AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070142159
Éditeur : Gallimard (05/09/2013)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 55 notes)
Résumé :
'Dans ces terres reculées, dans ces pays perdus, on vit toujours plus ou moins dans une légende, dans l'image d'un chapiteau roman historié de scènes naïves et cruelles...' Pierre Jourde revient sur des événements qui en 2005 ont défrayé la chronique. Lors de la parution d'un de ses livres, Pays perdu, une partie des habitants du village d'Auvergne dont il était question dans le récit s'est livrée à une tentative de lynchage de l'auteur et de sa famille. Pierre Jour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  28 février 2014
N°708 - Décembre 2013.
LA PREMIERE PIERREPierre Jourde – Gallimard.[2013]
C'est bien la première fois que je lis un livre qui est le compte rendu et le commentaire d'un autre livre que je n'ai pas lu. de qui s'agit-il donc ?
L'auteur, Pierre Jourde, romancier, critique littéraire et universitaire est originaire de Lusseaud, un petit village d'Auvergne où il revient chaque année passer ses vacances dans la maison de famille. Il a, en 2003, publié un livre, « Pays perdu » qui, selon ses dires, se voulait être un hommage à ce terroir et à ses habitants, des individus ainsi devenus des personnages de roman dont les noms avait été, bien entendu, transformés. Dans ce premier livre il parlait de la rudesse de la vie montagnarde, de la solidarité qui cimente les gens, tout cela à l'occasion de la mort de la fille d'un voisin. Il se demande d'ailleurs comment « un livre publié chez un petit éditeur par un auteur peu connu »avait bien pu parvenir chez des gens qui pourtant lisent peu. le paradoxe fut sans doute que parmi ses nombreux détracteurs, peu avaient effectivement lu ce récit et que d'autres parmi eux l'avaient trouvé peut-être naïf mais pas méchant. L'ennui c'est qu'une partie de ces derniers qui y avaient pourtant vu au départ « un beau livre » y ont lu une attaque personnelle inacceptable, une incursion dans leurs vies et cette fiction les a « rendu fous de rage ». L'auteur fit donc l'objet de critiques qui nourrirent une polémique et son retour estival a rapidement dégénéré en une lapidation, un véritable lynchage, quelques allusions précises à un adultère ancien de sa grand-mère, la filiation douteuse de l'auteur et des remarques acerbes sur sa vie privée personnelle. Un peu comme si de longues années de jalousie et de haine éclataient enfin en cette journée estivale, sous les yeux de sa famille, un peu comme si Hugo était rossé par les les Thénardier, comme si Zola était bastonné par les Rougon-Macquart ! Tout cela se termine en bataille rangée, un contre tous, mais l'auteur qui pratique la boxe ose se défendre ce qui, dans l'esprit des autochtones aggrave son cas. Sa mère lui avait pourtant conseillé de ne pas répondre si on l'agressait.
Bien entendu, il y a dépôts de plainte de part et d'autre, procès-verbaux de police parfois laborieux, instructions contradictoires, mauvaise foi ordinaire, négations des faits pourtant patents et finalement audience devant le tribunal d'Aurillac avec constitution d'avocats, effets de manches et finalement verdict condamnant tout le monde à des amendes et à de la prison avec sursis. Mais puisque l'auteur est un écrivain, la presse locale et nationale s'en mêle, prend partie, tout comme les réseaux sociaux de sorte que ce qui aurait pu être un épiphénomène devient rapidement une affaire où s'opposent deux conceptions. D'une part un type de la ville, universitaire et écrivain qui, sous couvert de ragots dont il s'est fait l'écho, a violé une communauté paysanne à laquelle il ne comprend rien, montrant l'arrogance des citadins et surtout des intellectuels face aux vrais valeurs de la France rurale incarnées par des paysans désarmés, autant dire une notion pétainiste de la terre « qui ne peut mentir ». D'autre part ceux qui ont aimé ce livre et qui insistent sur l'illustration de la beauté des campagnes et de la vie paysanne, prônent la liberté d'écrire et la sacralisation de la littérature face à des analphabètes. La polémique était donc totale et chacun y allait de son commentaire.
Le problème se posait donc à l'auteur qui, dans la rédaction de « La première pierre » s'interpelle lui-même sous le vocable de « Petit bonhomme ». Il prend conscience, à la lumière de ces faits que la littérature a au moins une fonction, celle de « tenter d'opposer, à toutes les fictions rudimentaire, la complexité du réel » mais ce n'est pas suffisant, il sent qu'il doit s'expliquer plus avant, dégonfler cette baudruche qu'il a contribué naïvement peut-être à créer et que d'autres se sont chargés de gonfler. C'est qu'il a écrit ce livre avec son coeur, surpris par la polémique qui a suivi, nourrie par exploitation partisane de passages sortis volontairement de leur contexte ou mal interprétés dans le seul but de choquer, un peu comme si ce livre ressemblait malgré lui à un os offert à ronger, une sorte d'occasion donnée aux autres de se venger de celui qui certes était d'ici mais qui avait réussi, habitait la ville, écrivait des livres, ne grattait plus la terre et donc ne leur ressemblait plus ! On aurait sans doute voulu qu'il fût, s'autocensurant, moins lui-même, plus consensuel et coopératif avec ceux qui étaient ses personnages, qu'il restât dans les limites « correctes » de la littérature. de ce qui n'était à l'origine qu'une nouvelle relatant les obsèques d'une enfant il a voulu faire un livre où il parlait des gens, de leur histoire, de ce terroir qu'il n'avait pas assez idéalisé, donnant des détails qui ne tissaient pas forcement « une bonne image » de l'Auvergne. Ce faisant, il avait touché aux morts et cela devenait « dégoûtant ». Il fallait donc le lui faire payer. Alors on lui avait renvoyé au visage l'opprobre d'une bâtardise qu'il n'ignorait cependant pas. Et tout est ressorti à partir de là, la faiblesse de ce père tardivement reconnu par le mari de cette mère infidèle et bafoué par elle, l'héritage qui avait fait de lui un riche propriétaire dont des générations de pauvres fermiers trouvaient ainsi, par delà le temps, l'occasion de se venger. Pour eux, les riches dont Jourde fait partie ne pouvaient qu'être mauvais et ce livre était une occasion à ne pas manquer de le dire, malgré les verres entrechoqués, les fêtes données au village, les messes entendues et les coups de main donnés par l'auteur lui-même, pour les travaux des champs. Il était accepté bien qu'il soit définitivement « un étranger ». Ainsi Pierre Jourde se sentait investi d'une mission, celle de rendre à son père sa fierté et c'est avec ce livre qu'il entendait le faire de sorte que « la mort du père menait à l'écriture du livre, ce tombeau ».
Quant aux révélations qu'il fait sur les habitants, le « petit bonhomme » les assume puisque, même si elles sont tragiques, elles n'ont rien de mystérieux, sont connues de tous mais doivent rester secrètes. Pierre Jourde ne se destinait pas à écrire sur ce pays, seul les obsèques de cette jeune fille ont été le déclencheur et dans son livre il évoque le village, l'histoire clandestine de sa famille et « l'incapacité à dire » de l'auteur « avait produit le livre » parce que dans un village tout se sait, même si des choses restent secrètes au sein même d'une famille. Maintenant, après tout cela, quand il revient à Lussaud on l'ignore , il est une non-présence, sauf peut-être quelques-uns que cela ne concerne pas. Il éprouve pour lui ce qu'est le non-pardon mais qui s'étend aussi à tous ceux qui l'ont soutenu, même à ceux qui depuis ont acquis une maison au village et même à leurs enfants ! Pour faire bonne mesure il y a eu une pétition, des menaces, des intimidations, des petites bassesses qui signifiaient à l'auteur que même dix ans après il n'était plus chez lui.
J'ai lu ce livre passionné et passionnant par le problème qu'il soulève mais aussi par la manière lumineuse dont il est écrit. Je l'ai lu comme une autre manière de se libérer, d'exorciser cette haine, malgré le risque de rallumer les querelles à cause des noms cités [« En même temps il faut bien que les choses soient dites »]. Je l'ai lu comme un plaidoyer en faveur de l'écriture qui est une catharsis. Elle est un droit et même un devoir pour l'écrivain parce que qu'il porte en lui doit être exprimer, la sanie qui coule de sa blessure doit être épongée même s'il doit pour cela convoquer des fantômes. L'écrivain n'a pas forcément quelque chose à vendre, il porte en lui un message qu'il doit exprimer avec des mots, quoiqu'il lui en coûte, même s'il bouscule un peu sa famille. Et le « petit bonhomme » doute «  Mais qu'est ce que tu dis là, tu dis ce qu'on ne dit jamais... tu sais que le silence est plus digne...tu installes la honte dans ta maison. La littérature est une honte » mais il s'exprime en voulant surtout ne faire de mal à personne. Il règle des comptes, il aggrave son cas en quelque sorte avec ce deuxième livre, mais il a gardé cette maison au village et je trouve cela plutôt bien, une manière de dire à tous qu'il a fait ce qu'il avait à faire !
©Hervé GAUTIER – Décembre 2013 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
keisha
  15 novembre 2013
Dans Pays perdu, paru en 2003, Pierre Jourde décrivait le petit village du fin fond des montagnes du Cantal dont est originaire sa famille (depuis Louis XIV !), où il a passé des vacances étant gamin (bagarres, s'étaler dans le purin, cuites, travaux champêtres, vêlage, etc...) et est revenu chaque été avec sa famille.
Après parution du récit, certains villageois l'ont lu (ou du moins une partie), n'ont pas apprécié, il y a eu des courriers, surtout l'auteur s'est fendu d'une lettre explicative.
En 2005 le voilà donc revenant avec famille complète et bagages pour un nouveau séjour. Plusieurs villageois foncent dans sa cour. Injures (certaines racistes à l'égard de ses gamins), coups échangés, blessures, jets de pierre (dont l'une atteindra son petit de 15 mois), voiture caillassée, bref, c'est la fuite obligée.
Ensuite en 2007 un procès.
Depuis, fêlures, cassures, on ne se salue pas, ceux qui ont témoigné pour lui sont quelque peu ostracisés, même les nouveaux arrivés au village, des gens de l'extérieur, ont pris fait et cause.
"Tu as été amputé de toi-même. D'un lieu qui est toi-même. Tu ignorais que c'est un livre qui effectuerait cette douloureuse opération. Pas tout le lieu, mais une grande partie de lui, à présent, te rejette. La littérature sépare, comme le scalpel, c'est là son premier effet. Elle sépare, et puis elle recompose aussi."
Un récit écrit non avec je (Pays perdu utilisait le je et le nous), mais le tu . "Et tu comprends brusquement, pauvre naïf petit bonhomme..."
Le procès a eu lieu, donc loin de moi l'idée ou la possibilité de prendre parti. D'ailleurs Jourde ne semble pas vouloir régler ses comptes avec ce livre, et j'ai senti qu'il craignait encore de l'incompréhension. A l'époque, les journalistes se sont déplacés, on en a même parlé à l'étranger. Pas dans mon coin, et finalement je me demande si la clameur n'était pas déjà bien retombée. Sauf les traces au village.
Jourde se défend de certaines accusations, son objectif était de montrer "la royauté dans l'alcool, la noblesse dans la solitude, la grandeur dans la merde." "Au début, ça n'avait pas été un livre, mais une simple nouvelle, qui se cantonnait à la narration des obsèques de la fille de François et Marie-Claude. Une fois la nouvelle publiée, tu lui avais donné les dimensions d'un livre, simplement en décrivant les vivants qui viennent voir la morte, à la veillée, et les morts qui ne pourront pas venir, mais qui sont là quand même. (...) Il n'y avait pas un "eux", ni un "je", mais le plus souvent un "nous" qui t'englobait, toi, ta famille et les autres familles dans une collectivité rassemblée autour du deuil. Qui vous associait dans tout ce que tu évoquais, puisque tu t'étais vautré tout petit dans la fosse à purin, vautré jeune homme dans la neige, perdu d'alcool, puisque ton père, tu le racontais, était issu d'une union adultérine et consanguine. Qui vous associait aussi dans les saisons et les travaux."
Il essaie de comprendre comment ses écrits ont choqué ou été mal compris.
"Aussi t'en veulent-ils, non pas de ce qu'ils croient que tu n'aimes pas, mais bien plutôt de ce qu'ils n'aiment pas en eux-mêmes."
"Dire le handicap, c'est désigner celui qui en est affecté. le désigner, c'est le dénoncer. Il n'y a pas de neutralité de la parole envisagée ainsi. Elles est positive ou négative, elle choisit le bien ou le mal. Par conséquent, dire une chose qui n'est pas belle, ou pas tout à fait normale, vouloir que cela se fixe dans l'écrit, c'est la vouloir en tant qu'elle est mauvaise, c'est vouloir le mal; T. se voyait dénoncé."
Voilà aussi un point important : il reconnaît n'avoir pas réalisé qu'un secret peut être connu de tout un village, mais pas des principaux concernés. L'histoire de son père était connue, mais lui ne l'a apprise que tardivement. de même dans son livre il évoque un secret de ce genre -bien connu- mais la révélation a choqué."Ce dont tu ne t'es pas douté, disait-il, c'est que ces histoires que tu as rapportées, des histoires intimes, il y en a que ne les savaient pas dans la famille."
Il a brisé le "culte du silence qui se transmet de génération en génération dans ces hameaux. Parler de ce qui se passe dans une autre maison, c'est un peu comme y pénétrer. Cela ne peut se réaliser qu'au prix de grandes précautions. L'espace de la maison, avec tout ce qu'il peut contenir d'intimité, a quelque chose de sacré: il est celui de la maîtrise, de la propriété, du quant-à-soi. On reste un moment sur le seuil, on n'entre pas plus loin sans demandes réitérées, on ne s'assoit pas sans le même jeu d'invites et de refus. Une fois assis devant le verre, on ne parle pas de soi, bien sûr, et jamais de ses sentiments, de ses chagrins."
Un récit plutôt plein d'amertume, oui, de tristesse. Heureusement les derniers chapitres nous élèvent au dessus du village, avec le récit d'une des dernières estives, "au cul des vaches" comme on dit par chez moi. "Herbe, vaches, eau, ciel et vent sont les cinq ingrédients uniques qui composent ce monde. Un compromis entre l'Asie centrale et le Far West : le Far Centre."
Pour finir par clamer qu'une fois mort, il demeurera "toujours là, malgré eux, chez soi".
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fureuretmystere
  15 janvier 2014
Suite à la parution de "Pays perdu", où il se livre à un portrait du très reculé village auvergnat de son enfance, l'auteur s'est vu lynché par les familles du village, qui ont très mal reçu ce témoignage, qui se voulait pourtant lyrique et laudatif. La mise au jour de certains secrets de famille autant que la description de leur misère ont été très mal vécues par les habitants qui ont jeté l'opprobre sur Jourde et les siens. "La Première Pierre" raconte les suites de cette affaire, le procès, les conséquences plusieurs années après....L'auteur se livre à une poignante explication de texte, en mettant l'accent une nouvelle fois sur ce "pays perdu" qui malgré sa boue, son absence de modernité, ses vices et ses travers, demeure pour lui un éden pur et simple auquel il revient toujours et qu'il a voulu louer et sublimer par une oeuvre littéraire. Un très beau récit, porté par une plume somptueuse.
Commenter  J’apprécie          110
JMLire17
  06 juillet 2017
La première pierre c'est la première des pierres qui ont blessé les enfants de l'auteur, Pierre Jourde, lorsqu'ils reviennent le 31 juillet 2005 passer les vacances d'été dans la maison familiale au coeur d'un hameau du Cantal. Les lanceurs de pierre sont les habitants du village qui ont voulu donner une leçon à l'auteur pour les avoir dépeints et avoir révélé des secrets de famille dans un roman publié en 2003 dans la maison d'édition du médiatique Eric Naulleau, " L'esprit des péninsules ". Les pierres avaient été accompagnées de propos racistes à l'égard des enfants et de noms d'oiseaux contre le père, il s'en était suivi une rixe, un procès avait eu lieu, qui avait défrayé en son temps le microcosme littéraire. Bien que les passions ne soient pas totalement apaisées, avec " La première pierre " Pierre Jourde tente d'expliquer comment se construit un livre d'auto-fiction, comment naissent les personnages, en retraçant l'affaire, il veut se justifier, essayer de démontrer que " Pays perdu " était pavé de bonnes intentions, il fait tout pour réduire le fossé qui s'était créé entre les paysans (dont il est issu) et " l'intellectuel " qu'il est devenu. Pour prendre de la distance, au lieu du " je " classique du roman autobiographique Pierre Jourde s'adresse à l'enfant qu'il était, au " petit bonhomme " et emploie le " tu ". le livre débute sur la rixe qui a eu lieu en 2005, elle est décrite un peu comme une bagarre dans les dessins de Dubout, mais rapidement le lecteur sent que c'est une affaire sérieuse. Il se poursuit sur les échanges de secrets de famille, sur les non-dits des villages de la France profonde. Puis, l'auteur décortique l'impact du livre sur des gens qui se sont sentis offensés sans l'avoir vraiment lu, qui n'y ont pas trouvé ce que l'auteur avait voulu y mettre. Il explore l'écart entre les mots des auteurs et ceux que reçoivent les lecteurs. Il se termine sur une magnifique description du pays, notamment de l'estive, le voyage des animaux vers la montagne au printemps, où vers la vallée à l'automne. Comme si l'auteur leur dit, " Voilà ce que je voulais montrer de votre pays ". Dans pays perdu, Pierre Jourde a décrit un monde paysan tel qu'il voulait qu'il reste, c'est à dire celui de son enfance, alors que les paysans, eux, sont persuadés qu'il a changé et ne veulent plus de cette image. C'est l'histoire d'une incompréhension. L'auteur le dit lui-même c'est un " livre incertain " c'est à la fois, un roman, un récit, un pamphlet, un essai sur la littérature. C'est un livre pour solde de tout compte. Pour poursuivre, sur le mot de l'auteur " le Far-Centre ", je dirais que c'est " Règlement de compte à OK Cantal " tel le western de John Sturges en 1957. Lecteur, passionné par le milieu littéraire, "La première pierre", ne pouvaient pas mieux combler ma passion. Un livre sur la naissance et la vie d'un livre publié par une petite maison d'édition, qui a entraîné des réactions passionnées, une agression envers l'auteur, un procès sur la liberté d'écrire, des prises de positions partagées de la part des critiques. C'est très intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Accalia
  19 février 2014
J'ai également lu son dernier livre, qui a fait pas mal de bruit au moment de la rentrée littéraire. C'est d'ailleurs à cause de la sortie de ce roman que mon collègue m'a parlé de Pierre Jourde. J'étais donc assez curieuse de le découvrir.

Avant toute chose, ce livre m'a donné très envie de lire le roman "Pays perdu" dont l'auteur parle tout le temps!

Pierre Jourde revient sur ce qui s'est passé en 2005. Quand lorsqu'un de ces romans Pays perdu est paru, une partie des habitants d'un village d'Auvergne – dont il est question dans le livre – s'est offusquée de voir leurs secrets dans un roman et a décidé de se venger.
Alors qu'il revenait passer ses vacances avec sa famille en Auvergne, ils lui sont tombés dessus, allant d'insultes jusqu'aux coups, obligeant la famille Jourde à partir précipitamment.

Des plaintes, des mensonges face à la loi et la justice, de longues années de tribunal vont suivre cette journée-là. Pierre Jourde va également s'apercevoir, alors qu'il se croyait faisant partie de ce village, qu'on l'a toujours considéré comme un étranger.

J'ai beaucoup aimé la question qui est posée : faut-il ou non raconter des choses réelles dans les romans? Est-ce la peine? N'est-ce pas une intrusion dans la vie privée des gens?

Je peux tout à fait comprendre les gens de ce petit village. J'espère bien ne jamais jamais apparaître dans une oeuvre de fiction, que cela soit en bien ou mal, surtout si je ne suis pas prévenue à l'avance. C'est une véritable atteinte à la vie privée, j'en serais très malheureuse. Donc je les comprends tout à fait.
Mais je ne pense pas que j'irais jusqu'à jeter des pierres sur des enfants…

Il faut se poser la question, alors qu'en ce moment, les procès de ce genre contre les auteurs s'additionnent. Peuvent-ils vraiment tout écrire?
Franchement, je serais d'avis que non. Qu'il vaut mieux rester dans la fiction, ou changer les faits et les personnes au point qu'ils ne soient plus reconnaissables par personne.

Il dit que les secrets de ce village étaient des faux secrets, que tous étaient au courant et que donc, cela ne changeait pas grand chose. Mais je trouve qu'il y a tout de même une grande différence entre un secret oral et des pages de papier imprimées et qu'on peut trouver dans toutes les librairies de France.

Ce livre m'a donc mise assez mal à l'aise finalement, même si je l'ai trouvé passionnant…D'ailleurs qu'est-ce que c'est? Un roman? Pas vraiment…une sorte de témoignage?

C'est surtout ça le problème je trouve… je n'ai pas pu m'empêcher de me poser la question : pourquoi est-ce qu'il a écrit ce livre, 10 ans après les faits? A quoi est-ce que cela servait? Alors que "Pays perdu" était pour lui un éloge de son pays natal, qu'est-ce qu'est que "Première pierre"? Cela ressemble tout de même assez à une sorte de règlement de compte…

Je peux tout à fait comprendre qu'il a eu envie de rétablir sa vérité, après tout ce qu'on lui a fait subir durant ces années-là, les mensonges des gens, les inventions des médias qui disaient n'importe quoi…Ce qui lui est arrivé est inadmissible, sans aucun doute. Mais écrire ce livre était absolument nécessaire? Je pense que pour lui, cela ne va que envenimer la situation.
——————————————–
En tout cas, ce livre donne envie de lire "Pays perdu", ne serait-ce que pour se faire sa propre idée de ce qu'il y a dans ce roman : hommage pour une région de la France ou bien offense envers les villageois?
Je vais chercher à le lire en tout cas!
Lien : http://writeifyouplease.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (2)
Lexpress   18 octobre 2013
La Première Pierre, par Pierre Jourde, est un livre douloureux qui rappelle que l'écrivain restitue la complexité du réel.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Bibliobs   13 septembre 2013
Grand livre.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
keishakeisha   15 novembre 2013
Au début, ça n'avait pas été un livre, mais une simple nouvelle, qui se cantonnait à la narration des obsèques de la fille de François et Marie-Claude. Une fois la nouvelle publiée, tu lui avais donné les dimensions d'un livre, simplement en décrivant les vivants qui viennent voir la morte, à la veillée, et les morts qui ne pourront pas venir, mais qui sont là quand même. (...) Il n'y avait pas un "eux", ni un "je", mais le plus souvent un "nous" qui t'englobait, toi, ta famille et les autres familles dans une collectivité rassemblée autour du deuil. Qui vous associait dans tout ce que tu évoquais, puisque tu t'étais vautré tout petit dans la fosse à purin, vautré jeune homme dans la neige, perdu d'alcool, puisque ton père, tu le racontais, était issu d'une union adultérine et consanguine. Qui vous associait aussi dans les saisons et les travaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
michelekastnermichelekastner   20 décembre 2013
Tu n'es pas ici chez toi : tout est dit. depuis ta propriété, depuis tes bâtiments, celui qui les occupe et les loue te braille aux oreilles que tu n'y es pas chez toi. Lui, enrevanche, il est chez lui. La voilà, la pensée de derrière, qui veillait sourdement pendant les parties de belote et les dîners à la maison, dans cette même maison où tu n'es pas chez toi, dans ce village où l'on a décrété que ta place n'était pas. Et tu comprends brusquement, pauvre naïf petit bonhomme, qu'il en a toujours été ainsi, cela ne date pas du livre, si profond que soit ton attachement à ces lieux dans leurs moindres détails, quels qu'aient été les sourires et les mots aimables, ils avaient décidé, dès le début, que tu n'étais pas d'ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   08 février 2014
Car des jours peuvent survenir où un pan d'existence, brusquement, se détache du reste, que l'on croyait cohérent. Dans le corps de notre vie, il y a des organes et des membres qui nous paraissent indispensables, sans lesquels nous n'imaginerions pas continuer. On les ampute. Et on continue. (...)

