AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2353354297
Éditeur : Edilivre-Aparis (09/07/2010)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Résumé Un étudiant de vingt ans quitte Paris pour la première fois de sa vie pour suivre les traces de Pierre, son frère jumeau, parti à l'autre bout de la planète sans laisser d'adresse. Il embarque sur un paquebot en ayant pour seul indice de la destination de son frère, la dernière lettre que celui-ci a envoyée à la famille. Il y mentionnait son désir de rejoindre l'Amérique du Sud. D'esc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
camillette02
  18 septembre 2011
J'ai eu l'occasion de lire ce livre grâce aux "agents littéraires" (http://www.les-agents-litteraires.fr").
Un jeune homme de vingt ans, décide de quitter ses parents pour retrouver son frère jumeau. Son périple, qui débute à Paris, l'amène en Guyane en passant par Alger et les Antilles néerlandaises. Tout au long de son voyage, il rencontrera l'amitié, l'amour, la vie des gens. Il apprendra également à se connaître. Son aventure se termine sur un lit d'hôpital, là où elle a commencé.

Ce livre aborde de multiples thèmes : la gémellité, les voyages, la maladie et les sentiments.
Lorsque j'ai choisi ce livre, c'est le thème de la gémellité qui avait prévalu. Et à ce niveau, je ne suis pas déçue. L'auteur utilise des mots justes quand il emploie les termes de « double » de «miroir ». On sent bien le rapport privilégié que des jumeaux peuvent avoir.
Le second thème mis en avant est le voyage. Ici, nous n'avons pas à faire un guide touristique mais plutôt à un carnet de voyages intimiste. le héros du livre nous fait vivre ses voyages en mettant en avant ce qui pour lui est essentiel. A travers ces voyages, l'eau a un rôle majeur. Là, on sent bien que l'auteur s'est fait plaisir en nous narrant quelque chose qui lui est cher.
Le troisième thème concerne la maladie. le héros est dans le coma. Ses voyages sont imaginaires mais en même temps ils semblent si réels. Là, le lecteur peut s'interroger sur le coma. Qu'arrive-t-il à une personne dans cet état ? Vit-elle une autre vie ? Son cerveau s'échappe-t-il de ce corps malade ?
Le quatrième thème a trait aux sentiments : l'amour, l'estime de soi et la peur. le héros a un côté attachant car c'est un être fragile. La peur le hante. « …comme si je cherchais déjà à fuir le sentiment naissant de peur…De peur ? Oui, de peur d'avoir mal ! ». Elle se retrouve aux premières loges quand il tombe amoureux.
Mon avis quant à ce livre est assez mitigé. J'ai trouvé tous les thèmes énoncés ci-dessus forts intéressants mais j'ai en même temps trouvé la lecture de ce livre parfois ennuyeuse. Ce sentiment d'ennui est dû au fait que certains passages sont très descriptifs. En outre, le style de phrases utilisé par l'auteur ne rend pas toujours aisé la compréhension du texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
scillyofsailing
  17 février 2012
http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=24041
Lien : http://www.refletsdutemps.fr..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
interstellarinterstellar   13 avril 2014
D'abord large, le Maroni devenait étroit, nous avions croisé un îlot carrefour, puis nous étions entrés dans le tourbillon des serpentins. p 110

L'odeur de fièvre à la jungle devenait un délice, une terre sauvage qui m'accueillait. Je me plaisais à imaginer les fauves qui cherchaient le sang de leurs proies, leurs repas. p 116

Puis nous retrouvâmes de l'espace, de la profondeur, et notre pirogue s'enfonça sans peine dans la jungle, sur son autoroute d'eau. Là, je perfectionnais mes techniques face aux morsures du soleil. p 118

Le Maroni recommencait à nous montrer ses courbes. p 122

Me voilà sur ce fleuve qui s'écoule comme du sang, au coeur de l'Amazone, dans la richesse de la nature, je me trouvais simple badaud perdu au creux d'un mythe, dans la verdure des légendes, un lieu où les histoires de sorciers et d'esprit sont florissantes, et finalement je ne voyais rien de tout cela. p 128

Dans ma tête, je passais en revue un nombre fabuleux de souvenirs, de dérisions. J'étais ce grand méchant loup affamé. p 132

Alors j'allais me soulager de mes angoisses profondes en allant nager, pour ôter cette sueur, celle qui remplissait mes nuits d'insomnies. L'eau m'avait toujours vidé de mes sens, rendu inconscient, mais là dés que ma tête entrait dans cette eau saumâtre, je n'arrivais guère à oublier le regard de toutes ces dents qui se posaient sur moi.Je nageais dans ce fluide, pris par cette certitude qu'ici certains bancs de poissons sont capables de désosser une vache en deux ou trois minutes. Je regardais mon ventre, mes jambes et je me sentais aspiré dans ma peur profonde, dès qu'un objet me touchait, que mes mains n'identifiaient pas le terrain, je pensais à ce poisson-chat pêché un soir d'orage. Sous la lumière des éclairs, il avait mordu à l'appât. Après l'appel du tonnerre, c'étaient les sons émis par ce poisson qui résonnaient dans le vide battu par l'atmosphère. Puis la vision rapide de sa tête sur le sol, entre deux traits de lumière, fragile agonie, un corps se battant pour survivre, plus que son physique, ses longues moustaches, son cri était un pleur, celui d'un enfant. Jamais nous n'aurions pu imaginer le manger sans vomir. La lumière coupée, sous les éclats somptueux des éclairs, nous nous étions battus pour le rejeter à l'eau. p 155/156

Je fermais la prunelle de mes yeux et je devinais son sein, ses côtes. Dans mon désir d'absolu, j'aurais voulu saisir ses bras, plonger dans le tréfonds de son coeur, m'ouvrir. Je nageais, fou de ce visage flottant sur le noir instinct de ma mémoire. Je laissais les perles d'eau courir sur mon corps, m'apportant autant de jouissance que la caresse d'une plume d'oie sur le coin du nez.p 166

La soif me tenait en éveil. Je surfais sur ma légende emportée par des vents hésitants, l'apercevant, grande, mince et blonde, puis déportée par l'instant de la métamorphose, la voici brune, en chair, le regard clair. Je perdais de l'assurance dans la définition de son charisme. Le miroir se déformant à souhait, elle prenait toutes les tailles, toutes les voix, toutes les veines. p175

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
interstellarinterstellar   13 avril 2014
ce livre peut se livre comme une simple invitation au dépaysement touristique: "désirs d'îles" :)
Mais en réalité, il peut se lire aussi comme une allégorie du désir, féminin
"désir d'ILS" ou masculin "IL désire"...enfin moi je n'ai vu que ça :)

Le début évoque plutôt les thèmes de la solitude et de la quête d'identité. A la fin du livre le narrateur semble s'être trouvé,avoir pris plus d'épaisseur, habiter + son corps et ne plus se chercher en dehors...

Puis au fil de la recherche du sens et des sens, l'intensité du récit atteint son apogée, en Amazonie: jungle des passions. La femme fleuve y est parcouru de long en large, l'homme chasse ou pêche, entre les lignes.... la mami watta (femme poisson). Au cours de ce périple haletant; au jardin d'eden sous un soleil qui mord, les figures du désir (loup, serpents,sirènes, végétation, mâchoires etc) ont des accents prédateurs et voraces, signe de la violence du désir.
4 grande lignes oniriques dans ce livre:
Puissance du désir et peur de s'y engouffrer, d'être aspiré
sémantique de l'inconscient
fuite dans l'imaginaire
énergie des corps.
La fin est logique et superbe.
Ce "désirs d'îles" comme un écho de la citation d'Henri Laborit,dans son excellent "éloge de la fuite":

"Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier : la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l’arrière avec un minimum de toile. La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage. Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l’horizon des calmes retrouvés. Rivages inconnus qu’ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime.

Vous connaissez sans doute un voilier nommé « Désir »."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
interstellarinterstellar   13 avril 2014
ce livre peut se livre comme une simple invitation au dépaysement touristique: "désirs d'îles" :)
Mais en réalité, il peut se lire aussi comme une allégorie du désir, féminin
"désir d'ILS" ou masculin "IL désire"...enfin moi je n'ai vu que ça :)

Le début évoque plutôt les thèmes de la solitude et de la quête d'identité. A la fin du livre le narrateur semble s'être trouvé,avoir pris plus d'épaisseur, habiter + son corps et ne plus se chercher en dehors...

Puis au fil de la recherche du sens et des sens, l'intensité du récit atteint son apogée, en Amazonie: jungle des passions. La femme fleuve y est parcouru de long en large, l'homme chasse ou pêche, entre les lignes.... la mami watta (femme poisson). Au cours de ce périple haletant; au jardin d'eden sous un soleil qui mord, les figures du désir (loup, serpents,sirènes, végétation, mâchoires etc) ont des accents prédateurs et voraces, signe de la violence du désir.
4 grande lignes oniriques dans ce livre:
Puissance du désir et peur de s'y engouffrer, d'être aspiré
sémantique de l'inconscient
fuite dans l'imaginaire
énergie des corps.
La fin est logique et superbe.
Ce "désirs d'îles" comme un écho de la citation d'Henri Laborit,dans son excellent "éloge de la fuite":

"Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier : la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l’arrière avec un minimum de toile. La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage. Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l’horizon des calmes retrouvés. Rivages inconnus qu’ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime.

Vous connaissez sans doute un voilier nommé « Désir »."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Videos de Jean-François Joubert (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Joubert
Crédit Quartierslibretv
autres livres classés : gémellitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
415 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre