AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sacha Jordis (Illustrateur)
EAN : 9782757807071
531 pages
Éditeur : Seuil (10/01/2008)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Du coeur de la forêt de Sherwood à l'Angleterre victorienne de Trollope, en relisant Emily Brontë et Virginia Woolf, l'auteur nous convie à un voyage fascinant et inédit. Dans les pas de cette voyageuse passionnée, nous parcourons les chemins et les mythes anglais, de Londres à Manchester, de Margaret Thatcher à Lady Di, à la découverte d'une île singulière et éternelle.

« Chaque fois que je revenais, c'était avec le sentiment de me retrouver moi-mêm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
delitterys
  31 août 2011
Nous suivons l'auteur au fil de ses voyages & explorations : paysages et réminiscences historiques, littéraires et picturales se mêlent au fil des pages à des réflexions sur les particularités anglaises (doux passages sur l'excentricité britannique !) et sur l'acte de voyager et de découverte. J'ai beaucoup apprécié le souci que Jordis prend à nous faire voyager à travers le temps autant qu'à travers l'espace : ses va-et-vient entre la nostalgie des beautés du passé et la comparaison avec l'époque moderne offre un point de vue intéressant sur l'Angleterre, bien souvent réduite à Londres dans l'esprit des Français.
Ce livre fait à la fois office de récit et de guide : aussi, si vous souhaitez découvrir l'ambiance de la bibliothèque du British Museum avant sa fermeture, les jardins de Vita Sackville- West, la ferme de Beatrix Potter, les enchantements de Glastonbury, le presbytère des soeurs Brontë, les promenades de Keats, la région des Lacs célébrée par Austen et Wordsworth, Chaldon Herring (le chaudron des sorcières), les pierres de Manchester, la forêt de Sherwood, ou les paysages ayant inspiré Constable… Ce petit livre est fait pour vous et garni de cartes vous permettant de vous déplacer mentalement. Je regrette simplement l'absence de quelques clichés, qui auraient développé encore un peu plus mes rêveries.
Lien : http://www.delitteris.com/in..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jmb33320
  22 mai 2018
L'auteure, spécialiste de littérature anglaise, relate ses impressions liées à la visite, sur des années, de diverses régions d'Angleterre. Elle évoque la vie de nombreux écrivains, peintres... le tout est très vivant, jamais "simplement charmant" car il y a beaucoup de profondeur dans ses remarques. J'ai pris le temps de lire cet essai, presque deux semaines... Mais il en vaut la peine.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   29 janvier 2019
Le jardinage est lui aussi une activité qui s'oppose au chaos, une mise en ordre du monde autant qu'un acte de création, une manière sinon de nier la fuite du temps du moins de la ralentir -d'atténuer son mouvement jusqu'à le rendre insensible, jusqu'à le faire se confondre avec la lenteur végétale. Et si les Anglais accordent au fait de jardiner l'importance que d'aucuns attachent à la religion, à savoir qu'ils y voient l'essentiel de leur existence et non, simplement, l'aménagement d'un décor, c'est bien que le jardinage, comme la religion, repose sur un acte d'adhésion, étant une façon de percevoir le monde et de l'accepter- et, en quelque sorte, de s'y tailler une place. Jardiner, un acte concret, modeste, répété de jour en jour, dont les implications ne sont pourtant rien de moins que métaphysiques. Il s'agit après tout de se situer non dans cette société qui est changeante, dure et incertaine, mais dans une entité bien plus vaste et autrement respectable : la nature éternelle, avec les lois qui la régissent. L'homme qui arrose ses plantes, arrache les mauvaises herbes ou met un bulbe en terre, participe à ces lois permanentes de la vie, en son for intérieur, même confusément, il le pense. Jardiner ou se relier, coopérer au mouvement irrésistible de renouveau, se mêler au grand courant vital auquel chaque jardiner contribue, dans sa modeste mesure, de façon positive...

Sissinghurst
Le jardin ou le chaos
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
joedijoedi   04 mars 2017
Chaldon Herring, le chaudron des sorcières

Un village non loin de la côte dont le nom étrange évoque sans doute l'époque où, peuplée d'une manne de poissons, la mer s'étendait sur tout le Dorset, mais aussi, pour peu qu'on veuille rapprocher les sonorités, le mot «caldron», ce chaudron des sorcières, rempli d'une mixture de composition mystérieuse, que les noires créatures tournaient longuement avant d'en tirer leurs potions magiques.

p. 235
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibriAuroraeLibri   29 janvier 2019
(...), Sir George Sitwell, père d'Edith et Osbert qui furent des membres actifs du Bloosbury Group, et l'auteur d'un livre intitule On the Making of Gardens, traduit cette même vision d'un jardin paradisiaque : n'est-ce pas, nous dit-il, à partir des vergers fleuris du Moyen-âge ou des jardins merveilleux de la Perse ancienne que l'on a pu se représenter ce but de toute vie, le paradis, tant il est vrai que l'imagination travaille seulement à partir de ce qu'elle connaît ? A chacun de nos rêves, à chacun de nos espoirs au sujet de la vie future, poursuit-il, les jardins ont prêté la beauté de leurs couleurs, et l'homme qui s'efforce d'augmenter cette beauté accroît du même coup "l'exaltation religieuse, amoureuse et poétique". Sir George Sitwell partageait la foi entière des Anglais dans le pouvoir du "vert charmant", ce vert que des générations éprises des jardins ont chargé de protéger l'homme contre lui-même (...)

Sissinghurst
Le paradis est vert
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   29 janvier 2019
Peut-être est-ce dans l'enfance que, comme un fleuve, il a sa source. L'enfance dont nous tirons notre connaissance du paradis, disent les poètes.
L'eden n'est pas un lieu, c'est un état, et, par la suite, un souvenir auquel on se reporte de loin en loin. Un état d'unité avec le monde, avant que ne commence la séparation. Un état de paix et d'abondance, quand tout nous était donné sans compter, parce qu'il n'existait pas de distance entre la conscience et l'objet regardé. Tout était à nous, parce que tout était nous. "Tout m'appartenait, coïncidait avec mon regard", écrit le poète Kathleen Raine (Adieu prairies heureuses), ou: "Le paradis est l'état dans lequel réalité intérieure et réalité extérieure coïncident en une harmonieuse fusion entre l'univers et l'imagination." Dès lors, comment ne serait-on pas tenté de continuer à unir ces deux réalités en projetant sur le paysage la couleur de nos désirs, d'agir en sorte que se rejoignent la vision réelle et la vision idéale, comme le fit toute la littérature de la pastorale, depuis Théocrite et Virgile -dont l'Arcadie, dans les églogues, devint le siège d'une existence idyllique-, jusqu'aux poètes de la Renaissance et du classicisme, tels Pope ou Sidney, qui chantèrent à qui mieux la beauté et les dons de la nature ? La XVIIIe siècle ne fut pas en reste, l'Arcadie faisait toujours rêver, elle s'implanta dans un lieu réel, comme en témoigne encore la poésie de James Thomson dont les Saisons (1726) devint le livre de chevet de toute l'Angleterre. Quant au roman, la maison de campagne anglaise est pour ce genre littéraire, chacun le sait, une source d'inspiration inépuisable.

Le Sud
Les charmes de la pastorale
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   29 janvier 2019
Le jardin comme une retraite, opposé au monde où l'on guerroie, un thème chanté par les écrivains et poètes au cours des siècles. "La société est trop rude,/ Mieux vaut la douce solitude." L'imagination, que rien ne contraint plus, accueille à son gré des images plaisantes et vagabondes, l'esprit, heureux et comblé, en lui-même se retire, créant bien d'autres mondes et d'autres océans; alors ce qui existe est aboli, réduit "à une pensée verte dans l'ombre verte", et le temps, suspendu par l'extase, ne se compte plus en minutes mais en herbes et en fleurs. Telle fut l'expérience que conte Marwell dans "Le Jardin".

Sissinghurst
Le paradis est vert
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christine Jordis (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Jordis
Christine Jordis vous présente son ouvrage "Tu n'as pas de coeur..." aux éditions Albin Michel.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2295489/christine-jordis-tu-n-as-pas-de-coeur
Notes de Musique : Free Music Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : AngleterreVoir plus
>Géographie générale>Géographie de l'Europe>Angleterre (19)
autres livres classés : angleterreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
483 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre