AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de latina


latina
  02 octobre 2012
Chère Rachel Joyce,

Je ne sais pas comment vous vous y êtes prise pour me transporter ainsi avec votre premier roman… En tout cas, cette lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry m'a bouleversée de fond en comble. Elle va rester gravée à jamais dans mon coeur et mes tripes.

Les pèlerinages d'Harold et de sa femme Maureen s'entrecroisent continuellement pour former un tissu cousu de fils d'or, fils d'amour, de compassion, de regrets et de rédemption.

En effet, Harold effectue près de mille kilomètres à pied, mais il fait aussi un pèlerinage dans son passé, jusqu'à son enfance et son adolescence où il a été maltraité, mal aimé par des parents indignes. Et cette blessure m'a profondément touchée. Il part donc dans la vie avec un handicap : ne pas pouvoir exprimer ce qu'il ressent. J'ai pris en pitié cet homme sensible mais pudique à l'extrême, qui n'arrive pas à dire son amour pour son fils, qui n'arrive pas à communiquer son chagrin à son épouse.
Sa collègue, Queenie, va le sauver, de toutes les façons possibles. C'est elle le catalyseur. En lui envoyant une lettre lui disant qu'elle va mourir, elle va lui permettre de se dépasser, de croire en sa volonté, en lui-même ! Et cela ne se fera pas sans mal, car c'est un homme rempli de compassion, c'est-à-dire qu'il « souffre avec »…Donc toutes les rencontres qu'il va faire le toucheront à l'extrême. J'ai ressenti une totale sympathie pour lui.

Et sa femme, mon Dieu, sa femme ! Quel chemin intérieur va-t-elle parcourir, elle aussi ! de la rancoeur à la fusion des coeurs, elle a été rongée par la culpabilité. Mais elle a été aidée par son excellent voisin, Rex, qui a perdu sa femme six mois auparavant. Faut-il donc souffrir pour être meilleur ?

Et ces scènes finales qui regorgent de toute l'émotion du monde…Quelle explosion de non-dits qui vont se dire !

Rachel Joyce, pour cette sensibilité à fleur de peau tout en retenue, pour ce profond amour de l'être humain, pour cette foi en la vie, pour cette fusion avec la nature, aussi, je vous remercie. Vous m'avez entièrement, totalement et pour toujours conquise.
Commenter  J’apprécie          778



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (58)voir plus