AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070138585
Éditeur : Verticales (30/08/2012)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
'Cet ouvrage s'apparente à un casting de personnages romanesques. Ils ont en commun d'avoir reconnu leur obsession au contact d'une ville assiégée. Choisis parmi cette triste galerie l'uniforme ou les traits qui te siéront au mieux. Tu es maintenant libre d'aller arpenter les ruines.'

Albert Speer, Naram-Sîn d'Akkad, Scipion Émilien, Irma Schrader, Shang Yang, Stig Dagerman, Shapur Ier, Bernardo Bellotto... À travers des portraits de vainqueurs, de vai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Charybde2
  01 octobre 2013
Somptueuse construction, assemblage de vignettes inattendues, qui parvient à jouer avec le chaos.
Publié en 2012 aux éditions Verticales, le sixième ouvrage de Jean-Yves Jouannais marque une convergence, voire une synthèse provisoire, entre le travail sur l'art "de réserve et d'attente" (en décalant outrageusement une formule de François Géré issue d'un tout autre contexte), tel qu'abordé depuis "Artistes sans oeuvres", et le cycle de conférences aux allures foisonnantes, baroques et néanmoins incroyablement structurées qu'est "L'encyclopédie des guerres".
"L'usage des ruines", sous-titré "Portraits obsidionaux", marque aussi la poursuite et l'enrichissement inlassable du "jeu" littéraire et amical entre Jean-Yves Jouannais et Enrique Vila-Matas, le livre étant présenté comme une série de portraits offerts par... Vila-Matas, à... Jouannais - qui lui avait manifesté son désir d'incarner un personnage de roman, afin qu'il y fasse son choix...
Ces 21 ou 22 portraits recensent avec obstination et imagination la fonction, intellectuelle, culturelle et symbolique des "ruines" dans la civilisation, et pas uniquement dans le corpus guerrier. de généraux chinois du IIIème siècle en grands bâtisseurs nazis, d'amiraux hollandais du Grand Siècle en généraux de Louis XIV, de conquérants assyriens en explorateurs coloniaux français, de photographes soviétiques en stratèges romains, tous se relaient avec une immense sagacité pour servir d'écrin, ou de catafalque, peut-être, à l'auteur suédois (Dagerman) que la confrontation aux ruines mène au suicide, et à l'auteur allemand (Sebald) qui invente, sans doute, la véritable signification de la destruction, tous deux s'inscrivant dans l'immédiat lendemain du grand chaos de 1945...
À nouveau, l'érudition, le sens de l'analogie, et la subtilité discrètement philosophique de Jouannais, étroitement enserrées dans sa toujours surprenante écriture rigoureusement poétique, font merveille, et incitent à en redemander, encore et encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde7
  25 avril 2013
Créateur des conférences « L'encyclopédie des guerres » qu'il présente depuis 2008 à Beaubourg, une exploration systématique de la représentation des conflits militaires depuis l'Antiquité, Jean-Yves Jouannais est un critique d'art devenu artiste et écrivain.
L'usage des ruines, essai romanesque publié en 2012, nous livre, dans un style très vila-matasien revendiqué (Enrique Vila-Matas est présenté en préambule comme le véritable auteur du livre), une galerie de portraits d'hommes qui ont « en commun d'avoir reconnu leur obsession au contact d'une ville assiégée », depuis l'Antiquité jusqu'au début du XXIe siècle.
La dimension romanesque, parfois fantasque, peut déranger au regard de l'horreur de la guerre, mais l'érudition artistique et guerrière de Jean-Yves Jouannais, sa capacité à rêver les lectures et les obsessions de ces chefs de guerre ou de ces témoins de ruines qui les assiègent, forment des récits passionnants, vingt-trois portraits obsidionaux qui nous donnent à voir les décombres de la raison humaine reflétées dans les ruines de la guerre.
Il y a l'obsession d'Albert Speer de construire des bâtiments pensés et réalisés pour produire de belles ruines. Cette obsession d'un empire qui pensait sa propre mythologie fut contrecarrée par le Teufelsberg, la colline érigée avec les débris de Berlin détruite, sous laquelle est enfouie l'université nazie construite par Albert Speer, contrariant ainsi le « devenir-ruines fantasmé et programmé du monument nazi tout en oblitérant les marques de combat et donc d'héroïsme que ses façades arboraient ».
On croise encore l'obsession de gloire du colonel Louis Archinard, militaire français qui contribua à la colonisation de l'actuel Mali, marchant vers la conquête d'un Tombouctou rêvé, déjà disparu depuis des siècles.
« Louis Archinard marche vers un leurre. Depuis des siècles, plus rien de ce rêve ne correspond à une quelconque réalité. Un sultan marocain et ses troupes ont effacé Tombouctou dans les dernières années du XVIe siècle. […] Mais Tombouctou rayonne encore. Perchée très en hauteur, protégée par des déserts intransigeants, elle continue de briller à la manière d'un objet céleste dont la nouvelle d'une mort déjà ancienne ne nous serait pas parvenue. Sa magnitude apparente est un mensonge. »
Fascinante traversée du temps sur les ruines, comme si seule la poussière pouvait rendre compte de la folie humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   01 octobre 2013
La tour rompue du château de Heidelberg, Hugo, ailleurs, l'a comparée à un crâne, saisi qu'il fut par les orbites ombrées que son intérieur révèle et ce qui ressemble fortement aux cartilages broyés d'un nez. Il n'est pas sans savoir que ces ruines dont il préfère ne pas citer l'auteur de génie devinrent, au début de son siècle, un symbole du romantisme naissant. Plus qu'un symbole, une matrice artistique, l'état séminal d'un manifeste. Aussi se sent-il démuni, et le ricanement lui reste seul pour oublier que cette ruine précisément a doué de parole sa propre bouche d'ombre, que cet éboulis de guerre vieux de deux siècles n'est autre que la figure fantomatique qui lui dictera son œuvre, infusera dans son esprit le gabarit et les couleurs de son esthétique. Victor Hugo badine, affolé par l'insupportable intuition que sa littérature est précisément née de ce tas de cailloux abattus avec une rusticité, une virulence, un grotesque, une ampleur, une dramaturgie qui deviendront la marque de son style.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde7Charybde7   27 septembre 2013
Emmanuel Evzerikhin couvrit comme photographe toute la bataille de Stalingrad. La ronde enfantine dont il capte le souvenir ce jour-la deviendra le symbole du tournant majeur de la Seconde Guerre mondiale, de ce duel à mort dans le coude de la Volga. Ce groupe demeurera en effet, à l’issue des combats, la seule construction encore verticale dans Stalingrad évanouie.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde7Charybde7   27 septembre 2013
Emmanuel Evzerikhin couvrit comme photographe toute la bataille de Stalingrad. La ronde enfantine dont il capte le souvenir ce jour-la deviendra le symbole du tournant majeur de la Seconde Guerre mondiale, de ce duel à mort dans le coude de la Volga. Ce groupe demeurera en effet, à l’issue des combats, la seule construction encore verticale dans Stalingrad évanouie.
Commenter  J’apprécie          10
JdoJdo   20 décembre 2012
Mais sois persuadé d’une chose, laquelle seule est certaine, c’est que si, neuf et dépourvu de mots, venant dans ce monde, tu désirais savoir ce qu’est un moulin, tu ne pourrais pas l’apprendre du meunier, ni même de l’épi de blé, encore moins de la meule, mais seulement de la farine.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde7Charybde7   27 septembre 2013
Bibring découvre une bibliothèque comme elle n’a jamais été vue, comme nulle n’a jamais existé, baignant dans une lumière naturelle et où les effluves naturels, les pollens, la fumée des incendies, le souffle de l’époque s’engouffrent sans frein.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean Yves Jouannais (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Yves Jouannais
Jean-Yves Jouannais - Les barrages de sable .Jean-Yves Jouannais vous présente son ouvrage « Les barrages de sable, traité de castellologie littorale ». Parution le 27 août 2014 aux éditions Grasset. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/jouannais-jean-yves-les-barrages-sable-traite-castellologie-littorale-9782246851974.html Notes de Musique : ?The War In My Head? (by Dexter Britain). Free Musique Archive.
autres livres classés : nazisVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
227 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre