AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mélanie Fazi (Traducteur)
ISBN : 2352942667
Éditeur : Bragelonne (03/02/2009)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 34 notes)
Résumé :
William est un faussaire spécialisé dans les livres. Il est doué pour l’écriture mais préfère griffonner incognito des poèmes pour un ami plus séduisant que lui et fabriquer des exemplaires factices de premières éditions de Jane Austen qu’il vend ensuite à des collectionneurs crédules. Il n’est pas si mauvais, au fond : il reverse l’argent récolté à un foyer pour SDF et ses crimes ne font de mal à personne.
Mais si William n’a rien fait d’autre de sa vie, ce ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Strega
  03 août 2012
Commençons par dire que c'est du fantastique au sens strict du terme. le surnaturel n'est pas des plus discrets, mais il est tout relatif car uniquement dévoilé à travers les perceptions des personnages. Vous êtes donc prévenus, n'attendez pas de ce roman qu'il passe un certain seuil de « normalité ». Pour autant, ce n'est pas non plus du fantastique à l'ancienne qui cultive religieusement l'ambiguïté. On croit ou ne croit pas, on peut se poser des questions, mais ce n'est pas non plus l'essence-même de l'histoire. le surnaturel fait simplement partie du récit, comme une tache d'ombre sur une photo.
C'est plus moderne donc, mais toujours axé sur la psyché du héros. le fantastique est souvent une littérature de l'être, une histoire symbolique de la formation du mental et du basculement de l'esprit vers une autre réalité, ou plutôt une oscillation entre deux réalités. le lecteur ne sait jamais vraiment si le personnage est d'une extrême lucidité ou s'il devient simplement fou. C'est cette ambigüité qui me plaît, ce vacillement, parfois même imperceptible, ces voies multiples qui s'ouvrent devant le lecteur.
Mais ne vous faites pas de fausses idées, ce roman, s'il n'est pas une lecture que l'on peut qualifier de légère, n'est pas non plus pesant et déprimant. C'est un bon miroir de la vie en générale, avec ses dérives, ses tragédies, mais aussi ses joies, les amitiés qui se nouent, les étranges coups du sort et rencontres fortuites qui font le quotidien. Et Joyce sait comme personne décrire ce quotidien en demi-teinte… Son style exquis, subtil, mais aussi acéré est tout entier au service de son récit.
Il a une façon incroyablement sensible et évocatrice de dépeindre la psyché humaine, une écriture vibrante d‘émotion, tout en étant très terre-à-terre et ne versant jamais inutilement dans le pathos, qui me fait toujours apprécier ses ouvrages, mais qui me fait aussi les regarder avec appréhension avant de les ouvrir. Il sait faire du quotidien une histoire dense, plus psychologique que réellement basée sur l'action. Il peut passionner son lecteur avec bien peu de choses au final.
J'ajouterai également que Mélanie Fazi est sans nul doute une des meilleures traductrices possibles pour Graham Joyce. Elle sait à la perfection transposer les subtilités de son écriture.
L'histoire en elle-même est fort simple. William Heaney, le narrateur et personnage central, nous invite dans son existence un peu terne. Divorcé, englué dans un travail de bureaucrate qu'il juge absurde, il vivote tranquillement entre son boulot et ses soirées avec ses copains du club des chandelles, montant quelques escroqueries qui lui servent à financer un refuge pour sans-abris. William est un personnage emmuré dans ses souvenirs, hanté par ses lâchetés, qui a méthodiquement chassé toute passion de sa vie. Il l'a passée à se planquer, loin des sentiments exacerbés qui s'apparentent pour lui aux démons qu'il voit partout.
Un peu paumé et alcolo sur les bords, cynique, un peu cinglé aussi, il est malgré tout assez drôle, intelligent, attachant, très humain et au fond on l'identifie tout de suite comme quelqu'un de bien, peut-être un peu lâche, mais cherchant à se rattraper de ses erreurs passées. Je dois avouer qu'il m'a été particulièrement sympathique.
Les personnages sont toujours la meilleure réussite de Joyce, il sait les rendre vivants. Celui-ci n'échappe pas à la règle, mais les personnages secondaires sont tout aussi bien construits, aussi réels et travaillés. Chacun à son histoire et, si William est le personnage principal, aucun n'est pour autant oublié ou voué uniquement à faire tapisserie. Ils sont tous aussi essentiels les uns que les autres à la construction de ce récit, tout comme l'est la ville avec son ambiance et sa culture. Tout forme un ensemble des plus cohérents, un canevas complexe.
C'est une histoire en spirale plus qu'une chronologie double. Au début le passage au passé peut dérouter, mais on comprend vite comment marche l'esprit de William. Ces incursions dans le passé finissent par se fondre dans le récit et j'ai trouvé le tout très fluide et bien pensé. C'est en cela que ça me fait penser à une spirale. Depuis le noeud du problème, cette culpabilité que traîne le personnage, à sa vie actuelle, son existence a évolué en spirale, décrivant des cercles de plus en plus grands, mais toujours avec ce rappel, ce point douloureux par lequel il faut repasser de cercle en cercle. Et comme dans toute spirale, au-delà de ce point central sur lequel se focalise notre héros, des choses se répètent, reviennent sous d'autres formes, des détails sans cesse renouvelés poussent au souvenir ou à la réflexion. C'est une histoire parfaitement construite, très prenante et qui m'a particulièrement touchée. C'est peut-être un peu à cause de mon histoire personnelle, mais je pense que la sensibilité avec laquelle Joyce nous fait percevoir l'histoire de William y est aussi pour quelque chose.
J'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture, mais je conçois que ce ne soit pas le genre de tout un chacun. Il n'y a pas beaucoup d'action, on suit surtout la vie quotidienne de ce personnage qui voit des démons et essaie de ne pas se noyer dans ses propres regrets. Ce que j'ai aimé, c'est que le fantastique est ici au service de cette réalité, somme toute simple et terne, et qu'au lieu de nous en distraire, il la met plutôt en relief. C'est, pour moi, un excellent roman.
Lien : http://livropathe.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
malo87
  03 mai 2013
Les Mémoires d'un maître faussaire est un livre assez étrange... Tout d'abord parce que si le lecteur s'attend a priori à découvrir les activités de la contrefaçon de livres anciens dans lequel est spécialisé le personnage principal - et c'est une attente bien légitime vu le titre du livre - il n'en sera rien. Ce hobbie interviendra, certes, mais seulement à la limite de l'histoire qui se concentrera davantage sur la vie du personnage, son passé, son présent, ses histoires de coeur, les relations compliquées avec sa famille, ses pubs préférés et surtout, le fait qu'il voit les démons qui sont les esprits des vivants, à ne pas confondre donc avec les fantômes qui sont les esprits des morts.
Cependant, le titre n'est pas complètement mensonger puisque le livre s'apparente bien à des Mémoires, celles de William Heaney qui est également le pseudonyme de l'auteur Graham Joyce... On peut donc dire que l'auteur aime jouer avec son lecteur et la biographie présente à la fin du livre en est le plus parfait exemple ; "William Heaney est un imposteur. [...] A l'occasion il prétendra même être le nom de plume d'un grand écrivain anglais. Méfiez-vous"...
Mais sinon que dire du livre ? Et bien l'histoire est prenante et originale et on s'attache assez rapidement au personnage et ce malgré ses vices, et l'écriture est à la fois fluide et riche. Bref, un bon moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
idevrieze
  23 juin 2014
Il est très difficile d'approcher ce roman au début.
Je ne sais pas, j'ai bloqué. En effet, l'auteur prend son homonyme, William, lui fait vivre la vie de tous les jours sauf que lui est faussaire, et l'un des meilleurs copieurs de livres rares de tous les temps (du moins est-il très doué). Il a commencé en étant étudiant. Et puis, arrive une mésaventure. Depuis, il voit des démons. Toussa toussa. Il a continué son existence de maître faussaire mais vit d'une manière très particulière, sûrement à cause de ses visions.
Et bien , j'ai eu du mal. Car le personnage était d'un côté trop tangible et de l'autre il y avait le surnaturel qui venait là. Ainsi, nous voyons tous des scènes de la vie quotidienne d'un maître faussaire, père divorcé qui a son groupe d'amis, son groupe d'affaires. Mais aussi les démons que parfois il voit. Et l'auteur nous explique pourquoi il agit de cette manière là ou pas. Bref....

Mais en fin de compte, est ce réellement un faussaire ?
Et est ce quelqu'un qui voit réellement des démons ? C'est pas facile de se prononcer car tout d'abord, il n'y a quasiment que lui qui peut les voir. Forcément on se pose la question de savoir si c'est juste un trouble mental ou réellement quelque chose de mystique. Et je pense que l'auteur laisse volontairement place au doute pour que le lecteur puisse se faire sa propre opinion. Ensuite, nous savons que William falsifie des livres anciens. Mais il y met tellement d'art et d'application, tellement de savoir faire qu'on se demande aussi si au final, on ne peut pas dire qu'il s'agit tout simplement d'un artiste.
Et voilà. pour le reste, je vous laisse faire votre opinion. Car il n'est pas du tout facile de se prononcer dans ce roman. Peut être le point négatif que je voudrai souligner ici. On se laisse porter par le récit mais on ne prend pas nécessairement position. Toutefois, ce fut un agréable moment de lecture que j'ai passé
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ichirin-No-Hana
  05 octobre 2014
Un livre vraiment intéressant que je conseille vivement.
L'intrigue est bien ficelé et attrayante, une histoire de rédemption et de misère est au centre du roman et régit la narration du personnage qu'est William. de plus, les différents personnages secondaires possèdent également leurs histoires propres et auront chacun leurs rôles a jouer dans le roman
Cependant le principal attrait du livre n'est pas là, l'ambiance du roman est juste épatante et l'ambiguïté fantastique (le personnage voit-il réellement les démons ?) en fait un roman addictif.
Commenter  J’apprécie          80
morrigan
  22 juin 2013
Mémoire d'un maître faussaire de Graham Joyce
Edition : Bragelonne
Sorti en 2009
294 pages
William Heaney n'est pas un homme comme les autres. Depuis d'étrange événements alors qu'il était étudiant, William peut voir les démons. Ils sont là, parmi nous, et la plupart du temps, ils attendent.
Mais ce n'est pas tout. William est aussi à la tête d'une petite « association de malfaiteur » qui oeuvre dans les faux livres anciens. Avec ses amis Stinx et Jaz, ils fabriquent de vieux livres et pigeonnent les riches acheteurs.
Alors que Stinx, l'artiste du groupe, travaille sur deux volumes en même temps, William va vivre des événements qui vont bouleverser son quotidien. La rencontre avec Seamus, le SDF, celle avec la belle Yasmin, qu'il tente de tenir loin de lui malgré son désir de la voir, les révélations d'Antonia ou encore le retour de Fraser vont complètement chambouler sa vie. D'autant plus qu'il semble que son petit trafic soit découvert...
Un livre étrange. Pour tout vous dire, au vu du titre, je m'attendais à ce que l'activité de faussaire soit le pivot central de l'intrigue. Il n'en est rien. Ce qui fait ce livre, c'est William et sa vision du monde. William et les démons qu'il tente de garder loin de lui.
Cependant, l'histoire reste une très bonne histoire. La narration alterne entre passé et présent, principalement centrée sur William même si Seamus lui vole la vedette pendant quelques chapitres. On se prend au jeu, on attend la suite. Ce livre ne sera pas un coup de coeur, mais reste un roman sympathique à lire.
Cette fois-ci lje ne saurais vous parler de l'objet, car j'ai lu ce livre dans sa version e-book. Profitons-en d'ailleurs pour remercier Bragelonne de ces ventes à 0,99€ le livre numérique !
En tout cas l'e-book est bien conçu, on navigue facilement entre les pages et les chapitres.
Bref, une lecture agréable même si on en attendait autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
malo87malo87   03 mai 2013
Je crois que les grands maîtres devaient contempler le vin au fond d'un verre lorsqu'ils habillaient leurs modèles sur les toiles religieuses. Viens là, ma beauté, laisse-moi draper ta nudité du nectar du raisin.
Commenter  J’apprécie          00
malo87malo87   03 mai 2013
On commence à collectionner les choses qu'on admire, puis on passe à celles que collectionnent les autres.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Graham Joyce (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Graham Joyce
Présentation et bilan de mes lectures du mois de décembre 2015 !
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre