AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213668248
Éditeur : Fayard (11/01/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l’enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l’enfance traduite en justice. La France n’est pas assez riche d’enfants pour qu’elle ait le droit de négliger tout ce qui peut en faire des êtres sains. »Charles de GaulleLe 2 février 1945 le chef du Gouvernement provisoire d’une France à peine libérée du nazisme, motivait ainsi une Ordonnance historique sur la justice des mineurs, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Myrabelle
  16 octobre 2012
A la lumière de son expérience, Pierre Joxe dénonce les modifications apportées, ces dix dernières années, à l'ordonnance de 1945 qui donnait la priorité aux actions éducatives sur les mesures répressives.
Un livre qui ouvre le débat et l'interrogation sur toute cette jeunesse en grande difficulté et sur les actions à mettre en place.
Commenter  J’apprécie          10
nenette87
  28 juin 2015
Pierre Joxe est un homme politique qui fut pendant le premier mandat de Mitterand ministre de la défense et de l'intérieur.
Il fut ensuite membre du conseil constitutionnel puis président de la cour des comptes.
Au Conseil Constitutionnel, il est témoin de nombreuses réformes allant à l'encontre de ses convictions quant à la justice des enfants et des juridictions sociales (sur ce sujet voir le livre Soif de justice : au secours des juridictions sociales ).
Il deviendra donc après avoir quitté la Cour des Comptes avocat commis d'office et tentera de comprendre et de témoigner du naufrage de cette justice des mineurs.
Lien : http://piccolanay.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
NonFiction   21 février 2012
Le constat sans équivoque d’une dégradation sensible du cadre de la justice des mineurs
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
nenette87nenette87   28 juin 2015
Dans ce modèle protecteur, couramment dit "protectionniste", le principe est par défaut de privilégier les mesures d'assistance. L'article 2 de l'ordonnance du 2 février 1945 parle ainsi de mesures de protection, d'assistance, de surveillance et d'éducation, qualifiées plus simplement de mesures éducatives. Le système mis en place est un système d'option entre la "mesure éducative" et la peine proprement dite, laquelle ne doit être prononcée que si les circonstances et la personnalité du mineur l'exigent.
[...]
C'est à partir de la fin des années 1970 que les interrogations sur la pertinence de l’ordonnance de 1945 commencèrent à s'exprimer vigoureusement, à droite, au nom d'une adaptation prétendument nécessaire, de la charte de l'enfance délinquante à l'évolution de la société. Lorsqu'un rapport fut confié par le premier ministre Lionel Jospin à deux députés particulièrement qualifiés sur les réponses à apporter à la délinquance des mineurs, la question explicitement posée dans la lettre de mission étant sans ambiguïté : si problème il y avait, ce n'était pas un problème de texte, mais de moyens mis en oeuvre pour leur application. S'ensuivit pendant quatre ans la création de plus de 300 postes d'éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse par an, afin de rendre plus rapide la prise en charge des mineurs. Et, par une étrange ironie de l'histoire, voici que des politiciens se réclamant de l'héritage du "gaullisme" s'emploient depuis des années à démolir méthodiquement un des services publics les plus intéressants de notre institution judiciaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MyrabelleMyrabelle   16 octobre 2012
Il est de plus en plus manifeste qu'une intense exploitation politico-médiatique cherche à détourner l'opinion publique française de toute réflexion sur les origines socio-économiques et psychologiques de la délinquance juvénile en focalisant l'attention sur des crimes, des drames exceptionnels et des tragédies individuelles. Ce que l'on appelait jadis un "fait divers" est érigé en "exposé des motifs" de lois de circonstance qui se succèdent et s'accumulent, parfois redondantes, voire contradictoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nenette87nenette87   28 juin 2015
Dans sa propre revue, les Cahiers d'études pénitentiaires et criminologiques (n°36 mai 2011), on découvre - ce que les magistrats et avocats observent empiriquement de leur côté - que les risques de récidive diminuent d'autant plus que les condamnés bénéficient d'aménagement de peines et de liberté conditionnelle. C'est encore plus vrai pour les mineurs que pour les adultes.
[...]
Mais la politique suivie depuis plusieurs années conduit à réduire les moyens de la protection judiciaire de la jeunesse et à accroître de 20% le nombre de places en prison. La France va-t-elle ainsi rattraper la Grande Bretagne au palmarès des incarcérations?
[...]
D'un point de vue purement pragmatique et tant qu'il concerne les mineurs, les principes et l'organisation du service public de la justice sont des éléments essentiels d'une politique de prévention, et donc de tout politique de sécurité. Le mineur, l'enfant délinquant, n'est pas destiné par la fatalité à entrer ni à demeurer dans la délinquance d'habitude. S'il y tombe, la société a le devoir de - et, en outre elle y a intérêt - l'aider à en sortir. A cet égard, l'ordonnance française de 1945 et la loi fédérale suisse de 2005 ne sont pas des textes idéalistes, ni l'oeuvre de rêveurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nenette87nenette87   28 juin 2015
La sanction infligée à un mineur dépend en premier lieu de sa personnalité et de ses besoins éducatifs, et doit prioritairement favoriser sa protection et son éducation. En d'autres termes, la droit pénal suisse des mineurs se veut résolument protecteur.
[...]
En Suisse, la droit pénal des mineurs prévoit quatre mesures : la surveillance, l'assistance personnelle (deux mesures permettant à l'Etat de s'immiscer de manière plus ou moins importante dans l'éducation des mineurs), le traitement ambulatoire (lorsque le mineur souffre de troubles psychiques) et le placement (soit dans une famille d’accueil, soit en institution plus moins fermée). Ces mesures prennent généralement fin, lorsque l'objectif est rempli, ainsi que - au plus tard - lorsque l’intéressé atteint l'âge de 22 ans, âge qu'il est aujourd'hui projeté d'étendre à 25 ans - en Suisse!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nenette87nenette87   28 juin 2015
En France, au contraire, c'est aujourd'hui l'obscurantisme qui triomphe. La réflexion est méprisée, l'expérience ignorée, un pouvoir affaibli provoque et utilise l'émotion populaire pour se poser ridiculement en "protecteur". "Je dois protéger les Français" répète à l'envi le chef de l'Etat, chef des armées, qui invitait il y a peu le terroriste Kadhafi à planter sa tente dans les jardins de l'Elysée afin de mieux vendre les avions du sénateur Dassault à ce tyran fou.
[...]
Analysant les chiffres et les faits relatifs à la violence dans notre société, qui ne date pas d'hier, il montre qu'à partir de statistiques manipulées et du traitement médiatique des faits divers le sentiment d'insécurité s'accroît dans une société... moins violente qu'autrefois! Les jeunes volent moins. Ils commettent peu de crimes. Leur part ne croit pas dans la criminalité générale : elle décroit. Ils sont plus poursuivis mais pour "outrages", pas de violences... Cependant, les statistiques globalisent : outrages + rébellion + violence = 4.1%. Dont outrages = 3.2%.
Alors qu'on entend parler de l'explosion de la violence des plus jeunes, la statistique judiciaire montre que les moins de 13 ans forment 3% des mineurs condamnés soit 0.3% du total des condamnés. Et cela ne change pas depuis 20 ans!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Pierre Joxe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Joxe
Interview avec Pierre Joxe sur France Culture
autres livres classés : droitVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre