AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782923682198
86 pages
Éditeur : Les Allusifs (03/03/2011)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Les Allusifs amorcent la publication d’une nouvelle série portant sur les peurs. De petit format, de moins d’une centaine de pages. Un auteur, une peur, un livre. La collection commence avec un texte de Pierre Jourde : La Présence, qui fait écho à la peur des maison vides. La mélancolie, l’amertume, la vengeance, la douleur, le désamour, la bouche d’ombre du désir, la drôlerie, le cynisme, l’amour filial, l’amour secret, l’amour impossible, la misanthropie, la peur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Shan_Ze
  01 septembre 2014
Petit livre sur les maisons et sur les craintes qu'elles nous inspirent. Qu'elles soient maisons de campagne de famille ou maisons de passage, avant de retourner chez soi, chacune de ses maisons donne l'impression d' « être » à part entière. L'auteur laisse ses terreurs le submerger, prendre forme et faire de la nuit, le moment propice à les réveiller.
Ceci n'est pas un roman, ni une histoire simplement des impressions d'enfance et d'adulte sur ce que lui inspire les maisons. J'ai parfois eu un écho en moi de cette « présence » de maison qui n'avait pas encore de nom. C'est un texte angoissant par moments mais qui tombe juste. Un auteur que je relirai.
Commenter  J’apprécie          110
Margotte
  06 mai 2011
Je ne connaissais de Pierre Jourde que les essais. La littérature sans estomac avait été l'occasion de bien des rires chez moi, et je me souvenais avec enthousiasme de Petit déjeuner chez tyrannie. Ce livre m'a permis de découvrir le romancier qui vaut le détour...
Il nous convie ici à un étrange retour au monde de l'enfance et de l'adolescence. Une nuit d'insomnie angoissée dans une maison pourtant familière embraye le processus mémoriel qui va engendrer l'inflation de l'imaginaire.
Si certains partent à la campagne pour se ressourcer, le narrateur, lui, cherche à se "vautrer" dans l'imaginaire... au risque de réveiller de bien sombres monstres qui sommeillent dans la "chambre du fond", lieu de tous les possibles, lieu de l'inhumain en devenir. Car cette présence qui donne son titre au recueil, c'est celle d'un étrange personnage au faciès de clown, mais qui peut aussi porter bien d'autres masques.
Ce très beau texte inaugure une nouvelle collection de la maison d'édition Les Allusifs, Les Peurs. Dans un court texte, un auteur doit évoquer l'une de ses peurs. Ici, Pierre Jourde évoque celle des maisons vides. le récit est émaillé d'instants aux frontières du fantastique. La terreur irrationnelle qui habite l'écrivain se développe à la nuit tombée, ce qui teinte l'ensemble d'un onirisme certain. Il sait à merveille faire parler les rais de lumière, les grains de poussière et les traces du temps jadis. Il se livre ici avec pudeur, dans un texte à l'écriture fort littéraire, comme je les aime...

Lien : http://bruitdespages.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sand94
  06 juin 2011
Le peur nocturne, les vieilles maisons silencieuses, le silence pesant, les réminiscences de l'enfance, le parquet qui craque, la porte qui s'ouvre et se ferme comme d'elle-même. Pierre Jourde dans ce court texte revient sur ses peurs anciennes et toujours présentes. Ces peurs que je connais si bien, depuis l'enfance aussi, irraisonnées, incontrôlables, comme Jourde j'ai en mémoire de ces nuits d'insomnie passées la lampe de chevet allumée toute la nuit, les livres lus, les lettres écrites pour faire diversion, et l'endormissement aux premières lueurs du jour perçant à travers les volets non clos. J'ai fini ce texte ce matin, la maison était silencieuse et déserte, cette maison qui est la mienne, que je connais bien, et pourtant, malgré le jour, les angoisses de Jourde ont su répondre aux miennes. Peur, de la mort, du silence, de ceux qui ne sont plus, de ce que nous ne serons plus, un jour.
Lien : http://leslivresdegeorgesand..
Commenter  J’apprécie          70
fragglec1974
  11 mai 2011
Voici un texte hautement littéraire qui plaira à ceux qui s'interrogent sur l'Homme.
La collection
La maison d'édition Les allusifs a lancé une nouvelle collection qui s'appelle « Les peurs » et propose donc cet exercice de style, Pierre Jourde est le premier à « se prêter au jeu. »
Le livre
Pierre Jourde nous parle ici des peurs qui l'assaillent avant de dormir dans un lieu inconnu et qui lui rappellent sa peur enfantine des cauchemars. Il évoque ainsi le poids du passé et interroge son inconscient et sa part d'humain et « d'inhumain ».
Ce que j'en ai pensé
Ce livre m'a retourné le cerveau. Il m'est très difficile d'en parler sans le vider de son sens et de sa force. En très peu de mots – 87 pages – mais extrêmement précis, l'auteur parvient à créer un texte hautement littéraire et psychanalytique. Chaque phrase résonne en moi.


Lien : http://delphinesbooksandmore..
Commenter  J’apprécie          40
yo
  09 juillet 2011
Les éditions Les Allusifs lancent une nouvelle collection, qui a thème les peurs. Celles que les auteurs éprouvent, et qu'ils tentent de décrire dans un ouvrage. Dans cet opus, Pierre Jourde raconte sa peur : celle du moment où il doit s'endormir, dans des lieux sombres, cloîtrés, dans lesquels il sent une présence hostile.
Cette peur, il se la remémore à différentes occasions, mais elle remonte à son enfance. Lorsqu'il passait la nuit, seule, dans la ferme familiale dans un petit hameau d'Auvergne, et qu'il pensait constamment qu'une présence était là. Depuis, il est persuadé d'avoir, à plusieurs reprises, été confronté à cette présence. Et même si tout autour de lui indique que sa peur est irrationnelle, il n'arrive pas à s'en détacher.
Lien : http://livres-et-cin.over-bl..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
fragglec1974fragglec1974   11 mai 2011
Je n’ai aucune raison concrète d’avoir peur, mais je redoute que cette raison survienne. Tout entier dévoré par l’attention, je ne cesse de guetter ce qui la justifierait. Il n’est pas possible qu’un tel silence, qu’une absence aussi profonde ne finisse par engendrer un pas. Comme par nécessité, ce quelque chose, cette trace ou ce signe de quelque chose qu’est le pas naît de l’excès de rien.

Commenter  J’apprécie          50
FraterSFraterS   09 octobre 2019
Mais il n'y a plus de morts, plus de peur des fantômes. La grande population des morts a quasiment cessé de se mêler à nous. L'apartheid est désormais un fait accompli. Les morts n'ont plus le droit de résidence dans nos villes, ils ne peuvent pas emprunter nos routes, monter dans nos bus. On les maintient dans des ghettos d'où ils ne sortent jamais, et où nous n'entrons plus. Et, à mesure que les morts nous quittent, et leur silence, nous nous déréalisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fragglec1974fragglec1974   11 mai 2011

Lorsqu’on a éprouvé ce genre de peur, lorsqu’on sait y être sujet, on a instillé en soi un poison qui ne cessera de ronger l’amour-propre. La peur ne laisse rien intact. Elle déshabille de la dignité, de la raison, de la confiance, de la volonté, elle met à nu, totalement.
Commenter  J’apprécie          40
fragglec1974fragglec1974   11 mai 2011
Je me raconte que cette peur aurait quelque chose à voir avec le silence dont parle Pascal. La maison nocturne serre entre ses murs un condensé de ce silence. Elle ne s’oppose pas à l’infini, au chaos sidéral, elle en rassemble une portion individuelle. S’endormir, c’est rendre absolu ce silence, lui donner toute sa puissance.

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Pierre Jourde (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Jourde
« Ni la souffrance, ni l'absence de souffrance ne peuvent se vivre sans culpabilité. Il faudrait apprendre à ne plus s'en vouloir. » Pierre Jourde (in “Pays perdu”). Le réel difficile : conférence donnée au Collège de France le 09 mars 2010 lors d'un séminaire intitulé “Écrire la vie” et placé sous la direction de Antoine Compagnon. Amphithéâtre Marguerite de Navarre - Marcelin Berthelot. Pierre Jourde est un écrivain et critique français né à Créteil le 9 décembre 1955. Il enseigne la littérature à Valence (université Grenoble III). Connu pour ses pamphlets (“La littérature sans estomac”, “Le Jourde et Naulleau”) contre ce que les médias, et notamment les pages littéraires du journal Le Monde, présentent comme la littérature contemporaine, il est surtout l'auteur d'essais sur la littérature moderne (“Géographies imaginaires”, “Littérature monstre”) et d'une abondante œuvre littéraire exigeante se partageant entre poésie (“Haïkus tout foutus”), récits (“Dans mon chien”, “Le Tibet sans peine”) et romans (“Pays perdu”, “Festins secrets”, “L'heure et l'ombre”, “Paradis noirs”). Il tient depuis janvier 2009 le blog Confitures de culture sur le site littéraire du Nouvel Observateur où il publie régulièrement ses prises de position sur des sujets de société : http://pierre-jourde.blogs.nouvelobs.com. Polémique à la suite de la parution de “Pays perdu” : “Pays perdu” retrace la vie des habitants d'un village du Cantal décrite comme très rude et marquée par l'alcoolisme, la solitude, le suicide... Ce roman est inspiré du village de Lussaud dont est originaire la famille Jourde et a suscité une vive émotion parmi ses habitants, d'autant que plusieurs se sont reconnus ou ont reconnu des proches décédés dans les personnages du roman. Lorsqu'il y est revenu, Pierre Jourde et ses enfants ont alors été agressés physiquement et chassés du village à coups de pierres. Les agresseurs ont été condamnés le 5 juillet 2007 par le tribunal d'Aurillac à des amendes et de la prison avec sursis.
Sources : Collège de France et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : peurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
562 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre