AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0767KSM6D
Éditeur : (05/10/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Il existe un passage entre réel et virtuel qu'empruntent des millions de joueurs. Leur quête, manipuler des personnages. Guerriers inoffensifs, leur vérité se joue d'imaginaire. Coralie a traversé ce passage des centaines de fois. Chaque expérience était plus intense que la précédente. Le temps passé là-bas la rendait plus forte. L'autre « elle » lui était supérieure, capable de tout. Mais un jour, la porte est restée ouverte, inversant le processus. Une tueuse a em... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
kateginger63
  21 décembre 2017
Avatar, es-tu vraiment Toi ?
*
Je remercie mr Jouteur, l'auteur, qui m'a envoyé son roman.
Le classer ? Lui donner un genre ? Difficile.... Thriller psychologique/mystique, fantastique, SF ?
Tout ça à la fois.
Une expérience de lecture des plus troublantes.
L'histoire est dense, complexe. Il faut suivre....ou pas et se laisser emporter par le flux des informations.
*
On suit une jeune fille hospitalisée en psychiatrie. Parallèlement , un homme vivant chichement dans une maison victorienne, en proie à ses démons intérieurs.
Un médecin spécialisé en art-thérapie (puis comédien malgré lui) entre en scène et approche Coralie (ou son « double virtuel »).
Oui on parle de technologie, de réalité virtuelle, de jeux de rôle, d'un monde où il n' y a plus de cadre, plus de limites...
Pour avoir travaillé en milieu psychiatrique (en secteur fermé) et avoir utilisé l'art comme support, j'ai pû appréhender le caractère de Coralie d'une façon clinique (elle est schizophrène, je pense).
*
Beaucoup de citations qui permettent peut-être de mieux cerner le personnage de la jeune fille.
Quelques passages mystiques/religieux que j'ai moins apprécié. le récit est bien rythmé, des chapitres courts datés d'une manière linéaire dans le temps.
*
La fin est difficile à digérer, n'est pas attendue. Un deuxième tome devrait nous donner des explications – spoiler : il y a de la manipulation dans l'air ! -
Filez le lire, et mettez votre esprit cartésien de côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
dejanville
  24 octobre 2017
Difficile, pour ne pas dire impossible, de ranger dans une boite de genre ce roman. Fantastique, technologique, psychologique, thriller, je crois que j'en passe ! D'ailleurs, pourquoi vouloir absolument classifier une oeuvre ? Lecteurs à étiquettes ou dans l'incapacité imaginative de pénétrer dans un univers fantastique, instable et déroutant, passez votre chemin, ce bouquin n'est pas pour vous… Lisez donc le dernier Musso ou le dernier Levy. Ce sera plus confortable et moins dérangeant. En fait, quand on prend la peine de parcourir la fiche auteur que j'ai dégotée sur Amazon, et que l'on découvre que Jean Benjamin Jouteur est comédien, thérapeute et psychosociologue, je crois, on comprend mieux pourquoi la presque totalité des personnages qu'il nous présente dans « Chronique d'un avatar » sont torturés, allumés, voir totalement barrés ! Et c'est ça l'une des forces de ce bouquin, tous, et ils sont nombreux, restent logiques dans leur délire, et le pire, c'est qu'ils nous y entrainent dans ce sacré univers inclassable. le personnage principal, Coralie, est insaisissable, parfois pas très sympa, allumé, dangereux, surdoué, et pourtant, on s'y attache très rapidement. On a tout à la fois envie de l'aider, de la consoler, mais aussi parfois de la gifler… Son avatar, La belle Asuna, et je ne dévoile rien en la qualifiant de psychopathe, semble si belle, si féminine, si bien décrite, si efficace… Et encore une fois, si logique avec elle-même, qu'elle en devient craquante. Je suis tombé amoureux d'elle dès notre première rencontre ? D'ailleurs, on finit par se demander qui est l'avatar de l'autre et où se situe le virtuel !
Autour de ces deux « héroïnes » tout un panel de personnages mal dans leur peau ou perdus, dépeint avec force et détails. Ils sont barges, mais ils sont vrais. Et surtout ils nous posent plein de questions.
Il y a plusieurs histoires dans l'histoire… Des lieux différents, des personnages différents, des univers différents… Des thèmes différents. Les dangers, mais aussi les plaisirs et la force du virtuel, les ados paumés face à des parents qui ne suivent plus, les techniques d'art-thérapie que j'ai découverte avec intérêt, le monde des asiles psychiatriques, dur et froid. L'auteur nous navigue dans chacun d'eux par des chapitres très courts qui nous permettent de ne jamais réellement nous perdre tout à fait. On sent bien sûr les inspirations. Il flotte sur l'asile d'aliénés une ambiance « Vol au-dessus d'un nid de coucou » sur Life Tower, on retrouve « L'Âge de cristal » dans ce rapport spécial avec le virtuel qui se mélange à la réalité, on ne peut que penser à cet excellent film de Mamoru Oshii, « Avalon » sortie en 2002, avec en prime quelque clins d'oeil qui nous viennent de Matrix.
L'histoire (secondaire, mais importante) du père de Coralie, buvant, fumant de de l'herbe, et vivant en ermite, planqué dans son camping-car, lui-même garé le garage d'une immense maison désertique et glauque, dont il a peur, est aussi assez prenante que surprenante.
Bref, je conseille ce livre étonnant qui interpelle sur bien des points. Je l'ai lu d'une seule traite. Et la fin… Je n'en dirais rien… On ne la voit pas arriver ! J'ignore s'il est prévu une suite, je l'espère. Il me manque de retrouver Coralie et Asuna… Et aussi Saint Thomas… Oui, car il y a également de saints personnages dans cet ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Poljack
  07 octobre 2017
Mon avis :
Difficile de cataloguer ce roman, il ne rentre dans aucune case, ou devrais-je dire, il pourrait figurer dans plusieurs : anticipation − l'action se situe dans un futur très proche, thriller − la tension narrative est au rendez-vous, fantastique − le surnaturel se glisse discrètement dans le concret, et bien sûr, psychologique − la confrontation se jouant au niveau des mots et des idées… D'autres y verront sans doute plus de références.
Je ne sais pas vous, mais moi, les inclassables, j'aime bien ! Moins l'auteur est formaté, plus on a de chance de lire une oeuvre originale. Quand, a fortiori, il s'agit d'un premier roman et que celui-ci, en plus d'offrir au lecteur une histoire qui tient en haleine, montre une bonne maîtrise de la langue, je ne peux que saluer l'émergence de ce nouvel auteur.
Il faut dire que le bougre, question « ressort dramatique », en connaît un rayon, ayant passé une bonne partie de ces dernières décennies à écrire et mettre en scène des fictions à thèmes pour le théâtre interactif. Et comme il est aussi comédien, rien d'étonnant alors qu'il se délecte des mots et sache en jouer avec une certaine « dextérité ».
Ayant lu Chroniques d'un avatar en tant que bêta-lecteur, je ne parlerais pas des quelques petits défauts que j'ai pu y trouver. Je suis certain que Jean-Benjamin aura su tenir compte, avant parution, des remarques que moi-même et d'autres bêta-lecteurs lui auront retournées. Ce que je peux dire, par contre, c'est que celles-ci portaient surtout sur des problèmes d'édition (méconnaissance des protocoles), ou pointaient quelques mauvaises habitudes attrapées au long de toutes ces années à travailler sur un autre format (le théâtre, en l'occurrence). Pour le reste, rarement un premier roman ne m'avait donné aussi peu de travail. Alors certes, la plume doit encore s'émousser un peu, au fil des écrits, afin de gagner en souplesse, mais le poignet est ferme et le style est déjà là. de plus, comme je l'ai dit en introduction, ce roman « hors des clous » ne reprend pas à son compte une histoire mille fois entendue (à l'instar de beaucoup trop d'autres récits à mon goût), mais propose un conte mêlant technologie et surnaturel dans une ambiance « Vol au-dessus d'un nid de coucou », servie par une héroïne tout aussi atypique qui, j'en suis persuadé, séduira un large lectorat.
Petit plus : le final reste suffisamment ouvert pour laisser envisager une suite… et quand vous aurez tourné la dernière page, je ne serais pas étonné que vous l'espériez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ice-Queen
  21 décembre 2017
Voilà plusieurs jours que j'ai terminé ce livre et j'avoue avoir un peu tardé à écrire cet avis. J'ai beaucoup apprécié ce livre et j'ai du mal à trouver les mots pour livrer un billet à sa hauteur.
Le résumé m'a tout de suite attirée et j'étais donc ravie d'avoir l'opportunité de lire ce livre. Je tiens à remercier l'auteur pour sa confiance. Une chose est sûre, si le résumé m'avait intriguée, je n'avais aucune idée de ce que j'allais trouver à l'intérieur de ce livre. J'ai été agréablement surprise par ce véritable ovni littéraire. S'il s'agit sans conteste d'un genre de thriller psychologique, le roman tend également vers la science-fiction/anticipation. J'ai eu aussi parfois l'impression de lire une pièce de théâtre. le théâtre est quelque chose de très présent dans ce livre d'ailleurs, puisque les protagonistes racontent leur histoire afin de la livrer sous forme de pièce de théâtre. Cela m'a beaucoup plu ! L'auteur nous offre donc un savant mélange des genres qui fonctionne très bien et rend l'ouvrage aussi original qu'intéressant.
Le problème que j'ai souvent avec les livres, c'est que j'arrive en général rapidement à deviner où l'auteur veut en venir. Cela n'a clairement pas été le cas ici.
L'alternance des points de vue nous offre un rythme soutenu et un suspense qui pousse à tourner les pages sans même s'en rendre compte. J'ai dévoré ce livre en une seule soirée.
Concernant les personnages, j'ai beaucoup apprécié Coralie et son double Asuna. Cette héroïne est vraiment hors du commun et mène le lecteur par le bout du nez de la même façon qu'elle le fait avec les autres protagonistes. La jeune fille est-elle vraiment « folle », comme tout le monde semble le penser ? Est-elle juste une jeune fille mal dans sa peau, souffrant de schizophrénie, qui a trouvé une échappatoire dans le jeu en ligne qui a fait basculer sa vie ou est-ce plus compliqué que cela ? Est-ce son avatar qui a traversé le pont entre le virtuel et le réel pour prendre les commandes, comme elle le prétend ? Cette question nous hante au fil des pages et à chaque revirement de situation, le lecteur penche d'un côté puis de l'autre, sans jamais savoir le fin mot de l'histoire. D'ailleurs, vu le coup de théâtre à la fin, j'espère vraiment qu'il y aura une suite et je serais plus qu'heureuse de la lire ! En tout cas, ce personnage est vraiment charismatique et envoûtant. Une jeune femme vraisemblablement aussi touchante que dangereuse.
À propos de la plume de l'auteur, je n'ai rien à redire. C'était vraiment agréable de parcourir ces lignes. L'auteur maîtrise aussi bien le fond que la forme de son récit et il n'est pas difficile de se laisser emporter par l'histoire de Coralie et de se perdre soi-même en même temps que notre héroïne. Je terminerai en disant que c'est une lecture qui fait également réfléchir par ses thèmes abordés et totalement actuels. C'est un livre que je recommanderai sans hésiter.

En résumé, un livre très original et prenant. J'espère sincèrement avoir un jour la chance de lire la suite des aventures de Coralie. Je sens que ce personnage nous réserve encore bien des surprises !
Lien : http://les-lectures-de-ice-q..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
montmartin
  24 octobre 2017
Coralie pose le front sur les carreaux, à la fenêtre il y a des barreaux.
Ellis, depuis huit mois, il vit dans un camping car, au fond du jardin. Il est incapable de défier sa maison. Car c'est dans cette maison que Coralie sa fille a tiré avec un pistolet,trois fois,sur sa mère Carole.
Coralie, petite, boulotte, complexée, pas de copine, aucun mec, mais une fille surdouée. Entre un père qui donne des cours de guitare et fume de l'herbe, une mère catho, psychorigide et sans affect, Coralie veut bâtir une société nouvelle, même si elle virtuelle. Elle apprécie la compagnie rassurante des écrans. Elle va se créer une nouvelle identité Asina, une entité qui va la contrôler. Adolescente schizophrène, deux individualités vont désormais cohabiter en elle, jusqu'au drame.
Triller psychologique, roman fantastique, traité sur l'art-rthérapie. Difficile de classer cet ouvrage de Jean Benjamin Jouteur. On ne comprend pas toujours où l'auteur souhaite nous amener, est-ce une refléxion sur les danger des jeux vidéos, sur l'isolement de nos adolescents face à des adultes qui ne les comprennent pas, sur le théâtre comme moyen de thérapie. Peut-on distinguer le sain d'esprit du malade ? Même si ce livre nous interpelle, je n'ai pas adhéré à cette histoire, d'autant plus que l'auteur abuse de citations qui n'apporte rien au récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
jbjouteurjbjouteur   07 octobre 2017
Titouan, 22 ans, assis dans un fauteuil dans un angle de la pièce commune, est plongé dans son journal. C'est un jeune étudiant en sciences politiques. Il est roux, frisé comme un mouton, avec une tête de poupon. Calme en apparence, il passe ses journées à lire la presse. Le reste du temps, il cherche un moyen de s'enfuir. Il paraît tout à fait normal. Il a été enfermé voici quelques semaines suite à une altercation plutôt musclée avec des policiers. Dans les rues piétonnes de la ville, seul, entièrement nu et recouvert de sauce tomate, il manifestait pour l’interdiction de la corrida. Afin d’illustrer son slogan : « Corrida, assassinat, une loi contre ça ! », de ses bombes aérosols de grand format, il taguait en rouge sang la plupart des personnes qu’il croisait. Alertés, des membres des forces de l'ordre ont tenté de le raisonner. Lui, estimant que ses droits de citoyen libre avaient été bafoués, a riposté à grand renfort de peinture rouge. Les flics, surtout lorsque l’on repeint sans autorisation leur uniforme, manquent d’humour. La situation a rapidement dégénéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dejanvilledejanville   24 octobre 2017
Mon père est à la télé ce qu’une mouche est au papier collant ! À la différence près que pour lui, seul son cerveau est englué. J’hallucine ! D’un côté, il y a moi qui enrage de tous ces trucs qui me torturent la vie.
Ce bahut dans lequel je m’ennuie aux côtés d’un tas de dégénérés disposant d’un QI avoisinant celui d’une truie. Ces profs qui prennent un temps infini à expliquer à des ahuries ce qui est évident pour moi. Ce mec qui me plaît, mais qui branche toutes les nanas sauf moi ! Je vis avec dans les tripes une peur maladive des autres. Ils ne m’aiment pas. Je trimbale toujours cette certitude de débarquer d’un autre monde, d’être différente, de ne pas être là où je devrais être. Et face de tout ça, mon père, « ce héros au sourire si doux » un « adulescent » de 50 ans qui à défaut de me capter s’éclate tranquillement devant « n’oubliez pas les paroles ! »
Il faudrait quoi pour qu’il décroche de sa TNT ? Que je me jette par la fenêtre ? Ça passerait sur BFM TV, peut-être que là, il me verrait ! Quoique, du haut de mon premier étage, je risque de ne guère m’abîmer ! Je devrais tout lui dire, lui avouer que ça ne va pas fort ! Il ne comprendrait pas… Ou pire, il n’écouterait pas.
MOI — Pas de problème, papa ! Je file dans ma chambre ! J’ai des trucs à finir avant de me coucher
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dejanvilledejanville   24 octobre 2017
L’ultime parcelle de courage qui lui aurait permis de pousser le battant lui fait soudain défaut. « L’autre » est peut-être encore là, debout, droite et fière au centre de la chambre. Immobile, patiente, prête à l’achever. Les souvenirs sont envahissants lorsqu’ils squattent le présent ! Il se revoit enfant, dans l’imposante maison de maman Ida, sa grand-mère, seul à l’étage, recroquevillé et tremblant, la tête planquée sous les draps, incapable du moindre mouvement, guettant les craquements de la vieille demeure, les attribuant à quelques fantomatiques rôdeurs. Il chasse cette image. Le manoir n’existe plus, la grand-mère ne repose même pas au cimetière, elle a été incinérée ! Les fantômes de son enfance sont à la rue, sans domicile fixe ! À moins qu’ils n’aient choisi l’option de squatter sa propre maison ! Ça peut être tenace un revenant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kateginger63kateginger63   21 décembre 2017
Ne commence pas avec tes foutues citations! Tu étais déjà allumée! C'est possible! Mais quand il y a drame, on se fiche de la présumée fragilité mentale de la victime. Tu as souffert et je refuse d'accepter ça!
Commenter  J’apprécie          30
jbjouteurjbjouteur   07 octobre 2017
Ils vont s'asseoir, se taire et attendre. Patricia lancera la vidéo d’intro : ce sera le signal. Devant une assistance médusée par l’originalité du concept, « Ma vie en scène », elle interprétera son propre rôle. Elle décrira avec détails son épisode schizophrénique, elle justifiera les raisons de sa folie. Le défi semble insensé. La pièce autobiographique pourrait se résumer par cette phrase :
« Mesdames et messieurs voici comment et pourquoi j'ai abattu mes parents ! »
Pas évident à faire passer le message !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : virtuelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2619 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre