AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782280429054
544 pages
Éditeur : Harlequin (02/05/2019)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 32 notes)
Résumé :
La survie, Angelia connaît bien. Pendant 17 ans, elle a vécu l’enfer auprès d’un père violent, avant d’être placée en famille d’accueil.
Mais vivre le quotidien d’une lycéenne normale, elle s’en sent incapable. L’insouciance, les cours, les amis… tout cela lui est étranger.
Et malheureusement, son intégration au lycée repose sur le bon vouloir de Zac, le fils de sa famille d’accueil, chargé contre son gré de veiller sur elle. Sauf que ce garçon volcani... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Pois0n
  29 avril 2020
Si la jolie couverture de Take me away m'avait tapé dans l'oeil à sa sortie, je n'avais pas prévu de l'acquérir. C'était sans compter sur le concours anniversaire du blog d'Alice Neverland... et bim : la chance a bien voulu me laisser satisfaire ma curiosité. Moins d'un an plus tard, vidant ma pile à lire VF, je l'en ai sorti sans trop savoir à quoi m'attendre. En général, j'attends « l'appel » d'un livre pour l'ouvrir, suivant l'envie du moment, mais là, aucun ne me tentait plus particulièrement... Dans ces cas-là, deux issues possibles : la cata, la panne de lecture, à cause d'un bouquin pour lequel ce n'était pas le bon moment... ou, à l'inverse, la bonne surprise, le truc dont l'on n'attendait rien de spécial et qui, finalement, se détache nettement de mes nombreuses lectures annuelles. Inutile de tourner autour du pot : Take me away s'est placé, dès le début, dans la seconde catégorie.
Take me away n'est clairement pas une romance au sens classique du terme. Certes, il y a là-dedans une jolie histoire d'amour... mais celle-ci n'est pas l'enjeu de l'histoire. Tout au plus la seule étincelle de douceur dans un récit par ailleurs très dur. Autant le dire tout de suite, si vous avez de vieux traumas planqués au fond d'un placard mental, peut-être vaudrait-il mieux que vous piochiez un autre livre, car, loin de faire partie du décor, ceux d'Angelia sont au premier plan. Partout. Tout le temps. le moindre détail anodin est susceptible de réveiller ses pires souvenirs, comme si les avoir gravés sur sa peau ne suffisait pas. On nous épargne certes les scènes de violence en direct, mais les descriptions des dégâts suffisent largement à retranscrire toute la barbarie de celles-ci. Quant au traumatisme d'Angelia, il n'est pas là pour faire joli ni servir de ressort à la romance : à l'inverse, c'est celle-ci qui sert de complément, et ne réglera pas les problèmes comme par magie. Non, ici, la souffrance est palpable à toutes les pages ou presque, presque jusqu'à la fin, même si, au fil des pages, on suit la lente et difficile reconstruction d'Angelia.
Et pourtant, au début, ce n'était franchement pas gagné. La narration au présent n'aide franchement pas, mais si l'on ajoute le fait que Zac et Angelia sont aussi fâchés avec la grammaire l'un que l'autre, on craint le pire, pendant un temps. Ils ont beau être jeunes, ça n'excuse pas tout. Quant aux chapitres, ils sont incroyablement courts. Un défaut peut-être issu de la publication sur internet ? Quoiqu'il en soit, si côté forme la plume de Lorraine Joy est donc encore un peu mal dégrossie, côté fond, vous l'aurez compris dès les premières lignes de cette critique, elle s'avère redoutablement efficace. Peut-être parce que Take me away est un récit au ton relativement réaliste. Pas de glamour, pas de camouflage ni de caricature. Et ce, même si les clichés et facilités ne manquent pas : si le ton est réaliste, les péripéties, elles, donnent parfois une impression de « too much », comme si le sort s'acharnait vraiment sur les personnages. Zac s'attache également très (trop ?) vite à Angelia et ses crises de colère semblent régulièrement forcées. Mais pourtant, ça fonctionne. Il faut dire que dans un récit aussi sombre, plus grand-chose ne peut nous étonner. Alors, tant pis si ce n'est pas totalement crédible. On se laisse sans mal porter par l'histoire, les chapitres s'enchaînant avec fluidité. Car si le style est imprécis, les émotions, elles, sont là et la dureté de l'histoire ne s'en trouve que renforcée. La dureté, mais la beauté aussi, car à côté de la noirceur des sévices subis par Angelia, il y a les efforts démesurés de Zac pour l'aider à découvrir à quoi ressemble une vie normale. Et pourtant, Zac a ses propres problèmes, justifiés à un moment donné.
Au rayon des choses qui font réellement grincer des dents, on mentionnera surtout le côté relativement psychophobe et validiste de l'histoire dans sa première moitié, où presque toutes les cases du bingo de ce qu'il ne faut *pas* faire sont cochées : non, en aucun cas « tarée » n'est une façon acceptable pour qualifier quelqu'un qui souffre de traumatisme, encore moins un qualificatif affectueux (« ma tarée », sérieusement ?). Justifier presque l'ensemble des comportements déviants mentionnés dans le livre par des problèmes psychologiques, c'est encore pire (« si tu es dangereux, c'est forcément parce que tu es fou »). Quant au personnage de Charley, on a franchement l'impression qu'elle n'est là que comme bonus « leçon de vie », cancéreuse mais plus lumineuse et heureuse que tout le reste du casting. C'est dommage, la jeune fille est par ailleurs sympathique, mais ce n'est absolument pas une bonne façon d'intégrer un personnage malade chronique dans une histoire ! Des maladresses narratives dues à un manque de sensibilisation et d'information, sans doute, mais qui, en tant que personne handi et malade chronique justement, m'ont davantage dérangé que toutes les horreurs subies par Angelia.
Néanmoins, à côté de ça, il y a de bonnes idées, comme le personnage de Carla, qui s'éloigne rapidement du cliché qu'on lui pensait associé. Globalement, les défauts du récit sont assez facilement contrebalancés par ses qualités et le côté addictif de l'histoire. Car, au final, qu'est-ce qu'une bonne histoire ? Une dans laquelle l'on se trouve facilement immergé aux côtés des protagonistes, que ce soit par le biais du décor qui les entoure ou de leurs émotions. Ici, il n'y a pas de décor, mais les émotions sont là, omniprésentes, intenses, souvent plus étouffantes qu'agréables, malgré les répits offerts par l'aspect romance. La souffrance et les peurs d'Angelia sont palpables, crédibles, les difficultés de Zac à contrôler la colère sourde qui bout en lui également. Pour ces deux-là, affronter le quotidien est une épreuve, et quiconque a déjà vécu une expérience similaire n'aura aucun mal à les comprendre. Alors, tant pis si Angelia n'a vraiment, mais alors vraiment pas de bol ou que le passé de Zac semble trop gros pour être vrai : tout n'a pas besoin d'être crédible pour que le récit soit poignant et efficace. Car oui, Take me away est une bonne histoire ; un tourbillon d'obscurité au bout duquel, dès le début, brille une lumière. Mais qu'Angelia et Zac n'atteindront pas facilement, loin de là.
Mentionnons enfin un dernier détail qui vient un peu plomber l'ambiance : les coquilles. C'est un fait, ces derniers temps, la qualité habituelle de l'éditeur s'est nettement relâchée. Dommage, surtout dans un grand format à 17€...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Beli_LivreSaVie
  28 mai 2019
Un texte qui pourrait bien se classer entre le Young-Adult et le New-Adult, il emprunte les codes des deux, même si pour moi, j'aurai tendance à dire que c'est un Young-Adult. Après l'un comme l'autre, j'ai trouvé que ce roman était plutôt bien. L'histoire de ce roman suit un schéma classique que nous retrouvons dans bien des histoires. Souvent c'est dans des Young Adult que ce type d'histoires est traité, c'est aussi pour cela que je trouve que cette romance tend plus vers ce genre. Ces propositions de scénarios plaisent et j'y résiste rarement car j'aime bien la configuration dans laquelle les personnages se trouvent : lorsqu'une jeune femme se retrouve dans une famille d'accueil et qui réside un jeune homme du même âge. Basique mais souvent efficace !
L'auteure nous propose de suivre ce roman avec une double narration, elle donne ainsi la parole à ses deux personnages principaux : Angelia et Zac. Tous deux sont en dernière année de lycée, dans l'année de leur dix-huit ans. Angelia arrive dans la famille de Zac, qui a l'habitude d'accueillir des jeunes qui ont besoin d'une famille, alors que leur vie connait un changement, la plupart du temps bouleversant. Zac a vu ainsi défiler quelques jeunes adolescents mais son comportement un peu violent, les a tous fait fuir. Je me suis alors demandée de quelles façons cette famille pouvait accueillir des jeunes, alors qu'eux même ont en un à charge qui pose problème ? Passons ce détail. L'arrivée d'Angelia marque les esprits de cette famille, car son attitude est très distante, d'ailleurs, elle ne réagit à rien et les quelques informations sur elle nous apprennent qu'elle a eu une vie bien difficile. le mot d'ordre alors est de l'accueillir et de la soutenir du mieux qu'ils peuvent.
Le roman débute avec la naissance d'Angelia, un fait marquant qui va donner une tournure particulière à la vie de cette enfant bien peu réjouissante. La promesse que lui fait son père prendra des proportions inimaginables et Angelia va passer plus de dix-sept ans auprès d'un homme violent, en colère et vengeresse. La découverte de sa réalité est traumatisante, le retour à une vie « normale » va être très déstabilisante pour cette jeune femme qui a vécu en recluse tant d'années. Son arrivée dans cette famille va marquer pour elle une normalité qu'elle n'a jamais connu, alors elle n'est pas été effrayée ou même dérangée de voir que Zac ne l'accueille pas à bras ouverts et elle garde ses distances avec tous, ne supportant pas qu'on la touche notamment.
Nous découvrons bien entendu son passé, avec ce début très parlant mais aussi avec les souvenirs qui vont venir ponctuer le roman d'un rappel de ce qu'elle a vécu. Angelia reste une jeune personne très fragile mais qui a aussi appris à se « blinder » pour ne pas trop souffrir et c'est ainsi qu'elle peut entendre et subir bien des choses difficiles, sans que cela occasionne de réactions. Elle reste toutefois une jeune femme qui découvre tant de choses, qui lui ont été interdites durant toute sa vie. Auprès de cette famille, elle va appréhender la notion de famille, quelque chose dont elle a toujours rêvé d'avoir, mais que son père n'a jamais su lui apporter.
La notion de violence est abordée de différentes façons, et ce à travers différents personnages. Elle est omniprésente car plusieurs personnages l'utilisent pour s'exprimer et nous constatons ainsi quelles sont les conséquences de ces actes violents. Zac se confie sur son passé à Angelia, un passé qui l'a contraint de vivre au sein même d'un milieu où la violence était une façon de régler bien des problèmes. Aujourd'hui, loin de ce monde, il a encore de nombreux accès de violence, car c'est ainsi qu'il s'exprime après l'avoir cotoyer tant d'années. Angelia connait la violence, elle l'a subit depuis toujours mais Zac va savoir lui offrir une certaine « sécurité » et elle ne verra pas que cet aspect de sa personne, car elle sait qu'il ne lui fera jamais de mal. C'est aussi au coeur du lycée de Zac, que Angelia va rejoindre pour suivre une scolarité normale, que la violence va être de rigueur. de manière différente, bien que la violence physique prenne le pas des fois sur la raison, mais les jalousies, les envies et l'arrivée de cette nouvelle va bouleverser l'équilibre et certains n'apprécieront pas sa présence. Angelia va devoir faire face à toutes ces choses qu'elle n'a jamais connu et dont elle pense devoir se défendre, pour ne pas se retrouver de nouveau en position de faiblesse.
On comprendra alors que Zac, après un mauvais départ, va savoir approcher Angelia, qui finira par lui adresser la parole. Tous deux sont un peu comme des âmes détruites qui tentent de se reconstruire et ce, avec un passé qui n'est jamais bien loin. En fin de compte, ce jeune homme un peu rebelle et aux tendances violentes, va être salvateur à la jeune femme, et vis versa, puisqu'elle lui permettra aussi de se rendre utile. Ils vont tenter à deux d'affronter les obstacles qui se dresseront sur le chemin tout au long du roman, envers et contre tous, en tentant de convaincre qu'ils sont tous deux sur la bonne voie.
C'est un premier roman, et si je ne me trompe pas, l'auteure est jeune. Je dois dire que pour une première publication, Lorraine Joy s'en est plutôt bien sortie, de mon côté, elle a su me convaincre. Il y a quelques petites choses qui de temps en temps ne cadraient pas forcément bien avec la réalité, ou qui supposaient des comportements un peu inadéquats mais cela n'a en rien gêné la progression de l'histoire. Ces quelques maladresses n'enlèvent en rien à l'intérêt de l'histoire et semblent se régler d'elle même au fil des pages.
Petit bémol : la couverture. J'ai envie de donner mon avis sur la couverture de ce livre, qui est pour moi, complètement hors-sujet. L'effet néon, l'ambiance un peu club ne cadrent absolument pas avec l'histoire proposée ! Et j'ai vraiment envie de dire que ça me dérange, car j'ai beaucoup aimé lire cette histoire et je sais qu'elle pourrait plaire à certaines, qui n'iront pas forcément vers le livre car la couverture n'est pas du tout parlante. Tout comme, certaines le prendront, s'imaginant découvrir un type d'histoire plus sulfureuse peut être et elles seront déçues de ne pas avoir ce qu'elles souhaitaient. Non, vraiment parfois je ne comprends la démarche dans le choix de certaines couvertures.
Lien : http://www.livresavie.com/ta..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KellyAddictionLivresque
  31 mai 2019
Ce qui m'a attiré en premier dans ce roman c'est son résumé qui transpire le new adult à l'état pur, autant dire mon premier amour littéraire.
Second point qui m'a attiré c'est le fait que les personnages vont vivre sous le même toit, ce genre de situation pimente généralement le récit donc point très intéressant....
Et troisième point, la curiosité tout simplement.
Ce roman, a fait du bruit dès sa sortie, je suis toujours à l'affût sur les réseaux sociaux afin d'essayer de ne pas passer à côté de pépite et je dois vous dire une chose .... HEUREUSEMENT que j'ai écoutée les discussions des lectrices au sujet de "Take me away"!!!
Sinon je serai passée à côté de cette pépite, que dis-je, de ce diamant qui m'a fait retomber amoureuse du New-adult et je compte bien vous expliquer pourquoi 😉
Je vous préviens ça risque d'être un peu long mais ceux qui me connaissent savent que lorsque j'ai un coup de coeur et bien... j'en parle avec mon coeur ❤
Ce roman m'a tellement inspiré que j'ai écrit cet avis d'une traite, sans mémo, sans notes ( alors que j'en avait pris des tonnes) et cela ne m'arrive pas souvent.
Toutefois, pour être tout à fait honnête, je vous avoue que au début j'ai eu un léger blocage sur quelque chose, enfin plutôt sur quelqu'un. le personnage de Zachary me laissait un avis assez mitigé à chaque fin de chapitre. Il soufflait le chaud puis le froid, il était compréhensif puis d'un coup faisait comme si la venue d'une nouvelle "soeur" dans la famille était sans intérêt. Cette nouvelle venue étant celle qui va représenter notre héroïne : Angélia. Petite aparté, j'adore ce prénom!!! C'est original et j'ai vraiment trouvée que ce prénom collait parfaitement à notre héroïne et à sa personnalité si unique. La personnalité de Angélia est un des principaux atouts de ce livre tant l'auteure l'a bien traité et cela de façon cohérente tout au long de son récit.
J'ai aimée voir évoluer ce personnage de façon progressive, j'ai eu souvent peur pour elle, j'ai soufflée de soulagement, j'ai été crispée par l'appréhension et j'ai souvent eu envie de la prendre dans mes bras soit pour la consoler, pour l'encourager ou soit pour lui montrer que j'étais heureuse pour elle lorsque le bonheur se montrait enfin dans sa vie.
Sa vie, oui plutôt son enfance, parlons en un peu. Angélia est née sous une mauvaise étoile alors qu'elle était tant désirée lorsqu'elle était dans le ventre de sa maman. Dès son premier cri, un drame s'est produit et la rage de son propre père est venue remplacer cet amour qui aurait dû être le plus fort. 17 ans à vivre l'impensable, 17 ans à souffrir sans rien dire et pire sans que personne ne signale quoi que ce soit, 17 années qui lui ont forgées une personnalité introvertie faite de peur, de culpabilité, de souffrance, de méfiance, de mutisme, de traumatisme et de rage et tout ceci Angélia le ressent constamment derrière le masque impassible qu'elle s'est créée. J'applaudis l'auteure pour avoir créée cette personnalité si fragile mais derrière laquelle se cache une force qui ne demande qu'à se montrer.
Angélia n'est pas la seule a être enveloppé par une rage qui, vous le verrez, peut devenir très vite incontrôlable et dangereuse. La rage de Zachary elle aussi peut prendre des proportions telles que lorsqu'elle circule dans ses veines plus rien ne peut l'arrêter et à plusieurs occasions nous allons être les témoins de son manque de contrôle.
Comme je vous le disais j'ai eu beaucoup beaucoup de mal à cerner ce personnage au début malgré le double point de vue. Mais lorsqu'est venu le temps des révélations, lorsque devant une situation inarrêtable la langue de Zachary a dû se délier pour annoncer l'insoupçonnable, là j'ai eu un tout autre regard sur lui et c'est à partir de cet instant que j'ai ressentie toute la force de ce personnage.
Angélia et Zachary sont plus que des personnages attachants, ils sont - laissez moi trouver mes mots - imprévisibles, attendrissants mais sans tout le côté fleur bleue. Non, je dirai même que c'est l'opposé. L'amour qui va être évoqué dans ce roman est d'une puissance telle qu'il va être capable de repousser les démons du passé et cela progressivement, ce qui va nous laisser le temps de ressentir une immense affection pour nos deux héros. Cependant alors que le passé plane constamment dans leurs esprits brisés, le présent va leur mettre des épreuves très fortes et très dures à surmonter sur leur chemin, des épreuves telles que, entre autre, la violence et la justice.
La violence est omniprésente dans ce texte, cela donne un rythme vraiment excellent à ce diamant qu'est "Take me away". Démons du temps passé, démons du temps présent, l'instinct de protection va toujours demeurer dans l'esprit d'un personnage qui est vraiment prêt à tout pour rester près de son ange.
Angélia mérite vraiment que l'on se batte pour elle.
Ce texte a réellement un goût inédit, au début on pourrait croire que l'on va tout deviner au fur et à mesure que les pages vont défiler hé bien personnellement je n'ai rien vu venir surtout pas Zachary et son passé..... le passé, un élément clé, l'auteure va nous dévoiler quelques scènes de ce qu'ont vécus nos personnages, surtout Angélia et je n'ai pu que découvrir tristement à quel point ce père qui aurait dû aimer sans limites sa fille n'est en fait qu'un monstre sans scrupules tant il est cruel. Je n'ai même pas les mots pour définir ses actes et ses paroles.....
Cependant, même aujourd'hui, le combat de Angélia est loin d'être terminé
Que dire d'autre à part que ce roman est troublant, bouleversant, renversant, mais dans le fond l'histoire est vraiment sublime car au milieu de démons va naître un amour indescriptible.
Les personnages sont vrais, ils vont se dévoiler au fur et à mesure dans ce récit extrêmement addictif, fiévreusement intense et profondément émouvant. Oui j'ai versée quelques larmes devant des chapitres qui méritaient ces larmes à cause de la profondeur des sentiments que l'auteure a mis en avant.
Des protagonistes plein de colère et de haine, des sentiments qui vont souvent contraster avec leur patience, leur sincérité et leur douceur.
Ce roman est une excellente surprise, je dirai même carrément inattendue car au début je ne me serai pas doutée que cette histoire allait devenir ce beau coup de coeur.
Lien : https://addiction-livresque...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lesetoileesdesbibliotheques
  25 mai 2019
Tout d'abord, Merci à Collection &H pour m'avoir octroyé le service presse via NetGalley France. Take Me Away n'est pas une histoire de tout repos ni de celles qui nous laissent indifférentes. Une histoire qui prend aux tripes et dont nous n'en sortons pas indemnes !
Lorraine Joy nous raconte l'enfer qu'a vécu d'Angelia Teissi. Une jeune fille de dix-sept ans qui a passé toute son enfance et son adolescence dans la plus cruelle des indifférences. À penser qu'elle était un petit démon, une meurtrière. Séquestrée, battue et torturée de la pire des façons par un monstre qui semble avoir perdu toute sa raison à la mort de sa femme. Accusant sa propre fille des pires maux !
Aujourd'hui, à presque dix-huit ans, Angelia ne supporte pas qu'on la touche ni qu'on l'approche de près ou de loin… Ni connaisse ce que veut dire le mot affection. Jusqu'à son placement chez les Prims. Sa nouvelle famille d'accueil ! Cette famille qui l'accueille à bras ouverts, lui apprend ce que veut dire l'amour, la tendresse, un jargon qui lui était inconnu jusqu'à ce jour. Et si Angelia ne sait pas comment composer avec cette nouvelle donne, elle n'en apprécie pas moins la compassion dont elle fait l'objet. À une exception prés. Zachary… Ce dernier, la fascine et lui fait peur à la fois. Son caractère entier et volcanique la repousse mais l'attire fortement. Cependant, et au fil des jours à le côtoyer, Zachary se révèle à elle sous son vrai jour. Et ce qu'elle découvre, fait naître en elle de nouveaux sentiments dont elle ne sait que faire ni ose analyser.
Si Zachary s'est défendu à ressentir de la pitié ou tout autre sentiment, son coeur bon et tendre, malgré les apparences, n'a pas résisté à cette jeune fille qui a connu le pire mais n'a pas perdu son âme ni son innocence dans son calvaire. Subjugué autant par sa beauté intérieure qu'extérieure, ainsi que par sa combativité et son courage, il a foncé droit dans ce qu'il reniait de toutes ses forces.
Angelia a un long chemin à parcourir pour atteindre la normalité qu'elle n'a jamais connue. Mais auprès de Zachary, qui s'est auto-proclamé son chevalier, le jour et vaillant gardien, la nuit, elle trouvera la combinaison pour y arriver. Lui à ses côtés, elle se sent apaisée et en sécurité. Elle se sent forte de faire front à ses démons et à son monstre de père. Qui l'aurait cru ?
Zac, est venu à bout de la patience de sa thérapeute, de ses professeurs. Comment peut-il être la clé de sécurité de quiconque ? Et surtout de celle qui en a manqué toute sa vie! C'est une tête brûlée, celui qui ne soucie que de lui-même, et qui n'a jamais ressenti ce genre de possessivité protectrice envers aucune femme. Mais, Angelia a percé sa brèche de gros dur et s'est immiscée dans sa peau, dans son sang, dans son coeur… Elle est sa rédemption, son regard vers l'avenir. Grâce à elle, il se pardonnera ses méfaits passés. Grâce à lui, elle retrouvera sa vraie identité, son insouciance ainsi que le chemin de l'amour !
Zac et Angelia ont tout les deux un passé pas commun. Et si la vie ne leur a pas fait de cadeaux, à deux, ils prendront revanche sur le destin. À deux, ils affronteront les épreuves de la vie et écumeront la route de la reconstruction. Ensemble, contre tous, unis dans l'adversité…
Si la lecture de Take Me Away était très dure, il y a certains moments de pures félicité qui ont mis un baume sur mon coeur brisé. Autant les affres de souffrances de l'héroïne m'ont fait pleurer et mise en transe, autant la relation fusionnelle et passionnelle entre Zac et Angelia m'a émue et m'a ravie. Leur amour aussi doux qu'intense m'a fait oublier pour un laps de temps tout ce qu'Angelia a subi. Toute cette souffrance qui n'a pas été vaine. Car grâce au passé de l'une que cette relation a été possible.
La thématique traitée est lourde de sens et l'auteure n'a pas pris de gant pour faire passer le message. La maltraitance infantile sous toutes ses formes est un fléau récurent et l'ignorance et l'indifférence le sont encore plus. Angelia a été privée de tout sentiment affectif, a souffert de négligence et d'indifférence. Elle a été touchée dans son corps et dans son âme. Et l'auteure a mis tout cela à nu sans essayer d'embellir la réalité. C'était direct, agressif, réel, un supplice et mon coeur n'y a pas survécu ! Quant à Zac, s'il n'a pas subi les mêmes sévices, il n'a pas moins enduré de mauvais traitements psychologiques qui ont développé un certain trouble de comportement chez lui. Et là aussi, Lorraine Joy n'a pas fait dans la dentelle !
Cette histoire aurait pu être un coup de coeur mais quelques malaises en cours de lecture sont venus ternir ma lecture. En effet, le trop de détails sans filtre évoqués dans les flash Black m'ont soulevé le coeur et le mal-être des personnages m'a prise en otage, me laissant dans un état d'angoisse constant. Toutefois, l'auteure a su quand même me conquérir par le flot d'émotions distillées à grandes doses, par la fluidité du récit et par le jeu des personnages qui ont contribué à la réussite de cette magnifique romance à thématique.
Je recommande cette lecture mais je préfère prévenir que si vous êtes une âme sensible, vaut mieux s'abstenir. Surtout si vous avez un passif. Coeurs solides, foncez et n'hésitez pas à découvrir cette nouvelle plume prometteuse !
Mya
Lien : https://lesetoilesdesbibliot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Helobookine
  25 mai 2020
Ce livre m'a beaucoup touché, j'ai réellement apprécié le travail qui a été entrepris quant à l'évolution des personnages. Il est vrai, qu'une romance est présente mais seulement, l'auteure se focalise sur les problèmes, des sujets sensibles, qui au fur et à mesure s'évaporent grâce à l'amour que s'apportent mutuellement les héros . Ce que j'aime avec ce roman c'est l'importance qui a été conférée au développement d'Angelia (et Zac). Ainsi au fil des pages, nous découvrons des personnes fortes,robustes et courageuses qui ont vécus des épreuves terribles ! le changement des caractères entre le début du récit et la fin de celui-ci est impressionnant!
Je ne saurais que vous pousser à lire ce roman qui nous livre de très beaux personnages complexes, touchants qu'on accompagne tout le long de leur processus de guérison.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Pois0nPois0n   26 avril 2020
– En réalité aller bien n'est qu'une expression, c'est totalement impossible, répond Charley, fidèle à elle-même. On peut se sentir bien, mais nous aurons toujours un quelconque problème. Parfois il est là, mais nous ne le savons même pas encore.
Commenter  J’apprécie          30
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3721 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..