Qu'est-ce qui nous est absolument indispensable ? Sommes-nous faits de telle sorte que, privés et dépouillés de tout, il nous en reste encore assez pour aller plus loin ?
Tu as été amputé de toi-même. D'un lieu qui est toi-même. Tu ignorais que c'est un livre qui effectuerait cette douloureuse opération. Pas tout le lieu, mais une grande partie de lui; à présent, te rejette. La littérature sépare comme le scalpel, c'est là son premier effet. Elle sépare, et puis elle recompose aussi. (p.50)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MamicocoMamicoco   29 août 2014
L'appétit d'information transforme tout en parodie, fait de nous des parodies. Au moment et dans les lieux mêmes où il s'agit, en principe, d'approcher le plus possible de la réalité, vous comprenez que vous êtes condamnés à l'irréalité , que l'irréel seul sera engendré par ce qui se passe en ce moment, par ce qui va se dire dans le salle du tribunal. Les fictions sécrétées par un village sont devenues un livre qui a été fictivement lu, provoquant des faits rapportés par des récits mités par la fiction, et qui finiront par nourrir l'interminable fiction journalistique, laquelle est devenue notre vie. Et pourtant, dans tout cela, il y a eu des corps, du sang, des certitudes capables de bouleverser des existences de fond en comble. Tout ce qui ressemble à la réalité .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
keishakeisha   15 novembre 2013
culte du silence qui se transmet de génération en génération dans ces hameaux. Parler de ce qui se passe dans une autre maison, c'est un peu comme y pénétrer. Cela ne peut se réaliser qu'au prix de grandes précautions. L'espace de la maison, avec tout ce qu'il peut contenir d'intimité, a quelque chose de sacré: il est celui de la maîtrise, de la propriété, du quant-à-soi. On reste un moment sur le seuil, on n'entre pas plus loin sans demandes réitérées, on ne s'assoit pas sans le même jeu d'invites et de refus. Une fois assis devant le verre, on ne parle pas de soi, bien sûr, et jamais de ses sentiments, de ses chagrins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Pierre Jourde (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Jourde
Maison de la poésie (4 juin 2019) - Texte et Lecture de Alban Lefranc, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution mai 2019).
Le Dictionnaire des mots parfaits :
Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets.
Auteurs : Nathalie Azoulai, Dominique Barbéris, Marcel Bénabou, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bordes, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Pascal Commère, Seyhmus Dagtekin, Jacques Damade, François Debluë, Frédérique Deghelt, Jean-Michel Delacomptée, Jean-Philippe Domecq, Suzanne Doppelt, Max Dorra, Christian Doumet, Renaud Ego, Pierrette Fleutiaux, Hélène Frappat, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Jacques Jouet, Pierre Jourde, Cécile Ladjali, Marie-Hélène Lafon, Frank Lanot, Bertrand Leclair, Alban Lefranc, Sylvie Lemonnier, Arrigo Lessana, Alain Leygonie, Jean-Pierre Martin, Nicolas Mathieu, Jérôme Meizoz, Gilles Ortlieb, Véronique Ovaldé, Guillaume Poix, Didier Pourquery, Christophe Pradeau, Henri Raynal, Philippe Renonçay, Pascale Roze, Jean-Baptiste de Seynes, François Taillandier, Yoann Thommerel, Laurence Werner David, Julie Wolkenstein, Valérie Zenatti
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre