AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330057512
Éditeur : Actes Sud (24/02/2016)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 207 notes)
Résumé :
Après le succès de la trilogie Rosalie Blum, Camille Jourdy revient avec un nouveau roman graphique, vaudeville familial haut en couleur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  08 novembre 2016
De Paris, Juliette débarque chez son père pour quelques jours. Fuir la vie tumultueuse ? Se reposer ? Toujours est-il qu'elle est la bienvenue chez son papa, même si celui-ci ne l'attendait que le lendemain. Dans le petit appartement qu'il habite seul, elle retrouve sa chambre telle qu'elle l'a laissée. Y flotte comme un brin de nostalgie. Dès le lendemain, elle va rendre visite à sa soeur, Marylou. Mariée, 2 enfants et aide-ménagère, ses journées sont bien remplies d'autant plus qu'elle doit ruser pour passer du bon temps avec son amant.
Quelques jours plus tard, en flânant dans son ancien quartier, elle passe devant la maison de son enfance. Celle-ci est occupée par un surnommé Pollux, un vieux gars un peu perdu et timide, à la vie quelque peu ennuyeuse et qui passe son temps au bar à jouer aux fléchettes, s'inventant parfois des aventures amoureuses.
Voilà une magnifique chronique familiale douce-amère et romantique... L'on fait connaissance avec Juliette, jeune parisienne d'adoption, frêle, fragile et hypocondriaque, qui vient, pour un temps, s'installer chez son père. N'oublions pas pour autant son exubérante soeur, une rouquine rondouillarde et pleine de vie. Deux soeurs que tout semble opposer. Autour d'elles, un papa un peu seul et enfermé, une maman survoltée et excentrique, un vieux gars à la vie quelque peu étriquée, un amant qui vient au rendez-vous déguisé, une mamie atteinte d'Alzheimer et bien d'autres. Une galerie de personnages terriblement attachants que Camille Jourdy met dans des situations tantôt drôles, tantôt mélancoliques, tantôt émouvantes ou encore gênantes. Les dialogues sont savoureux, notamment lors de ce repas familial. Graphiquement, le trait est simple mais efficace. Sur fond blanc, dépourvues de contours, les planches aux couleurs tendres s'agrémentent ici et là de scènes plus contemplatives au graphisme plus soigné.
Un album empli de finesse, de poésie et de douceur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
Ziliz
  14 août 2016
Juliette, « parisienne coincée » et hypocondriaque, vient se ressourcer quelques jours chez papa - problèmes de boulot ? Crise existentielle, en tout cas, qui se manifeste par un sentiment de vacuité et des bouffées d'angoisse. Sa soeur aînée Marylou a d'autres problèmes : mariée, mère de deux enfants, elle doit ruser pour passer un peu de temps avec son amant.
Chronique familiale douce-amère autour de deux soeurs que tout oppose, à commencer par l'éducation reçue (par les mêmes parents, pourtant), et la façon dont on les considère : « Marylou elle est forte, elle encaisse les coups. Alors que Juliette, elle est toute fragile, toute mignonne, toute douce... C'est quoi le mieux ? La grosse bourrine ou la niaise en sucre ? »
Malgré le graphisme - qui me fait penser à la série jeunesse Tom-Tom et Nana -, j'ai rapidement été séduite par l'histoire, ses protagonistes (le papa, M. Georges et l'amant), les scènes vaudevillesques, l'ambiance mélancolique (prises de bec parentales et familiales, maladie d'Alzheimer, solitude, déprime, secrets de famille...), la justesse de certaines situations.
De Camille Jourdy, j'ai également aimé la trilogie 'Rosalie Blum', récemment adaptée au cinéma. J'ai suffisamment oublié l'intrigue pour être tentée de découvrir ce film.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
berni_29
  05 avril 2018
Et si je vous parlais de Juliette, écrite et dessinée par Camille Jourdy. C'est une merveilleuse BD tout en rondeur, presque en apesanteur. Les couleurs ont quelque chose qui rappelle du pastel. C'est un charme désuet, comme un tableau du Douanier Rousseau... Oh ! Oh !
Mais voilà, derrière les rondeurs, tout ne tourne pas toujours rond et derrière les joues roses de Juliette, ce n'est pas toujours rose... Il y a de la souffrance dans cette BD, on ne la devine pas tout de suite. C'est plutôt une sorte de mélancolie douce-amère qui se promène entre les pages et les dessins, les courbes et les mots... Les maux aussi... Les personnages sont à la fois solitaires et attachants. C'est un récit intime, celui de Juliette qui prend le train sur un trajet déjà plein de la poésie du quotidien, donnant le ton de cette BD. Hypocondriaque et anxieuse, Juliette a des nœuds plein la besace, quoi de mieux que de tenter de les défaire au contact de ses racines : les parents, sa sœur Marylou, la grand-mère... Juliette est un roman de la famille, une famille ordinaire, c'est-à-dire forcément très compliquée, avec son lot de non-dits, de secrets, d'ombres et de lumières... Juliette pense venir s'y ressourcer, en même temps elle vient avec ses doutes, ses angoisses et voilà, elle tombe brusquement dans un vaudeville burlesque. Ah ! Les repas de famille...
Derrière toute comédie se cachent du mal-être, de la douleur. Les pages se déplient, Juliette déambule parmi les cris et les fracas de sa famille. Chaque personnage promène sa propre histoire, sa petite musique : l'amant de sa sœur qui rejoint celle-ci dans le jardin potager, déguisé en lapin, mais oui... la grand-mère atteinte de la maladie d'Alzheimer qui retrouve la mémoire quand on s'y attend le moins. Cette BD est un jeu de miroir avec la mémoire. Et puis il y a Pollux, vieux garçon avec lequel Juliette se lie d'amitié, car il habite son ancienne maison. C'est la seule personne à qui elle va confier ses angoisses. Il fréquente un bar où il passe son temps à jouer aux fléchettes, recueille un caneton dans un parc et c'est le début d'une histoire avec Juliette. Ils s'effleurent, se cherchent, s'étonnent, s'attendent, se perdent aussi. C'est beau. On voudrait qu'ils s'aiment, qu'ils aillent plus vite l'un vers l'autre. On a envie de remuer les pages pour accélérer leur destin. Mais voilà, le temps de Juliette n'est pas forcément notre temps à nous et c'est bien comme cela aussi. Ils font ensemble un bout de chemin dans cette déambulation tout en rondeur, c'est déjà ça. J'ai aimé cette BD pour tout ce que je viens de vous écrire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
LePamplemousse
  20 mai 2016
Juliette ne va pas très bien, elle décide donc de quitter Paris et d'aller un moment chez son père, de se réfugier dans la petite ville où elle a grandit, à défaut d'y avoir beaucoup de souvenirs.
Ces quelques jours nous sont racontés avec tendresse, humour et mélancolie.
Entre une soeur qui assume beaucoup trop de choses depuis longtemps, une autre qu'on a toujours protégée de tout, une mère fantasque, un père taiseux, une grand-mère qui perd la mémoire, une rencontre avec un homme un peu perdu lui aussi malgré sa bande de copains, mais aussi des enfants et des amants, voila en substance ce que nous dévoile cette bande dessinée.
L'auteur nous raconte le quotidien banal d'une famille d'aujourd'hui, avec des failles, des secrets, des non-dits, mais aussi des moments de silence, de complicité, de rire parfois aussi.
Les couleurs sont douces, en harmonie avec cette histoire qui prend son temps, tout comme le chagrin ou la joie qui ont parfois besoin d'éclore à leur rythme.
Des petites touches de fantaisie égaient cette bande dessinée et lui donnent une petite pointe d'acidité bienvenue, comme une goutte de citron qui relève un toast de tarama frais et onctueux. Une très jolie réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Didili
  06 juillet 2016
Quel joli album !
Juliette c'est cette jeune femme qui revient dans la ville de ses parents et tout particulièrement dans l'appartement de son père.
Juliette ne va pas très bien, elle souffre de dépression et est aussi quelque peu hypocondriaque.
Son retour dans une petite ville de province va lui permettre de retrouver sa famille.
Son père tout d'abord qui va l'héberger dans son appartement, il vit seul et séparé de sa mère depuis longtemps. Cet homme est dans une intense routine et aussi très drôle et avec des remarques qui font mouches !
La mère de Juliette, est une femme fantasque et une artiste décalée, multipliant les aventures avec des amants toujours plus fous.
Il y a surtout Marylou la grande soeur, ce personnage si attachant qui prends beaucoup de place dans cet album et que j'ai beaucoup apprécié !
Marylou est mariée et à deux enfants, elle travaille à faire quelques ménages et s'occupe de son ménage à elle au mieux.
Elle a un amant pour mettre de la fantaisie dans sa vie et ainsi elle va être servie !
Et puis, il y a Monsieur Georges, "Pollux" pour les copains, un homme que Juliette va rencontrer et apprendre à connaitre et peut être à aimer...
La rencontre de deux solitudes.
Pour tout vous dire je suis rentrée totalement dans cet album, j'ai été touchée par la délicatesse et la poésie de cette histoire. J'ai ri et je me suis émue !
Les dialogues sont savoureux, les situations tragi-comique, oui on est parfois dans le vaudeville !
Et que dire du dessin ! Une merveille qui oscille entre poésie et peinture !
Un brin d'art naïf, des touches d'impressionnismes, des couleurs douces et flamboyantes à la fois.
Des personnages bien croqués et des situations bien rendues (parfois ça m'a fait penser à Tom Tom et Nana de mes "J'aime lire" d'enfant). Des découpages mixtes à la fois des cases et aussi des grandes pages dessinées.
Un tout petit petit petit petit bémol, la police de caractère est selon moi trop petite... Zut je deviens peut-être presbyte ...
Quel bonheur, mais quel bonheur cet album mes amis !
J'ai vraiment adoré!
Et surtout merci à Camille Jourdy que je lirais à nouveau, c'est sur !
Une bulle de finesse, d'humour et de poésie
dans un écrin merveilleux de couleurs !

Lien : http://imagimots.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

critiques presse (4)
Telerama   16 mars 2016
Chaque geste, chaque regard est scruté, capté et fait l'objet d'un micro-tableau ; des centaines de vignettes qui, mises bout à bout, donnent l'illusion d'un film.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   09 mars 2016
Une comédie du quotidien aussi belle et intelligente, humble et lumineuse, on n’en lit pas souvent en bande dessinée. Alors, ne nous privons pas.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   04 mars 2016
Camille Jourdy nous revient avec une tragicomédie familiale et sensible sur les traces de Juliette, trentenaire à fleur de peau, laissant Paris pour retrouver une famille haute en couleur sur les lieux de son enfance.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Liberation   23 février 2016
Mélancolique et comique, Camille Jourdy met en scène des personnages qui subissent la vie, non sans une certaine légèreté.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   08 novembre 2016
- J'ai fini pour aujourd'hui Mme Bertier. Je reviens demain. Il faut appuyer sur ce bouton-là quand je sonne, d'accord ? Pas celui-là, ça c'est la télécommande. Le bip est à droite, le téléphone au milieu et la télécommande à gauche.
- Vous vous rendez compte, je ne me souviens même plus de mon mari.
- Vous n'avez jamais été mariée Mme Bertier.
- Ah... C'est encore pire que ce que je croyais alors...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ZilizZiliz   13 août 2016
- Prends mes sous ou je refile tout à une association humanitaire au pif.
- T'es timbré.
- J'ai quand même bien le droit de te payer des études ! T'es partie de la maison tellement tôt que je ne t'ai jamais rien payé du tout.
- Oh tu t'en foutais pas mal que je me barre d'ici, pour ce que tu faisais attention à moi...
- Ah parce que t'aurais voulu que je t'empêche de te marier ? C'est nouveau ça... Ça va être de ma faute...
- Tout ce qu'on faisait on avait l'impression que tu t'en foutais !
- Je m'en foutais pas, je respectais vos choix de vie.
- Et aujourd'hui, tu les respectes plus ?
- Mais parce que j'ai l'impression que tu n'es pas vraiment heureuse.
- Haha ! t'as remarqué ça toi... Et bientôt tu vas nous dire que tu nous aimes ? T'as raison, tu dois avoir Alzheimer...
- Tu prends ce chèque et arrête de m'emmerder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
marina53marina53   08 novembre 2016
DING DONG
- Ah quand même ! Qu'est-ce que vous foutez ?
- Grand-mère n'était pas prête. (…) Ferme pas y'a ton excitée de mère et son nouveau mec qui suivent.
- Commence pas à être désagréable, ok ?
- Si j'avais voulu être désagréable je t'aurais dit de fermer.
Commenter  J’apprécie          290
ZilizZiliz   11 août 2016
- J'adore tes seins.
- Pff... Tu parles, c'est plus des seins tellement ils se cassent la gueule.
- J'aime bien tes fesses aussi.
- Haha, c'est bien t'es pas difficile.
- Et puis ta peau, elle sent l'abricot.
- Ça doit être le produit vaisselle.
Commenter  J’apprécie          272
marina53marina53   08 novembre 2016
- C'est ton permis ? Fais voir la photo... Wou... !
- Pas mal, hein ?
- T'as quel âge là-dessus ?
- Vingt ans.
- Hé Manu, regarde.
- Oh ! Jolie !.... Seb ! Viens voir les ravages du temps.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Camille Jourdy (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Jourdy
BA du film "Rosalie Blum"
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..