AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de keisha


keisha
  03 juillet 2015
Mais si, Harold Fry! Celui qui reçut une lettre de Queenie, vingt ans après qu'elle a quitté brusquement le sud de l'Angleterre, lettre lui apprenant qu'elle va bientôt mourir. Sur ce Harold part -à pied- pour une traversée du pays, envoyant des cartes postales à Queenie au fur et à mesure de son périple. J'avais bien aimé le précédent roman et celui-ci présente l'histoire vue par Queenie.

Queenie n'a pas eu une existence très rose, et devenue collègue d'Harold à la brasserie, elle doit cacher ses sentiments à son égard. Dans sa longue lettre elle raconte ce qui est arrivé et l'a poussée à fuir la ville, et s'installer au bord de la mer dans une petite maison, aménageant un très original jardin.
Elle réside au centre de soins palliatifs St. Bernardine, à Berckwick upon-Tweed.

J'attendais pas mal de ce roman, puisque j'avais beaucoup aimé la 'version Harold'. Cependant les secrets de Queenie qu'elle veut révéler à Harold, même s'ils pèsent sur sa conscience, ne sont pas méchants méchants en fait, et rapidement j'ai préféré les parties du roman se déroulant dans le centre de soins palliatifs. Un centre complètement à l'opposé des mouroirs qui existent encore en majorité de nos jours.
'Une fois que l'infirmière m'eut appliqué un nouveau patch contre la douleur, soeur Lucy me massa les mains. Ses doigts doux et ronds se glissaient entre les miens, soulageant mes articulations tout en les caressant. Elle alla chercher son vernis à ongles brillant et me fit une manucure.'
Les résidants du centre sont en fin de vie, c'est sûr, mais tout est fait pour qu'ils profitent à fond des saisons, de la nature, tous leurs sens sont sollicités. Une petite atmosphère de folie y règne parfois, grâce à quelques originaux.

En conclusion, c'est un roman agréable à lire, l'auteur a fignolé de jolies descriptions aussi
'Je regardais la douce pluie de juin crépiter sur les roses roses qui tremblaient un peu et diffusaient leur senteur sucrée et fraîche comme des serviettes de lin.'
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura