AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070306732
384 pages
Éditeur : Gallimard (18/05/2006)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 26 notes)
Résumé :
" Je me représente très bien l'époque où les riches répugneront à faire fortune au détriment des pauvres et où ces derniers cesseront d'envier les riches. Même dans le meilleur des mondes, nous ne réussirons pas à supprimer toutes les inégalités, mais nous pouvons et nous devons éviter que les hommes se battent et se détestent. " Rabindranath Tagore lui avait donné le nom de Mahatma, la " Grande Ame ", sous lequel le monde entier le connut, l'admira ou le détesta. D... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
gouelan
  18 août 2016
Une biographie intéressante sur la vie de Gandhi. Luttant en Afrique du sud en tant qu'avocat contre un racisme virulent, puis en Inde pour l'indépendance, l'abolition des castes, et le rejet de la violence.
Une grande âme dont se sont inspirés Martin Luther King et Nelson Mandela, une vision de l'humanité ayant des airs d'utopie.
Il reconnaît ses faiblesses et ses échecs, la tâche est tellement immense.
Faire de l'agriculture le tremplin vers une humanité plus juste, se détourner du matérialisme qui écrase les plus faibles et enrichit les dirigeants. Ne plus considérer la société de consommation comme un exemple de progrès. La vérité est ailleurs.
Un sage qui fait de la politique ou un homme politique qui veut devenir sage ? Gandhi est tout à la fois.
Mais que reste-t-il des idéaux de Mahatma Gandhi dans l'Inde d'aujourd'hui ? Une belle histoire?
Commenter  J’apprécie          351
Kio971
  20 août 2018
Ce petit livre est le complément idéal de l'autobiographie de Gandhi - Mes expériences de vérité -. Il dispose de plus d'un petit cahier central de photographies et de quelques cartes. Il retrace de façon claire, dans une langue très accessible, la vie du Mahatma, en des chapitres très courts dont le contenu est résumé dans le titre ; ce qui permet de retrouver très facilement un moment de la vie de Gandhi. Christine JORDIS a également doté son livre d'une bibliographie fournie, pour qui voudrait aller plus loin dans la découverte de Gandhi, de son combat et de l'Inde de son époque.
Commenter  J’apprécie          170
Chri
  19 décembre 2014
Comment un simple mortel peut changer le monde en prenant simplement sa part de responsabilité. La vie de Gandhi apporte un témoignage fort à cette question éminemment d'actualité.
Commenter  J’apprécie          130
Fx1
  28 avril 2014
Un homme comme ça il y en a un par siécle . Cet apotre de la non violence , de la tolérance , de l'écoute de l'autre , représente le summum de l'humanité . Il faut lire ce livre pour réelement prendre conscience de ce qu'il représentait à l'époque pour le monde entier . En ces temps de populisme renaissant , il est nécessaire defaire ce retour vers l'essence méme de la nature humaine . Remarquable livre sur un étre d'exception .
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   13 octobre 2014
En Inde, Gandhi n'était pas le seul à dénoncer cette "vaste entreprise de pourvoyeurs" qu'est devenue la civilisation, tout entière occupée à maintenir "des festins permanents à une population de gloutons" qui, pour mieux s'empiffrer, sèment la mort autour d'eux. "Une civilisation animée d'un appétit anormal doit faire d'innombrables victimes pour subsister, et ces victimes se trouveront dans les parties du monde où la chair humaine ne vaut pas lourd. Le bonheur des populations en Afrique et en Asie est sacrifié pour fournir aux caprices de la mode une suite sans fin de respectables déchets." Dans sa critique de l'égoïsme des peuples riches, Tagore, par la même occasion, fait le procès du fonctionnement même des sociétés occidentales où la cupidité se développe sans contrôle, encouragée, voire admirée, tandis que le système laisse ses nombreuses victimes sur les bas-côtés de la route : "Ce qui en Occident se nomme démocratie... ressemble à quelque éléphant, destiné uniquement aux promenades et aux amusements des plus habiles et des plus riches." Encore une fois, c'est l'esprit de profit qui est accusé. Pas plus que Gandhi, il ne croyait l'Occident en possession de la "vraie" civilisation ("Je ne m'oppose pas au progrès, mais si, par amour pour lui, la civilisation doit vendre son âme, je préfère demeurer dans l'état primitif").
