AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266158236
Éditeur : Pocket (17/10/2005)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 350 notes)
Résumé :
Au pays des Deux Rivières, on fête le printemps: Rand part livrer le cidre au bourg avec son père. Osera-t-il demander une danse à Egwene? Et pourquoi voit-il ce cavalier noir derrière lui?
Dame Moiraine lui révèle que le cavalier noir le cherche: Rand doit se réfugier à Tar Valon, chez les Aes Sedai, maîtresses du pouvoir unique. Le pouvoir unique... Le Seigneur de l'Ombre ayant jadis voulu conquérir le monde, les Aes Sedai, conduites par le Dragon, le repo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  25 décembre 2014
Pourquoi le Seigneur de l'Ombre met-il tant d'empressement à vouloir capturer trois jeunes paysans, trois idiots ahuris (les propres termes de Nynaeve, la Sagesse du village) qui ne sont jamais sortis de leur trou situé au pays des deux rivières ? Pourquoi Moiraine, puissante et redoutée Aes Sedai assisté de Lan, son lige au regard impénétrable cherche-t-elle à délivrer ces trois nigauds des griffes des séides du Ténébreux ? Les yeux écarquillés à la découverte du monde, nos trois jeunes héros (Rand, Perrin et Mat) enchainent bévues et catastrophes quand il s'agit d'échapper à leurs poursuivants (Il s'était à moitié attendu à voir Thom apparaître, marchant à grandes enjambées et soufflant dans sa moustache pour les traiter d'insupportables créateurs d'ennuis). A la fin du premier tome, on a le début du début de l'explication de ce singulier acharnement. Je ne regrette vraiment pas d'avoir commencé ce classique de la Fantasy. Les personnages ont une telle personnalité, tout à la fois attachants et insupportables, naïfs et imaginatifs, qu'on a envie de les suivre dans cette histoire faîte de rebondissements parfois inattendus. Fait nouveau (mais je parle peut-être un peu vite, car je suis un vrai néophyte dans ce monde de la fantasy), les femmes jouent un rôle capital dans ce livre. Moiraine l'Aes Sedai et Nynaeve la Sagesse sont les deux personnages qui créent les évènements et font, par leur choix, progresser l'histoire. Bref ! Je suis prêt pour le second tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Srafina
  14 août 2016
Pour ma pioche d'août, Patience82 m'a choisi un livre que je souhaitait découvrir depuis longtemps, celui-ci étant considéré comme un classique de la fantasy...en l'occurrence « La roue du temps ». Bon je vous dirais que je n'ai acheté que le premier tome, comme on dit le premier tome de la découverte.
« C'est la Nuit de l'Hiver dans la contrée de Deux-Rivières et, en ce soir de fête, l'excitation des villageois est à son comble. C'est alors qu'arrivent trois étrangers comme le jeune Rand et ses amis d'enfance Mat et Perrin n'en avaient jamais vu : une dame noble et fascinante nommée Moiraine, son robuste compagnon et un trouvère. de quoi leur faire oublier ce cavalier sombre et sinistre aperçu dans les bois, dont la cape ne bougeait pas en plein vent... Mais, quand une horde de monstres sanguinaires déferle et met le village à feu et à sang, la mystérieuse Moiraine devine qu'ils recherchaient quelqu'un : pour les trois amis l'heure est venue de partir. Car la Roue du Temps interdit aux jeunes gens de flâner trop longtemps sur les routes du destin.. »
Je suis un un peu mitigée quant à mon avis. L'histoire a tous les ingrédients pour me plaire. J'ai déjà lu pas mal d'histoire de fantasy comme Eddings, Feist, pas Tolkien il est vrai, mais j'ai vu le film « Le seigneur des anneaux » il est vrai qu'il y de multiples ressemblances, le bien, le mal, le ténébreux, de jeunes gens pleins d'allant et de courage. Des guides qui les prennent en charge pour les mener vers leur destinée.
Ce qui est dommage je trouve à la lecture de ce livre, c'est qu'il n'y a pas de fluidité dans l'écriture, je dirais même un peu brouillon. Et pourtant il y a de bon moments même dans certaines descriptions. Les personnages sont prometteurs, mais il y a trop de longueurs dans les cheminement de nos héros. J'ai lu que cela viendrait de la traduction de l'époque, et qu'il vaut mieux le lire en anglais, mais voilà je ne maîtrise pas du tout la langue de Shakespeare.
Si je continue dans la lecture de cette saga, je me connais, je vais passer en diagonales certaines pages qui me sembleront trop redondantes. Je m'y risquerai peu-être quand même, rien que pour en connaître un peu plus sur la destinée de nos jeunes héros et de leurs compagnons.
Je ne peux pas dire que je me suis ennuyée, au contraire, je l'ai lu assez rapidement. Mais je ne pense pas que je vais me précipiter sur le deuxième tome. A l'occasion peut-être, on verra...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
nataly
  06 janvier 2014
Robert Jordan dès ce premier tome nous démontre qu'il va nous entrainer dans une aventure somme toute très prenante.
Son style d'écriture nous entraine complètement dans l'histoire et son univers fantasy si varié et parfois complexe. Ses descriptions et ses présentations des personnages et des lieux sont de qualités et soignés et de fait, malgré leur multitude on s'y retrouve aisément.
Quand à l'histoire, l'auteur parsème dès le premier tome des éléments qui au début nous paraissent anodins, mais qui vont au fur et à mesure crescendo pour nous plonger dans l'action. Même s'il est vrai qu'il faut tout de même une centaine de pages pour y arriver. On commence calmement pour plonger dans des rebondissements plus que plaisants.
Mais cela nous permet dans le même temps de bien connaître les personnages que nous suivrons tout au long de cette histoire.
Justement pour ce qui est des personnages, je les ai tous trouvés intéressants car je pense après ma lecture qu'ils vont vraiment tous joué un rôle important à leur manière. Il est vrai que l'on peut facilement faire des comparaisons avec les héros de Tolkien (surement une influence pour robert Jordan). Mais l'on sent dès la fin du livre que l'auteur va s'en éloigner pour sa propre histoire.
J'ai en outre beaucoup aimé l'idée que dans son monde les femmes tiennent des rôles très importants au sein de leurs communautés : le cercle des femmes dans le village de Rand, les AES SADAI (sortes de magiciennes) craintes par les hommes surtout.
Je suis très contente de m'être plonger dans cette saga qui promet des combats, de l'amitié, de la magie, des créatures ténébreuses, des rebondissements... pour vivre mon aventure dans cette Roue du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
GribouilleLechat
  20 novembre 2016
Il arrive que l'on sache pertinemment que l'on a un grand classique dans nos étagères, donc un potentiel coup de coeur, et que, pourtant, on le laisse "moisir" pendant des années. C'est ce qui m'est arrivé avec ce premier tome, dont j'ai entendu parler d'innombrables fois, et toujours en bien, mais que j'ai rangé après l'avoir acheté et n'ai plus touché ensuite pendant dix ans (est-ce le nombre impressionnant de pages ou est-ce qu'il fallait trouver le bon moment... ?) , jusqu'à ce qu'un challenge me le fasse ressortir.
Et là, j'ai compris pourquoi c'était un classique de la fantasy ! D'abord, la plume de l'auteur est dense, riche, poétique et dynamique à la fois.
Dès le début de l'histoire, il parvient à nous happer, à attiser notre curiosité.
Le prologue, qui se déroule deux ou trois mille ans avant l'histoire proprement dite, est très fort, visuellement parlant, et nous fait comprendre que l'on va être plongé dans un univers à la mythologie très riche.
Ensuite, le premier chapitre du récit présent nous intrigue d'emblée, en faisant apparaître brièvement un mystérieux personnage, qui fait forte impression sur le jeune homme qui l'aperçoit.
Voilà. A partir de là, on est foutu, car on veut savoir qui est (ou ce qu'est) ce personnage en noir dont l'aura malsaine terrifie tous ceux qui le voient.

Nous allons donc entrer doucement dans le monde de la Roue du temps, en commençant par un tout petit village, et en faisant la connaissance des personnages que nous allons suivre par la suite. L'auteur a un don pour les descriptions car quand il présente un personnage, on a très vite la sensation de le connaître et on n'a aucun mal à le visualiser.
Il nous présente donc Rand, Mat et Perrin, les trois héros de l'histoire, mais aussi Nynaeve la "Sagesse" du village et Egwene son apprentie, Thom le ménestrel, Moiraine et son homme-lige Lan (c'est-à-dire son chevalier personnel dévoué corps et âme), et encore une foule d'autres personnages hauts en couleurs, mais tous marquant, voire attachants, à leur façon...
J'ai beaucoup aimé l'ambiance et l'état d'esprit qui règnent dans le village du Champ d'Emond, au début du récit. On sent que c'est un village où il fait bon vivre.
Puis, très vite, le rythme s'accélère et on rentre dans le vif de l'action, avec une attaque de Trollocs, des créatures démoniaques, mi-hommes mi-bêtes monstrueuses, pas très futées mais extrêmement violentes et dangereuses qui, semble-t-il, en ont après les trois jeunes : Rand, Mat et Perrin. Ils décident donc de s'enfuir, sous la protection de Moiraine, qui s'est révélée être une Aes Sedai, sorte de magicienne très puissante, et de se rendre à Tar Valon, cité qui abrite la Tour Blanche, le centre du pouvoir des Aes Sedai. Mais les Aes Sedai ont très mauvaise réputation et sont aussi craintes que détestées par le peuple. Et malgré sa douceur, sa gentillesse et le fait qu'elle ait sauvée la vie du père de Rand, c'est donc avec beaucoup de méfiance mais sans avoir le choix qu'ils partent avec elle. Egwene, qui veut découvrir le monde et n'a pas compris qu'il ne s'agit pas d'une promenade de santé, et Thom, le ménestrel, se joignent à eux.
Pendant tout le reste de ce tome, ils seront poursuivis par les Trollocs, et leurs "commandants", les Myrddralls (ou Évanescents ou Demi-hommes), qui sont eux-mêmes au service du Ténébreux. D'ailleurs, ce point-là, bien que nécessaire à l'avancée de l'histoire et apportant de l'action et du suspense au récit, a été la seule chose qui m'a (un peu) agacée au cours de ma lecture. Car j'ai trouvé par moments que les attaques à répétitions des Trollocs étaient lassantes.
J'aurais préféré qu'on en apprenne un peu plus sur les Aes Sedai, par exemple, ou sur l'histoire de ce monde, que l'on devine complexe et foisonnante.
Malgré tout, ces attaques ont leur raison d'être et leur utilité car elles sont l'occasion pour l'auteur de nous montrer des aperçus du potentiel spectaculaire des pouvoirs de Moiraine.
Et puis je fais confiance à l'auteur pour nous révéler tous les aspects de son univers dans les tomes suivants...
A part ce petit détail, j'ai tout aimé, dans ce roman !
Les personnages ont tous des caractères très différents mais tous très bien campés et chacun a vraiment une personnalité propre. J'aime bien Rand, le héros, même s'il m'agace parfois un peu à toujours suivre Mat et ses impulsions qui les mettent souvent dans des situations inconfortables voire dangereuses. D'ailleurs, Mat est celui que j'aime le moins, pour l'instant, justement parce qu'il est irréfléchi, impulsif et trop bavard. de plus, vers la fin du tome, sa personnalité s'assombrit bizarrement. de taquin, enjoué et sociable, il devient taciturne, sournois et coléreux. On soupçonne qu'il a été envoûté par un objet maléfique, mais on n'en a pas la preuve car personne autour de lui ne semble trouver inquiétant ce brutal changement de caractère.
Perrin est le plus réservé et discret de tous, mais vers la fin du tome, il se passe des choses qui vont un peu plus le mettre en avant. L'auteur donne des indices sur ce qu'il va se révéler en lui et m'a donné envie de le suivre avec plus d'intérêt qu'au début.
J'adore Thom, le ménestrel, son excentricité, sa vivacité, son attachement aux trois garçons, son caractère bien trempé...
Parmi les choses qui m'ont fascinée, dans ce roman, je voudrais m'arrêter sur les "rêves" que fait Rand. Ils sont d'une rare puissance évocatrice, et vraiment impressionnants. Bien sûr, on comprends très vite que ce ne sont pas de vrais rêves et ils vont être de deux sortes. Les premiers ressemblent plus à des sortes de visions, dont on ne sait pas trop si elles sont prémonitoires ou venues du passé (ou les deux). Par la suite, il y aura les "rêves" recelant la présence du Ténébreux, et ceux-là sont les plus forts et les plus terrifiants, surtout que Rand se rend compte que certains événements arrivant dans ces rêvent ont des répercussions sur le réel. L'auteur laisse planer le mystère sur tous ces rêves, mais on comprend qu'ils sont d'une importance capitale pour la suite de l'histoire.

Avec ce premier tome, on plonge dans une saga de pure fantasy, et c'est exactement ce à quoi je m'attendais et que j'espérais trouver. J'aime beaucoup l'aspect "quête", "voyage initiatique", quand les personnages font du chemin, au sens propre comme au figuré, et que leurs aventures les font grandir, mûrir et changent leur vision du monde.
Certains passages nous donnent un aperçu de la richesse géographique, historique, humaine et magique de cet univers, et l'on pressent que l'on n'est pas au bout de nos surprises, qu'il va y avoir encore d'innombrables rencontres et découvertes, bonnes et moins bonnes. le bestiaire me paraît également très prometteur, au niveau de sa diversité, et j'ai hâte de découvrir ce qui attend nos héros dans les prochains tomes.

Conclusion : un premier tome captivant, qui nous entraîne très vite dans cet univers à la richesse extraordinaire. Vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kuroineko
  10 décembre 2017
La Roue du Temps m'attire déjà depuis de nombreuses années. Tentation repoussée par d'autres lectures, trop de tomes, et autres arguments convaincants. Quand le hasard - ou le Destin mû par la Roue, qui sait? - met à ma portée les vingt-deux volumes de la série sous mon nez, dans la Boîte à Livres, et en bon état, impossible cette fois-ci de résister! Bref, tout ça pour dire que j'ai entamé le cycle de Robert Jordan après tant d'années d'atermoiements et semi-oubli.
Dans presque toutes les grandes sagas fantasy, le premier tome consiste en une mise en place des divers éléments et personnages. La Roue du Temps ne fait pas exception à cette quasi règle d'or. le prologue prend certes un peu par surprise et perd le lecteur avec des termes propres à l'univers de la Roue. Les premiers chapitres n'aident pas plus à comprendre et rajoutent même d'autres vocables et us inconnus. Qu'à cela ne tienne, je me doute bien que des explications seront fournis si je sais faire preuve de patience. Et oui, il n'y a pas que les personnages fantasy à être mis à l'épreuve pendant un cycle; le lecteur aussi. Avec l'espoir que le cheminement en valait la peine...
De ce que j'ai vu par ce tome préliminaire, l'intrigue ne semble pas briller d'une ardente originalité. Il y a un affreux grand méchant au nom qu'il ne faut pas prononcer. A la place, on le dénomme à contrecoeur le Ténébreux. Là non plus, on ne déroge pas aux qualificatifs du genre. Ledit Ténébreux et ses séides sont retenus enchaînés dans la montagne septentrionale de Shayol Ghul, dans les terres maudites connues comme La Grande Dévastation. Tout un programme toponymique qui fleure bon le lieu de détention de Melkor dans le Silmarillion de Tolkien. Difficile de passer outre l'héritage du père de Frodon et compagnie. On retrouve divers éléments d'inspiration Tolkiennesque ici. Notamment les créatures malfaisantes qui font beaucoup penser aux Orcs et aux Cavaliers Noirs.
D'autres caractéristiques appartiennent au genre même de la fantasy: magie, légendes et prophéties, épée censée n'être retirée de son socle que par son destinataire par-delà les siècles (Arthur? C'est toi?), etc. Rien de bien novateur dans tout ça. A force de publications depuis quelques décennies, difficile de se renouveler. Concernant la magie, elle passe par le recours à une Source unique mais bipartite. Elle comporte une entité masculine et une féminine. L'originalité de Jordan est que l'utilisation de cette essence rend fou les hommes à plus ou moins brève échéance et tue les femmes qui s'y essaient sans avoir appris à canaliser le Pouvoir Unique. le premier tome ne révèle bien sûr pas tous les secrets liés à cette Source et, quelque part, c'est surtout cette partie mystérieuse qui me donne envie de poursuivre l'aventure. Autre point positif: contrairement à nombre de fresques, les femmes ici jouent un rôle important. Un ordre féminin tient d'ailleurs visiblement une place de premier ordre dans l'échiquier de la Roue.
Venons-en aux personnages. Les héros sans le savoir ont vécu jusque là dans un village tranquille, entre les travaux de la ferme et la chasse dans les bois. Ces jeunes gens ont toujours rêvé d'aventures avec un A majuscule, de gloire au-delà des périls, rêves tirés des contes de ménestrels. le quotidien normal de paysans en paix. Quand l'étrange et l'aventure viennent pour de bon frapper à leur porte, la réalité prend une saveur toute différente et nettement moins délectable que leurs fantasmes adolescents. Mais le Destin fait qu'il faut bien y aller.
Quoique jeunes adultes, les trois membres masculins donnent des envies de leur coller des claques derrière la tête. Ils sont immatures et m'ont à plus d'une occasion agacée par leur manque de cohérence et de discernement.
L'intrigue en elle-même de ce premier volume consiste principalement en un voyage vers l'ouest, avec les difficultés inhérentes au périple et quelques bagarres bien senties.
En conclusion, cette plongée dans la série de la Roue du Temps ne soulève pas en moi un enthousiasme exacerbé, on l'aura compris. Mais pas non plus un rejet total et définitif. L'écriture, sans être exceptionnel, se révèle correcte et plutôt plaisante à lire. Je pense donc poursuivre ma lecture, quoique sans doute pas d'affilée. Je voudrais en apprendre un peu plus sur cet univers fantastico-médiéval et sur ce qui va se passer. A suivre donc avec au moins le tome deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LefsoLefso   30 janvier 2011
Perrin s'arrêta soudain devant une porte ; en dépit de sa carrure, il paraissait curieusement intimidé. Il prit une profonde aspiration, regarda ses compagnons, aspira de nouveau, puis ouvrit lentement la porte et entra. Un par un, les autres suivirent. Rand était le dernier et il ferma la porte derrière lui avec la plus grande répugnance.
C'était la salle où ils avaient dîné la nuit d'avant. Un feu pétillait dans l'âtre et il y avait au milieu de la table un plateau d'argent luisant sur lequel était posés un pichet et des coupes en argent luisant aussi. Moiraine et Nynaeve étaient assises chacune à un bout de la table et ne se quittaient pas des yeux. Tous les autres sièges étaient vides. Moiraine avaient les mains posées sur la table, aussi immobiles que son visage. Nynaeve, la natte ramenée par-dessus son épaule, en serrait le bout dans son poing ; elle tirait constamment dessus à petits coups, comme quand elle se montrait plus obstinée que d'habitude à l'égard du Conseil du village. Perrin avait raison. Malgré le feu, on avait l'impression de geler, et ce froid venait des deux femmes assises à la table.
Lan, appuyé au manteau de la cheminée, fixait les flammes et se frottaient les mains pour les réchauffer. Egwene, plaquée le dos au mur, était emmitouflée dans sa cape, le capuchon sur la tête, Mat et Perrin s'arrêtèrent, incertains, une fois la porte franchie.
Rand se secoua avec malaise et marcha jusqu'à la table. Il faut quelquefois attraper le loup par les oreilles, se rappela t-il. Mais il se rappelait aussi un autre vieux dicton. Quand on tient un loup par les oreilles, c'est aussi difficile de le relâcher que de continuer à le tenir. Il sentit sur lui le regarde de Moiraine et celui de Nyvaeve, et son visage devint brûlant, mais il s'assit quand même, à mi-chemin entre les deux.
Pendant un instant, la salle resta aussi figée qu'une gravure, puis Egwene et Perrin, et finalement Mat, allèrent à regret vers la table et prirent place - au milieu, avec Rand. Egwene ramena encore plus en avant son capuchon, assez pour cacher la moitié de sa figure, et ils évitèrent tous de regarder quelqu'un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
boudiccaboudicca   15 mars 2012
La Roue du Temps tourne, les Ères se succèdent, laissant des souvenirs qui deviennent légende. La légende se fond en mythe, et même le mythe est depuis longtemps oublié quand revient l'Ère qui lui a donné naissance. Au cours d'une Ère que d'aucuns ont appelée la Troisième, une Ère encore à venir, une Ère passée depuis longtemps, un vent s'éleva dans les montagnes de la Brume. Ce vent n'était pas le commencement. Il n'y a ni commencement ni fin dans les révolutions de la Roue du Temps. Mais c'était un commencement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Eric76Eric76   14 décembre 2014
Cette fois, le cheval ne faisait aucun bruit. Dans un silence à donner le frisson, le cavalier noir revenait, sa monture sombre s'arrêtant tous les quelques pas en suivant lentement la route dans l'autre sens. Les rafales de vent augmentèrent, gémissant à travers les arbres ; le manteau du cavalier demeura d'une immobilité de marbre. Chaque fois que le cavalier marquait une pause, cette tête encapuchonnée se tournait d'un côté à l'autre, le cavalier scrutant la forêt, cherchant. Juste en face de Rand, le cavalier stoppa de nouveau, l'ouverture perdue dans l'ombre du capuchon vira vers l'endroit où il était accroupi au-dessus de son père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
kuroinekokuroineko   07 décembre 2017
La Roue du Temps tourne, les Ères se succèdent, laissant des souvenirs qui deviennent légende. La légende se fond en mythe, et même le mythe est depuis longtemps oublié quand revient l'Ère qui lui a donné naissance. (...) Il n'y a ni commencement ni fin dans les révolutions de la Roue du Temps.
Commenter  J’apprécie          140
Eric76Eric76   19 décembre 2014
Que la lumière me sauve des hommes qui pensent avec le poil qu'ils ont sur la poitrine. Je ne sais d'ailleurs pas s'il en existe d'autres.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Robert Jordan (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Jordan

La roue du temps de Robert Jordan : bande-annonce
À l'occasion de la sortie du tome 6 de La roue du temps aux éditions Bragelonne, nous vous proposons une version légèrement corrigée du trailer. La roue du temps tourne et les Âges passent,...
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1198 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..