AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070704545
238 pages
Gallimard (14/10/1985)
3.33/5   15 notes
Résumé :
"L'amour n'est qu'une occasion pour un orage d'éclater: ivre et inassouvi, on n'étreint jamais que l'ombre de ce qu'on croit tenir: aussi, peu importe le simulacre, pourvu qu'on lui donne les noms les plus doux tour à tour ou les plus cruels ". "Il suffit de ne pas oublier que chacun est seul avec son Désir, dont l'Objet est inaccessible.
Caresse au moins ta Chimère, sans le secours de personne; elle n'est qu'en toi". Ces lignes donnent le ton d'une chronique... >Voir plus
Que lire après Chronique d'une passionVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Je continue ma découverte de ces auteurs français du début du XXe siècle, un peu oubliés aujourd'hui. Soupault, Henri Calet et maintenant Marcel Jouhandeau. « Chronique d'une passion » est largement autobiographique. L'auteur nous y relate sa passion homosexuelle pour un jeune homme, Jacques, au détriment de son épouse qu'il semble aimer pourtant. Mais la relation homosexuelle, plus forte, est de ces relations, de ces sentiments si puissants qu'ils paraissent évidents. Il s'en suit bien évidemment une crise du couple et une réaction non moins violente de Lise, sa femme. Puis, comme nous sommes dans les années 30, l'idée de pouvoir entretenir une relation adultère et homosexuelle est, on s'en doute, condamnée par l'Église. L'auteur/narrateur, catholique fervent, se débat dans les affres du péché. On assiste alors à de nombreux allers - retours dans la pensée du narrateur, de la magnificence et la pureté de sa relation avec Jacques et celle, morale, religieuse, extrêmement torturée, avec son confesseur, dont le rôle prendra de l'importance au fur et à mesure du déchirement du couple. Pendant environ le premier tiers du livre, on est littéralement subjugué par la beauté de cette passion amoureuse, décrite dans une langue riche et exacerbée, puis au fil du récit, les élans grandiloquents et théâtraux de cette ardeur amoureuse se font de plus en plus redondants et finissent par fatiguer le lecteur. Il faudra attendre le rebondissement de la deuxième partie du livre pour raviver l'intérêt de la lecture. Rebondissement malheureusement terni par l'omniprésence du prêtre qui fera tout pour réconcilier le couple et remettre le narrateur dans le droit chemin. Ce qui paraît terriblement daté et presque incompréhensible de nos jours. Ma lecture s'est donc faite plus rapide vers la fin, mais pas trop pour suivre l'enchaînement des idées et de l'intrigue. Une lecture qu'il faut absolument replacer dans son contexte.
Commenter  J’apprécie          402
J'ai découvert Cocteau parlant de son homosexualité dans "le livre blanc", à la même époque Marcel Jouhandeau en fit de même........
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
J’aime : chasteté entière, ineffable. La passion a vitrifié, cristallisé, raidi, immobilisé autour de moi, devenus transparents, tous les corps et tous les visages ; le mien, le sien retirés à part, si purs en un clin d’œil, légers, sans volume ni poids ; « lui » semblable à sa propre image, subtil, exalté, illuminé, exilé pour moi dans une lumière qui ne se mêle à rien, transfiguré, visible à travers toutes choses et toutes gens, prisonnier de sa propre gloire, au sommet du Monde, Monde solitaire où habite seul avec lui mon regard intérieur. Comme le corps a son regard, l’âme aussi a le sien et son « Objet » qu’elle contemple sans cesse. Or, il arrive une fois par miracle qu’elle aperçoit sur la Terre le reflet de son secret, une forme qui l’incarne. À son propre trouble qu’elle devine partagé, elle l’a reconnu. Elle a constaté l’existence de ce qu’elle considérait comme impossible ; une conflagration l’en avertit : la vie s’est unie, confondue avec le rêve. Transposé, transformé d’emblée magiquement, quelqu’un de vivant s’est substitué à l’irréel, sans en détruire ni en altérer le charme ; alliance féerique ! alliage merveilleux et indissoluble ! un mariage singulier a été célébré dans l’empyrée ; fermé à tous, excepté à deux êtres, est né au cœur d’une apocalypse, un univers, incompréhensible à tous les autres et seulement traduisible par métaphores fulgurantes, une sorte de Champs-Élysées ou de Hadès privé, inviolable, interdit à Dieu même, désormais jaloux, toutes les lois naturelles et surnaturelles bouleversées, tournées, tout d’un coup inefficaces, grâce à la vertu d’un seul couple accordé, système indépendant, mystérieusement affranchi des contingences de l’espace et du temps, bien qu’il y demeure. A surgi, fortuit, parmi les étoiles un météore nouveau, un empire dans l’Empire, un absolu dans l’Absolu, une unité dans l’Unité, un atome cosmique et moral irréductible, invincible sur lequel rien ne peut rien, qui se passe de ce monde et de l’Autre ; on se trouve en présence d’un cataclysme particulier, que les hommes ont peut-être sous-estimé, dont ils ont minimisé l’importance, en se servant pour le nommer de termes qui s’appliquent trop souvent à des sentiments d’un ordre inférieur, banal : « Amour, passion » par exemple s’appliquent trop souvent à des sentiments sans importance pour être dignes de désigner un événement moral, un phénomène mystique de première grandeur, unique, rare, qui intéresse l’Invisible, le repos de la Toute-Puissance même, en échec.
Commenter  J’apprécie          20
"Ce que chacun va demander aux spectacles ou cherche dans ses lectures : ce qu'il manque à sa propre vie pour qu'elle soit digne d'être contée. Ce que j'ai désiré seulement peut-être : d'être ému."
Commenter  J’apprécie          260
Ce n'est pas parce que je suis au comble de la Folie que je ne crois pas à la Sagesse, voire à la mienne.
Commenter  J’apprécie          150
L'amour est la forme que prend naturellement ma vocation particulière à la contemplation; il est comme un tunnel où je chemine à côté de quelqu'un d'invisible dans les ténèbres et de temps en temps s'ouvrent des cavernes où l'on se retire et se repose ensemble, infernales ? célestes ? A la lueur pâle qu'une fissure de la muraille laisse filtrer, ô la grâce de ce filet de lumière ! j'aperçois, je reconnais mon compagnon
Commenter  J’apprécie          20
...que mon regard, se mît à briller ou s'éteignît, la lumière en était trop vive ou les ténèbres trop noires, pour quelles pussent échapper à l'attention d'une femme, à qui l'excès même de tout ce que je ressentais annonçait l'importance de sa défaite, quand tout autour de moi lui désignait son vainqueur. Il m'aurait fallut être capable de duplicité, pour garder mon trouble secret, au moins lui en cacher la cause.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Marcel Jouhandeau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Jouhandeau
L'écrivain Mathieu Riboulet lit un passage de Marcel Jouhandeau lors des Rencontres de Chaminadour 2006. Video ©Philippe Rolle.
autres livres classés : milanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3724 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}