AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ludmila Savitzky (Autre)Theodore Spencer (Autre)
ISBN : 2070366707
Éditeur : Gallimard (25/07/1975)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 22 notes)
Résumé :

James Joyce est peut-être l'écrivain qui a concentré plus que tout autre son œuvre autour de lui-même et des circonstances de sa vie. Stephen le héros est ce qui reste d'une première autobiographie. Stephen est l'auteur lui-même, et ce récit couvre ses deux années d'université à Dublin. Lui et ses amis se passionnent pour tout ce qui a trait à l'art, à la littérature, à l'amou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
ATOS
20 mai 2017
Stephen , le Héros. Qu'est ce qui forge la pensée de l'homme ? Ses amours ? Ses révoltes ? Son enfance ? Sa jeunesse ?
Deux années à Dublin. Irlande. Dubh Linn , « l'étang noir ».. Sombre, opaque et suffocante, étroite, James Joyce n'aura de cesse que d'échapper à l'emprise d'une société empêtrée dans une pudibonde morale catholique , emprunte d'un post-colonialisme à l'envergure étriquée.
On l'entend bien. Il étouffe. Il provoque, expose, pousse cette société à se regarder elle-même.
« En classe, dans le calme de la bibliothèque, en compagnie d'autres étudiants, il lui arrivait parfois d'entendre un ordre lui enjoignant de partir, de demeurer seul, une voix qui faisait vibrer jusqu'au tympan de son oreille, une flamme qui d'un bond pénétrait dans la vie divine du cerveau. Pour obéir à cet ordre, il s'en aller rôder dans les rues, solitaire, entretenant par des éjaculations la ferveur de son espérance, jusqu'à ce qu'il sentit avec certitude l'inutilité prolonger de ce vagabondage ; alors rentrant chez lui d'un pas ferme et décidé, avec une gravité ferme et décidée, il assemblait des mots et des phrases qui n'avaient pas de sens ».
Stephen se heurte à l'opacité d'un vitrail qui se dresse contre lui.
Il est étrange, on le trouve suspect, suspect lui qui « s'intéressait à la moindre chose en dehors de ses examens et de sa situation future. ». Il parle de l'Art, on lui répond « de la blague », « Ils ne voulaient pas de ça dans leur pays ». « Parler de beauté, parler de ruthmes, parler d'esthétique, ils savaient ce qui se cachait sous tous ces beaux discours. »
Stephen écrit. Lit. Stephen comprend Bacon : «  le souci de la postérité se montre surtout chez ceux qui n'ont pas de postérité ».
Stephen résiste.
« Je me dresse, voué à moi même, sans peur,
sans compagnon, sans ami, solitaire. »
« Il devenait une figure énigmatique au sein d'une société tremblotante ».
Srephen sait. Sait en lui-même.
« L'artiste, il l'imaginait occupant une position de médiateur entre le monde de son expérience et le monde de ses rêves, médiateur doué par conséquent de deux faculté jumelles : faculté de sélection, faculté de reproduction. Résoudre l'équation de ces deux facultés constituait le secret de la réussite artistique : celui qui est capable de dégager dans toute sa précision l'âme subtile de l'image d'entre les mailles des conditions qui la déterminent et de la réincarner selon les conditions artistiques, choisies comme les plus conformes à son nouvel office- celui-là est l'artiste suprême ».
Stephen ne laisse rien passer. Il a l'exigence en esprit. Voilà sa condition.
Il sait qu'il doit se libérer. Il se libère de ces «  choses profanes ».
Pas de morale , pas de limites, liberté de son instant, de ses choix.
Face à l'absurdité, à la futilité, il affirme. Il sait la force de vie, il voit leur instinct de mort.
« l'art est une expression centrale de la vie . L'artiste n'est pas un individu qui suspend sur la foule un ciel mécanique.C'est le prêtre qui fait cela. L'artiste tire ses affirmations de la plénitude de sa propre vie, il crée...Comprends tu ? »
Il ne leur concède rien . Rien à cette « classe sociale qui, en littérature comme en tout le reste, pose toujours ses quatre pieds par terre en marchant . »
Contre l'Église, contre cette morale , contre leur nationalisme , contre leur servitude, contre leur bon droit.
«  Il maudissait cette farce qu'est le catholicisme d'Irlande : île dont les habitants remettent leur volonté et leur entendement entre les mains d'autrui pour s'assurer une existence de paralysie spirituelle, île où tout le pouvoir, toutes les ressources sont confiés à ceux dont le royaume n'est pas de ce monde, île où César reconnaît le Christ, où le Christ reconnaît César afin qu'ensemble ils soient libres de s'engraisser aux dépens de la populace affamée à laquelle on propose ironiquement cette consolation dans sa misère : «  le Royaume de Dieu est au-devant de vous ».
Stephen le héros, Joyce le magnifique.
« Sa vie commençait à se teinter d'une certaine extravagance.Il se rendait compte, que si, nominalement, il était d'accord avec l'ordre social au sein duquel il avait vu le jour, il ne pourrait le demeurer longtemps. La vie d'un déraciné lui paraissait beaucoup moins ignoble que la vie de celui qui accepte la tyrannie du médiocre sous prétexte que le fait d'être une exception se paie trop cher ».
Stephen le révolté, Joyce le voyant.
« Un petit garçon, les coudes sur la table, bouchait et débouchait ses oreilles et le bruit des dîneurs lui parvenait, rythmique, pareil au caquet sauvage d'une basse-cour ».
Joyce le Magnifique !
C'est le début de l'histoire, celle qui aura donné naissance à toute sa Vie.
Son regard, ses mots, sa lucidité, son intégrité.
Ce fut un plaisir immense pour moi que d'entendre les mots de Stephen prendre flamme sur la plume de Joyce. Un bonheur.
Asrid Shriqui Garain


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
JacobBenayoune
22 mars 2015
Stephen Dedalus est un héros assez singulier d'un roman mutilé - puisqu'une grande partie du livre a été brûlé dit-on pendant une dispute conjugale - et posthume, mais aussi une sorte de brouillon pour une autre oeuvre ultérieure à savoir "Dedalus ou Portrait de l'artiste en jeune homme".
Etudiant à l'université de Dublin, issu d'une famille en indigence, vivant avec des parents qui ne partagent pas vraiment ses idées morales, une soeur en agonie dont il n'est pas attaché ; seul son frère qui était presque son confident est un point lumineux dans cette maison qu'ils vont quitter. Stephen fera parler de lui à l'université par ses idées excentriques sur l'art et la littérature, sa passion pour Ibsen, ses idées sur le christianisme et sur l'Irlande tout entière.
Livre renié, oublié par son auteur, "Stephen le héros" a tous les ingrédients d'un grand roman. On ne ressent aucunement qu'il en manque plusieurs pages au début, au contraire, grâce à ce point là, on se sent plongé d'emblée dans la trame du roman. L'auteur nous mène à travers les tréfonds de son personnage qui porte un regard ironique et sceptique sur les irlandais qui refusent tout développement et renouveau, qui restent attachés à l'Eglise catholique. Tout au long du roman, Stephen va exposer ses idées sur les grandes questions qui l'intéressent à travers des discussions passionnées avec son frère, ses camarades, ses professeurs ou même ses parents (surtout sa mère). Féru de littérature, tenté par l'écriture poétique, voulant renouveler les conceptions littéraire concernant le romantisme et le classicisme et abolir les idées stagnées des croyances catholiques, et agiter les marécages de la conscience d'une nation à l'ombre de la Civilisation, amoureux effronté, élève studieux mais rebelle, fils indifférent et insoucieux (ni aux misères de sa famille, ni à la mort de sa soeur), le héros Stephen est le portrait romancé de James Joyce.
Pour tous ceux qui veulent découvrir James Joyce et qui hésitent devant son livre colossal "Ulysse", je crois que "Stephen le héros" sera une bonne occasion. "Stephen le héros" est un livre de la jeunesse de Joyce, éclipsé par ses frères "Ulysse" et "Finnegans Wake", écrit avec sincérité, sans ce style révolutionnaire et abscons apanage de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
zoharzohar05 février 2011
(... ) L'esprit à l'instant de la création est pareil au charbon sur le point de s'éteindre. Lorsque l'on se met à composer, l'inspiration est déjà sur son déclin comme de la braise prête à s'éteindre et que, seul une influence invisible, tel un vent inconstant peut redonner un éclat éphémère.
Commenter  J’apprécie          80
stekasteka06 février 2013
Sa vie commençait à se teinter d'une certaine extravagance. Il se rendait compte que si, nominalement, il était d'accord avec l'ordre social au sein duquel il avait vu le jour, il ne pourrait le demeurer longtemps. La vie d'un déraciné lui paraissait beaucoup moins ignoble que la vie de celui qui accepte la tyrannie du médiocre sous prétexte que le fait d'être une exception se paie trop cher.
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka06 février 2013
La liberté qu'ils souhaitaient pour eux-mêmes était surtout une liberté de costume et de vocabulaire; Stephen n'arrivait pas à comprendre comment cette pauvre caricature de la liberté pouvait amener des êtres humains raisonnables à plier les genoux pour l'adorer.
Commenter  J’apprécie          30
MarielleBriffauxMarielleBriffaux19 décembre 2015
- N'empêche que le mariage est une coutume. Se conformer aux coutumes est le fait d'un esprit sensé .
- C'est le fait d'un esprit ordinaire. Je t'accorde que bien des gens ordinaires sont sensés, tout comme je reconnais que bien des gens ordinaires se laissent abuser. Mais la faculté de se laisser abuser par autrui ou de s'abuser soi-même ne constitue pas, que je sache, une partie essentielle de l'esprit sensé. Reste à savoir si l'homme ne favorise pas son propre état d'insanité lorsqu'il s'abuse volontairement ou se laisse abuser par autrui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarielleBriffauxMarielleBriffaux19 décembre 2015
L'homme qui jure d'accomplir quelque chose qui n'est pas en son pouvoir ne saurait être pris pour un homme sensé. Je ne crois pas, pour ma part, qu'il ait jamais existé un instant de passion assez intense, assez énergique pour justifier l'homme qui déclare à l'objet adoré " Je suis capable de t'aimer pour toujours ". Mesure, s'il te plaît, l'importance de Goethe....
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
363 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre