AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352948258
Éditeur : Bragelonne (18/02/2015)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 114 notes)
Résumé :
Il y a vingt ans, une adolescente nommée Tara disparaît sans laisser de trace. Son corps n'a jamais été retrouvé, et sa famille a fini par accepter son deuil. Pourtant, le soir de Noël, on frappe trois coups à la porte. Sur le seuil se tient une jeune fille qui ressemble étrangement à Tara. Et elle a l'air toujours aussi jeune... après la joie des retrouvailles, des questions se posent. Peter, qui ne croit pas aux miracles, croit encore moins à l'histoire de sa soeu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  14 juin 2017
Voici le dernier roman de ma PAL rentrant dans cadre du Challenge Printemps Elfique 2017. Je suis ravie, car cette huitième lecture vient conclure avec brio cette épopée elfique et féerique ! J'ai passé un très bon moment aux côtés de Tara, Richie et Peter. Certes, tout n'est pas parfait toutefois, j'ai trouvé l'atmosphère vraiment énigmatique au point d'avoir dévoré les trois-quarts du livre en un après-midi tellement j'étais passionnée par ce que je lisais. Comme les protagonistes, je ressentais l'envie viscérale de connaître la vérité ! Pourtant, le début est lent à mettre en place. D'habitude, cela ne me dérange pas, car cela permet généralement de connaître les protagonistes voire de s'attacher à eux. Pour ce livre, cela permet surtout de découvrir les blessures causées par l'absence de Tara sur ses proches ainsi que l'impact de son retour. Hélas, je trouve que la jeune femme a mis trop longtemps avant de commencer à raconter la façon dont elle a disparu : vous pouvez compter une centaine de pages avant qu'elle daigne en parler avec son frère… Certes, la psychologie est donc bien traitée en amont et on trépigne d'impatience, toutefois cela donne également une sensation de longueur tant on veut enfin connaître le récit de Tara…
Ce que la demoiselle a conté m'a à la fois plu, glacée d'effroi et étonnée. L'auteur propose une vision des fées très spéciale : ce ne sont pas de jolies pixies ailées taquines, mais plutôt des hippies aux penchants échangistes qui couchent sans arrêt entre eux. On a là un univers magique étrange qui sort du conte de fées traditionnel ! Bien sûr, ces êtres fantastiques sont très mêlés à la nature, notamment avec l'eau comme les lacs. Ils ont des traditions insolites et des besoins différents des humains. Leur monde est vraiment à part et difficile d'accès. Honnêtement, je n'aurais pas aimé m'y trouver. On a un sentiment étrange et malsain que l'on partage avec l'héroïne. D'ailleurs, on se demande si tout est « vrai » ou si elle fabule. Est-elle débridée au point de rêver de fées qui couchent ensemble sans arrêt ? Est-elle vraiment allée là-bas ? le mystère plane tellement autour de Tara qu'il est difficile de s'identifier à elle. Et, au moment où l'on commence à la cerner, on tombe de nouveau de haut face à ses actions ou à son histoire. Graham Joyce n'a pas cessé de me surprendre avec cette aventure insolite.
Tara n'est pas la seule personne de ce livre à avoir une psychologie étoffée. C'est également le cas des deux hommes qui partageaient sa vie : son frère Peter et son ex-petit ami Richie. Ce dernier a été accusé d'avoir tué Tara. Lorsque la narration passe de son côté, on découvre ses entretiens avec la police, sa relation avec Tara avant tout ça, son métier et ce qu'il a traversé. On partage également ses doutes et son incompréhension lorsqu'il a découvert certaines choses la concernant. C'est un personnage touchant à sa manière : malgré ses défauts comme son côté colérique, il aimait et apprécie toujours la jeune femme. Peter est un héros peu attachant, mais à l'esprit rationnel. J'avoue que, même si on aurait pu davantage creuser sa personnalité, on s'identifie à lui en se mettant à sa place. Comme lui, on essaye de savoir ce qu'il s'est passé pour que Tara agisse ainsi : quels traumatismes a-t-elle vécu ? Comment peut-elle paraître aussi jeune qu'il y a trente ans ? Après tout, les analyses dentaires affirment que la jeune femme n'est pas majeure. Alors qui serait cette inconnue ? Comment en saurait-elle autant sur ce qu'ils ont vécu et pourquoi lui ressemblerait-elle ainsi ? Et si tout ceci était vrai ? L'auteur joue avec nos nerfs et nos suppositions, ce qui est très prenant.
À côté de ces trois protagonistes, on discerne quelques personnages qui sortent du lot comme le femme de Peter, son fils Jack, le psychologue de Tara ainsi qu'une une vieille voisine qui a perdu son chat. D'ailleurs, on se demande ce que cette intrigue secondaire vient faire au milieu de l'histoire principale ou des flashbacks : quel est le lien entre l'affaire Tara et la mamie qui côtoie Peter ?… Je me doutais que ces chapitres mettant en scène le duo intergénérationnel n'était pas là pour rien, car Graham Joyce ne semblait pas montrer des choses au hasard. Effectivement… Je ne m'étais pas trompée… Globalement, je suis assez satisfaite par l'intrigue et par la fin même si, je le reconnais, je suis assez frustrée, car toutes mes questions ne sont pas résolues. J'ai aimé les différents points de vue de chacun sur cette affaire ainsi que le mystère qui se dégage du récit. On est aussi désorienté que la famille. Bref, on a là un bon thriller psychologique qui aborde le conte de fées. Je recommande !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
deidamie
  01 juillet 2018
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, une recette. Prenez deux kilos de mystère, deux louches de magie, mélangez. Ajoutez une famille, mais réservez sa fille cadette pendant vingt ans, puis ajoutez-la et observez. Cela s'appelle Comme un conte et c'est signé Graham Joyce.
-Tiens, une couverture pas rose, il y avait longtemps.
-Non, elle est bleue. Joliment bleu foncé, même.
Or donc Tara a presque seize ans lorsqu'elle disparaît mystérieusement. Son petit copain de l'époque, Richie, est soupçonné par la police, mais en l'absence de corps, l'affaire en reste là. Vingt ans plus tard Tara réapparaît… et n'a pas vieilli.
-Attends, tu veux dire que la fille a trente-six ans et le physique d'une ado de seize ?
-Oui.
-Trop bien !
-Non, pas « trop bien ». Ses proches ont énormément souffert de son absence et elle aussi.
-Mais elle était où pendant tout ce temps ?
-Spoilers !
Alors, commençons par les avantages. L'histoire est intrigante et j'ai apprécié que Tara ne la livre pas tout de suite, ménageant ainsi le suspense pour mieux satisfaire l'impatience plus tard. Ensuite, le roman prend la voix de différents personnages et j'ai trouvé l'exercice réussi : la personnalité de Peter et de Richie sont bien campées. Enfin, j'ai beaucoup aimé le soin apporté à certaines descriptions de paysages, fort réussies.
-Mais ?
-Mais j'ai été étonnée que les parents de Tara prennent aussi peu d'importance. J'ai regretté qu'on n'en sache pas davantage sur ce qu'elle a vécu pendant sa disparition et sur les gens avec qui elle vivait, et les gens en question me paraissent incohérents. Ils semblent vivre dans une harmonie inconnue de nous autres, et pourtant ils peuvent faire preuve de violence sans aucun scrupule.
-Peut-être que c'est fait exprès pour déboussoler le lecteur ? Après tout, ils nous sont parfaitement étrangers…
-Oui, peut-être, et si c'est le cas, l'effet est réussi. J'ai bien aimé les passages du psy qui rapproche son histoire de mythes. Et si je ne comprenais pas l'intérêt d'une intrigue secondaire, elle a fini par ouvrir une piste vraiment surprenante à la fin du roman, ce qui a relancé mon intérêt pour le texte.
Cependant, je crains de ne pas garder en mémoire bien longtemps ce livre. Il est intelligent, maîtrisé avec habileté, mais il m'a manqué un indéfinissable je-ne-sais-quoi pour m'y attacher complètement. Les retrouvailles de Tara et de sa famille sont mêlées de joie, de tristesse, de colère, d'incompréhension mutuelle, ce qui donne une saveur douce-amère à l'histoire. Je ne suis pas certaine de trop aimer ce goût, bien qu'il soit fort bien cuisiné. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Maks
  14 mars 2017
Graham Joyce nous a livré une belle histoire, c'est la première oeuvre que je lis de lui après en avoir souvent entendu parler pour l'ambiance onirique qu'il y met.
En effet c'est très onirique, envoûtant, ici on le ressent premièrement dans les paysages (la forêt tapissée de Jacinthes à l'odeur bien particulière) mais aussi dans les personnages qui pour certains même adultes restent éternellement jeunes.
L'histoire est bonne, bien que j'ai trouvé toute la partie chez les fées assez survolée, on passe beaucoup plus de temps avec Tara chez le psy ou dans ses pensées, l'intrigue nous est révélée dès le début mais cela ne porte pas préjudice à la qualité du roman, juste un peu à son dynamisme.
Une belle histoire, bien écrite mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose, je ne saurais dire quoi, mais cela fait que je n'ai pas profité pleinement de ma lecture. À conseiller aux fans de fées et aux lecteurs s'intéressant à la psychologie.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : http://unbouquinsinonrien.bl..
Commenter  J’apprécie          220
basileusa
  01 novembre 2015
Après 20 ans de disparition ,Tara réapparaît à sa famille un soir de noël....son frère veut des réponses. Mais Tara ne donne que des explications qui paraissent délirantes à sa famille . Comment faire accepter sa vérité dans un monde qui ne croit pas aux contes de fées ...
On est dans le même thème que" faerie " de Raymond E.Feist mais en beaucoup plus léger ,moins noir et flippant . J'ai trouvé la construction du roman très intéressante ( entre les flash-backs et l'histoire secondaire de Jack et sa voisine) car on doute parfois mais finalement on en vient à la même conclusion que Tara à la fin . C'est un roman difficile à lâcher ,bien écrit .
C'est une histoire bien ancrée dans le réel mais qui donne envie de croire aux contes de fées .
Commenter  J’apprécie          170
Folfaerie
  01 mai 2017
Voilà un roman qui a failli être un coup de coeur. Failli seulement….
Repéré dans le catalogue Bragelonne, et auréolé de quelques prix non négligeables (Imaginales 2015, British fantasy award 2013…), le roman de Joyce avait piqué ma curiosité car le récit me rappelait évidemment la légende de Thomas le Rimeur. Ici, c'est une jeune fille qui, disparue pendant 20 ans, se présente dans sa famille un soir de Noël. On peut imaginer le choc subi par les parents et son frère aîné, d'autant que Tara, notre héroïne, est bien troublante. Son apparence physique a très peu changé et son absence repose sur une histoire à dormir debout : elle aurait été retenue dans le monde des fées durant toutes ces années !
Une histoire bien originale comme je les aime qui met donc en scène une famille anéantie par le retour de Tara et qui tente de retrouver un sens à cette tragédie, chacun à sa façon, tout en livrant quelques secrets sur le monde féérique. Si le frère de Tara, buté et rancunier, Peter, refuse de croire sa soeur, au point de lui payer des consultations chez un drôle de psy, il n'en va pas de même pour Ritchie, l'ex-petit ami, looser attachant, dont les retrouvailles avec Tara sont douloureuses.
C'est bien le personnage le plus sympathique de ce récit, celui qui m'aura le plus touchée en tout cas, avec, peut-être, Jack, le neveu de Tara, lancé bien malgré lui dans un quête pour racheter une mauvaise action.
Ritchie apporte chaleur et humanité en opposition à Tara, lointaine, énigmatique et inaccessible. Tandem pourtant attachant et j'avoue avoir été tour à tour triste et heureuse pour ces deux-là. le récit est plein de délicatesse et non dénué de poésie, et puis il pousse à réfléchir, encore et encore, sur le pouvoir de notre imagination, sur notre tolérance à accepter la présence du Petit Peuple à nos côtés, que cette vie soit réelle ou rêvée.
Bref, tout aurait été parfait jusqu'à l'incursion de Tara chez les fées ou elfes, bien qu'ils n'aiment pas qu'on les nomme ainsi… Bon sang, mais qu'est-ce que c'est que cette communauté hippie dont les membres ont pour unique passe-temps de forniquer de toutes les manières possibles !! Au secours ! Quelque peu choquée d'abord par la vulgarité des propos qui tranche singulièrement avec le ton de l'ouvrage, je me suis surprise à rire face au ridicule achevé de certaines situations : le passage du lac vaut son pesant de cacahuètes, croyez-moi ! Adieu mystère, poésie et onirisme, Joyce choisit le trivial pour… quoi, au juste ? Démontrer que Tolkien avait tout faux ? Que les Elfes sont de parfaits païens qu'il ne fait pas bon fréquenter ? Je ne sais absolument pas quel message l'auteur a voulu faire passer, mais ce que je sais, c'est que sa vision des fées est la faute de goût qui m'a poussée à classer ce roman parmi les livres très sympas, plutôt que le chef-d'oeuvre inoubliable qu'il aurait pu être… C'est dommage mais cela ne m'a pas empêchée d'apprécier tout de même Comme un conte, tout en regrettant le potentiel gâché.
Par curiosité, je ne renoncerai pas pour autant à lire un second roman de cet écrivain, si quelqu'un à un titre à me conseiller, je suis preneuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

critiques presse (2)
Elbakin.net   03 février 2015
Avec Joyce, le trait n’est jamais grossi. Et s’il abandonne une certaine ambiguïté, ce que d’aucuns regretteront peut-être, l’auteur n’en signe pas moins un récit aussi abouti que prenant, empreint de délicatesse et de retenue, certes, mais qui n’hésite jamais à décocher ses flèches.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   16 janvier 2013
S’il abandonne une certaine ambiguïté, ce que d’aucuns regretteront peut-être, l’auteur n’en signe pas moins un récit aussi abouti que prenant, empreint de délicatesse et de retenue, certes, mais qui n’hésite jamais à décocher ses flèches. Le charme opère toujours.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
MissReadingMissReading   26 septembre 2015
- Qu'y a-t-il dans ces paniers ? ai-je demandé sans sortir de ma torpeur.
- Des fleurs.
- Pour quoi faire ?
- Nous les mangeons.
J'ai salué la plaisanterie d'un petit rire. Puis j'ai fermé les yeux et je me suis laissée bercer par le pas du cheval.
Au bout d'un moment, juste pour me rappeler que je savais encore parler, j'ai murmuré :
- C'est encore loin ?
- Nous allons traverser au crépuscule, a-t-il dit. Alors, nous serons arrivés.
J'y repense souvent, aujourd'hui, mais à l'époque, ses paroles ne m'ont même pas interpellée. J'étais trop heureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CceliaCcelia   21 février 2017
Ce qui est difficile, c’est que certains des gens que j’ai quittés n’ont pas grandi du tout. Et parfois, je les trouve d’une simplicité exaspérante. Mes parents, par exemple. Oh, je les adore. Je serais prête à mourir pour eux. Mais ils regardent des conneries à la télévision, ils lisent des conneries dans les journaux, et ils répètent les conneries qu’ils ont apprises de la télévision et des journaux. Vous savez quel cauchemar ça représente, d’assister à ça ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SaiwhisperSaiwhisper   13 juin 2017
- Celui qui m'a emmenée. Il disait que nous autres - c'est à dire nous, ici, dans cet endroit - nous étions tous endormis.
- Tu veux dire ton copain fée ?
- Ils ne ressemblent pas à la façon dont tu te les représentes, Richie.
- Ah bon ? Comment est-ce que je me les représente ?
- Je ne sais pas. Des petits personnages avec des ailes dentelées et des chapeaux en cupules de glands. Ils n'ont rien à voir avec ça, Richie. Ils sont dangereux, putain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CceliaCcelia   15 février 2017
- Je fume. Ça vous pose un problème ?
— Non, répondit Peter.
— Pas vraiment, renchérit Tara.
— C’est bien, parce que si ça vous pose un problème, je ne peux pas vous voir. Je ne fume pas, je ne vois pas. On ne peut plus fumer nulle part, de nos jours. C’est pour cela que j’ai fini par céder et installer mon cabinet chez moi. On peut foncer en voiture tant qu’on veut, ça oui, au risque d’assassiner un millier d’enfants par an, mais on ne peut pas fumer de peur qu’ils avalent une petite bouffée de tabac. Non mais qu’est-ce que c’est que ce pays ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   20 avril 2015
Il arrive, dans la vie, qu’une porte s’ouvre et qu’on distingue l’éclat des reflets sur l’eau, et on sait que si on ne s’y engouffre pas, la porte va se refermer d’un coup, peut-être pour toujours. On peut essayer de se convaincre qu’on avait le choix ; mais peut-être qu’on aurait dit oui quoi qu’il arrive. On était libre de refuser comme on est libre de retenir sa respiration. On aurait dit oui, quoi qu’il arrive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Graham Joyce (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Graham Joyce
Présentation et bilan de mes lectures du mois de décembre 2015 !
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
299 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
.. ..