n'est pas sans rappeler Steinbeck et Les raisins de la colère. Cet ouvrage mérite même deux lectures, dont une où l'on ne se contente de n'admirer que les graphismes magnifiques, qui transmettent autant d'émotions, si ce n'est plus que les textes. À ces illustrations, de nombreuses photos d'époques sont ajoutées afin de nous rappeler l'authenticité des difficultés rencontrées à l'époque.
Un récit bouleversant porté par de sublimes et poignants dessins, un immense bravo à Aimée de Jongh et un grand merci à Dargaud et Netgalley pour ce service presse.
Lien : https://imaginoire.fr/2021/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Waterlyly
  30 juin 2021
Washington, 1937. John est un jeune photographe engagé pour la Farm Security Administration. Pour sa nouvelle mission, il va devoir se rendre en Oklahoma, afin de dénoncer au travers de ses photos la pauvreté qui y règne. En effet, en pleine Grande Dépression, cette zone géographique connue sous le nom de Dust Bowl est de plus en plus touchée par une sécheresse sans précédent et par des phénomènes météorologiques qui chambouleront tout. Sur place, John fera de grandes rencontres.
Ce roman graphique est un véritable bijou. J'ai été bouleversée tout au long de ma lecture. C'est une réussite totale, que ce soit au niveau scénaristique, tout comme au niveau historique. L'auteure va aborder une thématique que je méconnaissais, à savoir le Dust Bowl. Elle va mêler fiction avec la grande Histoire et tout cela avec une sensibilité et une acuité qui toucheront le lecteur.
D'emblée, je me suis attachée à John et au gré de ses rencontres en Oklahoma, ce personnage va évoluer. Il n'est jamais statique. John va réellement prendre conscience des problemes auxquels sont confrontées les familles que le protagoniste rencontrera au fur et à mesure.
J'ai beaucoup aimé la densité que l'auteure a réussi instaurer à ses personnages. Je les ai trouvés marquants et chacun a son histoire à raconter. de vrais liens vont se créer entre John et ces familles.
Les graphismes sont de toute beauté. Avec beaucoup de réalisme dans les dessins, chaque planche découverte est une réussite. Les dialogues sont épurés mais sonnent juste à chaque fois. J'ai été très émue tout au fil de ce récit.
Un roman graphique qui est une véritable pépite. L'auteure mêle pans historiques et émotions avec brio. C'est à découvrir sans hésiter.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251


critiques presse (9)
BoDoi   02 août 2021
Pour brosser cette période et évoquer cette commande photographique d’un genre nouveau, l’autrice néerlandaise a choisi les voies de la fiction. Tout en restant réaliste et crédible, elle compose le portrait d’un jeune reporter au passé difficile, que la rencontre avec les fermiers en détresse va bousculer et faire grandir.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaCroix   30 juin 2021
Le roman graphique saisissant d’Aimée de Jongh fait dialoguer bande dessinée et photographie pour raconter la tragédie américaine de la sécheresse du « Dust Bowl ».
Lire la critique sur le site : LaCroix
LaTribuneDeGeneve   21 juin 2021
Aimée de Jongh signe un très beau roman graphique inspiré par des faits historiques.
Lire la critique sur le site : LaTribuneDeGeneve
BDGest   09 juin 2021
L'autrice livre une réflexion particulièrement intéressante et très actuelle sur le poids des images et les conséquences catastrophiques laissées par la main de l'Homme.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   01 juin 2021
On ne peut qu'être touché par cet album qui ne laisse absolument pas indifférent ! Une des plus belles sorties du moment, indispensable !

Lire la critique sur le site : Sceneario
LigneClaire   31 mai 2021
Une descente aux enfers pour John Clark qui peu à peu va prendre conscience de son rôle, de celui de ses photos et en être à jamais marqué. Un ouvrage d’une rare intensité que signe Aimée De Jongh.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
BDZoom   28 mai 2021
Ce phénomène ravageur évoqué dans « Jours de sable » d’Aimée de Jongh touche une zone ovale surnommée « Dust Bowl » et met les agriculteurs dans une situation dramatique surtout au moment de la Grande Dépression. Un photographe est envoyé sur place pour recueillir des témoignages…
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   27 mai 2021
Au cours de son séjour, qui prend la forme d'un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe...
Lire la critique sur le site : BDGest
BDGest   25 mai 2021
Entre fiction et récit historique, Jours de sable propose une œuvre dense au cœur d'une aventure poétique très « sableuse », cette dernière donnera très certainement envie à chacun de dépoussiérer un peu plus le sujet !
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
VKBatVKBat   26 juillet 2021
Quelle idée venir dans le no man’s land sans pelle !
Commenter  J’apprécie          10
VKBatVKBat   26 juillet 2021
Personne ne s’aventurait par ici. Et je savais pourquoi. C’était un lieu touché par la Mort.
Commenter  J’apprécie          00
MorganeSolMorganeSol   19 juillet 2021
Dites... j'aimerai bien prendre une photo de plus, vous voulez bien ?
Allez-y.
Mais sans la maman, cette fois.
Et vous Monsieur... Vous pourriez vous écarter aussi ? On m'a demandé une photo d'orphelins alors...
Commenter  J’apprécie          30
PillyPilly   18 juin 2021
On parle toujours du pouvoir de la photo. "Une image en dit plus que mille mots."
Mais il ne faut pas oublier les limites de la photo.
Tous les domaines où elle échoue.
Il aura fallu ce voyage pour que je me rendre compte...
... à quel point la photographie est l'art...
... de la tromperie.
S'il me fallait décrire mon séjour dans le Dust Bowl...
... je parlerais de la douceur cinglante, quand le vent poussiéreux fouettait ma peau.
Je dirais à quel point on a l'impression de suffoquer à chaque inspiration, à cause de la poussière.
Je raconterais comment s'érode peu à peu l'âme humaine après des jours de sable.
Rien de tout cela ne peut être capté par un appareil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   18 juin 2021
[en 1910]

Dans les années qui ont suivi, de plus en plus de fermiers se sont installés. Leur bétail a brouté toute l'herbe, jusqu'au dernier brin. Et ils ont labouré la terre de long en large. Si seulement ils avaient su ce que nous savons...
Vous voyez, c'est l'herbe qui donne la cohésion à la terre.
Une fois que l'herbe a été retirée, la couche supérieure de la terre a commence à s'éparpiller dans l'air. Au moindre coup de vent, la poussière et le sable se sont mis à former d'épais nuages noirs.
C'est ainsi que le Dust Bowl est né.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Aimée de Jongh (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aimée de Jongh
La Petite Librairie, c'est tous les mois ! Votre libraire Gérard Collard vous présente ses dernières pépites littéraires. Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • le Labo de Bourhis Hervé et Varela Lucas aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1070003-bd-le-labo.html • Jours de sable de de Jongh Aimée aux éditions dargaud https://www.lagriffenoire.com/1083501-bd-jours-de-sable.html • Sur un air de Fado de Barral Nicolas aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1070006-bd-sur-un-air-de-fado.html • La Bête de Zidrou et Frank Pé aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1056720-bd-le-marsupilami-de-frank-pe-et-zidrou---tome-1---la-bete.html • Valhalla Hotel (Tome 02) : Eat the gun de Patrice Perna et Fabien Bedouel aux éditios Comix Buro https://www.lagriffenoire.com/1072163-bd-valhalla-hotel---tome-02---eat-the-gun.html • Valhalla Hotel - Tome 01: Bite the bullet de Patrice Perna et Fabien Bedouel aux éditions Comix Buro https://www.lagriffenoire.com/1067407-bd-valhalla-hotel---tome-01---bite-the-bullet.html • Yojimbot - Tome 1 de Repos Sylvain aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1070700-bd-yojimbot---tome-1.html • Lightfall (Tome 1-La Dernière Flamme) de Tim Probert et Fanny Soubiran aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1075953-bd-lightfall---vol01---la-derniere-flamme.html • pass.culture.fr • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionstdargaud #editionsdupuis #editionscomixburo #editionsgallimardjeunesse
+ Lire la suite
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4078 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..