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
CarosandCarosand   13 octobre 2014
Il y a son exemple, incarnant des idées fortes qui contrastaient avec les valeurs du colonisateur - celles de la "civilisation moderne" fondée sur la domination (de l'argent, entre autres). La puissance des idées liée à celle de l'exemple. Une conception de l'homme, élevée, exigeante - première raison de son combat, avant même l'indépendance de l'Inde - qui puise ainsi une partie de son impact dans l'opposition de l'ennemi. Sa vision offrait une autre moyen d'appréhender le monde en renouant avec une tradition religieuse millénaire. Pour cette raison, elle trouva un écho profond auprès du peuple. "L'estime du public, écrit Nehru, allait aux qualités plutôt qu'au statut officiel. La tradition était de respecter l'instruction et la bonté chez quiconque les possédait". Le pouvoir inspirait de la crainte - du respect, non. Le respect était réservé à ce qu'on admirait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CarosandCarosand   13 octobre 2014
Qu'Est-ce donc que la vérité ?
"D'ordinaire, cette question (celle de la vérité) ne préoccupe pas les gens. Ils isolent la vérité dans un coin de leur esprit... et adoptent les expédients pour mesure de l'action. En politique, c'est la règle générale, non seulement parce que les politiciens sont, hélas, une espèce particulière d'opportunistes, mais parce qu'ils ne peuvent agir sur un plan strictement personnel". Le compromis est de règle, la vérité lui est adaptée. "La tendance à ignorer et délaisser la vérité se répand, et l'expédient devient l'unique critère de l'action."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gouelangouelan   15 août 2016
Mais "qu'est-ce que la vérité ?", interrogeait Nehru, "il est possible que nos vérités soient relatives, que la vérité absolue nous dépasse... La vérité, au moins, pour un individu, c'est ce que lui-même sent et sait âtre vrai.[...] Ce que l'on sent et sait être vrai. Avec un élément de subjectivité, donc, que reconnaît Gandhi.
Commenter  J’apprécie          90
CarosandCarosand   13 octobre 2014
Etudiants, maharajas mécènes, pandits en veston peuplaient la salle et le podium. Gandhi, dans son discours, choisit d'y faire scandale - en disant à chacun sa vérité. Il fut interrompu avant d'avoir pu finir. Aux princes couverts de bijoux : "Il n'y a pas de salut pour l'Inde à moins que vous n'ôtiez ces joyaux et les donniez en garde au peuple de l'Inde." Aux grands propriétaires terriens : "Il ne peut y avoir de véritable autonomie si nous prenons aux paysans, ou laissons les autres leur prendre, le résultat de leur travail. Notre salut ne peut venir que du fermier. Ce ne sont ni les avocats, ni les médecins, ni les riches propriétaires qui l'assureront". Aux étudiants : "C'est pour moi une grande honte et une humiliation profonde... que de devoir m'adresser ce soir à mes compatriotes dans une langue qui m'est étrangère". Il continua quelque temps encore, représentant à l'assemblée distinguée que ce n'était pas l'argent qui leur donnerait l'indépendance, ni les belles paroles, ni l'arrogance, mais l'exemple : le fait de savoir se maîtriser soi-même, ce dont ils étaient loin, il leur en énonçait les preuves. Un discours où Gandhi brûlait ses vaisseaux et qui devait contribuer à asseoir sa réputation. Celle d'un réformateur social qui mettait le doigt sur les plaies de son pays, avec la volonté d'améliorer les choses - cela on le reconnaissait, faut de le prendre encore au sérieux. "Il s'habille comme un coolie (paysan), renonce à tout avancement personnel, vit de rien ou peu s'en faut, et c'est un pur visionnaire", écrit Edwin Montagu dans son journal en 1917.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christine Jordis (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Jordis
Christine Jordis vous présente son ouvrage "Tu n'as pas de coeur..." aux éditions Albin Michel.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2295489/christine-jordis-tu-n-as-pas-de-coeur
Notes de Musique : Free Music Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre