AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Ladoryquilit


Ladoryquilit
  29 septembre 2015
Vous souvenez-vous d'Harold Fry ? Nous l'avions découvert il y a quelque temps et il traversait alors l'Angleterre pour aller revoir une ancienne amie Queenie après que celle-ci lui ait envoyé une lettre.

Cette fois-ci c'est donc Queenie que nous découvrons un peu plus. A la suite de cette première lettre elle décide de se livrer entièrement dans une seconde. Pendant qu'Harold marche, Queenie elle fait un tout autre voyage intérieur. Elle lui raconte toute l'histoire, cette histoire qui la fait culpabiliser, qui la ronge et qui a bouleversé plus d'une vie...

Avec La lettre de Queenie, Rachel Joyce nous offre un autre aperçu du voyage d'Harold Fry, celui du côté où on l'attend. Et on découvre Queenie, on apprend tout de Queenie et surtout ce qui la lie à Harold.

Tendre et bouleversante on se plonge littéralement dans l'histoire de Queenie et de sa vie. Entre l'écriture de cette lettre qui nous fera plonger dans son passé et les faits présents, on s'attachera rapidement à elle. le roman garde un rythme constant, impossible de s'ennuyer avec cette histoire. On déguste chapitre après chapitre cette rétrospective de la vie de Queenie qui lui permet de se libérer d'une certaine façon du poids de certains évènements.

Avec son écriture toujours aussi belle, douce, sensible et entrainante Rachel Joyce nous a offert une fois de plus un roman bouleversant, saisissant et même surprenant avec une fin qui vous laissera sans voix. L'auteure nous a une fois de plus faire sourire, rire, elle nous a touché, nous a ému et nous offre une formidable leçon de vie. Cette fois-ci le message est clair avec La lettre de Queenie : ne laissez pas partir ceux que vous aimez, prenez votre destin en main pour n'avoir aucun regrets et aucun remords.
Lien : http://www.ptitblog.net/litt..
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura