AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Geneviève Leibrich (Traducteur)
EAN : 9782864242086
220 pages
Éditeur : Editions Métailié (30/11/-1)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
"L'ingénieur Geraldes est arrivé à la tombée de la nuit d'une fin d'hiver, en compagnie d'une jeune fille appelée Anita Starlette, pour jouir en toute sérénité de cinq jours d'agréables loisirs.
Et bien mérités, car il avait toujours été un adorateur de la science et de la technique, un amoureux de l'étude, et dernièrement un administrateur à la réputation solide, que jamais le désordre n'avait visité."

Lidia Jorge est professeur de littératur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Malaura
  18 octobre 2012
Passer cinq jours d'agréables loisirs avec Anita Starlette dans une auberge cachée au fond des bois, tel est le désir de l'ingénieur Geraldes, un homme que le désordre n'a jamais visité.
« Mais la fragrance de l'aventure devait un jour frapper à sa porte et la voici qui le conduisait maintenant impérieusement vers un lieu secret, une maison masquée, vers laquelle désormais sa mémoire se retournerait chaque fois que cela serait nécessaire, avec son pas menu d'araignée ou de serpent. »
Pourtant, les choses ne se passent pas exactement comme il l'avait prévu et la jeune femme se révèle bien différente de l'objet idéalisé qu'il s'était imaginé…
« Mon Dieu ! Anita Starlette correspondait presque totalement à la jeune fille de ses rêves. Pourquoi parlait-elle donc ? Pourquoi ? Pourquoi lui transmettait-elle des messages, des lamentations, des revendications par le biais d'héroïques histoires de massacre ? »
Ces cinq jours avec Anita Starlette seront bien inoubliables, mais pas pour les raisons que l'esprit amoureux de l'ingénieur quinquagénaire s'étaient forgés, croyant vivre en compagnie de sa belle maîtresse une ultime aventure amoureuse pleine de folles promesses érotiques et sensuelles.

Centrée principalement sur la figure de l'ingénieur Geraldes, cette réjouissante fiction de la romancière portugaise Lidia Jorge explore, un peu comme une expérience psychologique, les facettes de la passion amoureuse et les limites de la connaissance de l'autre.
Et c'est un régal proprement jubilatoire d'assister aux questionnements incessants, aux rêveries, aux doutes et aux tourments de cet homme mûr au caractère habituellement inflexible, croyant avoir trouvé en la personne de la jeune entraîneuse Anita, la représentation incarnée de tous ses fantasmes et rêves secrets.
Tantôt inquiet, tantôt au comble du ravissement, l'on se délecte de voir ce pauvre homme si peu enclin aux débordements, pris dans les rets de la passion et passer par toutes les couleurs de la palette de l'émotion amoureuse : trouble, nervosité, empressement, agitation, égarement, morosité, incompréhension…
Anita « La coquine », femme-enfant boudeuse, mutine, capricieuse, aux comportements souvent incompréhensibles, ne lui laisse aucun répit.

Mais Lidia Jorge ne s'est pas seulement bornée à décrire parfaitement et brillamment les émois de l'amour et l'image idéalisée, pas toujours vraie, que l'on se fait de l'être aimé.
Comme savent si bien le faire certains auteurs sud-américains, elle y a ajouté ce petit côté surréaliste qui vous fait naviguer entre fable et roman, entre onirisme et éveil, entre fantastique et réalité.
L'auberge dans laquelle séjournent les deux tourtereaux, avec ses longs corridors, ses chemins forestiers où nul ne se croise jamais, ses serveurs invisibles, ses draperies et ses tentures, est de ce point de vue un modèle de lieu totalement hors de portée réelle.
Un lieu masqué qui renvoie à l'image d'une société décadente, mensongère, pleine de duplicité mais qui, s'il fait dire à l'ingénieur Geraldes « qu'il ressentait de la répulsion pour cette maison trompeuse où l'on était constamment entre le mensonge et la vérité, entre l'imposture et la prétention », lui permet finalement d'éclairer un peu plus les troubles de sa conscience opaque.
Au final, l'auteur du « Rivage des murmures » ou plus récemment de « Nous combattrons l'ombre », nous offre un texte brillant, plein d'humour, très littéraire et travaillé dans la syntaxe, une oeuvre originale, à la fois pleine d'une fantaisie débordante et d'une redoutable finesse d'analyse psychologique.
Excellent et totalement réjouissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
fbalestas
  19 novembre 2017
L'Ingénieur Geraldès est un homme connu pour son sérieux et sa droiture. Pourtant, quand il lui vient l'idée d'inviter Anita Starlette – dont il rêve de faire sa maîtresse - pour un séjour de 5 journées dans un hôtel très particulier – la Maison du Bouquin - l'Ingénieur va découvrir qu'il n'est pas uniquement le fonctionnaire classique et le bon père de famille qu'on voit en lui.
Parce que le lieu où il l'emmène tout d'abord est très étrange. Sorte d'espace clôt où se côtoient des clients qui jamais ne se voient pour de vrai, cet hôtel est peut-être la métaphore d'une société hypocrite où rien n'apparaît au grand jour. Les serveurs apportent les plats derrière un rideau de velours, ils communiquent par la voix avec leurs convives qui sont séparés des autres tables par d'autres tentures, les suites sont séparées par des portes communicantes... Tout est fait pour que l'on puisse vivre ici les pires avatars de la vie privée sans que qui que ce soit ne trouve à y redire.
Anita Starlette, elle, une entraîneuse frivole du Bistrot des gens chics découvre tout ce qu'on lui propose d'un air gourmand. Mais c'est au travers du regard tantôt inquiet tantôt jubilatoire de l'Ingénieur que Lidia Jorge nous fait vivre ces cinq journées hors du commun. Un ingénieur qui a bien l'intention de jouir pleinement de ces cinq journées qui marqueront le reste de son existence et vers lesquelles» sa mémoire se retournerait chaque fois que cela serait nécessaire, avec son pas menu d'araignée ou de serpent ».
Au-delà de l'expérience psychologique de la rencontre amoureuse de deux êtres que tout oppose, ce roman nous plonge dans un univers fantastique, proche d'une fable de science-fiction, qui nous ouvre les portes de l'univers insondable de l'inconscient, comme s'il était possible de pénétrer à l'intérieur du cerveau de l'ingénieur Geraldès et de percevoir tous les méandres que peut parcourir la pensée ou les sentiments d'un homme sûr de lui, aveuglément amoureux d'une jeune femme, et entraîné malgré lui à dépasser les frontières de l'ordre établi.
Lydia Jorge est une des voix les plus importantes de la littérature portugaise et européenne, aux côtés d'Agustina Bessa-Luis et d'Antonio Lobo Antunes, une voix à découvrir sans hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lali
  01 mars 2011
Lors du 12e Festival international de littérature Métropolis bleu à Montréal en avril 2010, Lídia Jorge a participé à une table ronde où elle a longuement parlé d'écriture et du rôle de la poésie dans la littérature portugaise, laquelle est immensément présente dans le roman, genre qu'elle pratique depuis trente ans. Une poésie pas au sens propre, mais une poésie dans la façon de créer des images, de susciter des impressions, de créer des atmosphères.
Et c'est ce qu'elle fait avec succès dans La dernière femme, un roman qui raconte les cinq jours que passe l'Ingénieur en compagnie d'Ana/Anita, de trente-cinq ans sa cadette, dans un lieu reculé, où la confidentialité est assurée et où s'agite un personnel aux limites du presque surréalisme.
L'Ingénieur, homme organisé, prévoyant, faisant des plans pour tout et pour rien et ne dérogeant jamais à ses habitudes quotidiennes et sacrées, en s'isolant ainsi avec une jeune femme dont il s'est épris, va vivre ne cinq jours plus d'émotions troublantes qu'il n'en a vécues dans les presque soixante années de vie. C'est ce trouble qui nous est raconté dans les moindres détails tout comme les questions et les doutes qui l'assaillent à mesure que progresse l'histoire. Des questions qui concernent ce lieu appelé la Maison du Bouquin (où il n'y a pas de livres, ce qui nous donne à penser qu'il s'agit sûrement là d'un jeu de mots faisant référence à un des sens du verbe « bouquiner »), qui concernent aussi Ana, ce qu'il éprouve pour elle, ce qu'il compte faire au bout des cinq jours.
La dernière femme est un livre envoûtant, comme peut être envoûtante Ana aux gens de l'Ingénieur. Déroutant comme peut être déroutante la situation dans laquelle il se trouve. Et dont la chute, le fait de raconter cette histoire jusqu'à un dénouement auquel on ne s'attend pas une libération pour qui l'a vécue. Un grand, très grand roman. « Car Lídia Jorge célèbre le doute comme d'autres le soleil dans le petit matin rose. Humaine et jamais dupe, charnelle jusqu'à la morsure, elle participe d'une littérature plus proche de Dante que De Balzac », affirmait Catherine Argand dans la revue Lire.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fbalestasfbalestas   08 mai 2020
Il regardait les lèvres remuer, se séparer, s’unir, avancer vers lui, trembler, s’apaiser, et les paroles qu’elle prononçait dans un filet de chanson confidentielle se transformaient en ornement. Mon Dieu ! Anita Starlette correspondait presque totalement à la jeune fille de ses rêves. Pourquoi parlait-elle donc ? Pourquoi ? Pourquoi lui transmettait-elle des messages, des lamentations, des revendications par le biais d’héroïques histoires de massacre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fbalestasfbalestas   08 mai 2020
«Étendue sur le lit, Anita Starlette avait commencé à entonner doucement pour l’Ingénieur un air qui devait être le fameux Barbara Song. Mettant en valeur les recoins mystérieux de sa voix, distribuant son souffle de façon asymétrique et bruyante, l’espace d’un instant elle emplit l’air d’une atmosphère de bohème. L’espace d’un instant seulement. Elle chantait d’une manière très différente de celle qui l’avait attiré vers l’escalier du grenier ce soir de septembre. Toutefois, l’Ingénieur Geraldès savait qu’elle ne chantait pas pour qu’il l’écoute mais simplement pour raconter sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Lídia Jorge (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lídia Jorge
[Retraite Chandeigne n°20] le 25 avril, le Portugal célèbre le jour de la révolution des Oeillets, Yves Léonard a voulu nous parler de cette date fondamentale dans l'histoire du Portugal en mettant en avant le regard de quatre femmes : la poétesse Sophia Mello Breyner Andresen, la comédienne Maria de Medeiros, l'auteure Lídia Jorge et enfin la militante et fille du capitaine d'avril Salgueiro Maia, Catarina Maia. Bon visionnage et "25 de abril, sempre !"
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3979 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre